Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | En Aquitaine, les coopératives cultivent aussi leur différence

13/06/2015 | Coller au terrain et veiller au revenu des agriculteurs locaux. Les coopératives ne sont pas des entreprises comme les autres, rappelle Christian Pèes, le président d’Euralis

Christian Pèes, le président d' Euralis

Force est de le reconnaitre. La nature et le fonctionnement des coopératives ne sont pas toujours très bien connus. Ces organismes mis au service d’un territoire et destinés à soutenir le revenu des agriculteurs jouent donc cartes sur table dans le cadre d’une « semaine de la coopération agricole ». Une initiative qui amène Christian Pèes, le président d’Euralis, à souligner certains principes et à tordre le cou aux idées reçues

Quelques rappels d’abord.  Sans tenir compte des CUMA, qui permettent d’utiliser du matériel en commun, l’Aquitaine dénombre 220 entreprises coopératives réunissant plus de 45 000 agriculteurs et 17 000 salariés. Excusez du peu.

Le maïs, les céréales, la vigne, le foie gras…Un paysage dans lequel Euralis pèse lourd. Car, à ses 7 000 adhérents directs, viennent s’ajouter 5000 agriculteurs girondins – viticulteurs, céréaliers et éleveurs -  ainsi que quelques centaines de producteurs de l’Ouest de la France, avec lesquels elle est aussi amenée à travailler. Autant de professionnels que la coopérative accompagne dans un seul but : « renforcer et développer leur exploitation ». Ce qui passe par du conseil, du matériel, une mise des produits sur le marché.

Pour une grande partie, leur activité concerne le maïs (un tiers de la production), mais également de nombreuses céréales : sorgho, tournesol, colza, orge, avoine, seigle. Quant aux vignerons, le soutien dont ils bénéficient leur a permis de décrocher 155 médailles, dont 78 en or, lors du dernier salon de l’agriculture, rappelle Christian Pèes.

Le tonus des circuits courtsDes débouchés destinés à valoriser les productions viennent s'ajouter à ces métiers. Qu’il s’agisse des semences ou des légumes (maïs doux, haricots verts, petits pois),  des bovins bénéficiant du label bœuf blond d’Aquitaine, mais aussi des volailles et des canards IGP Sud-Ouest permettant de commercialiser du foie gras sous les marques Rougié et Montfort.

Enfin, depuis quelques années, 500 agriculteurs ont conclu un partenariat avec la coopérative pour vendre leurs produits en circuit court dans les magasins Point Vert, sous l’appellation « Table des producteurs ». Le succès est au rendez-vous. « La croissance est à deux chiffres ».

"Une coopérative n'est pas apatride"Implantée sur un territoire allant de Bordeaux à Toulouse, la coopérative dont le siège se trouve en Béarn, à Lescar, emploie 5 200 personnes dans le monde. Près de 80% d'entre elles vivent en France et plus de la moitié résident en Aquitaine et Midi-Pyrénées. De plus, Euralis embauche ! Outre les 1500 saisonniers auxquels elle a recours chaque année, 260 personnes ont été recrutées en CDI l’an passé.

Un constat qui amène Christian Pèes à rappeler avec force que la délocalisation n’est pas, et ne peut pas être, à l’ordre du jour. Si elle est présente dans des pays comme la Chine, le Canada ou l’Ukraine pour le foie gras et les semences, l'entreprise indique en effet développer des activités à l’étranger pour « suivre le marché ».

Euralis est en Chine car elle y a « des clients à fournir » et que ce pays n’autorise pas l’importation de foie gras cru pour des raisons sanitaires, explique son président. « Mais notre cahier des charges prévoit bien le maintien des emplois locaux en France. L’un des principes d’une coopérative est d’être attaché à un territoire. Elle n’est pas apatride. Même si elle se développe à l’international. C’est ce qui fait notre différence. Nous allons à l'international sur des chantiers qui confortent notre production locale».

Quoi, les impôts ?Une autre différence est soulignée par celui qui est aussi le président du Comité général de la coopération agricole de l’Union européenne (COGECA). « Le modèle coopératif est attaqué sur certaines des exemptions fiscales dont il bénéficie, par exemple une demi taxe foncière. Mais il faut savoir que l’on ne peut pas refuser un adhérent ou un client. Nous devons collecter les grains partout. Quel que soit l’intérêt. Alors que les négociants se concentrent sur les secteurs géographiques les plus centrés. L’exemption compense cette occupation du territoire ».

« Cela étant quand on fait la somme de tout ce que les groupes coopératifs paient, avec l’ensemble de leurs filiales soumises à un régime fiscal, cela représente plus d’impôts que ce que versent les grands de l’agroalimentaire. Enfin, parce que nous sommes des coopératives, nous n’allons pas chercher une optimisation fiscale en allant dans des pays dont la règlementation est plus favorable »

« Des administrateurs qui sont des agriculteurs »Une dernière spécificité tient à la gouvernance. « L’entreprise est gérée par des administrateurs qui sont des agriculteurs de la région. » A Euralis, on en dénombre 24, chargés de veiller aux grands équilibres financiers et aux choix faits par le groupe. Répartis dans les grands pôles d’activité (agricole, semences, agroalimentaire, participation et développement), ces derniers interviennent au sein de comités ayant chacun leur spécialité : les études stratégiques, l’éthique, les rémunérations et l’on en passe. Une organisation que viennent renforcer des vice-présidents territoriaux et un raisonnement en bassins de vie.  

 L’idée, c’est de se partager le travail et de coller au terrain, résume Christian Pèes. « Nous avons également l’intention de mettre partout quelques yeux extérieurs, de l’ingénieur agronome au banquier. Cela, afin d' éclairer nos réflexions. C’est un stade que l’on se propose de franchir dans les mois qui viennent ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1614
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr