17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

03/10/2017 | A Lescar, le site industriel d’Euralis entame une période d’intense activité. Le maïs semences qu’il reçoit sera utilisé toute l’Europe.

La réception de la récolte à Lescar

Les grandes manœuvres battent leur plein pour Euralis. La récolte de maïs semences réalisée sur les 7 000 hectares que couvre la coopérative dans le sud-ouest de la France, toutes espèces confondues (maïs, tournesol, soja, colza), devrait se terminer vers la mi-octobre. Les grains vont être réceptionnés, séchés, stockés, calibrés puis mis en sac dans l’usine de Lescar en attendant d’être expédiés dans toute l’Europe. Ils seront ensemencés l’année prochaine sur plus de 3,5 millions d’hectares. Ce travail est accompagné par une série de contrôles destinés à vérifier de bout en bout la qualité cette production. Car, comme l’indiquent les représentants de la coopérative, « nous travaillons sur quelque chose de vivant ».

Chaque fin d’année, cela n’arrête pas. Dès que le maïs semences est récolté dans les champs, les épis sont acheminés dans les Pyrénées-Atlantiques vers l’imposante usine qui jouxte le siège d’Euralis, à Lescar. Le site fonctionne alors à plein 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24,  indique son responsable, Vincent Jannaud.

On est ici au cœur du dispositif. Les autres établissements industriels de semences que possède le groupe se situent en effet à Séville, en Espagne, où l’on traite uniquement la production de 3 500 hectares de tournesol, et en Ukraine, où l’on intervient sur 1 000 hectares de maïs et 1 500 hectares de tournesol exclusivement réservés au marché de ce pays.

Des "saunas" très spéciaux

Les cellules du séchoir sont contrôlées par informatique

Au plus fort de l’activité, plus de cent bennes de dix tonnes de grains arrivent chaque jour à Lescar. Une fois réceptionnée, la récolte est acheminée vers un vaste séchoir dont chaque cellule peut recevoir jusqu’à 50 tonnes de maïs. Dans ces saunas très spéciaux, des flux d’air chaud contrôlés de manière informatique permettent de réduire à 12,5% le taux d’humidité du maïs.

L’opération prend du temps : pas moins de trois jours. « Nous séchons très lentement pour préserver la qualité de germination des grains » explique Vincent Jannaud.

Lorsqu’il est sec, le maïs est égrené. Quant aux rafles, elles sont récupérées par l’entreprise Eurocob qui fabrique des abrasifs à Maubourguet, dans les Hautes Pyrénées. Cette dernière se sert de ces déchets pour produire essentiellement des absorbants. Rien ne se perd.

Contrôlé du champ au sac

D’autres étapes sont à venir. Le maïs stocké par variété et par qualité va aussi être calibré en fonction de la taille des grains récoltés.

Les semences, protégées par un fongicide classique, sont enfin mises en sacs. Sachant que, tout au long de ce processus, du champ à l’ensachement,  douze contrôles de qualité sont effectués par le laboratoire dont dispose l’entreprise. Les critères de germination et de pureté variétale étant certifiés par le Groupement national interprofessionnel des semences et plantes (GNIS).

« Ces contrôles permettent de mesurer la vigueur de la plante et qu'elle n’est pas atteinte par une maladie ou un champignon » commente Denis Gonthier, directeur des opérations pour le pôle semences. « La qualité est un élément fondamental. Elle conditionne la rémunération des producteurs ». 

« La filière intéresse les jeunes »

Un propos que souligne également Stéphane Boue, président du Syndicat des producteurs de maïs semences et administrateur d’Euralis. « Nous cherchons en permanence à faire évoluer nos techniques pour gagner en compétitivité sur un marché très concurrentiel » rappelle cet agriculteur béarnais installé à Bournos.

« La production de maïs semences est une filière qui intéresse les jeunes, ajoute-t-il. « Cela exige une technicité et une présence quotidienne tout en permettant d’apporter une valeur ajoutée à l’exploitation ». D’une manière générale, on estime que cette production rapporte deux fois plus que le maïs destiné à la consommation.

Sans parler de l’emploi. La récolte assurée par 600 agriculteurs coopérateurs est traitée sur le site de Lescar par 60 salariés permanents auxquels, en pleine saison, jusqu’à 110 saisonniers viennent prêter main forte.

Une recherche permanente

L’enjeu est d’importance. Alors que 70% des semences provenant du sud-ouest sont exportées dans toute l’Europe, Euralis produit chaque année plus de 1,5 million de sacs de dix kilos dans son usine de l’agglomération paloise. Tout en consacrant 13% de son chiffre d’affaires à la recherche sur un marché où ses concurrents ont pour nom Monsanto, Bayer, Syngenta ou Limagrain.

 Quant aux investissements, ils ne cessent de se succéder. Tel celui consenti cette année pour accroître la capacité de la coopérative en tournesol dans le sud-ouest de la France. « Tous les ans, nous investissons 2 à 2,5 millions d’euros sur le pôle semences de Lescar » rappelle Denis Gonthier.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
2272
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"

Bruno Lafon, président du syndicat des sylviculteurs du Sud ouest, Christian Pinaudeau, son secrétaire général et Eric Dumontet, le secrétaire de la Caisse Phyto Forêt Agriculture | 08/09/2017

Risque phytosanitaire en forêt: des parasites sur la ligne entre les sylviculteurs et l'Etat

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, entourée par les représentants syndicaux régionaux et Claude Souchaud Agriculture | 08/09/2017

A Bellac, Christiane Lambert salue le dynamisme retrouvé de la filière ovine