Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 05/03/21 | Charente-Maritime : LPO et NE17 main dans la main pour la nuit de la chouette

    Lire

    La Ligue de Protection des Oiseaux de Charente-Maritime et Nature Environnement 17 organisent une soirée en visio-conférence, à l'occasion de la nuit de la chouette le 6 mars, dès 18h. Ce sera l'occasion d'échanger avec des spécialistes de l'animal, participer à des jeux, visionner des vidéos et des photos, pour mieux connaître le bête. Inscription: https://urlz.fr/eZyp NE17 propose une sortie découvertes à la Réserve Naturelles Régionale de la Massonne, à 9h. Contact: sandra.laborde@ne17.fr

  • 05/03/21 | Un podcast sur les femmes

    Lire

    Le 8 mars, à l’occasion de la Journée Internationale des droits des femmes, la Maison de l’Europe du Lot-et-Garonne lance son podcast sur Spotify et Anchor « StéréoFemmes ». Disponible un lundi sur deux à 12h, il partagera des témoignages sur les femmes dans nos sociétés que ce soit au travail, dans la famille, dans le couple, à la télévision... dans le but de briser les stéréotypes.

  • 05/03/21 | Covid 19: Des restrictions sur la vente et la consommation d'alcool

    Lire

    Le préfet a prononcé le 1er mars la fermeture administrative pour une durée d’une semaine de deux débits de boissons rochelais suite au constat de rassemblements répétés à proximité immédiate de ces établissements pratiquant la vente à emporter. En concertation avec la ville de La Rochelle, le préfet a interdit, par arrêté du 4 mars, la vente à emporter de boissons alcoolisées sur les quais Duperré et Valin du samedi 6 mars au dimanche 21 mars 2021 inclus. A Bordeaux de 11h à 18h, il est interdit de consommer de l'alcool sur la voie publique dans le centre-ville et dans les parcs et jardins de la ville depuis le 4 mars.

  • 04/03/21 | Limoges : Le Village des Restaurateurs est prolongé

    Lire

    Depuis le 23 février, la Ville de Limoges a mis a disposition de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie de la Haute-Vienne 12 chalets place de la Motte pour permettre aux restaurateurs d’organiser de la vente à emporter. Face au succès rencontré, cette opération « Le Village des Restaurateurs » est prolongé du 9 au 21 mars. Le Village est ouvert du mardi au jeudi de 10h à 14h et du vendredi au dimanche de 10h à 15h.

  • 03/03/21 | Poitiers : une collecte de protections hygiéniques ce 6 mars

    Lire

    Ce samedi 6 mars dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, le CCAS de Poitiers organise une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. De 14h à 17h30, des boites seront disposées dans deux Carrefour City du centre-ville (rue Carnot et place du marché), ainsi que dans le Monoprix à l'entrée du centre commercial des Cordeliers. Des bénévoles seront présents pour accueillir, informer et échanger sur le sujet de la précarité menstruelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'accord annoncé Mercosur-UE: "la trahison de notre élevage"

03/07/2019 | Benoît Biteau nouveau député européen réagit depuis Strasbourg à cet accord qui "était dans les tuyaux..." et Dominique Graciet parle de trahison

L'accord entre le Mercosur et l'Union Europénne et, en particulier, ses impacts vraisemblables sur l'élevage, à commencer par celui de Nouvelle-Aquitaine suscite plus que de l'inquiétude, de vives réactions. Ainsi en est-il de celles de deux eurodéputés Benoît Biteau, élu sur la liste de Yannick Jadot, agriculteur à Sablonceaux en Charente-maritime qui depuis Strasbourg nous a confié sa colère à l'endroit d'Emmanuel Macron et celle du socialiste Eric Andrieu qui a été réélu et a mené au sein de la dernière assemblée des combats vigoureux contre les importations qui enfreignent les normes européennes, en provenance du Canada, de Gilbert Favreau président du département des Deux-Sèvres.. Nous les publions, ici, ainsi que la première réaction inquiète de Dominique Graciet président de la Chambre régionale d'agriculture.

@qui - Que pensez-vous de cet accord ?

Benoît Biteau - D’abord, je constate que Yannick Jadot et moi-même avions prévenu le grand public, tout au long de la campagne européenne, que cet accord était dans les tuyaux et qu’il serait signé après les élections européennes. On nous a traités de distillateurs de peur, il n’empêche que nous avions raison. Croyez-moi, j’aurais préféré me tromper ! Je ne supporte plus ce gouvernement qui enfile les mensonges comme des perles à un chapelet. C’est comme quand Didier Guillaume s’abrite derrière l’Europe en disant que la France n’a pas eu son mot à dire, c’est absurde : les décisions sont prises par un groupement de chefs d’Etat. Et Macron, ce jour là, était bien sur la photo ! On ne peut pas rendre l’Union européenne responsable de tout, en disant « c’est pas nous ». […] J’en ai marre que ce gouvernement fasse de l’agriculture, de la gestion de l’eau et de la protection de l’environnement une variable d’ajustement économique pour pouvoir exporter des voitures ou des avions. On ne peut plus se permettre de jouer avec l’environnement, il y a urgence !

 

On ne peut pas faire de notre alimentation une monnaie d'échange

 

@qui - Que vous inspire le principe de l’accord ?

B. B - La partie concernant l’importation est la pire des mesures de l’accord. On ne peut pas continuer à avoir des exigences de production, de normes sanitaires et de qualité vis-à-vis de agriculteurs et de l’autre côté importer des produits qui ne respectent aucune de ces règles. On ne peut pas dire à tour de bras que l’agriculture française est là pour nourrir sa population de façon qualitative et accepter de faire rentrer dans notre pays des produits qui ne le sont pas. On ne peut pas faire de notre alimentation une monnaie d’échange, ce n’est pas possible ! On ne peut pas, d’un côté, mettre en avant les circuits-courts, le bio, et certains modèles vertueux, et de l’autre, encourager la production latino-américaine, qui est la pire qui soit en matière agricole et environnementale. La pratique de l’élevage du Mercosur, c’est des fermes usines avec des animaux nourris avec du maïs pauvre nutritionnellement, cultivé massivement en intensif avec des produits phytosanitaires, avec des effets désastreux sur l’environnement, sans parler du bilan carbone ! On le sait peu, mais depuis l’élection de Bolsonaro, le Brésil a re-autorisé l’usage en agriculture de 363 molécules chimiques qui avaient été interdites il y a quelques années. Bref, on est aux antipodes de ce qu’on attend et pour notre alimentation et pour faire face au changement climatique.

@qui - Que faire ?

B.B - Du côté d’EELV, nous allons continuer à nous battre pour que cet accord sur le libre échange de l’alimentation ne se fasse pas. Autrefois, la France et l’Europe ont parfaitement été capables de boycotter certains pays à cause de leurs pratiques, y compris le Brésil. Rien ne nous empêche de le refaire. De mon point de vue et politiquement parlant, continuer à discuter avec un type comme Bolsonaro, comme s’il n’y avait jamais eu de changement significatif de gouvernance au Brésil, n’a pas de sens.

 

 

Dominique Graciet, président de la chambre régionale d'agriculture: la trahison du modèle qu'on nous impose

 

@qui : Dominique Graciet, cet accord qui surgit, tout d’un coup, là au lendemain des élections européennes entre le Mercosur et l’Union Européenne, cela crée beaucoup d’inquiétude en particulier dans l’élevage puisqu’il y a un très fort mouvement d’importation qui va venir.

Dominique Graciet - Oui il y a un très fort mouvement d’importation de viande bovine qui va venir, essentiellement d’Amérique du Sud et c’est très exactement un modèle agricole que l’on refuse en France et en Europe. Un modèle agricole dans lequel les agriculteurs français et de la Nouvelle-Aquitaine ne se reconnaissent pas. Un modèle agricole qui vient télescoper la transition agricole que l’on nous demande en France. D’un côté on nous demande des efforts de qualité avec la loi Egalim, des efforts vis-à-vis de la société et de répondre aux attentes sociétales de bien-être animal, de bien-traitance des animaux et de l’autre on importe tout ce que l’on ne veut pas, des bovins nourris sans traçabilité sur des terres qui ont fait l’objet de déforestation massive. Les agriculteurs considèrent cet accord, qui n’est pas signé en France encore, comme une trahison du modèle qu’on nous propose. A la fois on nous demande la transition et d’un autre côté on nous dit mais faites votre transition mais vous serez en concurrence avec ces produits là qui sont tout sauf ce que l’on fait en France.

@aqui : Et qui inflige donc une vraie pénalité à des éleveurs qui ont l’ambition de la qualité comme vous le dites.

Dominique Graciet - Eh bien oui...L’espoir de l’élevage français notamment c’est manger moins de viande sans doute et on a un retrait de consommation ces dernières années assez important de l’ordre de 10-12 %. Dans cette conjoncture là, on voulait offrir une viande de qualité, offrir des services à la société au travers de l’élevage mais tous ces efforts vont être réduits à néant par une distorsion de concurrence déloyale liée à cet accord s’il est signé par l’ensemble des partenaires.

 

Eric Andrieu: une capitulation de la France

 

" L’accord commercial conclu vendredi 28 juin dernier aura de lourdes conséquences pour l’agriculture française, prévient le socialiste Eric Andrieu : « une fois de plus, l’agriculture européenne a été utilisée par la Commission comme variable d'ajustement en dépit de certaines mises en garde au sein du Parlement européen de certains pays et du monde agricole ».

« Cet accord est totalement déséquilibré ! L'Union a fait de trop importantes concessions sur des produits agricoles sensibles : 99 000 tonnes de viande bovine, 160 000 à 200 00 tonnes de volaille, 150 000 tonnes de sucre et 600 00 tonnes d'éthanol. La question de la protection des indications géographiques, que la Commission se plaît à mettre en avant, n'est pas définitivement réglée », s’insurge l’eurodéputé.

Avant d’ajouter : « il met en concurrence des modèles agricoles et alimentaires très différents et des agricultures qui ne respectent pas les mêmes règles sanitaires, environnementales, sociales et sur le bien-être animal ».

Depuis le G20, le Président français a salué un bon accord tout en se voulant vigilant sur son application : « c’est une capitulation de la France d’Emmanuel Macron qui se dévoile comme appartenant à la droite libérale, alors que dans le même temps, le nouvel élu LREM en charge de l'agriculture, Jérémy Decerle, agriculteur et éleveur de bovin viande désapprouve cet accord », regrette Eric Andrieu.

Gilbert Favreau: Mercosur, le commerce inéquitable

"Le projet d'accord commercial Europe-Amérique latine consacre une concurrence déloyale entre les agriculteurs sud-américains et les agriculteurs européens dans la mesure où les niveaux d'exigences réglementaires en matière de culture et d'élevage sont incomparables. C'est le cas notamment des produits phytosanitaires dont près des trois-quarts utilisés au Brésil sont interdits en France !

Comment, d'une part, exiger des agriculteurs européens qu'ils respectent scrupuleusement les normes en matière de production et de transformation, au nom de la santé et de la protection de l'environnement, et d'autre part, ouvrir les portes de nos marchés intérieurs à des produits importés qui ne répondent pas à ces mêmes normes ? Le deal est forcément inéquitable, donc inacceptable.

Si la question de la baisse des droits de douanes pour les produits européens manufacturés comporte indéniablement un enjeu fort de développement des exportations vers l'Amérique Latine, bénéfique pour nos entreprises, l'agriculture européenne, notamment l'élevage, ne saurait en être la variable d'ajustement.

Je formule le vœu que les Parlements des pays de l'Union, en particulier l’Assemblée Nationale qui se réunira le 17 juillet à ce sujet, sachent raison garder et rejettent la ratification de cet accord. "

Anne-Lise Durif - Joël Aubert
Par Anne-Lise Durif - Joël Aubert

Crédit Photo :

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
13327
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Alain Rousset, le président de la Région Nouvelle-Aquitaine a asisté à la pose de la prmière pierre de la légumerie de l'Escat Agriculture | 01/03/2021

Légumerie de l'Escat : un projet local économique et agricole

Romain Nougué (à gauche), maraîcher est installé à Meillon depuis le mois d'octobre dans le cadre de la ceinture verte de l'agglomération de Pau. A ses côtés Victor, en contrat de parrainage auprès de Romain Agriculture | 17/02/2021

Installation agricole et circuits courts : la Ceinture verte de Pau se concrétise

Les représentants des Jeunes Agriculteurs NA et de la FNSEA NA devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux Agriculture | 16/02/2021

Loi EGAlim : En Nouvelle-Aquitaine, Jeunes Agriculteurs et FNSEA avertissent la grande distribution

Christophe Congues, Président du groupe coopératif Euralis Agriculture | 12/02/2021

Du mouvement à la tête des Groupes coopératifs Maïsadour et Euralis

Marc Cazaux HélicA Agriculture | 12/02/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Marc Cazaux lauréat 2017 (épisode 3/4)

Sylvain Bordenave, président JA 64 et Iban Pebet, président du Comité d'Orientation Transmission Installation de la chambre d'agriculture 64 Agriculture | 11/02/2021

Installation agricole : "une bonne année" dans les Pyrénées-Atlantiques

Les Rencontres de l'alimentation se sont lancées le 3 février dernier avec le débat sur la Souveraineté alimentaire : utopie ou réalité ? Agriculture | 09/02/2021

Souveraineté alimentaire : de l'individu au monde

L'activité céréales est en repli de 40 à 50% sur l'année 2020 Agriculture | 02/02/2021

Les coopératives agricoles : un impact socio-économique majeur en Nouvelle-Aquitaine

Le salon régional de l'agriculture Aquitaine - image d'archive Agriculture | 29/01/2021

Un Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2021 plus proche du public ?

Dispositif de désinfection de l'entreprise Sanodev Agriculture | 28/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Laure Sandoval lauréate 2018 (épisode 2/4)

Elevage de canards prêts-à-gaver dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 27/01/2021

Crise aviaire: Les Pyrénées-Atlantiques se soucient des éleveurs et du Kriaxera

Bertrand Venteau, le président de la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne Agriculture | 27/01/2021

Haute-Vienne : La Chambre d’Agriculture en recherche de financements pour les agriculteurs

Jean-Louis Dubourg, Président de la Chambre d'Agriculture de la Gironde Agriculture | 26/01/2021

« Peu de perspectives pour les mois à venir », J-L Dubourg, Président de la Chambre d'agriculture de Gironde

Yann Viaud est un des premiers agriculteurs à s'être lancé dans le projet avec la CARA Agriculture | 25/01/2021

Pays Royannais : un atelier de transformation pour les agriculteurs

Cedric Tranquard (ici avec Luc Servant) a été élu à 18 voix sur 25, face à un candidat de la Coordination rurale Agriculture | 25/01/2021

Cédric Tranquard élu à la tête de la Chambre d’agriculture 17