Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/09/19 : Bordeaux - James Gray, le réalisateur New yorkais de Little Odessa, La nuit nous appartient, Two Lovers ou du récent Ad Astra sera l'invité d'honneur du 8èmé Festival International du Film Indépendant de Bordeaux qui se tient du 15 au 21 octobre 2019

18/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre.

18/09/19 : Mont de Marsan Agglomération recherche des volontaires en Service Civique pour assurer des missions en lien avec la culture, la solidarité, l'environnement et l'éducation. Réunion d'information le 26 septembre à 14h au Bureau Information Jeunesse.

18/09/19 : Le Pont d'Aquitaine sera fermé entre les échangeurs 1 et 5 du 19 septembre 21h au 20 septembre 6h pour des travaux de maintenance et d'entretien.

18/09/19 : Deux-Sèvres : à l'occasion des Journées du patrimoine, le Département ouvre ses portes au public de la Maison du Département, des Archives Départementales et des Tumulus de Bougon. Animations et visites guidées sont au programme.

18/09/19 : Charente-Maritime : le chantier du pont transbordeur de Rochefort ouvre ses portes au public à l’occasion des journées européennes du patrimoine. RDV notamment samedi 21 à 10h pour assister au remontage sur le tablier du premier élément de chariot.

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

17/09/19 : Dordogne : Cheffe d’entreprise, conjointe collaboratrice ou apprentie, les candidatures à l’édition 2020 des trophées « Elles M l’artisanat » sont ouvertes. Les lauréates seront mises à l'honneur le 23 mars en préfecture. Plus d'info: www.artisanat24.com

16/09/19 : Deux-Sèvres : les agents des finances publiques sont en grève, suite à l'appel de l'intersyndicale CGT/CFDT/FO/Solidaires/CFTC. Ils protestent contre la fermeture d'ici 2022, de 4 des 10 centres -Prahecq, Airvault, Frontenay-Rohan-Rohan et Coulonges.

13/09/19 : Region : le projet Viti de la Région a été retenu par l'Etat dans le cadre de l'appel projet territoire d'innovation de grande ambition (TIGA). Ce programme concerne tous les vignobles et plus de 130 partenaires. Objectif : la sortie des pesticides.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/09/19 | Municipales à Bergerac : LREM soutient le candidat socialiste

    Lire

    Il n’y aura pas de candidat de la République en marche pour les municipales de Bergerac de mars. Le bureau exécutif du parti a choisi de soutenir Fabien Ruet, candidat investi du PS. Le LREM explique dans un communiqué que "le choix du rassemblement autour de ce candidat est pour notre mouvement une évidence. La vision que Fabien Ruet porte de Bergerac, ses qualités de chef d’équipe, la valeur du travail de diagnostic et de construction du projet qu’il a mené pour la commune, ont su nous convaincre de la qualité de sa candidature."

  • 19/09/19 | Pau: "La Miséricorde" vendue au Ministère de la Justice

    Lire

    Mercredi 18 septembre, Jean-Louis Peres, 1er adjoint au Maire de Pau, a signé l'acte de cession de l'immeuble de la Miséricorde au Ministère de la Justice. Le bâtiment historique, délaissé depuis de nombreuses années, va être reconverti en une cité judiciaire au centre-ville de Pau permettant de regrouper les pôles civil, commercial et prudhommal jusqu'alors éclatés. Cette future cité judiciaire accueillera une centaine de personnes, 3 grandes salles d'audience publique et 4 salles d'audience de cabinet. Au sous-sol: archives et locaux techniques.

  • 19/09/19 | Le Grand Pavois s'exporte en Chine

    Lire

    L'organisation du Grand Pavois et le Département de Charente-Maritime sont allés décrocher un partenariat avec la ville côtière de Qinhuangdao (province du Hebei). Le deal? Les Français accompagnent le développement du port de plaisance de la cité chinoise, notamment à travers des formations de moniteurs de voile et à la gestion d'un port dédié au nautisme. Qinhuangdao devrait accueillir également une version locale du Grand Pavois en 2020.

  • 19/09/19 | La Rochelle : 40 sites ouverts pour les journées du patrimoine

    Lire

    A La Rochelle, près de 40 sites seront ouverts au public ce week-end, avec plus de 50 RDV, comme l'exposition hommage à Georges Simenon, les 30 ans du Relais nature La Moulinette, la 1re ouverture de l’ancien hôpital Aufrédi, de la Banque de France, du Parc et du Château de La Faucherie et des Hôtels Poupet, Leclerc et Weiss. Le chantier l’Hôtel de Ville sera exceptionnellement ouvert à la visite, gratuite mais sur inscriptions sur le site de la ville, en attendant sa réouverture le 6 décembre.

  • 19/09/19 | Conférences sur l’art à Brive

    Lire

    Du 16 octobre au 18 mars de 18h30 à 19h45 sur le Campus Universitaire de Brive, le musée Labenche organise 6 séances de conférences d’histoire de l’art. Ouverte à tous, cette initiation donnera les principales clés de compréhension pour décoder l’oeuvre qui sera abordée lors de la séance. Ce cycle 2019/2020 aura pour thématique le bestiaire. Les inscriptions sont possibles dès le 20 septembre à l’accueil du Musée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Environnement : une expérimentation viticole unique dans le Bordelais !

30/08/2019 | La Cave de Rauzan, qui rassemble 340 adhérents, a lancé, en 2017, une démarche en faveur d’une viticulture plus respectueuse de l’environnement.

Philippe Hébrard dans les vignes de l'expérience "Zéro Chimie"

Les premiers résultats de l’expérience « Zéro chimie » menée par la Cave coopérative de Rauzan seront connus après les vendanges, qui ont démarré ce vendredi 30 août, pour les crémants. En effet, la Cave, exploitante du Château Canet à Guillac, dans l’Entre-Deux-Mers, a lancé en 2017 une expérimentation en faveur de l’environnement. Cette dernière prône une viticulture en biodynamie, comprendre qui prend en compte tout ce qui entoure la vigne (sol, vie, cycle lunaires), tout en réduisant, voire bannissant, l’usage du cuivre et du soufre, autorisés dans la viticulture biologique. Explication.

Une expérience menée sur un hectare et demie avant d’être élargie aux autres adhérents de la coopérative. Cette expérimentation, baptisée « Zéro Chimie » est menée par Caves de Rauzan, dans l’Entre-Deux-Mers. « De ce que nous savons, cette expérimentation est unique dans le vignoble bordelais, surtout à l’échelle d’une entreprise comme la nôtre, raconte Philippe Hébrard, président de Caves de Rauzan. Nous savons que ça se fait notamment en Alsace, par exemple ». La cave de Rauzan rassemble 340 adhérents viticulteurs de son territoire, pour un peu plus de 3700 hectares de vigne. L'expériementation « Zéro Chimie » est le prolongement de toute une démarche en faveur du développement durable, en particulier de l’environnement, lancée par les Caves de Rauzan en 2009. Ces efforts ont été récompensés par l’obtention du label RSE (Responsabilité Sociale et Environnementale) Niveau Exemplaire, en 2017.

 

L’expérience « Zéro Chimie » rassemble la viticulture biologique et en biodynamie. Elle est menée, sur un hectare et demi, au Château Canet, à Guillac. L’exploitation, propriété de la coopérative depuis le départ de la famille Large, est en bio depuis les années 80. « Nous n’aurions pas pu mener cette expérience avec une propriété en bio depuis peu, poursuit Philippe Hébrard. C’est en plus compliqué de pousser un viticulteur à nous faire confiance, donc comme nous – Caves de Rauzan – sommes propriétaires du Château Canet, nous avons pu y faire ce que nous voulions, sans mettre en danger la production d’un adhérent ». Parce que le danger est bien là. En effet, les résultats de cette troisième campagne sont attendus avec impatience, dans la mesure où la première année faisait état d’une baisse de rendement de 30 %, 50 % pour la deuxième (comparé au rendement du bio).

 

« C’est à la fois cartésien et ça demande une certaine ouverture d’esprit ».

 

La philosophie de cette expérimentation, qui n’a pas encore de cahier des charges bien défini, est simple : pas de produit de synthèses (pesticides et autres produits phytosanitaires) bien évidemment, mais pas non plus de produits naturels, à savoir le soufre et le cuivre. Ce dernier est d’ailleurs de plus en plus décrié. Pour remplacer ces produits, ces mélanges à base de plantes et de sels minéraux. L’autre volet de cette viticulture particulière repose sur la dynamisation de trois facteurs importants du développement de la vigne : le sol, l’eau et la plante. Ainsi, les produits utilisés sont à base d’ortie et d’orge. Un couvert végétal a été apposé, composé de céréales à paille, comme l’avoine et de légumineuses, comme les féveroles, pour apporter de l’azote.  « Il ne faut surtout pas trop labourer, reprend Philippe Hébrard, parce que le couvert végétal ne servirait à rien dans ce cas-là, il vaut mieux le coucher ».

Si les méthodes de travail citées plus haut sont plutôt « cartésiennes », le président de Caves de Rauzan soutient qu’il y a des aspects qui demandent une certaine ouverture d’esprit. « Il faut travailler en fonction des cycles de lune, ça me paraissait bizarre au début, mais je l’ai accepté ». En effet, suivant le calendrier lunaire, il est plutôt conseillé de travailler le sol ou la plante. Caves de Rauzan travaille d’ailleurs sur le développement d’outils informatiques d’aide à la décision sur ce sujet. Au-delà des méthodes de travail, le « Zéro Chimie » est une expérience que Caves de Rauzan aimerait extrapoler à d’autres domaines, comme l’explique Philippe Hébrard. « L’objectif de cette démarche est de faire passer le message que oui c’est risqué, mais moins polluant, et surtout possible ». Pour Caves de Rauzan, l’optimisme est de mise : le consommateur demande de plus en plus de produits naturels, ou bio. D’un autre côté, la surface viticole en bio de la coopérative a été multipliée par 10 en une décennie, passant de 20 hectares en 2009, à 200 en 2018.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7434
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr