Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dordogne : en pleine crise laitière, le Gaec Rhéa 66 parie sur l'avenir

28/04/2016 | A 23 ans, Florent Claudel a rejoint l'exploitation laitière de son oncle et sa tante, Patrick et Sandrine Gaillard à Montagnac-la Crempse avec de nouveaux projets.

Florent Claudel, à gauche, a rejoint l'exploitation laitière de son oncle et sa tante

Passionné d'élevage depuis son plus jeune âge, Florent Claudel est installé comme jeune agriculteur depuis le 1er août. Il est désormais associé de son oncle et sa tante, Patrick et Sandrine Gaillard, exploitants laitiers à Montagnac la Crempse (24). Cette installation donne un nouveau souffle à l'activité. Une petite partie du lait produit sur l'exploitation est désormais transformée en yaourts qui sont commercialisés en circuits courts. Le Gaec a investi 130 000 € dans un laboratoire aux normes européennes et Sandrine Gaillard espère d'ici un an ou deux atteindre 4000 yaourts par semaine.

Florent Claudel n'est pas fils d'agriculteur. Mais depuis son plus jeune âge, il est passionné par l'élevage. Cette passion le conduit à poursuivre des études agricoles, un baccalauréat professionnel et un BTS obtenus au lycée agricole de Coulouniers-Chamiers. Puis il intègre le service de remplacement départemental en tant que salarié. Il travaille principalement sur deux exploitations laitières dont celle de son oncle et sa tante Patrick et Sandrine Gaillard, à Montagnac la Crempse.  "Le lait, cela a toujours été une évidence, malgré la crise et les cessations laitières. je crois encore à l'avenir de cette production," souligne le jeune homme qui est très investi dans le syndicat  départemental prim'Hosltein. 
Assez rapidement, Florent fait part à son oncle et sa tante du désir de s'installer. L'exploitation laitière de Sandrine et de Patrick compte alors 70 vaches et 112 hectares de SAU pour une production laitière de 525 000 litres livrés à Fromarsac et une production de chataignes sur 4 ha mais actuellement sinistrés  par le Cynips. C'est une exploitation dédiée à l'activité laitière où les investissements sont réguliers et dont les objectifs sont d'assurer le confort et la performance du troupeau, notamment au niveau génétique. 

Augmenter le cheptel et le foncier

"Très vite, nous avons estimé que l'arrivée de Florent pouvait donner un nouveau souffle à notre activité. Mais cela impliquait inévitablement d'augmenter le foncier d'une vingtaine d'hectares et la production de lait. Il fallait aussi augmenter le cheptel d'une dizaine de têtes, précise Sandrine Gaillard. " Nous pensions alors qu'avec un prix du lait autour de 320 euros les 1000 litres, l'augmentation de la production laitière devait permettre de sortir un troisième salaire. Pour nous, il était important de conserver le même niveau de revenus, nous avons encore trois enfants à charge, précise Patrick.
Mais c'était sans compter sans une nouvelle chute des prix du lait. Patrick et Sandrine Gaillard et Florent vont retravailler ensemble le dossier d'installation avec la Chambre d'agriculture, l'organisme de gestion. Sandrine a un vieux projet qui lui tient à coeur, utiliser le surplus du lait produit sur la ferme et le transformer en yaourts, tout en continuant à livrer le même volume à la laiterie. "Mon idée  de départ est de fournir les petites collectivités, notamment les cantines scolaires, et non pas la vente en directe à la ferme ou sur les marchés." Grace à cette  diversification, le dossier de Florent aboutit. Malgré le lien de parenté, il est considéré comme un hors cadre familial. D'un point de vue juridique, c'est la forme sociétaire qui est retenue. Ainsi le Gaec Rhéa 66 voit le jour avec une SAU de 132 ha et un cheptel augmenté à 80 têtes. Sandrine, qui exerce de nombreuses responsabilités professionnelles, prendra en charge la production de yaourts et la commercialisation, Patrick et Florent, la conduite du troupeau.

Premiers yaourts commercialisés

Les yaourts sont commercialisés sous la marque le Petit GaillardLe Gaec investit 130 000  euros dans un laboratoire agréé aux normes européennes, pour pouvoir livrer les petites collectivités. Cet investissement devrait être subventionné à hauteur de 40 % dans la limite de 120 000 euros, par le conseil régional. Le prévisionnel prévoit qu'au bout d'un an à deux ans d'activité, la production de yaourts atteindra  de 2 à 4000  par semaine, pour une valorisation à deux euros le litre. Les premiers yaourts nature et à la vanille sont commercialisés depuis une dizaine de jours à la ferme et dans quelques épiceries du secteur. Un souci de santé contraint Sandrine à moins produire pour l'instant qu'initialement prévu et aussi à réduire ses responsabilités professionnelles. "Le volume de production de yaourts va augmenter au fil des mois, sur un rythme moins rapide que prévu, en raison de ma santé. J'ai commencé à démarcher les établissements scolaires.  Le point positif est que notre P'tit Gaillard plait beaucoup en terme de goût. L'arrivée de Florent sur l'exploitation est une vraie bouffée d'oxygène. Son installation nous permet de voir l'avenir avec un certain optimisme." En 2015, il y a eu en Dordogne deux installations de jeunes agriculteurs en production laitière alors que les cessations laitières ne cessent de progresser. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
28449
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr