Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Euralis : cap sur les activités et segments stratégiques

11/12/2018 | Entre transformation du Pôle Agricole et recentrage sur les activités à haute valeur ajoutée, Euralis tient (le bon) équilibre, en attendant la réalisation d'ambitions plus fortes encore pour 2019

Pierre Couderc, DG du groupe coopératif Euralis, et Christian Pèes, son Président

Si parmi les chiffres de l'exercice 2017-2018, Christian Pèes, le président du groupe coopératif Euralis veut garder l'oeil sur l'EBITDA, acronyme complexe de ce qu'est selon le dirigeant : « la photographie de la performance économique opérationnelle de la coopérative », à plus de 51 M€ et en hausse constante depuis 4 ans, il n'empêche que le résultat net du groupe s'affiche négatif à -26 M€. Deux chiffres qui mettent en avant deux réalités de la coopérative : d'une part son recentrage sur des activités et segments stratégiques les plus rentables, et d'autre part, l'impact du plan de restructuration de son pôle alimentaire, entamé en début d'année dernière, entraînant la fermeture de 2 sites et la réduction ou transformation d'activité de 4 autres sites. Une restructuration nécessitant un plan d'investissement de 45 M€ sur 3 ans, qui contribue à creuser ce résultat net, face à un résultat d'exploitation (29 M€) en progression de 3 M€ . Le chiffre d'affaire (1,4 Mds €) quant à lui reste stable par rapport à 2017. Côté stratégie la Coopérative basée à Lescar (64), dirigé par Pierre Couderc, n'oublie pas non plus de parier sur l'innovation et l'international.

Parmi les faits marquants de la coopérative Euralis sur l'exercice clos au 31 août dernier, figure en première place « le Plan de transformation du pôle alimentaire, qui vise à concentrer nos activités sur nos marques et segments les plus rentables » détaille Pierre Couderc. Un plan qui comprend d'une part la fermeture des sites de Brives (19) (transformation de canards) et Dunkerque (59) (plats cuisinés), et l'investissement sur d'autres sites. Parmi eux, l'usine de Maubourguet (65) pour en faire, avec 4 M€ investis, « le site de référence sur la production de Foie gras frais et transformé à destination de la grande distribution » (sous la marque Montfort) et le site de Sarlat, aménager en un centre de création culinaire autour du foie gras et du canard, visant à la production de petite série « d'excellence » et à haute valeur ajoutée, principalement pour la marque Rougié (1 M€ d'investissement). Autre site concerné par les investissements : le site "amiral" pour les produits boucher charcutier traiteur et frais emballé d'Yffignac (22) pour les marques Stevalen et Qualité Traiteur. Ici 5 M€ sont mis dans ce projet qui va permettre « la modernisation des équipements et l'extension du site industriel » en parallèle de l'abandon de l'activité Salade traiteur grande distribution aux marges jugées insuffisantes.
Au total, une transformation de grande ampleur, qui ne se fait pas sans conséquence sur les personnels puisque à date, 281 postes sont concernés au niveau national entre aide au départ volontaire, reclassement en interne, formation de reconversion, ou départ forcé « qui pour l'heure, n'a concerné qu'une seule personne », précise le Directeur du Groupe coopératif, mais l'heure n'est pas encore au bilan, les différentes procédures étant encore en cours.

Volonté d'innovation

Autre élément marquant de l'année écoulée sur les productions animales : le renforcement de la biosécurité post grippe aviaire, qui a là encore impacté la coopérative. 8 M€ ont en effet été mis sur la table pour participer auprès des élevages et abattoirs à la mise en place de ces nouvelles normes dont la conséquence, notamment le passage en bande unique, est la diminution du nombre de canards produits passant de 9 à 7 M par an. Mais, c'est une occasion pour la filière, et donc pour la coopérative de produire des animaux plus rentables, autrement dit plus chers pour le consommateur « d'environ 35% par rapport à 2015 » estime Pierre Couderc. Une augmentation des prix que Christian Pées estime nécessaire : « c'était indispensable car sur la grande distribution, avant les crises, nous perdions de l'argent ». Une considération d'ailleurs largement partagée par l'ensemble de la filière palmipèdes à foie gras. Cela dit, l'an dernier, « avec 6 millions de canards produits, il nous manquait encore un peu de production à Noël, ce qui ne sera pas le cas cette année, donc l'offre et la demande pourront se rencontrer de façon plus libre », tempère le directeur général.
Mais les consommateurs pourront aussi découvrir de nouveaux produits signe de la volonté d'innovation d'Euralis. Une innovation portée par un budget qui repart à la hausse tant en R&D (27 M€) qu'en marketing (22 M€), même s'il n'atteint pas encore les ambitions initiales reconnaît le directeur général. Côté innovation produits, place donc, par exemple aux escalopes de foie gras surgelées déjà dorées, au soufflés gonflés qui ne s’essoufflent plus avant le service ou encore à l'étonnant foie gras mi-cuit au chorizo...

A la conquête du marché russe
Mais l'innovation c'est aussi sur le pôle semence qu'elle se joue, avec « le classement dans le top 10 des variétés européennes des semences de tournesol ES bella ou encore, côté maïs, le lancement de la 2ème génération de Danté tropicaux ayant permis, au delà de ses gains technique, des gains de part de marchés à la coopérative sur un marché pourtant déjà très concurrentiel », se satisfait le Présidetn Pèes. Sur l'activité semence, qui représente 194 M€ de chiffre d'affaires, le grand projet à l'oeuvre au sein de la coopérative est l'accélération du développement des activités en Russie, « tant sur la distribution commerciale que sur la démonstration de la force agronomique de nos productions », poursuit Christian Pèes. « Cette année nous avons doublé notre effort en passant de 25 à 47 collaborateurs sur place et en développant des alliance avec plus de 25 distributeurs que nous gérons en direct. Nous avons également 3 partenaires et des exploitations qui produisent pour nous avec au total une centaine d'hectare en essai de production de semence. Le marché de la Russie représente à lui seul un marché de 8 M ha de tournesol ; or Euralis, possède déjà 20% des parts de marché sur la France et 25% en Espagne... Nous sommes assez proche de la saturation des espaces... Nous souhaitons donc affirmer notre présence sur ce marché russe, qui pèse par ailleurs aussi 6 M ha sur le le maïs » expose-t-il. Si le projet avance pas à pas, l'objectif à terme est bien de parvenir à implanter une usine de semence en Russie à l'image de l'implantation ukrainienne réussie de la coopérative au berceau béarnais.

 Des filières qui répondent aux attentes de la société... et des adhérents

Enfin, sur son pole agricole, le résultat d'Euralis est en recul de 2%, malgré des récoltes d'automne marquées par de bons rendements en volume (+11%) et en qualité. Mais la collecte d'été a quant à elle subi de mauvaises conditions climatologiques, entraînant sur le terrain « des impasses de traitements, et près de 3000 ha non semés », note le président. Au total une récolte moindre et de faible qualité sur les céréales à paille, doublée d'une activité viticole pénalisée par les effets du gel du mois d'avril 2017 et d'une forte pluviométrie. En parallèle Christian Pées maintient les engagements de la coopérative « à investir et développer les filières qui répondent aux attentes de la société », à l'image de l'usine de soja sans OGM implantée depuis près d'un an à Vic-en-Bigorre à destination des filières locales, ou encore les corners « La table de producteurs » qui développent les circuits cours pour 450 producteurs adhérents à la coopérative au sein des magasins Points verts. Un magasin entièrement dédié à ce débouché (qui représente actuellement 7 M€ de CA) devrait d'ailleurs voir le jour en 2019. De la même manière par le biais des productions contractuelles (notamment en volailles, bovins, légumes), mais aussi par la recherche de solutions agronomiques limitant le besoin en eau et en intrants, Christian Pèes renouvelle l'engagement et « l'objectif premier de la coopérative de développer des productions à valeur ajoutées pour les 12000 agriculteurs accompagnés par la coopératives dont 7000 coopérateurs ».

Autant de chiffres, de stratégies et d'ambitions proposés à l’approbation de l'ensemble des coopérateurs, lors de l'assemblée générale du groupe coopératif le 8 février prochain.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6477
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 10 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951