18/08/22 : Eric, fondateur de Rediv à Hastingues (Landes), interviendra au cours de l'émission Capital, dimanche 28 aout à 21 h 10 sur M6. Une émission consacrée aux discounteurs qui bénéficient du boom de l'occasion, un marché qui devrait doubler d'ici 2025.

18/08/22 : Des travaux de nuit sont réalisés sur la rocade Sud de Bergerac jusqu'au 9 septembre pour réfection de la chaussée entre le giratoire de la Route d’Eymet et le giratoire « des sardines » (piscine AQUALUD). Les travaux se déroulent entre 20h et 6h.

18/08/22 : En quelques jours, Poitiers a perdu deux serviteurs. Henri Chevalier, premier président du CSC des 3 Cités et engagé au Stade Poitevin et au sein de l’OMS. André Guisiano, Zézé, joueur, entraineur et président du Stade Poitevin Rugby.

18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Fete de la terre des Jeunes agriculteurs de Gironde

    Lire

    Les Jeunes Agriculteurs de la Gironde et de la Vallée du Dropt organisent la Fête de la Terre ce dimanche 21 août à partir de 10 h, à Monségur, lieu-dit Prés de Nujons. Au menu le 66 ème concours départemental de labour, des démonstrations de matériels agricoles, une restauration concoctée par les JA, des jeux pour enfants et un marché de producteur. Sans oublier lancer de bottes de paille, courses en brouette, pêche à la ligne... Temps de convivialité entre citadins et ruraux, cette journée est aussi l’occasion de partager autour d'une passion.

  • 18/08/22 | Grêle : des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    À la suite des violents orages en Dordogne le 2 et le 20 juin, un fonds national d’urgence en faveur des exploitants sinistrés avec une enveloppe de 900 000 euros est débloquée pour la Dordogne, soit une aide de trésorerie exceptionnelle, pour un montant maximum de 5 000 euros par exploitant, qui sera versée dans les prochaines semaines. Des dégrèvements de taxe sur les propriétés foncières non bâties (TFNB) sont également prévues, charge aux propriétaires de les répercuter aux locataires fermier.

  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Épandage en Charente : syndicats et chambre d’agriculture font de la pédagogie 

28/10/2019 | Ce lundi 21 octobre, la FNSEA 16, les JA 16 et la chambre d'agriculture de la Charente ont réalisé une démonstration d'épandage au lycée agricole de La Couronne

1

La FNSEA 16, les JA 16 ainsi que la chambre d’agriculture de la Charente se sont réunis au lycée agricole de l’Oisellerie à La Couronne pour faire une démonstration d’épandage : montrer d’une certaine manière qu’ils maîtrisent cette technique et savent ce qu’ils font. C’est également une façon de sensibiliser le grand public et les élus mais aussi de communiquer pour lutter contre un "agribashing" grandissant. Les agriculteurs en ont profité pour montrer du matériel de pointe utilisé pour traiter les vignes qui permettent moins de gâchis et moins d’éparpillement des produits. La Charente souhaite s’afficher comme un département en avance dans l’utilisation de ce type d’équipement.

« Le but est d’expliquer et d’informer » confie Julien Massé, président des JA de Charente. Même discours du côté de la FNSEA 16 et de Jean-Bernard Sallat. « Nous sommes dans une logique d’explication de notre métier, de nos pratiques. Nous nous justifions mais ce que nous faisons est légal. Il faut que les gens comprennent ce qu’est l’agriculture aujourd’hui ». Dans ce champ du lycée agricole de l’Oisellerie, une démonstration d’épandage était programmée ce lundi 21 octobre. Les produits pharmaceutiques ont été remplacés par de l’eau et au moins quatre bouteilles de menthe et des colorants alimentaires pour que les gouttelettes puissent faire des marques. Au sol, une nappe blanche en papier, disposée en limite du bras articulé du tracteur. Des papiers hydrosensibles ont été éparpillés dessus pour déterminer la dérive. 

 « C’est une communication positive basée sur une démonstration de terrain, explique Christian Daniau, président de la chambre d’agriculture de la Charente, pour que vous voyez la pratique sur le terrain. Cette démonstration s’inscrit dans une démarche de la chambre agriculture, afin de retrouver le dialogue avec les citoyens ». L’agriculture fait partie des secteurs économiques importants en Charente et figure parmi les premiers employeurs du département, avec plus de 12 000 salariés dans ce secteur. Cette communication sur l’épandage est avant tout destinée aux journalistes qui pourront relayer les résultats de la démonstration. Mais les deux syndicats et la chambre d’agriculture souhaitaient également s’adresser aux élus qui, déception, n’ont pas vraiment répondu à l’invitation. « Nous voulions recréer le dialogue avec nos élus », reconnaît Christian Daniau. Seul élu présent, Thierry Charbonnaud, conseiller délégué à Roullet-Saint-Estèphe. Il est d’ailleurs lui-même agriculteur. « J’explique souvent mon métier aux gens. Je leur fais un point sur les réglementations. Il y a beaucoup de questions sur les pratiques d’agriculteurs, les nitrates, l’eau et maintenant les pesticides. Je leur réponds souvent que l’agriculteur fait en sorte que la culture soit dans le meilleur environnement pour pousser et grandir et que nous aimons l’environnement et la nature ». Ce n’est pas un hasard si le lieu de cet épandage fictif se déroule à La Couronne. Le maire Jean-François Dauré avait été l’un des premiers dans la région à prendre un arrêté anti-pesticides le 16 septembre dernier. Un arrêté qui devrait être invalidé par la préfecture de Charente. Le choix du lycée n’est pas anodin non plus. Pour le président de la chambre d’agriculture de Charente, c’est aussi une manière de « montrer les pratiques de demain, c’est le rôle des lycées et des établissements de formation ».

La machine agricole pulvérisait de l'eau avec du colorant alimentaire et de la menthe afin de marquer les gouttelettes d'eau sur la nappe blanche installée pour la démonstration

Expliquer avant d’agir

Avant de passer à l’action, les agriculteurs sont passés par une phase d’explications. S’ils pulvérisent ce n’est pas par hasard. C’est pour lutter contre des insectes, pucerons, mauvaises herbes et autres maladies qui ont un impact sur leur culture. « Parfois cela peut diviser notre rendement par deux ou trois », explique Christian Daniau. L’épandage est très réglementé. Il y a des périodes d’autorisation. Et même lorsque les professionnels peuvent le faire légalement, ils utilisent des outils d’aide à la décision (OAD) pour évaluer la pertinence d’un choix . « Ces outils nous donnent des pistes indicatives pour protéger notre culture », poursuit-il. Le président de la chambre d’agriculture montre des cuvettes de couleur. Dedans, les agriculteurs mélangent de l’eau et du produit vaisselle. Les insectes y sont piégés et restent à l’intérieur, ce qui permet de voir la présence des insectes et de savoir s’il faut traiter ou non.  « S’il n’y en a pas, nous n’appliquons pas de produits, car ils nous coûtent cher et nous ne le faisons pas sans raison ». Pour les cultures de blé, ils utilisent un système de plaque collante qu’ils positionnent sur le blé. Les pucerons viennent dedans et les agriculteurs envoient ensuite des échantillons en laboratoire pour voir s’ils sont ou non inoffensifs.   

Autre point évident avant de pulvériser, les professionnels du monde agricole interrogent la météo. « Nous la consultons plusieurs fois par jour via nos applications et même certains d’entre nous ont investi dans des stations météo de pointe », indique Julien Massé. Quand ils prennent la décision de pulvériser,  ils doivent faire attention à la température, aux précipitations, l’hydrométrie, au risque du vent (sa direction, sa vitesse). « En ce moment les conditions sont optimales. Il n’y a pas de pluie prévue, un vent de 10km/h maximum est indiqué sur la prévision. Nous pouvons donc faire des applications dans ces conditions », confie Christian Daniau.  

Un permis pour utiliser les produits phytopharmarceutiques 

Dans des conditions optimales, le tracteur commence à pulvériser ce produit fictif. Au volant, Ludovic Massacret, secrétaire général de la FNSEA 16. Il est détenteur d’un Certiphyto, une certificat individuel de produits phytopharmaceutiques. Il est nominatif et reconduit tous les cinq ans. « Il me donne la possibilité d’utiliser des produits phytopharmaceutiques. Toutes les personnes qui épandent doivent l’avoir. Il le faut également pour acheter ces produits. » Au bout de cinq ans, les agriculteurs détenteurs de ce certificat repassent une formation sur deux jours avec à la fois des mises à jour sur l’application, des questions d’environnement, des parties plus techniques. Chacun répond ensuite à un QCM de 30 questions et a le droit à seulement cinq erreurs. « C’est un peu comme l’épreuve du code de la route », sourit Ludovic Massacret.                            

Le pulvérisateur était équipé de buses anti-dérives. Résultat de la mesure réalisée par Christian Daniau et Julien Massé, seulement 25 cm de dérive par rapport à l'extrémité du bras.

La nappe est positionnée à la limite de la barre de pulvérisation. « Nous allons voir les limites de la dérive « , promet Christian Daniau. Le tracteur est équipé de longs bras de buses anti-dérive. C’est un système qui aspire les gouttelettes pour éviter que cela forme une nappe de brouillard et que des gouttes se répandent partout. Ce matériel, beaucoup d’agriculteurs le possèdent. Le tracteur s’élance, baisse la barre de pulvérisation au plus bas. Une fois qu’il est passé, c’est l’heure des résultats. Christian Daniau et Julien Massé sortent le mètre et mesurent au centimètre près. Résultat : 25 cm de dérive. «  Si la situation n’avait pas été favorable, nous ne l’aurions pas, avoue Christian Daniau. Vous savez, nous avons tant de choses à faire, de l’administratif, remplir des papier.s. Nous ne faisons pas n’importe quoi. Sachant qu’en plus ces produits nous coûtent cher. » Donc à chaque épandage, ces professionnels mettent la bonne dose. « De quelques dizaines de grammes à quelques kilos maximum par hectare. Concernant les gouttelettes, le papier hydrosensible a dévoilé le résultat. « Voilà la preuve par l’image, je vous laisse juger », poursuit le président de la chambre d’agriculture. Les gouttes sont effectivement régulières, là où est passé le bras et plus on s’éloigne, moins il y en a. Et même à l’autre bout de la nappe il n’y a rien…

« Pour réduire l’utilisation des produits, de nouvelles techniques arrivent. Ça ne se fera pas du jour au lendemain. Il faut faire des tests, de l’expérimentation. Nous avons besoin d’être soutenus pour aller vers des méthodes plus vertueuses », explique Christian Daniau, qui en profite pour rappeler que l’agriculture française est l’une des plus vertueuses au monde. Elle est présente dans ce classement depuis au moins trois ans par The Economist Intelligence Unit qui l’établit selon une quarantaine d'indicateurs, répartis en trois catégories (le gaspillage de l'eau et de la nourriture, la durabilité des méthodes agricoles, la gestion des problématiques nutritionnelles).  Guillaume Chamouleau, vice-président de la chambre d’agriculture de la Charente, président du Comité d' Orientation des Grandes Cultures en a profité pour apporter une précision sur la définition des pesticides qui sont faits pour tuer et endiguer des fléaux. « Ils causent des problèmes sur notre récolte, j’ai été touché par une maladie et je suis passé de 80 quintaux à 15… » Il rappelle surtout que dans les pesticides, il y a plusieurs produits, les phytopharmaceutiques, les biocides, les médicaments, les produits à usage vétérinaire. « En France, nous utilisons plus de médicaments (170 000 tonnes) que de produits phytopharmaceutiques (66 000 tonnes). Je pense qu’il faut raisonner de manière plus large. D’autant que les agriculteurs utilisent seulement 1 800 produits dont 1/4 sont bio », précise-t-il.

Des pulvérisateurs confinés pour la viticulture 

La viticulture aussi s’y met pour traiter les vignes. Elles représentent tout de même en Charente 34% de la valeur finale de la production agricole. Les viticulteurs se sont équipés et ont pris de l’avance sur leur homologue des départements viticoles voisins. En plus, ils profitent du fait que les vignes soient plantées avec suffisamment d’espace entre chaque rang. « Moi je ne traite pas, je protège. Dans la vigne, nous utilisons un peu plus de produits que dans les autres exploitations, mais nous travaillons à les réduire », confie Julien Massé, président des JA 16 et viticulteur. « Nous avons besoin de ces produits », poursuit-il. Pour protéger des maladies et de nouveaux insectes qui arrivent. Le moustique tigre a été repéré en Charente en 2018 et semble même s’être implanté en 2019. Anne-Marie Vaudon, vice-présidente de la chambre d’agriculture de Charente, présidente du Comité d' Orientation de la Viticulture, a présenté un outil, une remorque qui se place derrière un tracteur et qui coûte entre 40 et 60 000 euros et même jusqu’à 80 000 euros selon les options. Il s’agit d’un « pulvérisateur confiné avec des panneaux de chaque côté du pulvérisateur et de la soufflerie, qui font que les produits sont captés de chaque côté. » Les excédents sont récupérés et la dérive quasiment inexistante. « Nous récupérons de 20 à 70 % des produits autrefois perdus dans la nature », précise Julien Masé. La perte est moindre. « La Charente est le département où ce produit s’est le plus vendu. Cela nécessite bien sûr de l’investissement pour les viticulteurs, les sociétés ou les Coop », précise Anne-Marie Vaudon.

Le département de la Charente, réputé pour sa vigne, est le plus doté en nombre de pulvérisateurs confinés utilisés pour traiter la vigne

Autre machine exposée, celle acquise par la chambre d’agriculture de la Charente (et financée par les fonds européens LEADER). Il s’agit d’un pulvérisateur qui sert à faire des expérimentations sur des rangs de vigne non-traités. Des essais du type biocontrôle qui permettent de réduire les doses, de tester de nouveaux produits. Là encore il s’agit d’un pulvérisateur confiné avec le même principe, une soufflerie et des panneaux de confinement. Un « jouet » qui accompagne Clément Bertrand, consultant viticole expérimentateur « Ces produits testés par la chambre d'agriculture peuvent servir à établir une nouvelle stratégie pour avoir un meilleur rendement,  tout en respectant l’environnement. Prévoir une récolte de qualité et en quantité. Avec cet engin je vais pouvoir tester plus », confie-t-il. Cette expérimentation, Clément Bertrand la faisait manuellement encore cet été, ce qui prenait quand même plus de temps. « Beaucoup de produits arrivent sur le marché, explique Christian Daniau, nous avons besoin de les tester pour savoir ce qu’ils apportent en plus. Cet engin va nous permettre de multiplier les expérimentations et d’aller plus vite pour les solutions de demain ».

Habitués des opérations « communication », la FNSEA 16, les JA 16 et la chambre agriculture de la Charente ne comptent pas s’arrêter là. « Cette démonstration est une première étape, nous ferons d’autres actions dans les semaines à venir », promet Jean-Bernard Sallat, président de la FNSEA 16. Parmi elles, une opération d'analyses d’urines pour les agriculteurs, comme ça s’est fait en Vendée ou dans le Morbihan. Car ce sont eux qui sont le plus exposés à tous ces produits phytopharmaceutiques qui font peur aujourd’hui à l’ensemble de la société. Ils enverront tout ça à un laboratoire agréé situé à Limoges. « Après nous pourrons discuter des résultats. Mais j’espère que les gens seront réceptifs. Nous nous donnons les moyens d’expliquer nos pratiques. Nous ne voulons pas nous sentir agressés en face. Il faut que tout le monde puisse nous écouter et nous voulons lutter contre cet agribashing », conclut Christian Daniau, le président de la chambre d’agriculture de la Charente, assez remonté par l’image dont souffre aussi sa profession. La chambre travaille d’ailleurs sur une charte de bon voisinage en coopération avec l’Association des Maires de France (AMF) : avec en filigrane un espoir : que citoyens et agriculteurs finissent par s’entendre et se comprendre.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
14473
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole