Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"

20/09/2017 | « Une année encore difficile pour l’élevage, mieux pour les grandes cultures et contrastée pour la viticulture », synthétise Dominique Graciet qui multiplie les coups de griffe contre l'Etat

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine

S’il y a bien des écarts selon les filières, les revenus agricoles sont au plus bas. Près de la moitié des agriculteurs ont touché l’an dernier, moins de 4300 € par an. Constat dramatique auquel n’échappe pas l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, toujours secouée, notamment, par les conséquences des deux épizooties aviaires successives. Une actualité agricole au cœur de l’intervention de rentrée de Dominique Graciet, le Président de la Chambre régionale d’Agriculture, par ailleurs très remonté envers l’Etat sur ses engagements non ou mal tenus. Autre de ses préoccupations cette fois à plus long terme: la nécessité pour l’agriculture régionale de persévérer dans la voie de l’innovation.

Revenant sur l’actualité agricole de la région à l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, Dominique Graciet a clairement exprimé son mécontentement vis-à-vis de l’Etat et ses divers engagements non tenus ou retardés envers les filières agricoles. Sont notamment pointés les retards de paiement des soldes de la PAC 2015 et 2016, alors que la clôture des dossiers approche pour 2017, les retards des paiements des mesures agro-environnementales, des aides à la conversion bio, ainsi que des aides aux investissements. « Des retards qui font aussi de plus en plus hésiter les banques à faire l’avance aux agriculteurs, ce qui au total nuit gravement à la trésorerie des exploitations agricoles », ajoute-t-il.

Grippe aviaire : l'Etat décrédibiliséBien sûr aussi dans les griefs du Président de l’agriculture de Nouvelle-Aquitaine, les retards accumulés sur les 100 M€ d’euros des indemnités infuenza aviaire impatiemment attendues par les éleveurs, auxquelles s’ajoute, notamment, l’enveloppe des soldes restant de la crise de l’année précédente… Une colère doublée d’une forte inquiétude pour le Président de la Chambre d’agriculture. « Un gros effort a été fait par les agriculteurs sur la bio sécurité et l’argent n’arrive pas… ça décrédibilise l’Etat, qui après avoir trop longtemps tergiversé sur les abattages, jusqu’à remettre en cause les cheptels de reproducteurs, ne tient aujourd’hui pas ses engagements. Si les gens ne sont pas indemnisés, comment accepter une nouvelle fois l’euthanasie, en cas de nouvelle crise… ? » Pour faire clair, sur les quatre départements les plus touchés (Landes, Pyrénées Atlantiques, Gers et Hautes-Pyrénées) qui a eux seuls ont autant perdu que les 18 départements concernés par la crise de 2015-2016, « un tiers de la production a bel et bien été produite, un tiers a fait l’objet d’une indemnité, et un tiers n’est pas indemnisée pour l’instant, sans compter les retards sur l’année précédente… »
D’autant que pour cette année, la destruction du cheptel de reproducteurs crée d’autant plus de retard pour le redémarrage de la production. « En canard, nous n’aurons pas assez de produits finis pour les fêtes de fin d’année, d’autant que les stocks ont déjà été fortement mis à mal l’an dernier », constate amer Dominique Graciet. Prévoir donc, côté consommateur une hausse des prix aux rayons foie gras et magret. Quant aux producteurs, il ne faudrait pas qu’un nouveau virus arrive cette année… notamment pour « laisser le temps à la filière de s’organiser, ce qu’elle a déjà commencé à faire en matière de biosécurité mais aussi de vaccins ». Une solution en laquelle Dominique Graciet croit très fort : «  Le vaccin n’est pas la solution parfaite et ça n’exonère absolument pas les producteurs de mettre en place la bio sécurité, mais ça permettra sans doute de mieux isoler le virus et de réduire le nombre d’abattages ». Une question du vaccin et de la bio sécurité sur lesquels le nouveau cluster Agrolandes près de Mont-de-Marsan s’est spécialisé, se faisant le porteur de tous les espoirs en la matière.

Lait : "l'hémorragie n'est pas interrompue"Sur le reste de productions régionales, l’heure est encore à l’inquiétude sur le lait. « Le prix du lait se relève bien en Allemagne, mais en France on est encore entre 310 et 315€ /l pour un prix souhaité supérieur à 350 €/l par la production. L’hémorragie n’est donc pas interrompue dans la région avec 250 producteurs en moins entre 2015 et 2016, soit 6% des producteurs et 6% de la production. Une perte qui n’est pas compensée. C’est 77M de litres de lait en moins, soit l’équivalent de la production du département des Landes », se désole le Président, éleveur laitier qu’il est.
Quant au reste de l’analyse, côté ovins et caprins « ça va mieux » quand pour les grandes cultures, « l’année apparaît globalement bonne ». L’inquiétude est plus sur les prix que sur le potentiel, au regard des géants ukrainiens et russes qui eux aussi auront de quoi récolter dans les champs... Enfin sur la viticulture, « après deux bonnes années 2015 et 2016, 2017 le sera pour ceux qui n’ont pas ou peu subi le gel d’avril… A Bordeaux 50% des vignobles ont été touchés mais pas à 100%.» Ce qui laisse présager tout de même une récolte compliquée, d’autant que les 15 derniers jours, pluvieux, ont dégradé l’état sanitaire de ce qui restait. «  Côté Bergerac ou Pécharmant, suite au gel, il ne reste pratiquement rien, de même que sur le Nord de la région, le secteur du Cognac ayant été le plus touché ».

La poursuite de la modernisation de l'agricultureAu total, une année encore difficile mais qui n’empêche en rien, à l’inverse, le pari sur l’avenir et notamment sur une agriculture innovante. Une innovation dans laquelle la Chambre d’agriculture s’engouffre volontiers. Elle fait notamment partie du Réseau Régional de l’Innovation, qui vise la création d’une plateforme ressource de toutes les recherches, expérimentations et innovations répertoriés dans la région, ainsi que le renforcement des stations d’expérimentations existantes. Autre projet dans lequel s’inscrit la Chambre au côté d’une vingtaine de structures agricoles et viticoles : l’Appel à Manifestation d’Intérêt  « Territoire Innovation Grande Ambition » (TIGA), dôté d’un budget de 500 M€ sur 10ans. En cours de préparation et de concertation en Nouvelle-Aquitaine, une dizaine de TIGA sera retenu au niveau national d’ici fin 2018. Enfin, innovation encore avec la priorité posée sur le développement des outils numériques et notamment la couverture haut débit de l’ensemble du territoire régional pour laquelle le Conseil régional annonce un plan à 1 Mds €. « C’est une nécessité que je partage. C’est indispensable pour la poursuite de la modernisation de l’agriculture », estime Dominique Graciet.

Etat-généraux de l'Alimentation: " une bonne idée, mais..."Enfin, si on a compris que ce dernier à quelques reproches à faire à l’Etat, aussi d’ailleurs sur les retards pris en matière de création de ressource en eau sur le Bassin Adour-Garonne, le lancement des Etat généraux de l’Alimentation trouve grâce à ses yeux. En la matière il « approuve l’idée », le but étant rappelle-t-il « de relancer la création de valeur et mieux la répartir dans la chaine de production ». Si ces Etat-généraux vont donner lieu à une déclinaison au niveau régional, en partenariat avec la DRAAF, la Région et la Chambre régionale d’agriculture sur le thème global des filières de qualité, un bémol tout de même vient animer le discours du Président Graciet sur l’organisation au plan national. « Sur les 14 ateliers prévus dans le cadre de ces Etat-Généraux, celui qui concerne la rémunération des producteurs est co-présidé par le PDG de Système U et le PDG de Danone… Par le passé, ils  n’ont pas vraiment été exemplaires sur cette question du revenu des producteurs, ils ont su au contraire le baisser ! Le revenu des producteurs est issu de la relation entre industriels et producteurs… C’est fort de café d’exclure les représentants des producteurs à la présidence de ce groupe de travail ! Espérons que le Gouvernement saura rester impartial dans les décisions qui sont en jeux…» Le revenu agricole, encore, toujours et légitimement, au cœur des inquiétudes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
66574
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque

Le vignoble Les Hauts de Talmont, en biodynamie depuis 2011, le long de l'estuaire de la Gironde Agriculture | 04/11/2020

Mois de la Bio : la conversion a le vent en poupe

La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest