Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Bovin lait: "Le prix ne doit pas exonérer les acteurs d' avoir un plan de fond"

16/09/2015 | Crise de l'élevage et nouvelle organisation territoriale et administrative, Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'agriculture a livré son regard sur les actualités de la rentrée

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture d'Aquitaine, candidat à la Présidence de la future Chambre d'agriculture de la grande région

Entre une économie chinoise qui montre des signes de faiblesse, un embargo alimentaire russe qui dure, et des distorsions dans les conditions d'élevage à l'intérieur de l'Europe, le terrain est propice pour que la crise de l'élevage français, qui a débuté par le porc en mai, avant de passer au bovin viande, se propage gravement au sein des élevages de bovins laits. Une chronologie et une analyse régionale de la situation, sur laquelle est revenue Le Président de la Chambre régionale d'Aquitaine, avant de faire le point sur le processus de création de la future Chambre régionale d'agriculture grande région. Une instance prochainement sur pied et pour laquelle Dominique Graciet candidate à la Présidence.

Au total depuis mai 2015 et au fil de la diffusion de la crise à presque tous les secteurs de l'élevage ces derniers mois, ce sont quatre « enveloppes » que le Gouvernement a mis sur la table pour tenter d'y pallier, explique Dominique Graciet. La dernière en date, obtenue suite à la manifestation du 3 septembre dernier a d'une part multiplié par deux le Fonds d'Allègement des Charges à destination des éleveurs, portant le montant le total à 100 millions d'euros au niveau national, et a d'autre part permis une rallonge des crédits consacrés aux impayés MSA, de 16 à 50M d'euros. Mais, au total, cette dernière ne permettra de couvrir que 10 à 20% des retards des paiements selon les départements, note le Président Graciet.
En outre sur le Fond d'Allègement des Charges, qui a vocation à prendre en charge une partie des charges financières des éleveurs les plus endettés et fragilisés, la Région Aquitaine apporte un complément de 2M €. Une partie de ces aides, viendra compléter les mesures liées aux dettes des éleveurs, et l'autre partie ira sur le programme AREA ( entreprises respectueuses de l'environnement) afin de soutenir les investissements sur les exploitations et les rendre plus performantes, « c'est par exemple le cas des exploitations spécialisées en brebis laitières, qui ont en Aquitaine engrangé un certain retard en matière d'investissement », illustre Dominique Graciet.
Pour la mise en œuvre de ces mesures en Aquitaine, « une cellule de crise a été constituée au niveau régional, et une autre dans chaque département pour repérer les exploitants les plus en difficulté et traiter un maximum de dossiers. En Aquitaine ce sont 10 500 éleveurs qui sont concernés par ces productions en crise, et près d'un quart d'entre eux qui n'ont pas été en capacité de payer la MSA depuis le début de l'année ».

Inquiétude sur l'accélération de la disparition de l'élevage bovin laitDes chiffres qui l'inquiètent, et particulièrement sur l'élevage bovin lait : « On voit s’accélérer la disparition de l'élevage, et ici, nous atteignons la limite de densité pour avoir une filière fiable qui permette d'avoir une collecte. Le nombre de disparition d'exploitations a doublé depuis 2008, et on s'attend à ce que ça continue si on n'a pas un retour à l'équilibre sur les prix ». En 2014, vendu à 370 €/t, le prix est à moins de 310 €/t en 2010, or ce n'est qu'à 340 €/t que l'équilibre serait de retour. 340 €/t, c'est justement le relèvement des prix annoncés par le Gouvernement, mais, « que ce soit pour les filières bovin viande, le porc ou bovin lait, les annonces ne sont pas suivies d'effet », regrette le Président de la CRAA. Sur le lait par exemple, cette revalorisation n'intéresserait que 20% des produits transformés.
Une situation de l'élevage laitier qui est d'autant plus inquiétante dans la région qu'il accumule un certain retard de compétitivité, « nous avons un décrochage de 12 €/t pour le lait d'ici par rapport au niveau national ». Au delà de la question du prix, nous avons un travail technique important à faire sur le prix de l'alimentation, on perd 7 à 8 € /t d'approvisionnement par rapport aux bretons par exemple. » Et de suggérer, la mise en place d'autres systèmes que "le tout maïs-soja", mais aussi des efforts de structuration à mener notamment avec une coopérative. Mais, selon lui, le gros point faible de la filière, c'est l'absence cruelle de politique de démarcation et de qualité des produits, contrairement à l'exemple réussi du lait de brebis, qui grâce à son AOP Ossau-iraty « tient le choc ». Et d'enfoncer le clou, « la question du prix du lait ne doit pas exonérer les acteurs d'avoir un plan de fond pour remettre la filière Aquitaine au niveau français.» A bon entendeur...

Candidat à la Présidence de la Chambre d'agricuture grande RégionAutre sujet au menu de la rentrée de Dominique Graciet et de ses homologues, Présidents de chambres régionales et départementales d'agriculture picto-charentais et limousins : la création de la Chambre régionale Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC). Une création dont « les 12 chambres départementales sont le moteur », insiste Dominique Graciet, qui voit ici l'opportunité de maintenir, voire renforcer la proximité avec les agriculteurs, élus et partenaires locaux mais aussi de mettre en place des stratégies d'amélioration du conseils à l'échelle de la future région. Une proximité d'autant plus affirmée que « les Chambres sont incontournables sur le terrain pour mettre en œuvre les politiques régionales, mais aussi les évaluer et éventuellement demander des aménagements », souligne-t-il.
Côté administratif, le personnel des Chambres régionales va fusionner au premier janvier (80 personnes), et va même peu à peu légèrement augmenter puisque seront mis en commun les différentes fonctions supports des chambres départementales. Sur les personnesl, « la situation individuelle des salariés sera respectée », affirme Dominique Graciet même s'il n'exclut pas que des compétences pourront être appelées à évoluer. Le siège sera installé dans la capitale régionale, mais dans un premier temps, la nouvelle structure conservera ses trois antennes de Bordeaux, Poitiers et Limoges, notamment pour des raisons pratiques de « crédits agricoles régionaux des fonds FEDER, FEADER qui sont suivis jusqu'en 2020 ». L'année 2016 sera quant à elle « une année de transition » consacrée à la mise en œuvre du projet collectif des Chambres ainsi qu'à sa mise en place opérationnelle ; puis « à partir de 2017, il y aura une mise en discussion d'une politique agricole de la grande chambre régionale effectuée à partir d'un travail filière par filière, pour être prêt en 2020 ». Mais une première annonce est d'ores et déjà faite en direction des agriculteurs, au regard des budgets en baisse des Chambres départementales; un certain nombre de conseils jusque là fournis gratuitement, vont devoir devenir payant, prévient Dominique Graciet, même s'il s'agit encore d'arbitrer lesquels, précise-t-il.

Si les décrets d'application de la réforme sortent à temps, la première session d'installation de la Chambre régionale d'agriculture ALPC devrait avoir lieu le 29 octobre prochain à Périgueux pour « élire un bureau, un président et un budget ». Les 150 élus des Chambres Départementales seront présents, et il en sera ainsi pendant 3 ans, jusqu'aux prochaines élections consulaires, qui donneront naissance à la « « vraie » Chambre de la grande région ». Sur la répartition des rôles des 3 présidents actuels, Dominique Graciet (Aquitaine) se porte candidat le 29 octobre à la Présidence de la chambre ALPC, Luc Servant (Poitou-Charentes) travaillera à ses côtés sur la proposition du projet politique de structuration régionale pour 2019, et Jean-Philippe Viollet (Limousin) représentera la nouvelle Chambre grande région au niveau national de l'APCA.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1766
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr