aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Bovin lait: "Le prix ne doit pas exonérer les acteurs d' avoir un plan de fond"

16/09/2015 | Crise de l'élevage et nouvelle organisation territoriale et administrative, Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'agriculture a livré son regard sur les actualités de la rentrée

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture d'Aquitaine, candidat à la Présidence de la future Chambre d'agriculture de la grande région

Entre une économie chinoise qui montre des signes de faiblesse, un embargo alimentaire russe qui dure, et des distorsions dans les conditions d'élevage à l'intérieur de l'Europe, le terrain est propice pour que la crise de l'élevage français, qui a débuté par le porc en mai, avant de passer au bovin viande, se propage gravement au sein des élevages de bovins laits. Une chronologie et une analyse régionale de la situation, sur laquelle est revenue Le Président de la Chambre régionale d'Aquitaine, avant de faire le point sur le processus de création de la future Chambre régionale d'agriculture grande région. Une instance prochainement sur pied et pour laquelle Dominique Graciet candidate à la Présidence.

Au total depuis mai 2015 et au fil de la diffusion de la crise à presque tous les secteurs de l'élevage ces derniers mois, ce sont quatre « enveloppes » que le Gouvernement a mis sur la table pour tenter d'y pallier, explique Dominique Graciet. La dernière en date, obtenue suite à la manifestation du 3 septembre dernier a d'une part multiplié par deux le Fonds d'Allègement des Charges à destination des éleveurs, portant le montant le total à 100 millions d'euros au niveau national, et a d'autre part permis une rallonge des crédits consacrés aux impayés MSA, de 16 à 50M d'euros. Mais, au total, cette dernière ne permettra de couvrir que 10 à 20% des retards des paiements selon les départements, note le Président Graciet.
En outre sur le Fond d'Allègement des Charges, qui a vocation à prendre en charge une partie des charges financières des éleveurs les plus endettés et fragilisés, la Région Aquitaine apporte un complément de 2M €. Une partie de ces aides, viendra compléter les mesures liées aux dettes des éleveurs, et l'autre partie ira sur le programme AREA ( entreprises respectueuses de l'environnement) afin de soutenir les investissements sur les exploitations et les rendre plus performantes, « c'est par exemple le cas des exploitations spécialisées en brebis laitières, qui ont en Aquitaine engrangé un certain retard en matière d'investissement », illustre Dominique Graciet.
Pour la mise en œuvre de ces mesures en Aquitaine, « une cellule de crise a été constituée au niveau régional, et une autre dans chaque département pour repérer les exploitants les plus en difficulté et traiter un maximum de dossiers. En Aquitaine ce sont 10 500 éleveurs qui sont concernés par ces productions en crise, et près d'un quart d'entre eux qui n'ont pas été en capacité de payer la MSA depuis le début de l'année ».

Inquiétude sur l'accélération de la disparition de l'élevage bovin laitDes chiffres qui l'inquiètent, et particulièrement sur l'élevage bovin lait : « On voit s’accélérer la disparition de l'élevage, et ici, nous atteignons la limite de densité pour avoir une filière fiable qui permette d'avoir une collecte. Le nombre de disparition d'exploitations a doublé depuis 2008, et on s'attend à ce que ça continue si on n'a pas un retour à l'équilibre sur les prix ». En 2014, vendu à 370 €/t, le prix est à moins de 310 €/t en 2010, or ce n'est qu'à 340 €/t que l'équilibre serait de retour. 340 €/t, c'est justement le relèvement des prix annoncés par le Gouvernement, mais, « que ce soit pour les filières bovin viande, le porc ou bovin lait, les annonces ne sont pas suivies d'effet », regrette le Président de la CRAA. Sur le lait par exemple, cette revalorisation n'intéresserait que 20% des produits transformés.
Une situation de l'élevage laitier qui est d'autant plus inquiétante dans la région qu'il accumule un certain retard de compétitivité, « nous avons un décrochage de 12 €/t pour le lait d'ici par rapport au niveau national ». Au delà de la question du prix, nous avons un travail technique important à faire sur le prix de l'alimentation, on perd 7 à 8 € /t d'approvisionnement par rapport aux bretons par exemple. » Et de suggérer, la mise en place d'autres systèmes que "le tout maïs-soja", mais aussi des efforts de structuration à mener notamment avec une coopérative. Mais, selon lui, le gros point faible de la filière, c'est l'absence cruelle de politique de démarcation et de qualité des produits, contrairement à l'exemple réussi du lait de brebis, qui grâce à son AOP Ossau-iraty « tient le choc ». Et d'enfoncer le clou, « la question du prix du lait ne doit pas exonérer les acteurs d'avoir un plan de fond pour remettre la filière Aquitaine au niveau français.» A bon entendeur...

Candidat à la Présidence de la Chambre d'agricuture grande RégionAutre sujet au menu de la rentrée de Dominique Graciet et de ses homologues, Présidents de chambres régionales et départementales d'agriculture picto-charentais et limousins : la création de la Chambre régionale Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC). Une création dont « les 12 chambres départementales sont le moteur », insiste Dominique Graciet, qui voit ici l'opportunité de maintenir, voire renforcer la proximité avec les agriculteurs, élus et partenaires locaux mais aussi de mettre en place des stratégies d'amélioration du conseils à l'échelle de la future région. Une proximité d'autant plus affirmée que « les Chambres sont incontournables sur le terrain pour mettre en œuvre les politiques régionales, mais aussi les évaluer et éventuellement demander des aménagements », souligne-t-il.
Côté administratif, le personnel des Chambres régionales va fusionner au premier janvier (80 personnes), et va même peu à peu légèrement augmenter puisque seront mis en commun les différentes fonctions supports des chambres départementales. Sur les personnesl, « la situation individuelle des salariés sera respectée », affirme Dominique Graciet même s'il n'exclut pas que des compétences pourront être appelées à évoluer. Le siège sera installé dans la capitale régionale, mais dans un premier temps, la nouvelle structure conservera ses trois antennes de Bordeaux, Poitiers et Limoges, notamment pour des raisons pratiques de « crédits agricoles régionaux des fonds FEDER, FEADER qui sont suivis jusqu'en 2020 ». L'année 2016 sera quant à elle « une année de transition » consacrée à la mise en œuvre du projet collectif des Chambres ainsi qu'à sa mise en place opérationnelle ; puis « à partir de 2017, il y aura une mise en discussion d'une politique agricole de la grande chambre régionale effectuée à partir d'un travail filière par filière, pour être prêt en 2020 ». Mais une première annonce est d'ores et déjà faite en direction des agriculteurs, au regard des budgets en baisse des Chambres départementales; un certain nombre de conseils jusque là fournis gratuitement, vont devoir devenir payant, prévient Dominique Graciet, même s'il s'agit encore d'arbitrer lesquels, précise-t-il.

Si les décrets d'application de la réforme sortent à temps, la première session d'installation de la Chambre régionale d'agriculture ALPC devrait avoir lieu le 29 octobre prochain à Périgueux pour « élire un bureau, un président et un budget ». Les 150 élus des Chambres Départementales seront présents, et il en sera ainsi pendant 3 ans, jusqu'aux prochaines élections consulaires, qui donneront naissance à la « « vraie » Chambre de la grande région ». Sur la répartition des rôles des 3 présidents actuels, Dominique Graciet (Aquitaine) se porte candidat le 29 octobre à la Présidence de la chambre ALPC, Luc Servant (Poitou-Charentes) travaillera à ses côtés sur la proposition du projet politique de structuration régionale pour 2019, et Jean-Philippe Viollet (Limousin) représentera la nouvelle Chambre grande région au niveau national de l'APCA.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1102
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr