Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/04/20 | Géolocalisation des commerçants, artisans et autres services à Villenave d'Ornon grâce à une carte interactive

    Lire

    Pour venir en aide aux Villenavaises et Villenavais dans l'organisation de leur quotidien pendant la période de confinement la Ville de Villenave d'Ornon lance une cartographie spécifique à la gestion de crise solidaire : www.villenavedornon.city. Elle permet de géolocaliser les commerçants, artisans et services ouverts ou en fonctionnement, en précisant si ceux-ci proposent des horaires spécifiques pour le personnel soignant, les personnes âgées ou vulnérables ainsi que toute autre disposition prise face à la période de crise sanitaire, telle que la possibilité de livraison à domicile ou de commande à emporter.

  • 06/04/20 | Manger local, frais et sain dans le Grand Villeneuvois

    Lire

    Ils sont fermiers, producteurs, maraîchers, agriculteurs, éleveurs ou artisans alimentaires du territoire. Pour faire face à la crise sanitaire que nous vivons, ils ont décidé de proposer leurs produits en vente directe, points relais ou livraison. La liste s’enrichit chaque jour et les informations sont mises à jour au quotidien par chacun, en fonction de ses stocks. Retrouvez-les sur : www.producteursvilleneuvois.com

  • 06/04/20 | Landes : 100 000 € pour les projets solidaires

    Lire

    Dans le cadre de la crise du Covid-19, le Département des Landes lance un appel à projets solidaires qui s’adresse aux associations voulant s’engager dans la lutte contre l’isolement des personnes vulnérables (personnes âgées à domicile, personnes en situation de handicap, personnes vivant dans la rue, personnes vivant seule, familles en difficulté….). Doté de 100 000€, ce nouveau dispositif permettra d'attribuer 2000 € maximum par structure. Pour candidater, les associations sont invitées à adresser une présentation succincte de leur action à l’adresse : covid19projet@landes.fr.

  • 06/04/20 | Charente-Maritime : un service de téléconsultation à Royan

    Lire

    Dans le but de décharger les médecins de ville, un service de téléconsultation pour des soupçons de Covid-19 est mis en place à partir du lundi 6 avril jusqu’au 31 mai. Les patients pourront appeler un numéro de téléphone dédié, le 05 46 76 58 52 (9h-12h et 14h-17h). Ils seront alors en contact avec un secrétariat qui pourra leur fixer un rendez-vous et les aider dans la démarche de prise de rendez-vous en ligne.

  • 06/04/20 | La Rochelle : un drive pour dépister le corovanirus

    Lire

    Le laboratoire d’analyses médicales de Mireuil à La Rochelle installe lundi 6 avril, à proximité de ses locaux sur le parking de l’espace Giraudeau, un drive pour effectuer les tests de dépistages du COVID19 dans les conditions de sécurité sanitaires des tests de dépistages. La zone sera délimitée afin de garantir la sécurité de chacun. Ce dispositif s’adresse uniquement aux personnes envoyées par les médecins ou par l’hôpital disposant d’une ordonnance médicale et sur rendez-vous.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Euralis entre transformations subies et nécessaires

17/12/2019 | Ce 16 décembre Christian Pées, Président d'Euralis et son nouveau Directeur général délégué sont revenus face à la presse sur l'exercice 2018-2019, clôt au 31 août dernier.

Christian Pées, Préisdent d'Euralis et Philippe Saux, DIrecteur général délégué d'Euralis

Nouvelle gouvernance, restructuration et nouvelle stratégie en préparation... Le Groupe Coopératif Euralis connaît ces temps-ci un agenda chargé, bousculé principalement par « la très profonde et violente mutation » du monde agricole, tant en termes de marchés internationaux que de réglementation ou de demandes sociétales. Mais à ces éléments exogènes, la coopérative a également du faire face sur l'exercice précédent a quelques ratés en interne notamment sur le sujet de la restructuration de son pôle alimentaire... Ce quoi s'est aussi ajouté une moindre récolte de maïs l'an dernier... Pour autant le groupe basé à Lescar sauve les meubles, grâce notamment à sa « solidité » et à son fort investissement en recherche et innovation, particulièrement bénéfique en matière de semences. C'est ce que défendront le Président de la Coopérative, Christian Pées et son nouveau directeur général (encore à mi-temps) Philippe Saux, le7 février prochain lors de la prochaine Assemblée générale du Groupe, promise comme « un moment fort de l'histoire du groupe. » par son Président.

Globalement, si la Coopérative sauve les meubles, c'est que la baisse du chiffre d'affaires (qui s'établit à 1,35 Mds €) et celle de l'EBITDA (équivalent de la performance annuelle du groupe) par rapport à l'exercice précédent, sont, dans un certaine mesure, contenues. L'EBITDA s'affiche à 45 M€ au 31 août 2019 (- 6,5 M par rapport à l'exercice précédent) pour un résultat d'exploitation à 21M€ (contre 28 M€ l'an dernier) et un résultat net à 4M€. Au global « nous ne sommes pas dans nos objectifs, même si on reste sur une performance honnête », commente Christian Pées qui note tout de même un résultat redevenu positif, « car on avait provisionné le coût de la transformation du pôle alimentaire l'an dernier ».

"Un processus industriel mal appréhendé" sur le pôle alimentaire
Une transformation pour ne pas dire restructuration, qui figure parmi les points noirs, très noirs, de l'exercice 2018-2019. Et pour cause en faisant plongé ce pôle, depuis rebaptisé « ateliers culinaires », le plan de restructuration a pesé sur les résultats globaux du groupe coopératif. Mis en œuvre il y a un peu plus d'un an, il prévoyait la fermeture des sites de Dunkerque et de Brive ainsi qu'une diminution de l'activité à Sarlat, et un redéploiement de certaines activités sur les sites de Maubourguet et Yffiniac avec au total 213 salariés concernés. Mais « le processus industriel a été mal appréhendé, ça a entraîné un effondrement du taux de service principalement sur Yffiniac. Ce qui a fortement perturbé les activités. On n'a pas su l'anticiper, » reconnaît le président du Groupe Coopératif. Conséquence, sur ce pôle ateliers culinaires, l'EBITDA enregistre une perte de 10 M€ par rapport à l'an dernier, même s'il reste positif à 5M€, notamment en partie grâce à la marque Maison Montfort (canard gras grande distribution) qui a su gagner des parts de marché, y compris durant la saison festive, pour atteindre un chiffre d'affaires de 115 M€.
Désormais, suite à cette transformation, le pole compte 4 « business unit » (PME) qui ont chacune plus de responsabilités sur leur propre performance. « L'objectif de cette réorganisation est de gagner en agilité. Le pôle en lui même est composé d'une seule personne, son directeur qui a un rôle de coordination », pointe le président. 4 PME liées à 4 marques : deux en traiteur, Jean Stalaven et Qualité traiteur, et deux liées au canards gras : Maison Montfort et Rougier pour ce qui est de la restauration hors domicile. Et, soulagement pour la coopérative sur les premiers mois de l'exercice en cours, « les indicateurs sont désormais en ligne avec le rebond que l'on attendait ».

L'Agricole en négatif, les Semences particulièrement porteuses
Sur le pôle agricole qui représente 40% du chiffre d'affaires du groupe coopératif, là aussi les nouvelles n'ont pas été bonnes. « Nous affichons pour la première fois un résultat négatif de -1,5M€. C'est la traduction de l'érosion de la rentabilité liée à la transformation du système global... Ce à quoi s'ajoute des aléas : une récolte en recul de 5% par rapport à 2017, qui avait été extraordinaire, ou encore un marché de l'agrofourniture à en baisse de 6%, sauf sur la zone de Bordeaux, où notre activité vigne, même si elle est toute petite, grimpe de 9%. Mais sur Bordeaux encore, on enregistre également une énorme baisse sur l'activité embouteillage, de -23%, qui est liée au contexte du vin de Bordeaux. » une longue liste dressée par Philippe Saux, nouveau DG du Groupe Euralis, encore à mi-temps pour quelques mois avec sa précédente (et donc toujours actuelle aussi...) fonction de Directeur du pôle Semences. « Nous sommes face à une évolution globale du système , il faut faire évoluer notre modèle, car aujourd'hui les agriculteurs souffrent et la maison commune également, on le voit avec ce résultat négatif ».

Mais l'exercice 2018-2019 retient aussi tout de même quelques éléments positif dont le pôle Semences est particulièrement porteur. Ici, « la stratégie est payante, et les fondamentaux sont toujours les bons », se félicitent les dirigeants. Représentant 18,4% du chiffre d'affaires du Groupe, la rentabilité du pôle est encore améliorée cette année (36M € contre 28 M€ l'an passé). La recette du succès réside dans un effort de recherche toujours important (12% du CA du Pôle) : « la performance génétique et technique est un savoir faire de la maison, sur le maïs, le tournesol, le colza d'hiver, le soja et le sorgo » liste pas peu fier le Président Pées.
Autre ingrédient, une stratégie d'exportation toujours aussi forte. « Nous vendons 80% de nos volumes hors de France et 50% hors de l'Union européenne, principalement en Ukraine et en Russie. ». Dans ce contexte porteurs, les projets autour de ce pôle s'accélèrent. D''une part, avec un projet d'usine nouvelle en Russie ; « les bases administrative sont d'ores et déjà posées posées, et elle devrait voir le jour au cours de cet exercice », détaille Philippe Saux. D'autre part, le groupe coopératif est en bonne voie pour une fusion de son activité semence avec le groupe Caussade, « afin d'avoir une taille critique de visibilité sur le marché européen à l'heure où tous les plus grands acteurs eux-même s'allient ou fusionnent», avec un projet qui pourrait se concrétiser pour le 2nd trimestre 2020, espèrent les deux hommes.

La nécessité d'un "nouveau cap"
Enfin, concernant le pôle « participation et développement » qui regroupe l'ensemble des activités dans lesquelles Euralis participe sans pour autant directement piloter les projets, il est lui aussi source de satisfaction, même s'il ne représente au total que 5% du chiffre d'affaires. Parmi ces composantes positives : l'activité de Sanders Euralis augmente de 8%, le succès de Sojalim spécialisée dans la trituration de soja du Sud ouest non OGM, dont 44% de bio, se confirme de même que l'usine de Bioéthanol de Lacq qui, démarrée avec un capacité de 450 000 tonnes permet désormais le traitement de 560 000 tonnes de maïs, et qui « profite à l'ensemble des opérateurs du sud ouest en leur apportant un débouché local » avec une vraie plus-value, "en moyenne sur 10 ans 5€ par tonne", estime à la louche le président Pées.

Au total, et malgré un environnement qui questionne âprement les administrateurs de la coopérative sur la nécessité d'un nouveau « cap », (dont quelques unes des premières grandes lignes seront livrées lors de l'assemblée générale du 7 février), tant Philippe Saux et Christian Pées se disent « assez confiants sur ce qui vient », notant parmi les temps forts de l'année le développement du Label rouge sur 100 000 canards, ainsi que le lancement d'une gamme sans antibiotique, sur la marque Rougier, et sur les magrets Montfort. Effort aussi sur l’accélération de la stratégie circuits courts avec les corners « Tables des producteurs » désormais présents dans la moitié des magasins Points Verts, et la mise en place d'un magasin pilote éponyme à Saint-Eulalie, près de Bordeaux. Cherchant à répondre aux attentes des consommateurs, le groupe coopératif continue son accélération sur le bio, avec 265 producteurs convertis cette année, contre 230 l'exercice précédent, et l'ambition, chez Euralis Semence est de doubler ses surfaces en bio, notamment en soja et tournesol. Sans oublier à tout ça un développement international en progression constante sur plusieurs de ces activités : Rougier a augmenté ses ventes vers l'Asie de 12%, le pôle Semences réalise 78% de son chiffre d'affaires net à l'international, et enfin, sur le pôle agricole 60% de la récolte est aussi valorisée à l'international.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6714
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951