Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/03/19 : Bergerac : dans la nuit de dimanche à lundi, le chantier de la future mosquée a fait l'objet de dégradations, actes qui ont été fermement condamnés par le préfet. Les investigations sont en cours afin d'identifier les auteurs et de les sanctionner.

25/03/19 : Grand débat national: en Charente-Maritime, 132 réunions d'initiatives locales ont été organisés depuis sa mise en place, même si l'initiative est venue essentiellement des maires. Seules 12 communes, sur les 463 du département, n'ont pas participé.

25/03/19 : Le département des Landes et La Poste viennent de créer la société XL Autonomie. Elle met en oeuvre le service public délégué "Vivre à domicile" pour faciliter l'insertion et l'accompagnement des personnes vulnérables.

24/03/19 : La Rochelle : Suite à la découverte de tags anti-islam et pro-nazi dimanche matin sur les murs du Stade Armand Bouffenie à La Rochelle, le Maire J-F Fountaine condamne avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme et de discrimination. Une plainte s

23/03/19 : Naufrage du Grande America : deux oiseaux mazoutés par les hydrocarbures provenant du navire marchand ont été retrouvés dans les Landes et en Pays Basque, annonce ce matin la préfecture de Région.

23/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérées de trouble à l’ordre public au Vieux Port".

23/03/19 : Dordogne : Mardi 26 mars, le tribunal administratif de Bordeaux doit se prononcer sur l'arrêt définitif ou non du chantier de la déviation de Beynac, 14 mois après l’autorisation préfectorale et près de trois mois après sa suspension par le Conseil d’Etat

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

Le député européen et la pomme de terre canadienne

Et d'un seul coup d'un seul Eric Andrieu, député europeen de la grande circonscription sud ouest, et président de la commission pesticides au Parlement européen, a monté d'un ton son propos pour faire un sort à la pomme de terre canadienne, traitée à la clothianidine. A la Commission européenne qui prévoyait d’augmenter les limites maximales de résidus de plusieurs néonicotinoïdes dont la clothianidine et l’haloxyfop-R, respectivement insecticide tueur d’abeilles et herbicide toxique pour la santé humaine, le Parlement a dit non. A une large majorité, et bien au delà du groupe des sociaux-démocrates auquel Eric Andrieu (PS) appartient. Bras d'honneur argumenté au CETA auquel l'Europe et la Commission ont souscrit avec le Canada. Belle illustration du rôle que peut jouer un député européen. Et, ceci, dans une assemblée dont on oublie, ou dont on ne sait pas, à moins que l'on ne veuille pas savoir, que face à la Commission de Bruxelles qui propose des lois, elle les vote ou... ne les vote pas, à Strasbourg, en assemblée plénière. Et notre député européen d'enfoncer le clou :« Une fois de plus, l’exécutif européen se retrouve à vouloir abaisser ses normes sanitaires, afin de les faire coïncider avec les traités commerciaux qu’elle a signés. La Commission européenne ouvre notre marché intérieur à des produits de pays tiers traités à la clothianidine, alors que cette substance est interdite dans l’ensemble de l’UE depuis 2018. C’est totalement inacceptable ! »


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/03/19 | Jean-Michel Clément au Parlement Franco-Allemand

    Lire

    Jean-Michel Clément, député de la Vienne, va siéger au sein de l’Assemblée Parlementaire Franco-Allemande. Cet accord parlementaire, signé le 25 mars dernier, est composée de 50 parlementaires allemands et de 50 parlementaires français. Au travers de cet accord, l’Assemblée Nationale et le Bundestag souhaite institutionnaliser la coopération franco-allemande pour rapprocher leurs méthodes de travail et faire converger les positions françaises et allemandes à l’échelle européenne dans tous les domaines.

  • 25/03/19 | Grande America : une inspection de l'épave prévue en fin de mois

    Lire

    Afin de procéder à l’inspection de l’épave du Grande America, le navire spécialisé Island Pride, affrété par l’armateur, transite actuellement vers Vigo (Espagne). Son arrivée sur la zone du naufrage ne devrait pas intervenir avant la fin de semaine prochaine. En mer les conditions météorologiques se sont dégradées dimanche, avec des creux de 2.5 à 3 mètres, rendant difficile l’intervention des moyens anti-pollution. Les résidus de nappes de fuel tendent à dériver lentement vers le sud.

  • 25/03/19 | Exposition autour des Grandes Guerres à Mont-de-Marsan

    Lire

    Du 25 mars au 10 mai, l’Office de Tourisme de Mont-de-Marsan propose une exposition gratuite « Mont-de-Marsan pendant les deux guerres mondiales et aujourd’hui ». Réalisée par les Amis des Archives des Landes et l’Association Landaise de Recherches et de Sauvegarde, elle se compose de 13 panneaux mettant en avant les 12 sites montois faisant référence aux 2 guerres. Une animation spéciale est proposé le 27 mars à l’occasion du 75ème anniversaire du bombardement de Mont-de-Marsan.

  • 25/03/19 | Collecte de printemps à la Banque Alimentaire

    Lire

    La Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde (BABG) organise pour la 1ère fois le samedi 30 mars sa collecte de printemps. Ce jour-là, les Gilets Oranges seront présents dans 8 hypermarchés de la métropole bordelaise. Quatre produits secs sont particulièrement ciblés : des conserves de poisson, de viande, de légumes mais aussi du riz. La récolte de cette collecte va permettre à la BABG de compléter sa gamme de denrées dont elle a besoin pour nourrir chaque semaine plus de 18 000 bénéficiaires.

  • 25/03/19 | « PAC : la place des jeunes dans l’agriculture »

    Lire

    Le 29 mars, la Maison de l’Europe Limousin organise une conférence « PAC : la place des jeunes dans l’agriculture » à Limoges. Pour aborder ce thème seront présents Karine Gloanec Maurin, députée européenne, de la circonscription Massif Central-Centre, Jean-Marc Trarieux, chef d’unité à la DG Agriculture de la Commission Européenne, Jean-Pierre Raynaud, vice-président du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l’agriculture et Charles Muller, 3ème secrétaire adjoint à la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"

20/09/2017 | « Une année encore difficile pour l’élevage, mieux pour les grandes cultures et contrastée pour la viticulture », synthétise Dominique Graciet qui multiplie les coups de griffe contre l'Etat

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

S’il y a bien des écarts selon les filières, les revenus agricoles sont au plus bas. Près de la moitié des agriculteurs ont touché l’an dernier, moins de 4300 € par an. Constat dramatique auquel n’échappe pas l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, toujours secouée, notamment, par les conséquences des deux épizooties aviaires successives. Une actualité agricole au cœur de l’intervention de rentrée de Dominique Graciet, le Président de la Chambre régionale d’Agriculture, par ailleurs très remonté envers l’Etat sur ses engagements non ou mal tenus. Autre de ses préoccupations cette fois à plus long terme: la nécessité pour l’agriculture régionale de persévérer dans la voie de l’innovation.

Revenant sur l’actualité agricole de la région à l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, Dominique Graciet a clairement exprimé son mécontentement vis-à-vis de l’Etat et ses divers engagements non tenus ou retardés envers les filières agricoles. Sont notamment pointés les retards de paiement des soldes de la PAC 2015 et 2016, alors que la clôture des dossiers approche pour 2017, les retards des paiements des mesures agro-environnementales, des aides à la conversion bio, ainsi que des aides aux investissements. « Des retards qui font aussi de plus en plus hésiter les banques à faire l’avance aux agriculteurs, ce qui au total nuit gravement à la trésorerie des exploitations agricoles », ajoute-t-il.

Grippe aviaire : l'Etat décrédibiliséBien sûr aussi dans les griefs du Président de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, les retards accumulés sur les 100 M€ d’euros des indemnités infuenza aviaire impatiemment attendues par les éleveurs, auxquelles s’ajoute, notamment, l’enveloppe des soldes restant de la crise de l’année précédente… Une colère doublée d’une forte inquiétude pour le Président de la Chambre d’agriculture. « Un gros effort a été fait par les agriculteurs sur la bio sécurité et l’argent n’arrive pas… ça décrédibilise l’Etat, qui après avoir trop longtemps tergiversé sur les abattages, jusqu’à remettre en cause les cheptels de reproducteurs, ne tient aujourd’hui pas ses engagements. Si les gens ne sont pas indemnisés, comment accepter une nouvelle fois l’euthanasie, en cas de nouvelle crise… ? » Pour faire clair, sur les quatre départements les plus touchés (Landes, Pyrénées Atlantiques, Gers et Hautes-Pyrénées) qui a eux seuls ont autant perdu que les 18 départements concernés par la crise de 2015-2016, « un tiers de la production a bel et bien été produite, un tiers a fait l’objet d’une indemnité, et un tiers n’est pas indemnisée pour l’instant, sans compter les retards sur l’année précédente… »
D’autant que pour cette année, la destruction du cheptel de reproducteurs crée d’autant plus de retard pour le redémarrage de la production. « En canard, nous n’aurons pas assez de produits finis pour les fêtes de fin d’année, d’autant que les stocks ont déjà été fortement mis à mal l’an dernier », constate amer Dominique Graciet. Prévoir donc, côté consommateur une hausse des prix aux rayons foie gras et magret. Quant aux producteurs, il ne faudrait pas qu’un nouveau virus arrive cette année… notamment pour « laisser le temps à la filière de s’organiser, ce qu’elle a déjà commencé à faire en matière de biosécurité mais aussi de vaccins ». Une solution en laquelle Dominique Graciet croit très fort : «  Le vaccin n’est pas la solution parfaite et ça n’exonère absolument pas les producteurs de mettre en place la bio sécurité, mais ça permettra sans doute de mieux isoler le virus et de réduire le nombre d’abattages ». Une question du vaccin et de la bio sécurité sur lesquels le nouveau cluster Agrolandes près de Mont-de-Marsan s’est spécialisé, se faisant le porteur de tous les espoirs en la matière.

Lait : "l'hémorragie n'est pas interrompue"Sur le reste de productions régionales, l’heure est encore à l’inquiétude sur le lait. « Le prix du lait se relève bien en Allemagne, mais en France on est encore entre 310 et 315€ /l pour un prix souhaité supérieur à 350 €/l par la production. L’hémorragie n’est donc pas interrompue dans la région avec 250 producteurs en moins entre 2015 et 2016, soit 6% des producteurs et 6% de la production. Une perte qui n’est pas compensée. C’est 77M de litres de lait en moins, soit l’équivalent de la production du département des Landes », se désole le Président, éleveur laitier qu’il est.
Quant au reste de l’analyse, côté ovins et caprins « ça va mieux » quand pour les grandes cultures, « l’année apparaît globalement bonne ». L’inquiétude est plus sur les prix que sur le potentiel, au regard des géants ukrainiens et russes qui eux aussi auront de quoi récolter dans les champs... Enfin sur la viticulture, « après deux bonnes années 2015 et 2016, 2017 le sera pour ceux qui n’ont pas ou peu subi le gel d’avril… A Bordeaux 50% des vignobles ont été touchés mais pas à 100%.» Ce qui laisse présager tout de même une récolte compliquée, d’autant que les 15 derniers jours, pluvieux, ont dégradé l’état sanitaire de ce qui restait. «  Côté Bergerac ou Pécharmant, suite au gel, il ne reste pratiquement rien, de même que sur le Nord de la région, le secteur du Cognac ayant été le plus touché ».

La poursuite de la modernisation de l'agricultureAu total, une année encore difficile mais qui n’empêche en rien, à l’inverse, le pari sur l’avenir et notamment sur une agriculture innovante. Une innovation dans laquelle la Chambre d’agriculture s’engouffre volontiers. Elle fait notamment partie du Réseau Régional de l’Innovation, qui vise la création d’une plateforme ressource de toutes les recherches, expérimentations et innovations répertoriés dans la région, ainsi que le renforcement des stations d’expérimentations existantes. Autre projet dans lequel s’inscrit la Chambre au côté d’une vingtaine de structures agricoles et viticoles : l’Appel à Manifestation d’Intérêt  « Territoire Innovation Grande Ambition » (TIGA), dôté d’un budget de 500 M€ sur 10ans. En cours de préparation et de concertation en Nouvelle-Aquitaine, une dizaine de TIGA sera retenu au niveau national d’ici fin 2018. Enfin, innovation encore avec la priorité posée sur le développement des outils numériques et notamment la couverture haut débit de l’ensemble du territoire régional pour laquelle le Conseil régional annonce un plan à 1 Mds €. « C’est une nécessité que je partage. C’est indispensable pour la poursuite de la modernisation de l’agriculture », estime Dominique Graciet.

Etat-généraux de l'Alimentation: " une bonne idée, mais..."Enfin, si on a compris que ce dernier à quelques reproches à faire à l’Etat, aussi d’ailleurs sur les retards pris en matière de création de ressource en eau sur le Bassin Adour-Garonne, le lancement des Etat généraux de l’Alimentation trouve grâce à ses yeux. En la matière il « approuve l’idée », le but étant rappelle-t-il « de relancer la création de valeur et mieux la répartir dans la chaine de production ». Si ces Etat-généraux vont donner lieu à une déclinaison au niveau régional, en partenariat avec la DRAAF, la Région et la Chambre régionale d’agriculture sur le thème global des filières de qualité, un bémol tout de même vient animer le discours du Président Graciet sur l’organisation au plan national. « Sur les 14 ateliers prévus dans le cadre de ces Etat-Généraux, celui qui concerne la rémunération des producteurs est co-présidé par le PDG de Système U et le PDG de Danone… Par le passé, ils  n’ont pas vraiment été exemplaires sur cette question du revenu des producteurs, ils ont su au contraire le baisser ! Le revenu des producteurs est issu de la relation entre industriels et producteurs… C’est fort de café d’exclure les représentants des producteurs à la présidence de ce groupe de travail ! Espérons que le Gouvernement saura rester impartial dans les décisions qui sont en jeux…» Le revenu agricole, encore, toujours et légitimement, au cœur des inquiétudes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
65256
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr