Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Épandage aérien de pesticides: la seule solution efficace selon les agriculteurs

23/08/2012 | Cet été, différentes dérogations à l'épandage de pesticides ont été autorisées par la Préfecture des Landes au grand soulagement des producteurs de maïs

Grains de maïs

Soulagement pour certains, mécontentement pour les autres, cet été, Claude Morel, le préfet des Landes a autorisé l'épandage aérien de pesticides sur des cultures de maïs. Décision concernant 43 communes; différents producteurs ont obtenu l'accord pour traiter leur maïs par ce procédé. il est certes prohibé par le droit européen et le droit français mais des dérogations sont possibles depuis 2011. Alors que les associations protectrices de l'environnement s'opposent à l'utilisation de cette technique, les agriculteurs n'ont parfois pas d'autres alternatives pour assurer la pérennité de leurs cultures.

" Une minorité d'agriculteurs cautionne ce genre d'épandage. Aujourd'hui la majorité tente de trouver des solutions mais, parfois il n'y a plus le choix " explique Christophe Mesplède, président du Mouvement de défense des exploitants familiaux (Modef) des Landes. Cette année, plusieurs producteurs ont demandé l'autorisation d'effectuer des épandages aériens pour sauver leurs cultures de maïs de l'attaque des pyrales, le 20 juillet et le 13 août derniers. Certains d'entre eux ont obtenu des dérogations pour effectuer cette pratique normalement interdite, et dont ils ne demandent d'ailleurs pas la généralisation.

Une technique " rapide, fiable " et contrôléePrésident de la chambre régionale d'agriculture d'Aquitaine, le landais Dominique Graciet explique le choix de l'épandage aérien par deux raisons, la rapidité et la fiabilité de la technique. " Le produit s'abat plus vite sur les cultures, utiliser les enjambeurs amène à un traitement beaucoup plus long " évoque t-il. Si il existe des alternatives, pour les agriculteurs, elles sont moins fiables et il rappelle que " l'épandage aérien n'est utilisé qu'en cas d'urgence pour éviter une perte importante de la culture de maïs. Soumis à des cahiers des charges de plus en plus stricts, les agriculteurs tentent autant que faire se peut, d'utiliser d'autres procédés mais, il y a aussi une question de coût rappelle le Modef. Les groupes industriels seraient d'autant plus attentifs à choisir le prix le plus bas qu'ils ont passé des contrats avec les producteurs. Or, chacune des alternatives est " plus élevée" que l'épandage aérien explique le président du Modef 40. " Les agriculteurs ne sont pas les véritables demandeurs de cette dérogation, ils ne maîtrisent rien" justifie t-il. " Ils sont soumis à un cahier des charges important, on les pousse à obtenir une dérogation. Derrière, il y a de grosses coopératives qui vendent des produits phytosanitaires" poursuit-il.

De son côté, Henri Bies-Péré, administrateur de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles, président de la FRSEA et lui même producteur à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques, rappelle que la technique de l'épandage aérien est fortement contrôlée. " Les dérogations se font au cas par cas, dans des conditions bien particulières avec des produits homologués et ayant reçu un avis favorable par toutes les agences de sécurité sanitaires " explique t-il en réponse aux critiques des associations protectrices de l'environnement. Devant être réalisés avant le 31 octobre, les épandages aériens des 43 communes des Landes concernées par les autorisations ont d'ores et déjà commencé. Si les agriculteurs sont sensibles à éviter au maximum l'utilisation de ce procédé, ils sont cependant soulagés de pouvoir y avoir recours sous conditions.

A lire également sur aqui.frÉpandage aérien de pesticides: les associations de protection de l'environnement en colère
Épandage aérien de pesticides: les dérogations continuent dans les Landes: entre explications et consternations



Caroline Ricros
Par Caroline Ricros

Crédit Photo : Jos Faber

Partager sur Facebook
Vu par vous
1585
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
FERRAND | 25/08/2012

IL faut ARRETER!!Combien de malades, combien morts?Les agriculteurs prteront une lourde responsabilité.Ils seront les premières victimes.Pensez à vos enfants, à l'avenir. Que restera-t'il de notre terre après ces annéesd'utilisation de tous ces pesticides.Je comprends le désarroi des paysans, mais pensez à l'avenir, il faut trouver d'autres solutions et vite!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr