Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"

20/09/2017 | « Une année encore difficile pour l’élevage, mieux pour les grandes cultures et contrastée pour la viticulture », synthétise Dominique Graciet qui multiplie les coups de griffe contre l'Etat

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

S’il y a bien des écarts selon les filières, les revenus agricoles sont au plus bas. Près de la moitié des agriculteurs ont touché l’an dernier, moins de 4300 € par an. Constat dramatique auquel n’échappe pas l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, toujours secouée, notamment, par les conséquences des deux épizooties aviaires successives. Une actualité agricole au cœur de l’intervention de rentrée de Dominique Graciet, le Président de la Chambre régionale d’Agriculture, par ailleurs très remonté envers l’Etat sur ses engagements non ou mal tenus. Autre de ses préoccupations cette fois à plus long terme: la nécessité pour l’agriculture régionale de persévérer dans la voie de l’innovation.

Revenant sur l’actualité agricole de la région à l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, Dominique Graciet a clairement exprimé son mécontentement vis-à-vis de l’Etat et ses divers engagements non tenus ou retardés envers les filières agricoles. Sont notamment pointés les retards de paiement des soldes de la PAC 2015 et 2016, alors que la clôture des dossiers approche pour 2017, les retards des paiements des mesures agro-environnementales, des aides à la conversion bio, ainsi que des aides aux investissements. « Des retards qui font aussi de plus en plus hésiter les banques à faire l’avance aux agriculteurs, ce qui au total nuit gravement à la trésorerie des exploitations agricoles », ajoute-t-il.

Grippe aviaire : l'Etat décrédibiliséBien sûr aussi dans les griefs du Président de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, les retards accumulés sur les 100 M€ d’euros des indemnités infuenza aviaire impatiemment attendues par les éleveurs, auxquelles s’ajoute, notamment, l’enveloppe des soldes restant de la crise de l’année précédente… Une colère doublée d’une forte inquiétude pour le Président de la Chambre d’agriculture. « Un gros effort a été fait par les agriculteurs sur la bio sécurité et l’argent n’arrive pas… ça décrédibilise l’Etat, qui après avoir trop longtemps tergiversé sur les abattages, jusqu’à remettre en cause les cheptels de reproducteurs, ne tient aujourd’hui pas ses engagements. Si les gens ne sont pas indemnisés, comment accepter une nouvelle fois l’euthanasie, en cas de nouvelle crise… ? » Pour faire clair, sur les quatre départements les plus touchés (Landes, Pyrénées Atlantiques, Gers et Hautes-Pyrénées) qui a eux seuls ont autant perdu que les 18 départements concernés par la crise de 2015-2016, « un tiers de la production a bel et bien été produite, un tiers a fait l’objet d’une indemnité, et un tiers n’est pas indemnisée pour l’instant, sans compter les retards sur l’année précédente… »
D’autant que pour cette année, la destruction du cheptel de reproducteurs crée d’autant plus de retard pour le redémarrage de la production. « En canard, nous n’aurons pas assez de produits finis pour les fêtes de fin d’année, d’autant que les stocks ont déjà été fortement mis à mal l’an dernier », constate amer Dominique Graciet. Prévoir donc, côté consommateur une hausse des prix aux rayons foie gras et magret. Quant aux producteurs, il ne faudrait pas qu’un nouveau virus arrive cette année… notamment pour « laisser le temps à la filière de s’organiser, ce qu’elle a déjà commencé à faire en matière de biosécurité mais aussi de vaccins ». Une solution en laquelle Dominique Graciet croit très fort : «  Le vaccin n’est pas la solution parfaite et ça n’exonère absolument pas les producteurs de mettre en place la bio sécurité, mais ça permettra sans doute de mieux isoler le virus et de réduire le nombre d’abattages ». Une question du vaccin et de la bio sécurité sur lesquels le nouveau cluster Agrolandes près de Mont-de-Marsan s’est spécialisé, se faisant le porteur de tous les espoirs en la matière.

Lait : "l'hémorragie n'est pas interrompue"Sur le reste de productions régionales, l’heure est encore à l’inquiétude sur le lait. « Le prix du lait se relève bien en Allemagne, mais en France on est encore entre 310 et 315€ /l pour un prix souhaité supérieur à 350 €/l par la production. L’hémorragie n’est donc pas interrompue dans la région avec 250 producteurs en moins entre 2015 et 2016, soit 6% des producteurs et 6% de la production. Une perte qui n’est pas compensée. C’est 77M de litres de lait en moins, soit l’équivalent de la production du département des Landes », se désole le Président, éleveur laitier qu’il est.
Quant au reste de l’analyse, côté ovins et caprins « ça va mieux » quand pour les grandes cultures, « l’année apparaît globalement bonne ». L’inquiétude est plus sur les prix que sur le potentiel, au regard des géants ukrainiens et russes qui eux aussi auront de quoi récolter dans les champs... Enfin sur la viticulture, « après deux bonnes années 2015 et 2016, 2017 le sera pour ceux qui n’ont pas ou peu subi le gel d’avril… A Bordeaux 50% des vignobles ont été touchés mais pas à 100%.» Ce qui laisse présager tout de même une récolte compliquée, d’autant que les 15 derniers jours, pluvieux, ont dégradé l’état sanitaire de ce qui restait. «  Côté Bergerac ou Pécharmant, suite au gel, il ne reste pratiquement rien, de même que sur le Nord de la région, le secteur du Cognac ayant été le plus touché ».

La poursuite de la modernisation de l'agricultureAu total, une année encore difficile mais qui n’empêche en rien, à l’inverse, le pari sur l’avenir et notamment sur une agriculture innovante. Une innovation dans laquelle la Chambre d’agriculture s’engouffre volontiers. Elle fait notamment partie du Réseau Régional de l’Innovation, qui vise la création d’une plateforme ressource de toutes les recherches, expérimentations et innovations répertoriés dans la région, ainsi que le renforcement des stations d’expérimentations existantes. Autre projet dans lequel s’inscrit la Chambre au côté d’une vingtaine de structures agricoles et viticoles : l’Appel à Manifestation d’Intérêt  « Territoire Innovation Grande Ambition » (TIGA), dôté d’un budget de 500 M€ sur 10ans. En cours de préparation et de concertation en Nouvelle-Aquitaine, une dizaine de TIGA sera retenu au niveau national d’ici fin 2018. Enfin, innovation encore avec la priorité posée sur le développement des outils numériques et notamment la couverture haut débit de l’ensemble du territoire régional pour laquelle le Conseil régional annonce un plan à 1 Mds €. « C’est une nécessité que je partage. C’est indispensable pour la poursuite de la modernisation de l’agriculture », estime Dominique Graciet.

Etat-généraux de l'Alimentation: " une bonne idée, mais..."Enfin, si on a compris que ce dernier à quelques reproches à faire à l’Etat, aussi d’ailleurs sur les retards pris en matière de création de ressource en eau sur le Bassin Adour-Garonne, le lancement des Etat généraux de l’Alimentation trouve grâce à ses yeux. En la matière il « approuve l’idée », le but étant rappelle-t-il « de relancer la création de valeur et mieux la répartir dans la chaine de production ». Si ces Etat-généraux vont donner lieu à une déclinaison au niveau régional, en partenariat avec la DRAAF, la Région et la Chambre régionale d’agriculture sur le thème global des filières de qualité, un bémol tout de même vient animer le discours du Président Graciet sur l’organisation au plan national. « Sur les 14 ateliers prévus dans le cadre de ces Etat-Généraux, celui qui concerne la rémunération des producteurs est co-présidé par le PDG de Système U et le PDG de Danone… Par le passé, ils  n’ont pas vraiment été exemplaires sur cette question du revenu des producteurs, ils ont su au contraire le baisser ! Le revenu des producteurs est issu de la relation entre industriels et producteurs… C’est fort de café d’exclure les représentants des producteurs à la présidence de ce groupe de travail ! Espérons que le Gouvernement saura rester impartial dans les décisions qui sont en jeux…» Le revenu agricole, encore, toujours et légitimement, au cœur des inquiétudes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
66817
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
illustration serres Agriculture | 25/06/2021

La Rochelle : 48 heures pour découvrir l’agriculture urbaine

Assemblée générale Safer Nouvelle-Aqutaine le 16 juin 2021 à Bruges Agriculture | 22/06/2021

L'impact contrasté de la crise sanitaire sur le foncier rural et agricole

Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France Agriculture | 21/05/2021

La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs » Agriculture | 13/05/2021

Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"

L'équipe organisatrice du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine. Au centre le président Dominique Graciet Agriculture | 07/05/2021

Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine: maintenir le dialogue entre le monde agricole et le grand public