Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/04/19 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour travaux dans la nuit du 24 au 25 avril entre les échangeurs 2 et 4 ainsi que les échangeurs 4 et 5 et dans la nuit du 25 au 26 avril entre les échangeurs 4 et 4a en intérieur et 5 et 4 en extérieur.

23/04/19 : Après Jo-Wilfried Tsonga, ex n°1 français et ex n°5 mondial, Lucas Pouille 32ème joueur mondial, n°10 en 2018, vient de confirmer sa participation au tournoi bordelais BNP ParisBas Primrose qui démarre le 29 avril sur les cours de la villa Primrose

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/04/19 | Commerce : la Nouvelle-Aquitaine excédentaire

    Lire

    La balance commerciale régionale a été dévoilée ce mercredi 24 avril. Tandis que la France dégrade son déficit, la Nouvelle-Aquitaine dégage un excédent commercial de 600 millions d'euros. L'analyse des données publiées par la Douane est réalisée l'Observatoire régional des échanges internationaux, co-pilotée par la Région et la Chambre du Commerce et de l'Industrie Nouvelle-Aquitaine. Les trois plus importantes destinations de l'export régional sont les États-Unis, l'Espagne et l'Allemagne. Les 9 553 entreprises exportatrices de la Nouvelle-Aquitaine dont 1 406 sont des primo exportateurs (14,7%) ont réalisé 23,4 milliards d'euros d'exportations en 2018.

  • 24/04/19 | Le Misanthrope à Pau

    Lire

    Dans le cadre de "Théâtre à Pau", le théâtre Saint-Louis accueille les mardi 30 avril et mercredi 1er mai à 20h, deux représentations du Misanthrope de Molière. C'est le comédien Gilles Privat qui va prêter ses traits et sa voix à Alceste avec une mise en scène et une scénographie d'Alain Françon qui introduira lui-même son spectacle une heure avant chaque représentation.

  • 24/04/19 | Bordeaux : un master dédié au luxe !

    Lire

    Le nouveau cursus proposé par l'ESSCA Bordeaux ouvre à partir de septembre. L'école de management a choisi d'ouvrir le master "Luxury Services Management" afin de répondre aux profondes mutation que connaît le secteur. Le Groupe ESSCA a choisi le territoire bordelais en raison de sa forte attractivité économique et de la présence de plusieurs stations balnéaires ou établissements prestigieux. Les inscriptions au concours sont ouvertes jusqu'au 13 mai prochain.

  • 24/04/19 | La LPO et Pessac s'associent pour des Refuges LPO au coeur de la ville

    Lire

    La LPO et la ville de Pessac s'associent dans le cadre de l'Agenda des Solutions Durables pour développer les jardins écologiques au coeur de la ville qui reconnait ainsi la préservation de la nature comme un enjeu prioritaire. Appelés les Refuges LPO, ces terrains publics ou privés accueillent la biodiversité de proximité.

  • 24/04/19 | Ouverture des réservations pour Bordeaux Fête le Fleuve

    Lire

    Du 20 au 23 juin, les quais de la Garonne vont accueillir Bordeaux Fête le Fleuve. Durant ces 4 jours, la majorité des évènements sont gratuits. Néanmoins, pour pouvoir visiter Le Sedov ou Le Kruzenshtern, déguster lors de la Fête des vins blancs ou participer au banquet La Table du Paysage, des réservations sont nécessaires. Pour cela, rendez-vous à l’Office du Tourisme ou sur leur site internet

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Dordogne : en pleine crise laitière, le Gaec Rhéa 66 parie sur l'avenir

28/04/2016 | A 23 ans, Florent Claudel a rejoint l'exploitation laitière de son oncle et sa tante, Patrick et Sandrine Gaillard à Montagnac-la Crempse avec de nouveaux projets.

Florent Claudel, à gauche, a rejoint l'exploitation laitière de son oncle et sa tante

Passionné d'élevage depuis son plus jeune âge, Florent Claudel est installé comme jeune agriculteur depuis le 1er août. Il est désormais associé de son oncle et sa tante, Patrick et Sandrine Gaillard, exploitants laitiers à Montagnac la Crempse (24). Cette installation donne un nouveau souffle à l'activité. Une petite partie du lait produit sur l'exploitation est désormais transformée en yaourts qui sont commercialisés en circuits courts. Le Gaec a investi 130 000 € dans un laboratoire aux normes européennes et Sandrine Gaillard espère d'ici un an ou deux atteindre 4000 yaourts par semaine.

Florent Claudel n'est pas fils d'agriculteur. Mais depuis son plus jeune âge, il est passionné par l'élevage. Cette passion le conduit à poursuivre des études agricoles, un baccalauréat professionnel et un BTS obtenus au lycée agricole de Coulouniers-Chamiers. Puis il intègre le service de remplacement départemental en tant que salarié. Il travaille principalement sur deux exploitations laitières dont celle de son oncle et sa tante Patrick et Sandrine Gaillard, à Montagnac la Crempse.  "Le lait, cela a toujours été une évidence, malgré la crise et les cessations laitières. je crois encore à l'avenir de cette production," souligne le jeune homme qui est très investi dans le syndicat  départemental prim'Hosltein. 
Assez rapidement, Florent fait part à son oncle et sa tante du désir de s'installer. L'exploitation laitière de Sandrine et de Patrick compte alors 70 vaches et 112 hectares de SAU pour une production laitière de 525 000 litres livrés à Fromarsac et une production de chataignes sur 4 ha mais actuellement sinistrés  par le Cynips. C'est une exploitation dédiée à l'activité laitière où les investissements sont réguliers et dont les objectifs sont d'assurer le confort et la performance du troupeau, notamment au niveau génétique. 

Augmenter le cheptel et le foncier

"Très vite, nous avons estimé que l'arrivée de Florent pouvait donner un nouveau souffle à notre activité. Mais cela impliquait inévitablement d'augmenter le foncier d'une vingtaine d'hectares et la production de lait. Il fallait aussi augmenter le cheptel d'une dizaine de têtes, précise Sandrine Gaillard. " Nous pensions alors qu'avec un prix du lait autour de 320 euros les 1000 litres, l'augmentation de la production laitière devait permettre de sortir un troisième salaire. Pour nous, il était important de conserver le même niveau de revenus, nous avons encore trois enfants à charge, précise Patrick.
Mais c'était sans compter sans une nouvelle chute des prix du lait. Patrick et Sandrine Gaillard et Florent vont retravailler ensemble le dossier d'installation avec la Chambre d'agriculture, l'organisme de gestion. Sandrine a un vieux projet qui lui tient à coeur, utiliser le surplus du lait produit sur la ferme et le transformer en yaourts, tout en continuant à livrer le même volume à la laiterie. "Mon idée  de départ est de fournir les petites collectivités, notamment les cantines scolaires, et non pas la vente en directe à la ferme ou sur les marchés." Grace à cette  diversification, le dossier de Florent aboutit. Malgré le lien de parenté, il est considéré comme un hors cadre familial. D'un point de vue juridique, c'est la forme sociétaire qui est retenue. Ainsi le Gaec Rhéa 66 voit le jour avec une SAU de 132 ha et un cheptel augmenté à 80 têtes. Sandrine, qui exerce de nombreuses responsabilités professionnelles, prendra en charge la production de yaourts et la commercialisation, Patrick et Florent, la conduite du troupeau.

Premiers yaourts commercialisés

Les yaourts sont commercialisés sous la marque le Petit GaillardLe Gaec investit 130 000  euros dans un laboratoire agréé aux normes européennes, pour pouvoir livrer les petites collectivités. Cet investissement devrait être subventionné à hauteur de 40 % dans la limite de 120 000 euros, par le conseil régional. Le prévisionnel prévoit qu'au bout d'un an à deux ans d'activité, la production de yaourts atteindra  de 2 à 4000  par semaine, pour une valorisation à deux euros le litre. Les premiers yaourts nature et à la vanille sont commercialisés depuis une dizaine de jours à la ferme et dans quelques épiceries du secteur. Un souci de santé contraint Sandrine à moins produire pour l'instant qu'initialement prévu et aussi à réduire ses responsabilités professionnelles. "Le volume de production de yaourts va augmenter au fil des mois, sur un rythme moins rapide que prévu, en raison de ma santé. J'ai commencé à démarcher les établissements scolaires.  Le point positif est que notre P'tit Gaillard plait beaucoup en terme de goût. L'arrivée de Florent sur l'exploitation est une vraie bouffée d'oxygène. Son installation nous permet de voir l'avenir avec un certain optimisme." En 2015, il y a eu en Dordogne deux installations de jeunes agriculteurs en production laitière alors que les cessations laitières ne cessent de progresser. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
28993
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr