Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Entre opportunité foncière et recherche d'investisseurs extérieurs, la concordance des temps selon la Safer

25/04/2018 | L'outil Safer proposé par Thierry Vergnet à Bertrand Massonie, gérant du Château Perron, lui a donné le temps de trouver un investisseur, Yves Crouvezier, afin de développer l'exploitation.

THierry Vergner, Conseiller Safer, Bertrand Massonie, gérant de la société d'exploitation du Château Perron (Lalande-de-Pomerol) et Yves Crouvezier, son partenaire au sein d'un bail à métayage de long terme

« Pour perdurer, notre exploitation doit se développer ». La stratégie de Bertrand Massonie, à la tête du Château Perron, à Lalande-de-Pomerol, est claire. « On a une problématique de production plus que de vente : il nous faut faire du vin sur un volume suffisant pour que l'entreprise soit représentée et visible sur les marchés. » Propriété familiale de 14 ha à l'origine, un premier achat foncier de 8 ha a été réalisé en 2008. Dans l'idéal du viticulteur, « Château Perron doit parvenir à une taille critique d'environ 45 ha. Mais il faut aussi pouvoir grossir de manière raisonnable en terme de prix ; sans imputer le prix du foncier sur celui de la bouteille ». Une équation a priori difficile pour cette appellation prestigieuse, finalement résolue avec l'entrée en jeu d'un investisseur extérieur, sous le regard attentif de la Safer.

Se développer en limitant l'investissement foncier. Depuis environ 5 ans, Bertrand Massonie était donc en quête de partenaires. Une quête chronophage. D'autant que son idée originelle était de structurer un Groupement Foncier Viticole, composé d'actionnaires propriétaires, auprès duquel il louerait des vignes qu'il exploiterait. Un montage long, quand, à l'inverse, et notamment dans son coin de Gironde, « il faut saisir les opportunités foncières quand elles se présentent. »

"La Safer a ralenti le temps"
Or, en 2015, 5,13 ha de vignes sont en vente sur l'appellation. « Pour ''ralentir le temps'' et permettre à M. Massonie de trouver un investisseur ou structurer un GFV, la Safer a acheté ce foncier, et, via une Convention d'Occupation Provisoire et Précaire (COPP), elle lui en a confié la gestion et l'exploitation. En contre-partie, celui-ci a versé une garantie à la Safer à hauteur de 30% du prix du foncier, qui lui a été rendue au moment de la vente », explique Thierry Vergnet, le conseiller Safer du secteur. « C'est bien le montage avec un GFV ou un investisseur qui a retenu l'attention du comité Safer. Trouver de nouveaux modes de financement pour l'agriculture, c'est une des missions de la Safer », appuie-t-il.
Le gestionnaire du Château Perron opine : « Ces 2 années de COPP, m'ont permis de trouver un investisseur, Yves Crouvezier, et nous nous sommes accordés sur le montage : un bail à métayage de long terme sur 25 ans ». A la différence du fermage où le propriétaire des terres perçoit un loyer fixé dans le contrat, en cas de bail à métayage le propriétaire touche une part des produits de l'exploitation, qui pourra donc varier... En bref, l'investisseur partage aussi les risques. Autre élément cher aux yeux de Yves Crouvezier, vosgien issu de l'industrie textile : « Grâce à ce montage, j'ai le statut d'exploitant agricole ! » S'investir dans le projet viticole était une de ses conditions : « je ne pouvais pas passer 25 ans à être seulement spectateur ! ». Une vision appréciée par Bertrand Massonie.

Une rencontre d'hommes et de convictions partagées
Car au-delà d'une rencontre d'affaire, c'est une rencontre d'hommes et de convictions partagées tant commerciales qu'environnementales que signe ce partenariat plutôt rare. Quant à la procédure formelle, la vente du foncier entre la Safer et l'investisseur, et « dans la foulée » la signature du bail à fermage, validé par la SAFER comme condition de la vente, ont eu lieu le même jour de décembre 2017. Et les deux hommes, désormais, pensent déjà à élargir ce bail à de nouvelles acquisitions.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2919
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr