Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

12/12/18 : La Mairie de Billère (64), met en garde sur des démarchages abusifs proposant une intervention pour détruire un nid de frelons ou pour réclamer un paiement pour une intervention déjà effectuée. Ces personnes ne sont pas mandatées par la Mairie.

11/12/18 : 70 ans après l’adoption de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme la Ligue des Droits de l'Homme organise une conférence-débat avec Henri Leclerc pdt d’honneur de la LDH France, le mardi 18 déc à 19h30 à l’Athénée municipal à Bordeaux.

11/12/18 : Vendredi 14 décembre à 20h30, concert de fin d'année de l'Orchestre universitaire de Bordeaux, dans l'amphi 700 de l'Université Bordeaux Montaigne, avec au programme : Wolfgang Amadeus Mozart, Vincenzo Bellini et Antonín Dvořák.

11/12/18 : Ouverture des Halles de Talence ! Après 9 mois de travaux et 18 mois d’élaboration cet équipement a fait peau neuve. Prochainement, il accueillera 16 commerces de bouche dans l’hypercentre.

11/12/18 : 3ème « Partage - Groove for Food », dimanche 16 déc, où 12 des meilleurs DJs bordelais se mobiliseront en faveur des plus démunis de 12 h à 19 h, en se relayant aux platines du restaurant L’Épicerie Bordelaise, 14 rue Ravez.

11/12/18 : Charente-Maritime : à compter du 1er janvier 2019, deux nouvelles communes vont voir le jour : Marennes-Hiers-Brouage et Saint-Hilaire-de-Villefranche (près de St Jean d'Angély). Les nouveaux maires et adjoints seront élus lors des prochaines séances de c

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/12/18 | Don du sang: l'EFS appelle à une mobilisation continue

    Lire

    L'EFS lance un appel aux dons pour mobiliser les donneurs de sang à l’approche des fêtes, car, comme chaque fin d'année, le nombre de dons diminue et les réserves de sang avec. Or la durée de vie des produits sanguins est limitée (7 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges), et les besoins des malades eux, restent constants: 850 à 1 000 dons sont nécessaires chaque jour en Nouvelle-Aquitaine. Les donneurs de tous groupes, et plus particulièrement les donneurs universels (O-) sont invités à venir donner leur sang. Où donner: dondesang.efs.sante.fr

  • 12/12/18 | Impact économique de la mobilisation des gilets jaunes : la CCI47 solidaire de ses entreprises

    Lire

    Les 15 000 ressortissants de la CCI47 sont actuellement sondés pour faire un état des lieux à date des impacts suite aux blocages des « gilets jaunes ». Le sondage est accessible via le site web de la CCI www.cci47.fr. Une cellule d’aide et de soutien aux entreprises est également mise en place.

  • 12/12/18 | En Dordogne, patrouilles renforcées sur les marchés de Noël

    Lire

    Après le drame qui a frappé Strasbourg, mardi, le préfet appelle chacun à la vigilance. Dans un communiqué, la préfecture indique que des mesures de sécurisation des marchés de Noël et des rassemblements festifs en Dordogne ont été prises avant la fusillade de Strasbourg, mais l'ensemble des dispositions de sécurité initiales sera au besoin renforcé conformément au plan Vigipirate. Les patrouilles de police et de gendarmerie seront plus fréquentes et l'ensemble des acteurs de sécurité sont mobilisés.

  • 12/12/18 | Electricité publique : Limoges re-signe pour 30 ans

    Lire

    Une nouvelle convention de concession vient d'être signée entre la ville de Limoges, Enedis et EDF, respectivement pour la gestion du service public de distribution d'électricité et la fourniture d'énergie électrique (tarif règlementé) pour trente ans. Ce contrat, visant notamment, selon la ville, à "améliorer les indicateurs de performance et de suivi de service public d'électricité", permet aussi aux clients de bénéficier de e.quilibre, une solution numérique pour les aider à maîtriser leur consommation énergétique.

  • 12/12/18 | Urgence Attentat : la sécurité renforcée en Gironde

    Lire

    Suite à l'attentat commis mardi soir à Strasbourg, la préfecture de Gironde, après l'instauration au niveau national du plan vigipirate au niveau "Urgence Attentat", a annoncé avoir fait appel aux services de sécurité et aux forces armées pour "renforcer sans délais" les contrôles à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, dans les gares et les ports et la surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et bâtiments publics. Par ailleurs, elle interdit toute manifestation ou rassemblement sur la voie publique et incite les professionnels à "prendre toutes les mesures nécessaires".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Épandage aérien de pesticides: la seule solution efficace selon les agriculteurs

23/08/2012 | Cet été, différentes dérogations à l'épandage de pesticides ont été autorisées par la Préfecture des Landes au grand soulagement des producteurs de maïs

Grains de maïs

Soulagement pour certains, mécontentement pour les autres, cet été, Claude Morel, le préfet des Landes a autorisé l'épandage aérien de pesticides sur des cultures de maïs. Décision concernant 43 communes; différents producteurs ont obtenu l'accord pour traiter leur maïs par ce procédé. il est certes prohibé par le droit européen et le droit français mais des dérogations sont possibles depuis 2011. Alors que les associations protectrices de l'environnement s'opposent à l'utilisation de cette technique, les agriculteurs n'ont parfois pas d'autres alternatives pour assurer la pérennité de leurs cultures.

" Une minorité d'agriculteurs cautionne ce genre d'épandage. Aujourd'hui la majorité tente de trouver des solutions mais, parfois il n'y a plus le choix " explique Christophe Mesplède, président du Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef) des Landes. Cette année, plusieurs producteurs ont demandé l'autorisation d'effectuer des épandages aériens pour sauver leurs cultures de maïs de l'attaque des pyrales, le 20 juillet et le 13 août derniers. Certains d'entre eux ont obtenu des dérogations pour effectuer cette pratique normalement interdite, et dont ils ne demandent d'ailleurs pas la généralisation.

Une technique " rapide, fiable " et contrôléePrésident de la chambre régionale d'agriculture d'Aquitaine, le landais Dominique Graciet explique le choix de l'épandage aérien par deux raisons, la rapidité et la fiabilité de la technique. " Le produit s'abat plus vite sur les cultures, utiliser les enjambeurs amène à un traitement beaucoup plus long " évoque t-il. Si il existe des alternatives, pour les agriculteurs, elles sont moins fiables et il rappelle que " l'épandage aérien n'est utilisé qu'en cas d'urgence pour éviter une perte importante de la culture de maïs. Soumis à des cahiers des charges de plus en plus stricts, les agriculteurs tentent autant que faire se peut, d'utiliser d'autres procédés mais, il y a aussi une question de coût rappelle le Modef. Les groupes industriels seraient d'autant plus attentifs à choisir le prix le plus bas qu'ils ont passé des contrats avec les producteurs. Or, chacune des alternatives est " plus élevée" que l'épandage aérien explique le président du Modef 40. " Les agriculteurs ne sont pas les véritables demandeurs de cette dérogation, ils ne maîtrisent rien" justifie t-il. " Ils sont soumis à un cahier des charges important, on les pousse à obtenir une dérogation. Derrière, il y a de grosses coopératives qui vendent des produits phytosanitaires" poursuit-il.

De son côté, Henri Bies-Péré, administrateur de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, président de la FRSEA et lui même producteur à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques, rappelle que la technique de l'épandage aérien est fortement contrôlée. " Les dérogations se font au cas par cas, dans des conditions bien particulières avec des produits homologués et ayant reçu un avis favorable par toutes les agences de sécurité sanitaires " explique t-il en réponse aux critiques des associations protectrices de l'environnement. Devant être réalisés avant le 31 octobre, les épandages aériens des 43 communes des Landes concernées par les autorisations ont d'ores et déjà commencé. Si les agriculteurs sont sensibles à éviter au maximum l'utilisation de ce procédé, ils sont cependant soulagés de pouvoir y avoir recours sous conditions.

A lire également sur aqui.frÉpandage aérien de pesticides: les associations de protection de l'environnement en colère
Épandage aérien de pesticides: les dérogations continuent dans les Landes: entre explications et consternations



Caroline Ricros
Par Caroline Ricros

Crédit Photo : Jos Faber

Partager sur Facebook
Vu par vous
1752
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
FERRAND | 25/08/2012

IL faut ARRETER!!Combien de malades, combien morts?Les agriculteurs prteront une lourde responsabilité.Ils seront les premières victimes.Pensez à vos enfants, à l'avenir. Que restera-t'il de notre terre après ces annéesd'utilisation de tous ces pesticides.Je comprends le désarroi des paysans, mais pensez à l'avenir, il faut trouver d'autres solutions et vite!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr