Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/19 : Ratification au rabais par l'assemblée nationale du CETA liant l'UE et le Canada : 266 voix pour 213 contre ; abstention de 52 députés LREM et 6 MODEM et 479 suffrages exprimés sur 553 votants.

23/07/19 : Plan canicule, une cellule de crise a été mise en place à l'Hôtel de ville de Poitiers pour porter secours aux personnes en détresse inscrites sur le registre canicule. Pour s'y inscrire et bénéficier de conseils adaptés, un numéro : 0549308075

23/07/19 : En raison de la canicule, la Ville de Bayonne a installé un brumisateur, place de la Liberté, pour rafraichir les promeneurs en ce lieu même où demain mercredi à 22 h sera donné le coup d'envoi de ses célèbres fêtes depuis le balcon de la mairie.

23/07/19 : Vigilance canicule à Agen. La piscine Aquasud est ouverte non-stop tous les jours de 11h à 19h. Des salles rafraîchies sont également ouvertes notamment dans la médiathèque, la résidence La Salève ou encore la Salle des Illustres de la mairie.

23/07/19 : Mémoires & Partages lance un appel à un rassemblement à la mémoire de Mamoudou Barry, ce chercheur en droit à Rouen battu à mort vendredi soir. Ce rassemblement se tiendra jeudi 25 juillet à 18 h 30 sur le Parvis des droits de l'homme à Bordeaux.

23/07/19 : Canicule. EDF a décidé d'arrêter les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne car l'eau de la Garonne qui sert à refroidir les réacteurs est trop chaude.

23/07/19 : Depuis le 19 juillet, au vu des conditions climatiques et de la hausse des températures, les maraudes du SAMU social ont été adaptées dans les rues de Bordeaux et de la métropole pour venir en aide aux personnes sans domicile.

21/07/19 : Canicule:Le département de Gironde active dès ce lundi 22 juillet une cellule de crise et un numéro d'information et d'orientation [05 56 99 66 99] afin d’apporter un soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ainsi qu’aux professionnels.

21/07/19 : La Gironde en alerte canicule ORANGE - niveau 3 - à compter de ce lundi 22 juillet à 6h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Les températures devraient dépasser les 35°C dès demain, les 40°C la journée de mardi et ne pas descendre en dessous de 21°C la nuit

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/07/19 | Haute vigilance sur les lacs de la Touche-Poupard et du Cébron

    Lire

    Les fortes chaleurs ont favorisé le développement de cyanobactéries, des micro-algues, sur les lacs du Cébron et de la Touche-Poupard. Formant un dépôt à la surface, leur décomposition libère des toxines. En plus de l'interdiction de baignade déjà en vigueur, le département des Deux-Sèvres ajoute certaines précautions : les activités nautiques sont autorisées dans des conditions strictes, la consommation du poisson est prohibée et les animaux domestiques sont interdits de baignade.

  • 24/07/19 | Pissos (40) accueille les Rencontre(s) Itinérances Nature

    Lire

    Le Parc Naturel des Landes de Gascogne organise pour la 3ème fois les 21 et 22 septembre les Rencontre(s) Itinérances Nature. Cette manifestation permet de partager une vision du tourisme et de la pratique de loisirs respectueuse de l’environnement. Ces 2 jours d’échanges, de formations, de découvertes, de convivialité et de bien-être seront animés par des gens passionnés désireux de transmettre. Programme et inscription

  • 24/07/19 | Creuse : un hommage à Tolkien en tapisserie

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson a conclu, en 2016, un partenariat avec l'Estate Tolkien Foundation, avec l'aide de l'Union Européenne. L'accord implique la création en quatre ans de treize tapisseries tissées à partir de l'œuvre originale de J.R.R Tolkien, créateur du Seigneur des Anneaux et de Bilbo le Hobbit. A ce jour, cinq des treize panneaux ont été réalisés. La fin des tissages et la présentation de la tenture sont prévus pour le printemps 2021.

  • 24/07/19 | Rendez-vous à Saint-Médard-en-Jalle plage !

    Lire

    Jalle Plage revient cette année les mercredi 24 et jeudi 25 juillet en Bords de Jalle ! Au programme : structures gonflables, jeux d'eau et d'adresse, espace détente et lecture avec la Bibliambule. Mas aussi des séances de sophrologie et de yoga. Le jeudi à partir de 14h « Décide toi Coco » invite à un jeu tous publics où les participants entrent dans un nouvel univers, où un élément du patrimoine alentour est en péril... Pour les sportifs, le Cap 33 tour propose des initiations à de nombreux sports dont course d’orientation, BMX, lutte, hockey sur gazon ou encore pelote basque. Et en soirée : focus sur le fitness !

  • 23/07/19 | Canicule : le niveau 3 du plan déclenché en Dordogne

    Lire

    La Dordogne est en vigilance orange "canicule. Les températures maximales devraient dépasser les 40°C, les températures nocturnes elles, pouvant dépasser les 20° C pendant 3 jours. Entre le mardi 23 et jeudi 25 juillet, les minimales seront de 22° et les maximales de 41,6°. Le préfet a déclenché le niveau 3 alerte canicule qui se traduit par des mesures pour les sans abri avec l'ouverture de places en hébergement d'urgence et des maraudes. Les activités sportives entre 12 h et 20 h sont déconseillées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"

11/01/2018 | La Chambre régionale de Nouvelle-Aquitaine, va entrer dans sa dernière année de mandat. Son président Dominique Graciet ne lâche rien sur ses objectifs de modernisation de l'agriculture

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!''

En ce début d'année 2018, Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine affiche son ambition de consolider le budget de l'agriculture régionale. Il vise les 100 M€. Un cap, une enveloppe nécessaire pour poursuivre la transformation et la modernisation de l'agriculture régionale dont, tout comme à l'échelle nationale, « le principal facteur limitant reste la faiblesse des revenus ». Un sujet de forte inquiétude pour celui qui est éleveur laitier dans le sud des Landes, et dont la filière est particulièrement symptomatique du sujet. Un sujet des revenus agricoles qui a été, selon lui, le grand malentendu des récents Etats Généraux de l'Alimentation.

« Sur les Etats-Généraux de l'alimentation, le Gouvernement a été très adroit... Les agriculteurs auraient voulu traduire Etats-Généraux des revenus de la production agricole. Parce que c'est ça le facteur très limitant de l'agriculture pour son adaptation aux attentes sociétales. Il faut redonner du souffle aux exploitations et aux entreprises agricoles, sans ça les conclusions des Etats-Généraux de l'Alimentation sont une charge inopérable. Les agriculteurs n'ont pas assez de revenu pour pouvoir investir dans la transformation de leurs exploitations », alerte le Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Sur le plan national, en dépit des écarts selon les filières, près de la moitié des agriculteurs perçoivent en effet un revenu équivalent ou inférieur au RSA ; dans ces conditions l'effort d'investissement est plus qu'improbable.
Pour autant, Dominique Graciet en est bien convaincu: « il faut que l'agriculture se transforme et elle se transformera pour partie sur les pratiques et sur les investissements ». Au chapitre gouvernemental d'ailleurs, il ajoute : « l'écologie actuellement joue un rôle de censeur. Je rêve qu'ils soient des partenaires. Monsieur Hulot pourrait aider aux investissements pour une transformation environnementale de l'agriculture et de son innovation à long terme ».

100 M€ pour un projet agroalimentaire lisible porteur d'innovations
Au niveau régional, pour que l'agriculture se transforme, l'effort a été fait de consolider le budget agricole. « L'addition des budgets des trois anciennes régions amenait à 55M€, mais l'an dernier nous étions, grâce à l'oreille attentive du Conseil régional, à plus de 70 M€. Un budget avec lequel nous avons réussi à harmoniser les outils. Ils sont désormais communs et identiques sur tous les territoires et pour toutes les filières de Nouvelle-Aquitaine.  Nous avons désormais des objectifs encore plus importants ! ». Entre les crises, les 216 signes de qualités et au moins autant de filières qui cohabitent sur la grande région, « c'est un puzzle illisible. Il faut donner de la lisibilité au projet agroa-limentaire régional. »
Pour ce faire, 4 axes sont proposés par la Chambre à ses partenaires dont en premier lieu la Région. D'abord, « un plan protéine », dont l'objectif est de parvenir à une plus grande autonomie alimentaire des élevages, et donc une baisse des coûts sur l'alimentation, tout en augmentant le niveau de qualité et de traçabilité. Le deuxième axe porte sur un « plan agriculture et climat ». L'idée est de pouvoir mettre en place une vraie source de revenus complémentaires grâce aux énergies renouvelables. Troisième axe : « un plan agriculture et environnement », qui vise à la réduction des intrants et au développement de techniques plus propres. Un aspect déjà pris en compte par le jeune Réseau Régional de l'Innovation, qui réunit depuis début 2016 les acteurs de la recherche du développement et de l’innovation, et qui compte déjà un beau succès à son palmarès, puisque c'est en son sein que s'est initié le projet de Territoire d’Innovation de Grande Ambition porté par le Conseil Régional sur la réduction de produits phytosanitaires. Un projet validé ces jours-ci au niveau national, ouvrant droit pour sa mise en œuvre, à un financement de 500M€ sur 10 ans.
Enfin, le 4ème axe, qui est de l'ordre des moyens, est de parvenir à un budget de 100 M€ pour permettre cette modernisation de l'agriculture. « Notre responsabilité est d'ordonner les projets agricoles et de les défendre auprès des financeurs », rappelle Dominique Graciet. Outre la Région et l'Etat, la Chambre régionale d'agriculture espère aussi pouvoir obtenir des financements nouveaux au niveau du FEADER, même si ce fonds met en concurrence différents secteurs économiques. « Mais l'innovation doit aussi porter sur les modes de financement, il faut donc expertiser toutes les différentes formes de financement que ce soit sur le foncier, sur l'installation d'ateliers spécialisés, etc. », précise le président.

Pour une "vraie stratégie d'export"
Enfin, à l'occasion de cette rencontre avec la presse, Dominque Graciet a fait part de son sentiment de l'urgence de mettre en place une « vraie stratégie d'export ». « Il faut des Siqo, il faut savoir faire du local ; s'il est bien fait c'est une manière de rétablir le lien entre l'acte de production et le citoyen. Mais il faut aussi savoir faire de l'international. Un bon export est une condition de survie pour énormément de filières : le Bordeaux, l'élevage... C'est un facteur d'équilibre de marché. On est en train de passer à côté du grand export; la France n'est pas assez présente. Les pays de l'Est sont là, la La Russie par exemple, s'est transformée depuis l'embargo ukrainien, elle a complètement basculé sa balance commerciale. » Le président de la Chambre d'agriculture en appelle à une véritable « prise de conscience ». « Il faut une stratégie, pas un export d'opportunité selon la qualité ou les quantités des récoltes. Ça veut dire aussi qu'il faut un changement de mentalité : se poser la question des besoins des clients et ne pas consacrer à l'international ce qui ne trouve pas preneur sur le marché national !», s'agace-t-il. A bon entendeur...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8641
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr