20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/22 | Carrefour emploi à Niort

    Lire

    Le jeudi 2 juin, Niort accueille la 6ème édition du Carrefour Emploi Niort-Atlantique. Plus de 1 500 postes et formations seront à pourvoir, avec un accent mis cette année sur les dispositions prises par l'agglomération de Niort pour accueillir des candidats et leur famille dans le cadre de transitions professionnelles. Pour ceux qui ne pourraient se rendre sur le salon, dont l'entrée est libre, les offres sont également disponibles sur la plateforme oui-emploi.fr

  • 25/05/22 | Visites guidées de l’exposition « Oradour-sur-Glane, par Gabriel Godard »

    Lire

    Le Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane propose, du 26 au 29 mai de 15h à 16h, des visites commentées par une guide conférencière de l’exposition temporaire « Oradour-sur-Glane, par Gabriel Godard : un drame, un peintre, une œuvre ». Ces visites auront également lieu chaque samedi et dimanche de juin. Inscriptions : 05.55.430.430 (20 pers. maximum)

  • 25/05/22 | Une maison des entreprises à Royan Atlantique

    Lire

    « Up ! Le Carré des Entrepreneurs » est une maison des entreprises dédiée au développement économique, portée par la Communauté d'agglomération Royan Atlantique (CARA). Elle proposera aux entreprises des solutions d'hébergement de type pépinière et hôtel d'entreprises mais aussi 15 bureaux, 3 salles de réunion notamment. La gestion de la maison des entreprises dont le pilotage et l'animation de la pépinière et de l'hôtel d'entreprise sera assuré par le Pôle Développement et Attractivité Territoriale de la CARA.

  • 24/05/22 | Dordogne : Le schéma départemental en faveur des personnes âgées se prépare

    Lire

    La Dordogne est le 4ème département le plus âgé de France, avec plus d'un tiers de sa population de plus de 60 ans, contre un quart à l'échelle nationale. Cette tranche d'âge devrait représenter 40% de la population périgordine d'ici 10 ans. Fort de ce constat, les travaux du Schéma départemental des personnes âgées 2022-2026 ont été lancés mercredi 18 mai à Périgueux. Objectif: définir les grandes orientations de la politique départementale de l'autonomie pour les 5 ans à venir, sur la base des propositions des professionnels du secteur. Plus d'une centaine étaient présents mercredi.

  • 24/05/22 | Deux-Sèvres : Une maison de santé pluridisciplinaire

    Lire

    La commune de Saint-Aubin-le-Cloud dans les Deux-Sèvres va construire une maison de santé pluridisciplinaire dans son centre-bourg. Le bâtiment disposera d'un cabinet médical pour 2 médecins généralistes, de cabinets pour des infirmiers libéraux, la kinésithérapie et les permanences de professionnels extérieurs. La structure sera également doté d’une salle de réunion pluridisciplinaire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Eau et agricultures, quand l'agroécologie fait ses preuves

25/11/2021 | Le Forum Eau et Agricultures s'est tenu le 18 novembre à l'initiative de l'Agence de l'eau Adour Garonne avec un objectif: objectiver, partager et accélérer la transition agroécologique

Ouverture du Forum ''Eau et Agricultures des destins liés'' par le préfet coordinateur de bassin Etienne Guyot

Si les questions de la gestion quantitative et qualitative de l'eau ne se posent pas qu'à travers le prisme de l'agriculture et de l'agroalimentaire, il n'empêche que le secteur est un incontournable au regard de ces enjeux. Et inversement ; l'eau, en quantité et en qualité, est tout aussi indispensable à la pérennité du secteur. Une dépendance réciproque bien comprise par les acteurs de l'eau, de l'agriculture et plus globalement des territoires du bassin Adour Garonne. Ils sont en effet plus de 800 à avoir participé, en ligne ou en présentiel, au forum « Eau et agricultures » organisé par l'Agence de l'eau Adour Garonne mi novembre. Au cœur des sujets notamment : l'agroécologie et ses possibles. Étude scientifique à l'appui.

En organisant ce forum, la volonté, insiste Alain Rousset, président de l'Agence de l'eau Adour Garonne, était « d'objectiver et de partager ». Partager d'abord, un état des lieux, des besoins ou encore des initiatives diverses menées par des acteurs moteurs en matière de bonnes pratiques de préservation de l'eau. Objectiver aussi, en présentant largement les impacts réels et scientifiquement mesurés des pratiques agroécologiques sur les sols et donc sur le cycle de l'eau.

Il faut dire qu'au regard du contexte rappelé en introduction par le Préfet coordonnateur de bassin Etienne Guyot, reconnaissant volontiers les efforts déjà engagés par les acteurs agricoles, le temps n'est plus aux tergiversations. « Le débit des cours d'eau va diminuer de 20 à 40 % d'ici les 30 prochaines années et le soutien d'étiage sera plus précoce et plus sévère », prévient-il avant d'ajouter « sans stigmatiser aucunement », que la transition agricole est « aussi une pierre angulaire sur la reconquête de la qualité de l'eau. Le Bassin compte 390 captages dégradés par des pollutions diverses dont les nitrates ».



59 exploitations agricoles analysées
Dans ce cadre, et avec objectif,« l'accélération de la transition agricole », rappelle Guillaume Choisy, Directeur général de l'Agence de l'eau Adour Garonne, le forum a donné l'occasion de présenter le projet Bag'ages. Mené par l'Inrae depuis 2016, à la demande de l'Agence de l'Eau, ce projet visait à déterminer si les pratiques agroécologiques peuvent permettre de mieux gérer les flux et la qualité de l’eau, avec une rentabilité économique comparable, voire meilleure, à celle obtenue avec des pratiques conventionnelles. Pour ce faire, l'Inrae et ses partenaires ont durant 5 ans, étudiés 17 sites expérimentaux dont 12 parcelles d’agriculteurs et 59 exploitations agricoles analysées sur les performances technico-économiques.

Une opération dans le temps qui a bel et bien permis de mettre en avant un apport certains de différents leviers agroécologiques tels que la réduction des intrants de synthèse, la limitation du travail du sol, les rotations longues et diversifiées, l’insertion de couverts végétaux ou encore l’agroforesterie. Le tout, note Lionel Alletto, directeur de recherche à l'INRAE, chargé du projet, « en permettant de maintenir voire d'améliorer la performance économique des exploitations agricoles ».

 

Une plus grande disponibilité en eau

Si ces leviers peuvent contribuer à restaurer les fonctions écosystémiques vertueuses des sols, le chercheur précise tout de même que les résultats obtenus peuvent varier d'un sol à l'autre, au regard de leur structuration initiale. En synthèse, plus on part de loin, plus l'amélioration sera mesurable. Autre point que Lionel Alletto souligne en début d'intervention : « les agriculteurs que nous avons observés mettent en œuvre ces pratiques depuis 10, 15 voire 20 ans ». En d'autres termes, c'est bien sur des échelles de temps moyennes à longues que les effets bénéfiques de ces pratiques se mesurent de manière sensible. Autre point important, une formation technique indispensable. Deux raisons supplémentaires sans doute, d'accélérer le mouvement de la transition.

Parmi les constats dressés par les équipes de Lionel Alletto, apparaît d'abord, une meilleure résilience (moins de pertes de rendement) des cultures pluviales grâce à une meilleure dynamique de l’eau dans les sols. Les pratiques agroécologiques permettent une meilleure rétention de l’eau dans les sols. « Sur certains systèmes agroécologiques, la combinaison couverture végétale maximale et diversifiée des sols ajoutée à arrêt du travail du sol a permis d’accroître les capacités de rétention (réservoir utilisable) de l’ordre de 10 à 15%, comparativement à des sols régulièrement travaillés par un labour ». Conséquence de ce meilleur stockage de l’eau dans les sols : « une plus grande disponibilité en eau pour les plantes en période de sécheresse, les sols restituant mieux l’eau sur la durée ».

Et le constat se fait aussi sur les cultures irriguées. Tout en maintenant le rendement, le projet Bag'ages constate ici une économie d'eau d'irrigation : « L’ordre de grandeur est d’environ 20% d’économie d’eau du fait d’un plus grand réservoir et de son meilleur remplissage. Ce dernier point laisse espérer, en complément du levier lié à la diversification des cultures, une pression plus faible sur la ressource en eau en été », note le chercheur.

Lionel Alletto, directeur de recherche chargé du projet Bag'agesLionel Alletto, directeur de recherches à l'Inrae a présenté les conclusions du projet Bag'ages
 
 

Plus de biodiversité, moins de carbone dans l'air
Autre point qu'il souligne, ces pratiques agroécologiques, et particulièrement l'absence de travail profond du sol, augmentent « la diversité et l’abondance des populations de mycorhizes. Ces associations entre champignons microscopiques et racines des plantes permettent une meilleure exploration des racines et donc une meilleure alimentation en eau et en éléments minéraux des plantes, et par là une meilleure résistance de ces plantes au stress hydrique ».

Enfin, les conséquences se mesurent évidemment en termes de qualité de l'eau par le moindre recours aux intrants, mais pas seulement. « Ces pratiques qui ont moins d'impact sur la qualité de l'eau permettent aussi d'aller globalement dans le bon sens en ce qui concerne la capacité de dégradation d'un certain nombre de produits phytosanitaires dans le sol ». Enfin, non travail du sol et couverts végétaux, permettent quant à eux, un meilleur stockage de carbone dans les sols... intéressant en période de réchauffement climatique.

Au-delà des systèmes agricoles, les services de l'agroécologique s'étendent donc bel et bien à la société dans son entier. En effet, outre une logique contribution à la préservation de la biodiversité ou un gain en fertilité des sols, ces pratiques moins contraignantes sur l'environnement dans sa globalité permettent une baisse des coûts liés aux traitements de l’eau potable, ainsi que de diminuer les risques de crues ou coulées de boues notamment.

 

Accompagner les risques de la transition
Pour autant, si l'avantage de ce projet scientifique est bien d'apporter des chiffres et des réalités objectives face parfois à des craintes et des doutes des professionnels, il n'empêche, et c'est aussi ce qui est ressorti de cette journée de colloque, que le monde agricole, attend des outils d'accompagnements techniques et financiers à la hauteur des efforts, voire des risques, pris à basculer les exploitations vers un modèle agroécologique. Une attente aussi sur la traduction de ces efforts en termes de prix consommateurs par exemple... Des inquiétudes bien entendues par les élus et acteurs publics qui évoquent d'ores et déjà plusieurs pistes pour y répondre. Ils citent par exemple des fonds de garantie, le développement de contrats de paiement pour service environnemental rendu,ou pourquoi pas encore un « écoscore » côté prix consommateurs...

Afin de concrétiser les différents élans et nombreuses bonnes intentions entendues tant par les acteurs agricoles et de l'agroalimentaire que par les acteurs de terrain, les élus et les représentants des services de l'Etat, un appel à manifestation d'intérêt va être lancé à compter du 1er décembre par l'Agence de l'eau dans le but de dresser un panorama des engagements pris par les acteurs des filières pour une agriculture résiliente sur les zones les plus vulnérables. Une charte d'engagement viendra ensuite concrétiser l'ensemble de cette démarche positive, le 22 mars 2022, à l'occasion du prochain comité de bassin.


La rediffusion de l'intégralité du forum est à retrouver sur le site de l'Agence de l'eau Adour Garonne

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Capture d'écran Youtube Agence de l'Eau Adour Garonne

Partager sur Facebook
Vu par vous
19724
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
S'installer en production sous label de qualité offre des avantages et présente aussi des contraintes. Mais la conférence organisée dans le cadre de la journée Installation-Transmission, confirme que les efforts fournis par le producteur sont reconnus par Agriculture | 25/05/2022

L'installation sous démarche de label qualité, un ingrédient éthique pour les jeunes agriculteurs

Eleveurs et leurs vaches (dont Pierre Lortholary, éleveur de GAEC la trochoise ) à la vente aux enchères du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, 2022. Agriculture | 25/05/2022

Salon de l’Agriculture : Le retour des spectaculaires enchères

Jérôme Mouret équipe un cheval de trait de la SFET. Agriculture | 24/05/2022

Agriculture : Ecolos et efficaces, les chevaux ont leur place !

Clément Leroux exploite 6ha de vignes dans les fins bois de l’AOC Cognac Agriculture | 24/05/2022

Installation-Transmission : Clément Leroux, tombé à la naissance dans l'eau de vie de cognac

Journée installation transmission 2022 Agriculture | 20/05/2022

Journée Installation Transmission : "Agriculteur, un métier de goût, d'origine et de qualité !"

G Latournerie une Agriculture | 18/05/2022

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Paul Jabouille s’est installé en GAEC avec son père à Chasseneuil-sur-Bonnieure l’an dernier. Agriculture | 17/05/2022

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Teddy Gauvin est éleveur de vaches de race Limousine. A son installation, il a opté pour le Label Rouge Agriculture | 16/05/2022

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux ! Agriculture | 13/05/2022

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux !

Théoline Mathez s’est installée en bio en GAEC avec ses parents pour élever des brebis laitières. Agriculture | 12/05/2022

Installation-Transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne Agriculture | 10/05/2022

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

Martin Roquecave s'est installé sur l'exploitation familiale en 2021. La production principale est la fraise du Périgord IGP. Agriculture | 05/05/2022

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Un an tout juste après son installation, Jean-Baptiste Bosredon peaufine son modèle de production de veaux la mère, la qualité comme critère principal Agriculture | 03/05/2022

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Thomas Dupouy 20 ans installé à Pontonx-sur-l'Adour Agriculture | 29/04/2022

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) Agriculture | 27/04/2022

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage