aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | En Aquitaine, les coopératives cultivent aussi leur différence

13/06/2015 | Coller au terrain et veiller au revenu des agriculteurs locaux. Les coopératives ne sont pas des entreprises comme les autres, rappelle Christian Pèes, le président d’Euralis

Christian Pèes, le président d' Euralis

Force est de le reconnaitre. La nature et le fonctionnement des coopératives ne sont pas toujours très bien connus. Ces organismes mis au service d’un territoire et destinés à soutenir le revenu des agriculteurs jouent donc cartes sur table dans le cadre d’une « semaine de la coopération agricole ». Une initiative qui amène Christian Pèes, le président d’Euralis, à souligner certains principes et à tordre le cou aux idées reçues

Quelques rappels d’abord.  Sans tenir compte des CUMA, qui permettent d’utiliser du matériel en commun, l’Aquitaine dénombre 220 entreprises coopératives réunissant plus de 45 000 agriculteurs et 17 000 salariés. Excusez du peu.

Le maïs, les céréales, la vigne, le foie gras…Un paysage dans lequel Euralis pèse lourd. Car, à ses 7 000 adhérents directs, viennent s’ajouter 5000 agriculteurs girondins – viticulteurs, céréaliers et éleveurs -  ainsi que quelques centaines de producteurs de l’Ouest de la France, avec lesquels elle est aussi amenée à travailler. Autant de professionnels que la coopérative accompagne dans un seul but : « renforcer et développer leur exploitation ». Ce qui passe par du conseil, du matériel, une mise des produits sur le marché.

Pour une grande partie, leur activité concerne le maïs (un tiers de la production), mais également de nombreuses céréales : sorgho, tournesol, colza, orge, avoine, seigle. Quant aux vignerons, le soutien dont ils bénéficient leur a permis de décrocher 155 médailles, dont 78 en or, lors du dernier salon de l’agriculture, rappelle Christian Pèes.

Le tonus des circuits courtsDes débouchés destinés à valoriser les productions viennent s'ajouter à ces métiers. Qu’il s’agisse des semences ou des légumes (maïs doux, haricots verts, petits pois),  des bovins bénéficiant du label bœuf blond d’Aquitaine, mais aussi des volailles et des canards IGP Sud-Ouest permettant de commercialiser du foie gras sous les marques Rougié et Montfort.

Enfin, depuis quelques années, 500 agriculteurs ont conclu un partenariat avec la coopérative pour vendre leurs produits en circuit court dans les magasins Point Vert, sous l’appellation « Table des producteurs ». Le succès est au rendez-vous. « La croissance est à deux chiffres ».

"Une coopérative n'est pas apatride"Implantée sur un territoire allant de Bordeaux à Toulouse, la coopérative dont le siège se trouve en Béarn, à Lescar, emploie 5 200 personnes dans le monde. Près de 80% d'entre elles vivent en France et plus de la moitié résident en Aquitaine et Midi-Pyrénées. De plus, Euralis embauche ! Outre les 1500 saisonniers auxquels elle a recours chaque année, 260 personnes ont été recrutées en CDI l’an passé.

Un constat qui amène Christian Pèes à rappeler avec force que la délocalisation n’est pas, et ne peut pas être, à l’ordre du jour. Si elle est présente dans des pays comme la Chine, le Canada ou l’Ukraine pour le foie gras et les semences, l'entreprise indique en effet développer des activités à l’étranger pour « suivre le marché ».

Euralis est en Chine car elle y a « des clients à fournir » et que ce pays n’autorise pas l’importation de foie gras cru pour des raisons sanitaires, explique son président. « Mais notre cahier des charges prévoit bien le maintien des emplois locaux en France. L’un des principes d’une coopérative est d’être attaché à un territoire. Elle n’est pas apatride. Même si elle se développe à l’international. C’est ce qui fait notre différence. Nous allons à l'international sur des chantiers qui confortent notre production locale».

Quoi, les impôts ?Une autre différence est soulignée par celui qui est aussi le président du Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne (COGECA). « Le modèle coopératif est attaqué sur certaines des exemptions fiscales dont il bénéficie, par exemple une demi taxe foncière. Mais il faut savoir que l’on ne peut pas refuser un adhérent ou un client. Nous devons collecter les grains partout. Quel que soit l’intérêt. Alors que les négociants se concentrent sur les secteurs géographiques les plus centrés. L’exemption compense cette occupation du territoire ».

« Cela étant quand on fait la somme de tout ce que les groupes coopératifs paient, avec l’ensemble de leurs filiales soumises à un régime fiscal, cela représente plus d’impôts que ce que versent les grands de l’agroalimentaire. Enfin, parce que nous sommes des coopératives, nous n’allons pas chercher une optimisation fiscale en allant dans des pays dont la règlementation est plus favorable »

« Des administrateurs qui sont des agriculteurs »Une dernière spécificité tient à la gouvernance. « L’entreprise est gérée par des administrateurs qui sont des agriculteurs de la région. » A Euralis, on en dénombre 24, chargés de veiller aux grands équilibres financiers et aux choix faits par le groupe. Répartis dans les grands pôles d’activité (agricole, semences, agroalimentaire, participation et développement), ces derniers interviennent au sein de comités ayant chacun leur spécialité : les études stratégiques, l’éthique, les rémunérations et l’on en passe. Une organisation que viennent renforcer des vice-présidents territoriaux et un raisonnement en bassins de vie.  

 L’idée, c’est de se partager le travail et de coller au terrain, résume Christian Pèes. « Nous avons également l’intention de mettre partout quelques yeux extérieurs, de l’ingénieur agronome au banquier. Cela, afin d' éclairer nos réflexions. C’est un stade que l’on se propose de franchir dans les mois qui viennent ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
630
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr