aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

28/05/17 : La Rochelle organise une grande fête ce soir sur le vieux port pour célébrer le retour de son équipe de rugby, le Stade Rochelais, parti affronter Toulon à Marseille en finale. Rendez-vous quai Duperré à 19h vêtus de jaune et noir

24/05/17 : La Rochelle met ses drapeaux en berne aujourd'hui en hommage aux victimes des attentats de Manchester.

23/05/17 : Législatives en Lot-et-Garonne : 38 candidats en lice le 11 juin prochain. Dans le détail : dans la 1ère circonscription (Agen-Nérac) : 13 candidats. Dans la 2ème (Marmande) : 13 candidats et dans la 3ème (Villeneuve) : 12 candidats.

22/05/17 : Une conférence ayant pour thème " Hydrocarbures non conventionnels : catastrophe écologique ou El Dorado futur ?" sera donnée le mardi 23 mai à 21h au bar-librairie l'Entropie, 27 rue Bernadotte, à Pau, par JP Callot, professeur de géologie à l'UPPA.

22/05/17 : La France a remporté un premier titre mondial de surf à Biarritz par la Française d'Hendaye Pauline Ado qui a battu en finale la Réunionaise Johan Defay. Après Tony Estanguet, un membre du nouveau gouvernement se rendra cette semaine sur le spot.

22/05/17 : La France a remporté un premier titre mondial de surf à Biarritz par la Française d'Hendaye Pauline Ado qui a battu en finale la Réunionaise Johan Defay. Après Tony Estanguet, un membre du noveau gouvernement est attendu cette semaine sur le spot.

22/05/17 : Vainqueur 41-20 de Montauban devant quelques 30.000 personnes au stade Chaban Delmas le SU Agen retrouvera l'élite du rugby français le Top 14 la saison prochaine.

19/05/17 : La traditionnelle cavalcade de La Rochelle se tiendra les 24 et 25 mai. Elle débutera le 24 à 22h avec un défilé nocturne, puis un défilé diurne le 25 à partir de 15h15 dans le centre-ville. Rens. 05 46 30 08 50.

17/05/17 : Salon du livre de Villeneuve-sur-Lot. Concert-lecture de et avec Marcus Malte, Prix Femina 2016, le vendredi 19 mai à 20h30, au Théâtre Georges-Leygues. Lecture de roman et concert jazzy. Entrée libre.

17/05/17 : Le Collectif Sortir des Pesticides 47 invite à « marcher contre Monsanto » à Agen le 20 mai à midi au Gravier. Ainsi, pour la 5ème année consécutive (2ème à Agen), des citoyens de tout le globe manifesteront contre « Monsanto et les multinationales »

17/05/17 : En rugby, le SUA LG disputera la finale de Pro D2 dimanche à 15h15 au stade Chaban-Delmas à Bordeaux face à Montauban. Pour suivre cet événement depuis Agen, la municipalité met en place un écran géant au Gravier.

17/05/17 : Le député béarnais Jean Lassalle, maire de Lourdios-Ichère, briguera un nouveau mandat aux légistatives dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se présentera sous l'étiquette du mouvement "Résistons", qu'il a créé.

16/05/17 : En Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon, maire Modem de Lanouaille, a été finalement investi pour les législatives par République en Marche sur la 3e circonscription de Dordogne (Périgord vert), détenue par Colette Langlade (PS), candidate à sa succession.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/17 | La Nouvelle-Aquitaine reprend quelques couleurs

    Lire

    Selon une dernière étude de l'Insee, la région Nouvelle Aquitaine profite d'une légère croissance économique. D'abord au niveau du chômage, qui baisse de 0,3 points au quatrième trimestre (9,3% contre 9,7% au niveau national); puis sur l'emploi salarié marchand (+1,4%), majoritairement poussé par l'intérim dans le secteur tertiaire. Enfin, les exportations régionales progressent elles aussi (+1%) mais l'ensemble des secteurs porteurs sont en recul, malgré la bonne santé de l'aéronautique et du spatial.

  • 24/05/17 | La ministre des Sports au Mondial de Surf... et au jaï alaï de Biarritz

    Lire

    Demain jeudi, Laura Flessel, la ministre des sports se rendra aux Mondiaux de surf, sur la Grande plage de Biarritz où elle sera accueillie par le président de la Fédération Jean-Luc Arassus et où elle passera une bonne partie de l'après midi. Puis elle ira au jaï Alaï d'Aguilera et sera accueillie par M. Lilou-Pierre Echeverria, président de la Fédération française de pelote basque et Michel Poueyts, directeur technique national. Elle en profitera pour visiter enfin l'Académie basque du sport.

  • 20/05/17 | Une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins

    Lire

    Avant de quitter son poste au ministère de l’Intérieur, Matthias Fekl a confirmé la construction d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins, au profit de la brigade territoriale de proximité chef-lieu de Tonneins et du peloton de surveillance et d’intervention de Marmande, dès cette année.

  • 20/05/17 | François Amigorena persiste et signe dans la 6e des PA

    Lire

    "Dans l'attente de la décision finale de la Commission d'éthique et de la Commission d'investiture de la République en marche, j'ai déposé à titre conservatoire ma candidature à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la 6° circonscription". François Amigorena, n'est pas tombé dans le piège de la résignation suite à la désignation, sur insistance de François Bayrou de Vincent Bru comme représentant de la République en marche dans la 6ème circonscription, Biarritz et sud Pays basque. 800 signataires s'étaient mobilisées contre l'investiture du maire de Cambo-les-Bains.

  • 19/05/17 | Pyrénées-Atlantiques: Michel Bernos, candidat En Marche face à Habib

    Lire

    Le doute planait jusqu'à présent. Mais il y aura bien un candidat de En Marche face au député PS David Habib sur la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Il s'agit de Michel Bernos, le maire de Jurançon, également porte-parole de ce mouvement dans le département. Il aura pour suppléant Michel Cuyaubé, le maire de Sévignacq, qui a quitté le PS pour rejoindre En Marche. Agé de 57 ans et magistrat au tribunal administratif, Michel Bernos est également l'un des vice-présidents de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | En Béarn et au Pays Basque, la terre se refait une santé

14/01/2016 | La cinquantaine de céréaliers et d’éleveurs réunis au sein de Agro Réseau 64 a un credo : mieux le sol se porte, mieux vont les cultures

Laurent Cruzalebes, dans ses champs, à Boumourt

« Notre premier partenaire, c’est le sol » explique Laurent Cruzalebes. Installé à à Boumourt, dans la région paloise, ce céréalier fait partie de l’Agro Réseau 64 avec une cinquantaine d’autres paysans béarnais et basques. Les membres de cette association épaulée par la Chambre d’agriculture ont choisi de tester une autre manière de travailler. En faisant en sorte de disposer d’un sol « vivant et riche ». Ce qui les amène à développer les couverts végétaux et à limiter l’usage de produits tels que les engrais chimiques et les désherbants. Mais aussi à supprimer le travail profond de la terre qu'est le labour. Une démarche qui répond également aux objectifs environnementaux de la COP 21.

Il suffisait de baisser les yeux pour comprendre. « Au début des années 2 000, on voyait bien qu’il nous fallait de plus en plus de puissance mécanique pour avoir des terrains qui répondaient à notre attente. Tout comme on constatait que certains sols devenaient gris. C’est-à-dire qu’ils étaient moins riches en matières organiques » explique Laurent Cruzalebes.

Avec d’autres collègues, celui-ci a donc commencé à réfléchir à de nouvelles méthodes de travail et à s’intéresser à l’agro-écologie. Une démarche que l’association Agro Réseau 64, qui a vu le jour en octobre dernier, cherche aujourd’hui à développer au pied des Pyrénées. Ce qui passe par des principes comme la rotation des cultures, la mise en place de couverts végétaux, ou encore des techniques culturales simplifiées.

Céréales, crucifères et légumineusesAprès avoir tourné le dos à la production laitière pour des raisons diverses (départ en retraite, intérêt économique moindre), l’exploitation sur laquelle Laurent Cruzalebes produit du soja, du maïs, du blé, du colza et de la luzerne a ainsi changé son fusil d’épaule. Pas moins de 130 hectares de couverts végétaux y ont été semés l’automne dernier afin d’aider le sol à se refaire naturellement une santé, si l’on peut s’exprimer ainsi.

Ces plantes regroupent trois grandes familles. Il s’agit de céréales « qui travaillent la surface du sol et stabilisent les matériaux organiques qu’il contient ». Mais aussi des crucifères, tels certains radis, « dont les racines pivotantes permettent de travailler le sol en profondeur ». Et enfin des légumineuses, comme les féveroles ou les vesses, «  qui récupèrent et synthétisent l’azote de l’air afin de le transformer en matière organique ».

Lorsque le moment est venu, ces couverts sont broyés par les agriculteurs qui les laissent sur le sol pour le nourrir et l'enrichir. Vers de terre, micro-organismes, faune auxiliaire… Plus il y aura de vie sous terre de vie, mieux ce sera.

Une alternative au labourCette technique culturale présente plusieurs avantages, explique-t-on au sein de l’Agro Réseau 64. Elle permet de réduire l’emploi des produits phytosanitaires ainsi que des engrais chimiques et des désherbants. Qui plus est, elle n’oblige pas à avoir recours recourir au labour, donc à la machine… et à son carburant.

« Le labour retourne le sol sur 20 centimètres mais il laisse une semelle en dessous » dit Mathieu Etchegarray, qui élève des vaches Blondes d’Aquitaine à Domezain. « Grâce à leur système racinaire, les plantes du couvert, elles, cassent la semelle. Par ailleurs, j’utilise aussi une partie du couvert broyé pour nourrir les bêtes ».

Patience et longueur de tempsCertes, reconnaissent les intéressés, rien de tout cela ne relève de la science exacte.

Il faut passer du temps à observer ses champs, tester, prendre patience et même parfois commettre quelques erreurs sous le regard de voisins dubitatifs. « Il y a ceux qui attendent que tu te plantes. Tandis que les autres jouent la prudence. Les habitudes, c’est ce qu’il y a de plus difficile à modifier » commente Beñat, un éleveur de brebis installé au Pays Basque.

Il est également difficile d’évaluer en quelques mois, ou même en quelques années, l’efficacité du système en termes financiers ou de gain de temps. La nature travaille à son rythme et il faut savoir le respecter.

« La finalité reste d’avoir des cultures rentables, mais dans un système et une approche différents, qui permettent de limiter l’érosion des sols, l’utilisation de produits phytosanitaires et la consommation de carburant » indiquent les membres de Agro Réseau 64. Motivés, ces derniers partagent régulièrement leurs expériences et ils bénéficient de l’aide d’une conseillère agronome de la Chambre d’agriculture, Chloé Wolfrom.

Un label environnementalL’association, qui est allée découvrir une démarche similaire dans le Loir-et-Cher, a prévu plusieurs séances de formation et journées techniques pour la saison 2015-2016. Elle proposera également une « balade en paysage de cultures » le samedi 2 avril, à Arzacq.

Agro Réseau 64 est labellisée « groupement d’intérêt économique et environnemental » (GIEE) par le ministère de l’Agriculture. Ce qui permet à ses adhérents de bénéficier d’une priorité dans certaines aides attribuées par le Conseil régional dans le cadre du programme AREA. Traduisez " agriculture respectueuse de l’environnement en Aquitaine".

Pour en savoir plus : http://www.pa.chambagri.fr

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
13597
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr