17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Elevage porcin : quand le portage foncier facilite la pérennisation de la filière

03/02/2015 | En reprenant un élevage porcin en hors cadre familial en Béarn, Paul Castetbieilh fait figure d'exception dans cette filière en manque de nouveaux installés

Paul Castetbieilh le jeune éleveur qui a repris l'exploitation de Bernard Dupont à Malaussane, par le biais du portage Safer, en partenariat avec le Conseil régional d'Aquitaine

Bernard Dupont a été durant 35 ans éleveur porcin à Malaussanne, petit village du Béarn, dont il est le Maire. Maire, mais aussi conseiller communautaire, conseiller général sortant de son canton ainsi que Président du Consortium Jambon de Bayonne. De quoi largement occuper une vie, et pouvoir choisir, sans rougir, d'arrêter son activité professionnelle il y a deux ans déjà. Arrêter, oui, mais pas sans s'assurer que l'exploitation ne soit reprise dans son entier, terres et bâtiments d'élevage compris. « Les terres iraient à celui qui prendrait le risque d'investir dans les bâtiments et l'élevage de porcs » ; une conscience professionnelle, qui tourne à l'idée fixe pour l'ancien éleveur. Idée que le dispositif du portage de la Safer a contribué à réaliser, permettant la reprise du flambeau en hors cadre familial, par Paul Castetbieilh, un jeune éleveur de 29 ans.

«L'élevage porcin, c'est un métier à hauts risques qui demande beaucoup d'investissements personnel et financier par rapport à d'autres élevages», analyse Bernard Dupont. Des raisons qui expliquent sans doute le faible nombre d'installations dans la filière. Pourtant, l'enjeu est d'importance, «il en va des volumes de productions et donc à terme, de la sauvegarde des IGP Jambon de Bayonne et Porcs du Sud ouest», souligne le Président de la filière. Et c'est bien dans cette logique, qu'à son départ à la retraite, Bernard Dupont, s'est fait la promesse de ne vendre son exploitation et ses terres, 18 ha au total, qu'à celui qui s'engagerait dans un projet d'élevage porcin. Et pas question de séparer les terres des bâtiments ; « il s'agissait de sécuriser l'ensemble », précise-t-il.

Un quasi parcours du combattant

Bernard Dupont, éleveur retraité pas peu fier d'avoir réussi à céder son exploitation porcine à un  jeune hors cadre familial

Après un peu plus de deux ans passés à regarder des bâtiments vides, Bernard Dupont, commence, avec joie, à voir revivre l'exploitation. Celle-ci a en effet, été reprise fin 2014 par Paul Castetbieilh, jusque-là salarié agricole spécialisé dans le porc, tenté par l'aventure de l'installation et l'entrepreneuriat. « Un jeune homme plein de dynamisme et à l'esprit enthousiaste», se félicite l'ancien propriétaire des lieux.
Et en effet, de l'enthousiasme, il en aura fallu à Paul Castetbieilh. Celui-ci le reconnaît volontiers, sans apport financier conséquent, il a eu bien du mal à convaincre les banques de la viabilité de son projet. Plus qu'un projet, un quasi parcours du combattant, qu'il parvient finalement à réaliser sur deux sites. L'un à Malaussanne, sur l'ancienne exploitation de Bernard Dupont, l'autre à Puyol-Cazalet dans les Landes, avec un associé « qui lui, avait la confiance des banques », précise le jeune éleveur. Sur le site béarnais, Paul s'occupe de l'insémination des truies, des naissances et de l'élevage des porcelets qui partent ensuite sur le site landais pour leur engraissement, « jusqu'à 200kg et sans OGM » insiste-t-il.

Rassurer les banques et faciliter l'achatSi son projet a pu finalement se réaliser, c'est notamment grâce à la Safer, qui par le mécanisme du portage et en association avec le Conseil régional d'Aquitaine, a pu rassurer les banques et faciliter l'achat de l'exploitation béarnaise. Un dispositif, suggéré par Bernard Dupont, qui avait connaissance de son existence de par ses engagements professionnels.
«M. Dupont a pris contact avec la Safer au printemps 2014. Il était déjà en contact avec son repreneur, se rappelle Claire Oxarango, conseillère foncier Safer sur le Béarn. L'avantage de ce dispositif, qui ne s'adresse qu'aux jeunes installés hors cadre familial, c'est que le candidat à l'installation n'achète en direct que les bâtiments. Le reste des terres est acheté et stocké par la Safer, pendant un maximum de 10 ans. L'achat des terres par le nouvel installé intervient donc uniquement au bout de ce délai, ce qui rend la chose beaucoup plus souple pour lui. C'est d'autant plus vrai sur l'élevage porcin où les investissements sont très importants. En outre, le Conseil régional prend en charge les taux l'intérêt.»

Les bâtiments de l'exploitation porcine entourées des terres de l'exploitation stockées par la SAFER dans le cadre du  portage

"L'amour du métier et la motivation"Un dispositif « très simple » confirme Paul Castetbieilh : « pendant 9 ans je paie l'élevage à la banque et je loue les terres à la Safer, et dans dix ans je paie les terres, moins les loyers déjà versés.» Si au départ, la perspective de devoir acquérir les terres ne l'enthousiasmait pas beaucoup, son point de vue a évolué au fil de la construction de son projet. « Les voisins étant à bonne distance, ça me permettra d'étendre le lisier sans gêner personne et de produire sur place une partie de la nourriture pour les animaux, même si c'est relativement peu par rapport au besoin », admet-il. Autre avantage à plus long terme, « si les bâtiments venaient à se dégrader, la terre permet de garder une valeur sûre à l'ensemble ».

Maintenant que les premières truies achetées par l'éleveur ont été inséminées, Paul attend les premiers porcelets pour le mois d'avril. Pour l'heure, c'est avec «l'amour du métier et la motivation de faire ce qu'on aime», qu'il a pris possession de son exploitation depuis le mois de novembre 2014, en s'attaquant à quelques travaux d'adaptation nécessaires sur les bâtiments d'élevage. En effet, d'ici deux ans, avec une prévision de 200 truies, ce sont quelques 5 000 porcelets qui habiteront les lieux.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
25798
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"