13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Effluents vinicoles: le travail exemplaire de la CUMA de Saint-Emilion pour le respect de l'environnement

24/04/2011 |

Station de traitement des effluents vinicoles de la Cuma de Saint-Emilion

« La loi sur l'eau, de 1992, interdit de polluer la ressource en eau. Et c'est valable pour tout le monde, y compris pour nous, viticulteurs. » C'est de ce constat, mais aussi surtout de l'entêtement d'un groupe de viticulteurs de Saint-Emilion, qu'est sortie de terre en 2005 la station de traitement des effluents vinicoles à Saint-Christophe, sur l'appellation Saint-Emilion. Parmi ces « entêtés », soucieux de respecter la loi et la nature, Jean-Paul Soucaze, Vice-président de la CUMA de Saint-Emilion revient sur l'histoire mouvementée de ce beau travail collaboratif.

Jusque-là, la pratique, malheureusement encore de mise pour de nombreux viticulteurs, voulait que les effluents vinicoles soient simplement et sans plus de manière rejetés dans la nature. Un vrai souci du point de vue environnemental puisque ces effluents sont les eaux provenant du lavage du matériel utilisé lors de la récolte (bennes et surtout machine à vendanger...), de la mise en bouteille, du lavage des sols, du chai et du détartrage des cuves. Bref, un mélange sympathique de déchets organiques et chimiques, peu recommandables pour la qualité des eaux dans lesquels ils étaient déversés.

"Expliquer et convaincre de l'intérêt du projet"
Face à la complexité et au coût de la mise en place d'une stratégie d'épuration au niveau individuel, l'idée germe, en 2000, dans les têtes d'un groupe de viticulteurs de Saint-Emilion de s'attaquer au problème à plusieurs. L'idée : créer ensemble un système de traitement collectif des effluents vinicoles. « Durant deux ans nous avons organisé de nombreuses réunions pour expliquer et convaincre de l'intérêt du projet, et savoir combien de viticulteurs seraient prêts à nous suivre », explique Jean-Paul Soucaze. C'est donc en 2002, avec environ 180 viticulteurs contributeurs que la Coopérative d'Utilisation de Matériel Agricole (CUMA) de Saint-Emilion, représentation juridique de tous les volontaires, se met en place. « Une fois la Cuma créée, nous avons passé les deux années suivantes à visiter des stations pour étudier les process existants. » Au final, la CUMA optera pour la méthanisation car, si l'investissement de départ est élevé (3 millions d'euros) « ça demande peu de surface et c'est peu gourmand en énergie. Autre avantage, ça produit moins de boue qu'un processus normal. Le besoin en produits de traitement, est donc moindre et au final les coûts d'achat de ces produits sont moins élevés. »
Pourtant, avant de commencer la construction, une autre péripétie s'impose aux viticulteurs : trouver une commune acceptant la construction du bâtiment sur ses terres. « Si au début tout le monde, et les élus les premiers, était d'accord sur le principe d'une station de traitement des effluents, plus personne ne nous a soutenu lorsqu'il a fallu passer du projet papier à la réalisation dans le réel... ». Il faut donc reprendre « le bâton de pèlerin », pour rencontrer les élus et tenter de les convaincre. C'est finalement le Maire de Saint-Christophe qui délivrera un permis de construire pour la CUMA au début de l'année 2005. Objectif à l'époque : que la station soit fonctionnelle pour les vendanges 2005. « C'était un véritable devoir pour nous, se rappelle Jean-Paul Soucaze. D'une part, parce qu'on s'y était engagé auprès des membres de la CUMA et d'autre part, parce que de leur côté ils avaient effectué des travaux sur leur propre exploitation pour stocker les effluents afin qu'ils puissent être collectés pour être apporter à la station. »

"Porter la bonne parole"Station de traitement des effluents vinicoles de la Cuma de Saint-Emilion
Désormais, ils sont 250 viticulteurs à adhérer à la station de Saint-Christophe. Un chiffre qui est loin de satisfaire Jean-Paul Soucaze. « Lors de la dernière campagne, la station a traité 20 000 m3. Elle a la capacité d'en traiter 33 000... ». Le problème c'est que beaucoup refusent de se mettre en règle et continuent de déverser leur effluent dans la nature. Un retard qui s'explique en partie selon Jean-Paul Soucaze par les coûts qui peuvent être engendrés par la réorganisation des chais que l'adhésion à la station de traitement implique. Pourtant si le Vice-président de la CUMA admet que la crise économique « plombe » les chiffres d'affaire, il reste  très amer sur cette situation. D'autant que désormais, « le plus dur du travail a été fait... Nous avons bossé comme des bargeots pendant quatre ans, mais maintenant la station est là, elle existe et elle est disponible. Les viticulteurs n'ont à se soucier de rien puisqu'une entreprise est chargée de la collecte des effluents et une autre du fonctionnement de la station.» Une amertume puisée aussi dans un sentiment d'impuissance face à une situation injuste : « Pendant que nous payons les traitements, d'autres continuent tranquillement leur manège pollueur sans être inquiétés de rien. Nous ne pouvons que porter la bonne parole, nous ne pouvons obliger à rien... Contrairement à la police de l'eau ou à nos élus qui pourraient montrer un peu plus de volonté politique pour que les règles soient respectées...». De quoi être las et finir par se dire « que la loi ne sert pas à grand-chose ...» Pourtant en fin d'entretien, dans un sourire plein de malice, Jean-Paul Soucaze assure quand même qu' « on ne va pas laisser tomber comme ça ! » Au vu du parcours déjà réalisé, on ne peut que le croire.

Solène Méric

Photo: Aqui.fr

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1620
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Morère | 22/04/2011

Bravo pour ce papier objectif et détaillé et qui met en valeur la cheville ouvrière de la réalisation!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert

Salon régional de l'Agriculture d'Aquitaine, du 18 au 26 mai 2013 Agriculture | 29/11/2017

Coulisses et prémices du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2018

Michel Caillol, constructeur des Cabi Box, Jonathan Lalondrelle éleveur et Eric Pourcel, Responsable développement Euralis Agriculture | 23/11/2017

Pour Euralis tout est bon dans le poulet Label

Hubert Cazalis directeur de la technopole Agrinove Agriculture | 17/11/2017

« Nous voulons faire avancer l’agriculture du Lot-et-Garonne, l’agriculture du XXIème siècle » Hubert Cazalis, directeur de la technopole Agrinove

Frédéric Piron directeur de la DDCSPP Agriculture | 17/11/2017

Grippe aviaire en Dordogne : nouvelles mesures et vigilance accrue

Nettoyage des cages de transport au sein du site biosécurité de Mugron Agriculture | 11/11/2017

Biosécurité: un dispositif de 100 mesures pour Maïsadour