Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Du spectacle à l'élevage de moutons et de poules en Val d'Issoire (87)

04/05/2018 | Ismaël Guimbretière s'est installé jeune agriculteur au hameau d'Embrosse à Bussière Boffy (87). Il vend en directe du poulet de chair prêt à cuire et des œufs.

1

Son rêve d'enfant était de devenir agriculteur, bien que n'étant pas fils d'exploitant. A 30 ans, Ismaël Guimbretière a réalisé son rêve en rachetant les bâtiments du hameau d'Embrosse à Bussière Boffy (87) et une partie du foncier. Un an après son installation, il a deux productions : un atelier de volailles de chair (poulets et pintades) qu'il commercialise en vente directe et une production d'ovins viande qui part en coopérative. A terme, il souhaite vendre ses deux productions directement aux consommateurs pour donner à son travail la meilleure valeur ajoutée et rester maître du prix.

A 30 ans, Ismaël Guimbretière a réalisé son rêve de devenir agriculteur. Il s'est installé à Bussière Boffy  (87) le 25 mai 2017. En un an, le jeune homme mesure le chemin parcouru et l'ampleur de la tâche qu'il lui reste à accomplir pour mener à bien son projet : celui d'une vie. "Je suis originaire du Périgord noir, de Sarlat. Je suis un homme de la campagne et j'ai toujours côtôyé le milieu agricole par des voisins, des amis. Mes parents ne sont pas de ce milieu : mon père était menuisier." Avant de s'installer, Ismaël Guimbetière a exercé bon nombre de contrats en intérim, dans le bâtiment, les travaux publics et en parallèle, il a aussi été longtemps intermittent du spectacle, puis conducteur d'engins.
"J'ai toujours eu envie de faire ce métier." Pendant plusieurs années, Ismaël Guimbretière ne sent pas prêt à investir dans un tel projet, sans apport, sans foncier. Il a un déclic lorsqu'une entreprise de travaux publics prévoit de l'embaucher mais le contrat ne se concrétise pas. "J'avais pas encore 30 ans, et je me suis dit, c'est maintenant où jamais. J'ai repris des études, au Centre de formation agricole de Bellac (87), et j'ai passé un BPREA, pour m'installer." De nombreuses personnes de mon entourage, des voisins amis, et agriculteurs me dissuadent de faire du mouton. Ils me disent "on ne gagne pas assez et pour beaucoup de travail. La production ovine jouit encore d'une mauvaise image dans le secteur."

Ismaël Guimbretière vend ses poulets et pintades élevées en plein air en direct

Au départ, il envisage d'avoir un petit atelier de volailles de chair en  vente directe et une production bovins viande. "Je me suis vite rendu compte qu'une installation en bovins viande impliquait des capitaux trop importants et beaucoup de terres  que j'avais peu de chances d'obtenir, dans le cas d'une installation hors cadre famiiial. L'accès au foncier était un point essentiel, il est de plus en plus difficile à trouver."  Aidé par la chambre d'agriculture de la Haute-Vienne, le  jeune homme murit son projet et opte au final pour une production de volailles de chair en vente directe en atelier principal et une production d'ovins viande en complément. Au cours de l'été 2016, Ismaël trouve une première exploitation qui se trouve en liquidation judiciaire à quelques kilomètres de là, mais le projet d'installation n'aboutira pas. Il perdra six mois de démarches  administratives, mais ce temps lui servira à préparer financièrement son projet. Ismaël, qui réside dans le secteur depuis plusieurs années, apprend  par un ami qu'une vieille ferme et dont l'activité agricole est arrêtée depuis 7 ans, est à vendre. Les bâtiments sont en bon état dans l'ensemble et notamment une vieille bergerie. Certaines terres ne sont plus exploitées depuis des années et considérées en friches. "La principale difficulté est que dans ce hameau, les bâtiments et les terres appartenaient à deux propriétaires  différents : l'un était vendeur, l'autre non. C'était une ancienne grosse propriété qui avait été divisée en deux avec des parties en indivision à la fois sur le parcellaire et le bâti. C'était assez complexe, les propriétaires se partageaient par exemple une moitié de grange chacun, un non sens."

23 hectares en portage foncier

Après pas mal de tractations, et un soutien sans faille de la Safer Marche du Limousin, Ismaël Guimbretière se porte acquéreur de l'ensemble du hameau. Le futur agriculteur se trouve également en concurrence sur certaines parcelles, avec d'autres exploitants qui souhaitent s'agrandir. Le jeune agriculteur s'installera au final avec 37 hectares de SAU : dont 23 ha font l'objet d'un portage foncier par la Safer. "Je paie à la Safer, un fermage pendant cinq ans, avant d'en devenir propriétaire."  Le hameau compte une maison d'habitation, actuellement louée et qui assure au jeune homme des revenus complémentaires.  Il a bénéficié de 35400 euros de Dotation jeune agriculteur, le plafond. L'acquisition des bâtiments et des parcelles se chiffrent à 237 000 euros. Le jeune agriculteur a emprunté environ 340 000 euros avec un apport personnel de 25 000 euros , pour couvrir l'acquisition, l'achat des matériels et l'acquisition du cheptel ovins et les volailles. Actuellement, il a un cheptel ovin de 180 mères : une partie est 100 % pâturage de race vendéenne  et l'autre moitié du cheptel reste à l'année à la bergerie. La production ovine est commercialisée via une coopérative même si à terme le jeune homme souhaite commercialiser le tout en vente directe. "Cela permet de sécuriser le démarrage d'activité et cela rassure surtout la banque, car je suis lié par contrat et engagé sur un certain volume. Sur l'atelier volailles, il table sur une production de 4200 poulets par an et quelques centaines de pintades. Les poulets et pintades bénéficient de jolis parcours plein air.

Etre autonome rapidement

"Je vends des oeufs, des poulets et quelques pintades prêts à cuir en vente directe. je vends sur la ferme le week-end à partir du vendredi après midi. je travaille pas mal avec les comités d'entreprises du secteur. je suis assez optimiste de mon démarrage d'activité.  Le jeune agriculteur a embauché une salariée à 20 heures par semaine qui m'aide à tuer les volailles et à la commercialisation. Il ne souhaite pas travailler sous cahier des charges label ou bio. Il a cultivé au cours de la première année 16 ha de céréales qui servent exclusivement  à nourrir les animaux : moutons et volailles. Son objectif est d'être rapidement le plus autonome possible dans son fonctionnement et récupérer les marges que se font les intermédiaires.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12689
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr