Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

  • 25/09/20 | Bordeaux célèbre Mauriac

    Lire

    À l’occasion du 50ème anniversaire de la disparition de François Mauriac, les bibliothèques de Bordeaux proposent tout au long de l’automne une saison dédiée à l'écrivain, journaliste et Prix Nobel de la littérature. Conférences, expositions, projections et match d'improvisation exploreront les résonances contemporaines des engagements de François Mauriac, au travers de documents rarement montrés voire pour certains inédits. Point d’orgue de la saison, l’exposition "Écrire, c’est agir", à la bibliothèque Mériadeck du 5 novembre 2020 au 17 janvier 2021. http://mauriac2020.bordeaux.fr

  • 25/09/20 | Angoulême : vers un festival de la BD en deux temps

    Lire

    Au vu du contexte sanitaire, les organisateurs du FIBD s'orientent vers un festival en deux temps. Un premier temps, une version modifiée avec des événements à Angoulême et hors les murs sur les dates initiales du 28 au 3& janvier), "répondant aux contingences en vigueur imposées par la pandémie". Un deuxième temps en présentiel à Angoulême, à la période printemps-été, pour rassembler plus de monde. Le contenu du projet sera présenté dans les prochaines semaines.

  • 25/09/20 | Nouvelle-Aquitaine : le don entre particuliers boosté par la crise sanitaire

    Lire

    L'application de dons bordelaise Geev a réalisé un classement des régions les plus actives en matières de dons entre particuliers. « Si le don a le vent en poupe ces dernières années, il a connu un essor particulier pendant la crise sanitaire », affirme la société. Ainsi, la société a dénombré les dons par régions entre février et juillet. La Nouvelle-Aquitaine est quatrième du classement "dons d'objets" avec 126 000 dons, derrière l'Île de France (458 000), les Hauts de France (171 000) et l'Auvergne-Rhône Alpes (143 000).

  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Entre opportunité foncière et recherche d'investisseurs extérieurs, la concordance des temps selon la Safer

25/04/2018 | L'outil Safer proposé par Thierry Vergnet à Bertrand Massonie, gérant du Château Perron, lui a donné le temps de trouver un investisseur, Yves Crouvezier, afin de développer l'exploitation.

THierry Vergner, Conseiller Safer, Bertrand Massonie, gérant de la société d'exploitation du Château Perron (Lalande-de-Pomerol) et Yves Crouvezier, son partenaire au sein d'un bail à métayage de long terme

« Pour perdurer, notre exploitation doit se développer ». La stratégie de Bertrand Massonie, à la tête du Château Perron, à Lalande-de-Pomerol, est claire. « On a une problématique de production plus que de vente : il nous faut faire du vin sur un volume suffisant pour que l'entreprise soit représentée et visible sur les marchés. » Propriété familiale de 14 ha à l'origine, un premier achat foncier de 8 ha a été réalisé en 2008. Dans l'idéal du viticulteur, « Château Perron doit parvenir à une taille critique d'environ 45 ha. Mais il faut aussi pouvoir grossir de manière raisonnable en terme de prix ; sans imputer le prix du foncier sur celui de la bouteille ». Une équation a priori difficile pour cette appellation prestigieuse, finalement résolue avec l'entrée en jeu d'un investisseur extérieur, sous le regard attentif de la Safer.

Se développer en limitant l'investissement foncier. Depuis environ 5 ans, Bertrand Massonie était donc en quête de partenaires. Une quête chronophage. D'autant que son idée originelle était de structurer un Groupement Foncier Viticole, composé d'actionnaires propriétaires, auprès duquel il louerait des vignes qu'il exploiterait. Un montage long, quand, à l'inverse, et notamment dans son coin de Gironde, « il faut saisir les opportunités foncières quand elles se présentent. »

"La Safer a ralenti le temps"
Or, en 2015, 5,13 ha de vignes sont en vente sur l'appellation. « Pour ''ralentir le temps'' et permettre à M. Massonie de trouver un investisseur ou structurer un GFV, la Safer a acheté ce foncier, et, via une Convention d'Occupation Provisoire et Précaire (COPP), elle lui en a confié la gestion et l'exploitation. En contre-partie, celui-ci a versé une garantie à la Safer à hauteur de 30% du prix du foncier, qui lui a été rendue au moment de la vente », explique Thierry Vergnet, le conseiller Safer du secteur. « C'est bien le montage avec un GFV ou un investisseur qui a retenu l'attention du comité Safer. Trouver de nouveaux modes de financement pour l'agriculture, c'est une des missions de la Safer », appuie-t-il.
Le gestionnaire du Château Perron opine : « Ces 2 années de COPP, m'ont permis de trouver un investisseur, Yves Crouvezier, et nous nous sommes accordés sur le montage : un bail à métayage de long terme sur 25 ans ». A la différence du fermage où le propriétaire des terres perçoit un loyer fixé dans le contrat, en cas de bail à métayage le propriétaire touche une part des produits de l'exploitation, qui pourra donc varier... En bref, l'investisseur partage aussi les risques. Autre élément cher aux yeux de Yves Crouvezier, vosgien issu de l'industrie textile : « Grâce à ce montage, j'ai le statut d'exploitant agricole ! » S'investir dans le projet viticole était une de ses conditions : « je ne pouvais pas passer 25 ans à être seulement spectateur ! ». Une vision appréciée par Bertrand Massonie.

Une rencontre d'hommes et de convictions partagées
Car au-delà d'une rencontre d'affaire, c'est une rencontre d'hommes et de convictions partagées tant commerciales qu'environnementales que signe ce partenariat plutôt rare. Quant à la procédure formelle, la vente du foncier entre la Safer et l'investisseur, et « dans la foulée » la signature du bail à fermage, validé par la SAFER comme condition de la vente, ont eu lieu le même jour de décembre 2017. Et les deux hommes, désormais, pensent déjà à élargir ce bail à de nouvelles acquisitions.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4882
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr