18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/05/22 | 36 Ukrainiens accueillis à Bayonne

    Lire

    Mardi 17 mai, un bus de 36 déplacés d’Ukraine est arrivé à Bayonne, en provenance de Paris. Logés au lycée Louis de Foix, à Bayonne, ils s’ajoutent aux 782 déplacés d’Ukraine déjà en Pyrénées-Atlantiques, dont 288 enfants. Ils bénéficient d'une autorisation de séjour, d'une complémentaire santé et possibilité de travailler et de demander l’allocation pour demandeurs d’asile. Les enfants sont accueillis dans les établissements publics et privés et tous bénéficient d’un accompagnement social par l’association Atherbea.

  • 18/05/22 | La Maison Barthouil agrandit son espace de visite

    Lire

    A Peyrehorade dans les Landes, la Maison Barthouil est spécialisée dans la production artisanale de saumons fumés et de foie gras. Labellisée « Entreprise Patrimoine Vivant » en 2021, elle souhaite agrandir et rénover son espace de visite. Grâce au rachat de la parcelle attenante aux ateliers de production, l'espace de visite pourra accueillir à la fin de l'été trois fois plus de visiteurs. Le futur espace de visite vise la labellisation « Tourisme et Handicap ».

  • 18/05/22 | 32 actions pour le Parc Naturel Régional Millevaches

    Lire

    Le Parc Naturel Régional Millevaches en Limousin propose pour cette année 2022, 32 actions portant sur l'amélioration des connaissances naturalistes et de la biodiversité du territoire, la valorisation et la diffusion de la culture occitane. Elle souhaite également développer une agriculture et une alimentation durable. Ce programme d'actions 2022 s'accompagnera aussi de missions d'animation ainsi qu'une promotion du tourisme durable.

  • 18/05/22 | Influenza aviaire : un 2nd foyer en Charente

    Lire

    Un 2nd foyer d'influenza aviaire vient d'être révélé dans un élevage de canards de Laprade en Charente. Une zone de protection de 3km autour du foyer ainsi qu'une zone de surveillance de 10km ont été mises en place tout comme la désinfection de l'exploitation. Afin de prévenir une éventuelle diffusion du virus, l'exploitation a été dépeuplée.

  • 17/05/22 | Pays Basque : un projet structurant pour la filière ovin viande

    Lire

    La coopérative Amatik dans le Pays Basque, rassemble 75 éleveurs ovins races laitières et en race viande. Afin de mutualiser et sécuriser les circuits logistiques amont et aval des animaux, elle va créer un centre de rassemblement et d'engraissement sur un même site. Objectif: plus d'attractivité pour la filière viande par le retour de la valeur ajoutée aux éleveurs, le développement de l’approvisionnement des boucheries traditionnelles locales ainsi que la valorisation de la production des agneaux de lait sous label rouge fermier. Un projet soutenu par le Conseil régional à hauteur de 116 706 €

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview: Franck Dubourdieu, le vin bio avance-t-il vraiment ?

19/04/2018 | Après les remous provoqués par les enquêtes successives sur l'usage des pesticides dans le vignoble bordelais, retour avec Franck Dubourdieu sur la lente transition des viticulteurs vers le bio

1

Dans le vignoble bordelais Franck Dubourdieu occupe une place à part, et pas seulement parce qu'il porte un nom de famille indissociable de l'école oenologique girondine et de la qualité des vins. On lui doit entre autres un ouvrage sur "les grands Bordeaux" qui, à défaut de toujours faire l'unanimité, ne doit pas aux modes passagères fusent-elles importées d'Amérique. Mais ce n'est pas tout: depuis de nombreuses années le médecin qu'il fût, averti des dangers sous estimés des pesticides, s'est mis à l'écoute de la biodynamie et a accompagné le mouvement en faveur de la viticulture bio, et pas seulement en bordelais. Ce passage du conventionnel au bio qui avance lentement mais qui est de mieux en mieux maîtrisé par ceux qui ont fait ce choix. Son regard exigeant nous a semblé au moins aussi utile que les enquêtes à charge.

@qui.fr - Le 5 avril dernier, le Château Angélus, premier grand cru classé en Saint-Émilion, a annoncé son intention de convertir ses 42 hectares de vignobles au bio. Cette initiative n'est pas isolée : les Latour, Margaux et Climens sont parmi les exemples (prestigieux) de ces viticulteurs locaux opérant un récent "retour à la terre", au moment où la tempête provoquée par les reportages sur les pesticides s'est un peu calmée. Pensez-vous que ces initiatives de premier plan pourraient pousser l'orientation de ces pratiques à la hausse ?

Franck Dubourdieu - C'est une étape... Les premiers bio sont arrivés sans certification. Les gens les ont pris pour des fous. Il faut dire qu'ils n'étaient pas comme les autres pour abandonner la filière classique, se mettre en marge et faire autre chose. Jusqu'il y a cinq ans, on les traitait même de doux rêveurs, alors que c'est plutôt l'inverse…(...) Le bio en France n'est absolument pas l'œuvre des grands crus, c'est l'oeuvre de pionniers qui ont pris conscience du danger des pesticides avant tout, sans pour autant le voir partout. Conscients de l'épidémiologie, ils ont décidé de faire autrement. Même si c'était, pour la plupart de petits producteurs, ils y ont en même temps vu une manière de vendre différemment. Reste qu'ils ont réussi à s'adapter, même en vendant leur vin à trois ou quatre euros en bouteille. Malgré l'exemple Bourguignon ou, très tôt, les plus grands sont passés en bio, ce n'est pas pour ça que la Bourgogne a avancé plus vite. C'est pourtant triste que les grands crus se sentent aujourd'hui obligés d'y aller alors qu'ils en ont les moyens. On sait que Latour y arrive, mais c'est parce que la société civile a tellement poussé, en France comme ailleurs, qu'ils y sont forcés. Ils l'annoncent à l'avance; c'est un coup de pub, mais il y a quand même le risque de perdre encore plus gros que les petits. Ils ont des engagements à hauteur de leurs revenus, le risque qu'ils prennent à leur échelle est le même que les petits viticulteurs. Tout est bon pour faire avancer le navire, mais ce dernier avance tout doucement.  

@qui.fr - Au mois de mars, un premier pas politique a été fait lorsque les responsables du CIVB ont invité, dans une réunion de travail, deux farouches militantes anti-pesticides. En dehors du symbole, le nouveau Président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, Allan Sichel, semble être resté sur la même ligne, en déclarant lors de cette réunion que le bio était "un itinéraire tenable, mais pas le seul", tout en réaffirmant que sa "position ne sera pas de convertir l'ensemble du vignoble au bio", et ce malgré la prise de plusieurs mesures agroenvironnementales importantes en 2017. Même si le "navire avance", tout le monde rame-t-il dans le même sens ? 

F.D - S'il n'y a pas suffisamment d'impulsion professionnelle, ça va être compliqué. Ce dont je me rends compte, c'est que grâce à Mr Sichel, les nombreuses associations en faveur de l'arrêt des pesticides sont rentrées en rapport et ont été invitées à des tables rondes au CIVB, ce qui est tout à fait nouveau. Le mot "bio", qui était exclu et combattu, est réutilisé alors même qu'à Bordeaux cela ne représente que 7% de la surface agricole utile, même si certains sont en train de se transformer.

Reste que les organisations bio font un vrai travail. Quand le viticulteur les contacte, elles ont tout ce qu'il faut pour aider à la transition, mais c'est assez insuffisant puisqu'on progresse peu. Dans le budget annuel du CIVB (37 millions d'euros), quasiment 20 millions sont dédiés au marketing et à la communication (en 2018 et 2019, le CIVB a réduit la voilure : un budget en baisse de 20% mais toujours 17 millions d'euros dédiés au marketing). Évidemment, Bordeaux porte la parole dans tous les pays du Monde, mais quand Le Monde fait un dossier entier sur les pesticides où Bordeaux en prend plein la gueule et que les émissions à charge sur les pesticides montrent toujours Bordeaux du doigt, on perd déjà énormément d'argent. Si une petite partie du budget était mis sur l'accompagnement de la transition, on pourrait le faire progresser. Le seul témoignage d'une non-utilisation de produits dangereux, c'est la certification. Je ne sais pas si cette démarche de conseil et de financement se fera, parce que selon eux, ce n'est pas dans les statuts d'aider plus un type de vigneron qu'un autre. Sauf que ce n'est pas un type de vignerons, c'est une question de santé publique. Toutes les mesures prises que vous citez, c'est déjà fait, mais ce n'est pas suffisant. Ce que les associations demandent, c'est qu'ils aident à l'arrêt total de l'utilisation des produits dangereux. C'est bien de prendre des mesures, mais la vraie mesure à prendre, c'est celle visant à aider les viticulteurs à changer de paradigme. 

@qui.fr - Concernant, justement, l'utilisation des pesticides dans la vignoble bordelais, la dernière enquête d'UFC Que Choisir datant de décembre 2017 le soulignait déjà : en quatre ans, la présence de pesticides dans les bouteilles de grands crus a été divisée par trois en moyenne, même si l'association de consommateur soulignait que des progrès restaient encore à faire. Le CIVB (encore lui), a, lors de son bilan de l'année 2016, tenu à Paris à la mi-mars, donné quelques chiffres plutôt encourageants, en précisant notamment que le niveau de vente des produits CMR-Cancérigènes Mutagènes Reprotoxiques (850 tonnes en 2016 contre 1800 en 2014) avait sensiblement baissé en trois ans, de même que les ventes d'herbicides (-35% entre 2015 et 2017). L'organisme allait même plus loin, en précisant que 55% du vignoble bordelais était "engagé dans une démarche environnementale". De votre point de vue, ces perspectives sont-elles réellement encourageantes ?

F.D - Comment vérifier ces chiffres ? La seule manière de vérifier, c'est la certification, encore une fois. Des tas de produits sont à la limite d'être des CMR et on ne les a pas mis dans la liste. Ces chiffres sont possibles, mais si du jour au lendemain on peut supprimer la moitié des CMR, pourquoi ne pas les supprimer totalement ? Pour valoriser davantage le passage au bio, il faut montrer ceux qui réussissent et qui, en plus, font des grands vins. Des chercheurs de l'INRA ont déjà démontré que les parcelles non désherbées de céréales, en particulier de maïs, ne produisaient pas moins que celles qui étaient désherbées.

@qui.fr - Et le goût qu'en est-il selon vous? Le vin bio a été longtemps pointé du doigt pour son manque de qualité?..

F. D - Le vin bio est souvent meilleur au goût que s'il ne l'était pas. Statistiquement, cependant, il vaut toujours mieux prendre un vin conventionnel mais on arrive à un stade où les chances de mauvais vins sont à peu près moitié/moitié. Indépendamment du goût, il est démontré que les vignes poussent mieux. Le spécialiste des maladies dégénératives François Dal a constaté qu'il y avait beaucoup moins, voire pas de maladies dégénératives dans les vignes qui sont en bio depuis dix ou quinze ans. Cela dit, elles produisent moins. Ces produits, qui stimulent la vigueur, sont des molécules azotées dont la majorité sont systémiques. Ça veut dire qu'elles traversent la cuticule de la plante et vont circuler dans la sève pour perfuser cette plante, même si son énergie va surtout sur les feuilles et moins sur le raisin. La maturité est retardée puisque pour qu'elle avance, il faut que la croissance végétative s'arrête (ce qu'on appelle le stress hydrique du mois d'août). En bio, on ne fait pas toutes ces prestations viticoles que les vieux vignerons ne voulaient pas faire parce qu'ils considéraient que c'était contre-nature. Les plants ont une croissance normale et il n'y a pas d'obligation de supprimer des promesses de récoltes - vendanges vertes - avec les deux corollaires suivants : précocité et richesse du raisin. Ils sont plus riches en acidité mais ils peuvent aussi être plus riches en alcool et, enfin, ils présentent une plus grande pureté aromatique parce que les résidus de pesticides qui sont tous à base de chlore, amènent des déviants, surtout quand la vendange est ramassée à la machine. Une partie des pesticides tombent durant la fermentation, mais les déviations aromatiques dues aux pesticides sont connues. 

Et ce ne sont pas les cépages résistants (un exemple récent a été donné par l'Inra au dernier Salon de l'Agriculture) qui vont nous faire sortir des pesticides. On ne peut pas remplacer plusieurs siècles de sélection vers la qualité des vins que nous avons par des cépages résistants. Il faut garder les nôtres mais les cultiver différemment. À Bordeaux, on trouve un vigneron qui a planté un cépage résistant, "Métissage" qui n'est pas dans le cahier des charges. D'entrée, il a été sélectionné à la Cité du Vin et il est vendu entre huit et neuf euros. Ce n'est pas du Pomerol, mais ça reste très bon. Le Ministre Stéphane Travert a dit qu'il ferait tout son possible pour que les vendeurs de produits chimiques ne soient plus ceux qui conseillent les agriculteurs et leur vendent des produits. Je ne sais pas vraiment comment il va faire pour changer ça… La guerre à faire, c'est celle contre l'agrochimie. Lors d'une dernière réunion, le CIVB a demandé aux sociétés agrochimiques de vendre des produits moins dangereux… On marche un peu sur la tête ! Le ravageur principal de la viticulture, c'est le mildiou même s'il y a d'autres maladies, or il s'avère que la mutation permanente du génome du mildiou fait qu'on supprime des CMR parce qu'elles sont inefficaces, mais on en fabrique d'autres qui, tous les ans, sont homologuées…. Il faut montrer davantage les bonnes initiatives, ce que n'a pas fait le documentaire de Cash Investigation qui était à charge. Il ne faut pas avoir peur qu'on vous le reproche politiquement. Tout est en train de changer. C'est comme un grand bateau qui avance, il y a plein d'éléments pour arriver à ce que les produits agricoles soient plus sains. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
16131
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
G Latournerie une Agriculture | 18/05/2022

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Paul Jabouille s’est installé en GAEC avec son père à Chasseneuil-sur-Bonnieure l’an dernier. Agriculture | 17/05/2022

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Teddy Gauvin est éleveur de vaches de race Limousine. A son installation, il a opté pour le Label Rouge Agriculture | 16/05/2022

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux ! Agriculture | 13/05/2022

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux !

Théoline Mathez s’est installée en bio en GAEC avec ses parents pour élever des brebis laitières. Agriculture | 12/05/2022

Installation-Transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne Agriculture | 10/05/2022

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

Martin Roquecave s'est installé sur l'exploitation familiale en 2021. La production principale est la fraise du Périgord IGP. Agriculture | 05/05/2022

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Un an tout juste après son installation, Jean-Baptiste Bosredon peaufine son modèle de production de veaux la mère, la qualité comme critère principal Agriculture | 03/05/2022

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Thomas Dupouy 20 ans installé à Pontonx-sur-l'Adour Agriculture | 29/04/2022

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) Agriculture | 27/04/2022

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Magali Mandon a chois de se reconvertir dans l’élevage de poulets Label Rouge Agriculture | 26/04/2022

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

La Dordogne a opté pour le dépeuplement préventif comme d'autres départements Agriculture | 21/04/2022

Grippe aviaire en Dordogne : Dépeupler tout en préservant la filière

terra hominis une Agriculture | 20/04/2022

Terra Hominis pulvérise les préjugés sur le vignoble bordelais

Image d'illustration : méteil Agriculture | 19/04/2022

Les lauréats régionaux inspirés et inspirants des Trophées de l'agroécologie

A Bournos, Cédric Brana d'Euralis (à gauche) a accompagné Anne-Laure et Gilles Arramon dans leur projet de plantation d'un verger de kiwis, dans le cadre d'un partenariat entre Euralis et la Scaap Kiwidefrance Agriculture | 15/04/2022

A Bournos, le kiwi grignote (un peu) les surfaces en maïs