18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

03/10/2017 | A Lescar, le site industriel d’Euralis entame une période d’intense activité. Le maïs semences qu’il reçoit sera utilisé toute l’Europe.

La réception de la récolte à Lescar

Les grandes manœuvres battent leur plein pour Euralis. La récolte de maïs semences réalisée sur les 7 000 hectares que couvre la coopérative dans le sud-ouest de la France, toutes espèces confondues (maïs, tournesol, soja, colza), devrait se terminer vers la mi-octobre. Les grains vont être réceptionnés, séchés, stockés, calibrés puis mis en sac dans l’usine de Lescar en attendant d’être expédiés dans toute l’Europe. Ils seront ensemencés l’année prochaine sur plus de 3,5 millions d’hectares. Ce travail est accompagné par une série de contrôles destinés à vérifier de bout en bout la qualité cette production. Car, comme l’indiquent les représentants de la coopérative, « nous travaillons sur quelque chose de vivant ».

Chaque fin d’année, cela n’arrête pas. Dès que le maïs semences est récolté dans les champs, les épis sont acheminés dans les Pyrénées-Atlantiques vers l’imposante usine qui jouxte le siège d’Euralis, à Lescar. Le site fonctionne alors à plein 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24,  indique son responsable, Vincent Jannaud.

On est ici au cœur du dispositif. Les autres établissements industriels de semences que possède le groupe se situent en effet à Séville, en Espagne, où l’on traite uniquement la production de 3 500 hectares de tournesol, et en Ukraine, où l’on intervient sur 1 000 hectares de maïs et 1 500 hectares de tournesol exclusivement réservés au marché de ce pays.

Des "saunas" très spéciaux

Les cellules du séchoir sont contrôlées par informatique

Au plus fort de l’activité, plus de cent bennes de dix tonnes de grains arrivent chaque jour à Lescar. Une fois réceptionnée, la récolte est acheminée vers un vaste séchoir dont chaque cellule peut recevoir jusqu’à 50 tonnes de maïs. Dans ces saunas très spéciaux, des flux d’air chaud contrôlés de manière informatique permettent de réduire à 12,5% le taux d’humidité du maïs.

L’opération prend du temps : pas moins de trois jours. « Nous séchons très lentement pour préserver la qualité de germination des grains » explique Vincent Jannaud.

Lorsqu’il est sec, le maïs est égrené. Quant aux rafles, elles sont récupérées par l’entreprise Eurocob qui fabrique des abrasifs à Maubourguet, dans les Hautes Pyrénées. Cette dernière se sert de ces déchets pour produire essentiellement des absorbants. Rien ne se perd.

Contrôlé du champ au sac

D’autres étapes sont à venir. Le maïs stocké par variété et par qualité va aussi être calibré en fonction de la taille des grains récoltés.

Les semences, protégées par un fongicide classique, sont enfin mises en sacs. Sachant que, tout au long de ce processus, du champ à l’ensachement,  douze contrôles de qualité sont effectués par le laboratoire dont dispose l’entreprise. Les critères de germination et de pureté variétale étant certifiés par le Groupement national interprofessionnel des semences et plantes (GNIS).

« Ces contrôles permettent de mesurer la vigueur de la plante et qu'elle n’est pas atteinte par une maladie ou un champignon » commente Denis Gonthier, directeur des opérations pour le pôle semences. « La qualité est un élément fondamental. Elle conditionne la rémunération des producteurs ». 

« La filière intéresse les jeunes »

Un propos que souligne également Stéphane Boue, président du Syndicat des producteurs de maïs semences et administrateur d’Euralis. « Nous cherchons en permanence à faire évoluer nos techniques pour gagner en compétitivité sur un marché très concurrentiel » rappelle cet agriculteur béarnais installé à Bournos.

« La production de maïs semences est une filière qui intéresse les jeunes, ajoute-t-il. « Cela exige une technicité et une présence quotidienne tout en permettant d’apporter une valeur ajoutée à l’exploitation ». D’une manière générale, on estime que cette production rapporte deux fois plus que le maïs destiné à la consommation.

Sans parler de l’emploi. La récolte assurée par 600 agriculteurs coopérateurs est traitée sur le site de Lescar par 60 salariés permanents auxquels, en pleine saison, jusqu’à 110 saisonniers viennent prêter main forte.

Une recherche permanente

L’enjeu est d’importance. Alors que 70% des semences provenant du sud-ouest sont exportées dans toute l’Europe, Euralis produit chaque année plus de 1,5 million de sacs de dix kilos dans son usine de l’agglomération paloise. Tout en consacrant 13% de son chiffre d’affaires à la recherche sur un marché où ses concurrents ont pour nom Monsanto, Bayer, Syngenta ou Limagrain.

 Quant aux investissements, ils ne cessent de se succéder. Tel celui consenti cette année pour accroître la capacité de la coopérative en tournesol dans le sud-ouest de la France. « Tous les ans, nous investissons 2 à 2,5 millions d’euros sur le pôle semences de Lescar » rappelle Denis Gonthier.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
9378
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert

Salon régional de l'Agriculture d'Aquitaine, du 18 au 26 mai 2013 Agriculture | 29/11/2017

Coulisses et prémices du Salon de l'Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2018

Michel Caillol, constructeur des Cabi Box, Jonathan Lalondrelle éleveur et Eric Pourcel, Responsable développement Euralis Agriculture | 23/11/2017

Pour Euralis tout est bon dans le poulet Label

Hubert Cazalis directeur de la technopole Agrinove Agriculture | 17/11/2017

« Nous voulons faire avancer l’agriculture du Lot-et-Garonne, l’agriculture du XXIème siècle » Hubert Cazalis, directeur de la technopole Agrinove

Frédéric Piron directeur de la DDCSPP Agriculture | 17/11/2017

Grippe aviaire en Dordogne : nouvelles mesures et vigilance accrue

Nettoyage des cages de transport au sein du site biosécurité de Mugron Agriculture | 11/11/2017

Biosécurité: un dispositif de 100 mesures pour Maïsadour