aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/07/17 : En Lot-et-Garonne, le tribunal de commerce d'Agen vient de désigner le groupe Lucien GEORGELIN comme repreneur de l'entreprise EUROCER. Cette décision permet de sauvegarder la totalité des emplois restants.

26/07/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité (cat. A) a baissé sur un an (-1,9%) et ces trois derniers mois (-1,7%). Le chômage ne recule pas pour autant, avec + 1% d'inscrits, soit 57 140 inscrits dont 33 000 en cat. A.

26/07/17 : Ouverture du Parc Aquatique de Walibi Sud-Ouest le lundi 31 juillet à Roquefort (47)! 5.000 m² de bassins et d’attractions les pieds dans l’eau ! Côté tarifs : 18€ enfant et adulte. Billet Combiné 2 Parcs : 37,50€ adulte et 34€ enfant de 3 à 9 ans.

25/07/17 : Alain David ayant été élu député PS de la 4°circonscription de la Gironde et ne pouvant cumuler ce mandat avec celui de maire, le conseil municipal de Cenon a élu maire, ce lundi 24 juillet en soirée, Jean-François Egron jusque là premier adjoint.

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/07/17 | Royan : le festival Violon sur le Sable fête ses trente ans

    Lire

    C'est devenu un rendez-vous incontournable du pays royannais. Le festival Un Violon sur le Sable attire chaque fin juillet 40 000 spectateurs à chacune de ses trois soirées. Au programme : des grands noms de la musique classique comme Duchâble ou Jaroussky, accompagnés de l'orchestre symphonique de Paris, le tout sur la plage. Pour ses 30 ans, le festival a prévu une soirée bonus dimanche 30 juillet autour des musiques de films, à partir de 22h (gratuit).

  • 28/07/17 | Fête de l’Eau les 29&30 juillet à Villeneuve/Lot

    Lire

    Fête de l’Eau les samedi 29 et dimanche 30 juillet à la base nautique quai d'Alsace à Villeneuve-sur-Lot. Pour cette 3e édition, un programme riche d’animations vous attend. Samedi, de 14h à 18h : animations pêche, exposition sur la faune et la flore, et joutes de 18h à 20h. dimanche, de 10h à 19h : tyrolienne, big air bag, paddle, blob jumps, canoés... jeux pour les tout-petits et de 19h à 20h, courses d'avirons. Plus d’infos auprès de l'Aviron villeneuvois : 06 63 86 84 09.

  • 26/07/17 | Des pompiers aquitains en renfort dans le Sud-Est

    Lire

    Suite aux incendies dans le midi de la France et à la demande du centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) du Ministère de l'Intérieur, les SDIS de la Gironde, de la Dordogne et du Lot-et-Garonne ont engagé des personnels et des moyens en renfort au profit de la zone de défense Sud-Est, depuis ce mardi 25 juillet. Des renforts composés de 64 sapeurs-pompiers, 4 camions citerne de 6000 litres et 8 camions citerne de 4000 litres. Ce dispositif est commandé par le lieutenant-colonel Jean-Luc Gardère, du SDIS de la Gironde.

  • 25/07/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin juin 2017, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) était de 295 090 (- 0,6 %/mai et -1,5 % sur 3 mois (soit –4 610 personnes), de - 1,9 % sur un an. France: - 0,3%/mai, - 0,7 % sur 3 mois, -1,0 % sur un an. Le nombre de demandeurs ayant ou non exercé une activité dans le mois (catégories A, B, C), est de 503 950 fin juin. Ce nombre augmente de 1,2 % sur 3 mois (soit +5 750 personnes), de 0,1 % sur un mois et de 2,1 % sur un an. France métropolitaine: + 1,1 % sur 3 mois, stable sur un mois, + 2,2 % sur un an.

  • 24/07/17 | Ceva Santé Animale: croissance à deux chiffres

    Lire

    Nouvelle progression de Ceva Santé Animale fin juin 2017: le chiffre d'affaires consolidé du Groupe a atteint 546 millions d'euros (+20%/2016) et + 6,6% à périmètre et taux de change constants. Toutes les zones ont participé à cette croissance plus forte que le marché, note Marc Prikazsky, PDG de Ceva : « C'est un début d'année très positif avec de nouveau une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires et du résultat. Je tiens particulièrement à remercier les nouveaux collaborateurs qui nous ont rejoints lors des acquisitions et à féliciter l'ensemble des salariés de Ceva pour leur formidable engagement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | En Béarn et au Pays Basque, la terre se refait une santé

14/01/2016 | La cinquantaine de céréaliers et d’éleveurs réunis au sein de Agro Réseau 64 a un credo : mieux le sol se porte, mieux vont les cultures

Laurent Cruzalebes, dans ses champs, à Boumourt

« Notre premier partenaire, c’est le sol » explique Laurent Cruzalebes. Installé à à Boumourt, dans la région paloise, ce céréalier fait partie de l’Agro Réseau 64 avec une cinquantaine d’autres paysans béarnais et basques. Les membres de cette association épaulée par la Chambre d’agriculture ont choisi de tester une autre manière de travailler. En faisant en sorte de disposer d’un sol « vivant et riche ». Ce qui les amène à développer les couverts végétaux et à limiter l’usage de produits tels que les engrais chimiques et les désherbants. Mais aussi à supprimer le travail profond de la terre qu'est le labour. Une démarche qui répond également aux objectifs environnementaux de la COP 21.

Il suffisait de baisser les yeux pour comprendre. « Au début des années 2 000, on voyait bien qu’il nous fallait de plus en plus de puissance mécanique pour avoir des terrains qui répondaient à notre attente. Tout comme on constatait que certains sols devenaient gris. C’est-à-dire qu’ils étaient moins riches en matières organiques » explique Laurent Cruzalebes.

Avec d’autres collègues, celui-ci a donc commencé à réfléchir à de nouvelles méthodes de travail et à s’intéresser à l’agro-écologie. Une démarche que l’association Agro Réseau 64, qui a vu le jour en octobre dernier, cherche aujourd’hui à développer au pied des Pyrénées. Ce qui passe par des principes comme la rotation des cultures, la mise en place de couverts végétaux, ou encore des techniques culturales simplifiées.

Céréales, crucifères et légumineusesAprès avoir tourné le dos à la production laitière pour des raisons diverses (départ en retraite, intérêt économique moindre), l’exploitation sur laquelle Laurent Cruzalebes produit du soja, du maïs, du blé, du colza et de la luzerne a ainsi changé son fusil d’épaule. Pas moins de 130 hectares de couverts végétaux y ont été semés l’automne dernier afin d’aider le sol à se refaire naturellement une santé, si l’on peut s’exprimer ainsi.

Ces plantes regroupent trois grandes familles. Il s’agit de céréales « qui travaillent la surface du sol et stabilisent les matériaux organiques qu’il contient ». Mais aussi des crucifères, tels certains radis, « dont les racines pivotantes permettent de travailler le sol en profondeur ». Et enfin des légumineuses, comme les féveroles ou les vesses, «  qui récupèrent et synthétisent l’azote de l’air afin de le transformer en matière organique ».

Lorsque le moment est venu, ces couverts sont broyés par les agriculteurs qui les laissent sur le sol pour le nourrir et l'enrichir. Vers de terre, micro-organismes, faune auxiliaire… Plus il y aura de vie sous terre de vie, mieux ce sera.

Une alternative au labourCette technique culturale présente plusieurs avantages, explique-t-on au sein de l’Agro Réseau 64. Elle permet de réduire l’emploi des produits phytosanitaires ainsi que des engrais chimiques et des désherbants. Qui plus est, elle n’oblige pas à avoir recours recourir au labour, donc à la machine… et à son carburant.

« Le labour retourne le sol sur 20 centimètres mais il laisse une semelle en dessous » dit Mathieu Etchegarray, qui élève des vaches Blondes d’Aquitaine à Domezain. « Grâce à leur système racinaire, les plantes du couvert, elles, cassent la semelle. Par ailleurs, j’utilise aussi une partie du couvert broyé pour nourrir les bêtes ».

Patience et longueur de tempsCertes, reconnaissent les intéressés, rien de tout cela ne relève de la science exacte.

Il faut passer du temps à observer ses champs, tester, prendre patience et même parfois commettre quelques erreurs sous le regard de voisins dubitatifs. « Il y a ceux qui attendent que tu te plantes. Tandis que les autres jouent la prudence. Les habitudes, c’est ce qu’il y a de plus difficile à modifier » commente Beñat, un éleveur de brebis installé au Pays Basque.

Il est également difficile d’évaluer en quelques mois, ou même en quelques années, l’efficacité du système en termes financiers ou de gain de temps. La nature travaille à son rythme et il faut savoir le respecter.

« La finalité reste d’avoir des cultures rentables, mais dans un système et une approche différents, qui permettent de limiter l’érosion des sols, l’utilisation de produits phytosanitaires et la consommation de carburant » indiquent les membres de Agro Réseau 64. Motivés, ces derniers partagent régulièrement leurs expériences et ils bénéficient de l’aide d’une conseillère agronome de la Chambre d’agriculture, Chloé Wolfrom.

Un label environnementalL’association, qui est allée découvrir une démarche similaire dans le Loir-et-Cher, a prévu plusieurs séances de formation et journées techniques pour la saison 2015-2016. Elle proposera également une « balade en paysage de cultures » le samedi 2 avril, à Arzacq.

Agro Réseau 64 est labellisée « groupement d’intérêt économique et environnemental » (GIEE) par le ministère de l’Agriculture. Ce qui permet à ses adhérents de bénéficier d’une priorité dans certaines aides attribuées par le Conseil régional dans le cadre du programme AREA. Traduisez " agriculture respectueuse de l’environnement en Aquitaine".

Pour en savoir plus : http://www.pa.chambagri.fr

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
13765
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr