20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/05/22 | 124 000 € d'aides régionales pour les projets de Parsejoux-Valade

    Lire

    L'entreprise corrézienne Parsejoux-Valade a pour objectif de développer son activité principale la palette légère en petite série à destination de l'industrie. La société a investi dans une ligne de clouage pour plateaux de palettes équipé d'un robot anthropomorphique 6 axes, une machine de découpe pour dés de palettes, et une extension immobilière afin d'installer un séchoir à bois. La nouvelle ligne de clouage permettra en outre une baisse de 40% de la consommation énergétique vis-à-vis d'une ligne de clouage hydraulique classique. 4 créations d'emploi sont envisagés.

  • 20/05/22 | Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions se développe à Parthenay

    Lire

    La société Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions, acteur majeur international sur le marché des pièces de structures, de moteurs, d'équipements aéronautiques et de transformation des métaux, est spécialisée à Parthenay dans l'usinage et la finition des produits complexes. Pour son site deux-sévriens, elle souhaite augmenter la compétitivité, améliorer l'agilité notamment. Pour ce faire, elle va intégrer les outils de l'usine 4.0 et la transformation numérique à sa production.

  • 20/05/22 | L'agglomération d'Agen agit pour la gestion des biodéchets

    Lire

    L'agglomération d'Agen a construit, dans le cadre d'un travail collectif, un nouveau service public de valorisation des déchets de demain, le projet Tribio. Le projet vise à proposer à l'ensemble des habitants de l'agglomération des solutions de gestion de proximité des biodéchets et des déchets verts. À terme, l'objectif est de sortir des ordures ménagères résiduelles 3 500 tonnes et de réduire la quantité de déchets verts gérées par l'agglomération de 2 000 tonnes.

  • 19/05/22 | Danse Azur intègre le programme « Usine du Futur »

    Lire

    En Haute-Vienne, la société Danse Azur est reconnue pour son niveau de technicité de ses chaussons de danse. Elle a créé en 2020 une filiale aux Etats-Unis afin de poursuivre son développement. Pour continuer sa croissance, Danse Azur vient d'intégrer le programme du Conseil régional « Usine du Futur » pour l'aider à identifier des leviers d'actions, à augmenter ses capacités de production, sa maîtrise des coûts et le développement plus écologique de ses produits.

  • 19/05/22 | MethaBruant ou la méthanisation agricole en injection

    Lire

    A Roumegoux en Charente-Maritime, l'EARL Du Bruant a initié le projet MethaBruant qui est un projet de méthanisation agricole en injection. En plus de mieux traiter et valoriser les effluents, MethaBruant va apporter des compléments de revenus aux agriculteurs et faciliter l'installation d'un nouvel employé. Le lycée agricole de Saintes a décidé de participer à ce projet en fournissant les effluents d'élevage.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Face au gel, prévenir plutôt que guérir

21/04/2021 | Bien que moins rude qu'en de nombreux autres coins de France, le gel d'avril 2021 n'a pour autant pas épargné le département des Pyrénées-Atlantiques.

1

Vincent Betouret a 40 ans. Après 20 ans de métier en tant que salarié agricole dans la viticulture il a récemment choisi de s'installer à Monein dans les Pyrénées-Atlantiques sur 5 hectares de vignes. Mais en cette deuxième année d'exploitation, il a vu une partie de ces parcelles touchée par le gel. Désormais pour lui, une seule solution : « attendre de voir comment ça évolue, et comment va réagir la vigne ». Si une partie de la récolte est perdue d'une façon certaine pour cette année, il s'inquiète aussi des conséquences sur les vendanges suivantes. Représentants du monde agricole, et élus se sont rencontrés chez lui entre les rangs de vigne pour échanger sur cet épisode gel et sur leurs attentes quant aux réponses de l'Etat.

« Quand je me suis installée il y a deux ans j'ai choisi de ne pas m'assurer contre le gel. D'abord parce qu'aucun épisode de gel important n'était à signaler par ici depuis plus de 40 ans, et aussi parce que je partais de rien, avec déjà beaucoup d'investissements lourds... », explique Vincent Betouret, à côté des bourgeons et feuilles de ses vignes brûlés par le gel. Adhérent à la Coopérative de Grand Jurançon, la parcelle d'un hectare où se tenait la petite réunion est fichue à 90%, un peu plus loin, une autre parcelle d'1,5 ha est touchée 30% estime-t-il. Même si une certaine part d'inconnu reste encore à l'oeuvre pour appréhender finement les dégâts de cette nuit trop froide du 7 avril dernier, l'année 2021 sera pour lui « une année blanche ».

« Le travail va rester le même cette année, avec sans doute un besoin supplémentaire de main d'oeuvre sur la taille après ce gel. Mais sans pouvoir vendre mon raisin... Aucune rentrée d'argent, mais des coûts », synthétise-t-il. D'autant que face un phénomène relativement peu connu dans le département il s'interroge aussi sur les conséquences à moyen terme. « La vigne a subi un stress, ce n'est pas dit que les rendements soient au rendez-vous pour les vendanges suivantes ». L'heure est à l'incertitude pour le jeune installé qui veut tout de même garder le sourire.

Le viticulteur Vincent Bétouret montre le dégât du gel sur les premiers bourgeons de ses vignes. Cette parcelle a été touchée à 90%

La moitié du vignoble touché

Une prudence aussi de mise pour les responsables de la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques quand ils évoquent l'impact chiffré du gel dans le département. Sur les 2560 ha de vignoble que compte le département, « on estime vraiment à la louche et avec la plus grande prudence, insiste Bernard Layre son président, qu'environ 50% du vignoble a été touché par le gel ».  Si l'appellation Béarn semble être la plus concernée, « toutes les appellations ont été touchées » précise Corinne Nousty, présidente de la commission viticulture. « Sur la majorité des parcelles touchées qui nous sont remontées, elles le sont de 20 à 50%. Ce sont particulièrement les jeunes plants ou les plants en coplantation, qui auraient du produire d'ici 3 ou 4 ans qui sont concernés. », détaille-t-elle.

Sur l'arboriculture aussi quelques signalements ont été remontés, signale Franck Laborde, président de la FDSEA 64  : des pommiers à Sault de Navaille, des cerisiers à Itxassou, des pommes à cidre au pays basque, quelques productions de kiwis, à Lahontaa notamment, ou encore quelques cultures de colza. Mais là encore, c'est le temps et la météo à venir qui diront d'ici environ deux semaines, la portée réelle des dégâts...


1 millard d'euros
Face aux dégâts, qui concernent la France entière, le Gouvernement a annoncé le week-end dernier, une série de mesures, en soutien aux agriculteurs sinistrés. Parmi elles : année blanche de cotisations, dégrèvements de taxes foncières sur le non bâti, mobilisation des dispositifs existants en matière d’activité partielle ainsi qu'une enveloppe d’urgence allouées par département. Autres annonces d'importance : l'élargissement du fonds des calamités agricoles à la compensation partielle des pertes de l'année, y compris en viticulture. Il était jusque là uniquement réservé au perte de fonds, à savoir glissement de terrain, perte de plants, etc. Autre point : un soutien de l'Etat aux agriculteurs assurés pour une meilleure indemnisation. Au total le chiffre symbolique livré par l'Etat en terme d'aide à l'agriculture suite à cet épisode climatique affiche le milliard d'euros.

Des annonces de l'Etat qui recueillent l'assentiment des représentants agricoles présents ce mardi à Monein, mais qui souffre selon eux d'un certain manque d'ambition. En cause, la régularité de plus en plus grande de ce type d'épisodes climatiques et des risques associés. « Si le phénomène a une ampleur exceptionnelle cette année, cela fait 5 ans que des gelées interviennent sur le département », décrit Bernard Layre. Une conséquence du réchauffement climatique qui devrait selon lui amener l'Etat à non seulement compenser les pertes des agriculteurs touchés, « pour pouvoir passer le cap en trésorerie » mais bien aussi à chercher à les aider à s'en prémunir. « Un tel événement crée des pertes sur l'année, mais fragilise les ceps et les récoltes suivantes. Et par ailleurs une perte de récolte une année, c'est aussi le risque d'une perte de clients et de marchés au long cours . » En d'autres termes, le soutien à la trésorerie, s'il est bienvenu, ne fait pas vivre une entreprise.

A Monein, représentants du monde agricole et élus, se sont retrouvés sur une parcelle de vignes de Vincent Bétouret, touchée par le gel le 7 avril dernier

" Accompagner le geste de s'assurer"

Et en matière de prévention contre le gel Bernard Layre a bien quelques suggestions : « ils existent des tours éoliennes implantées dans les vignes qui font descendre l'air chaud et remonter l'air plus froid. Elles ont fait leur preuve ce mois ci sur l'appellation Quercy qui grâce à elles a pu être protégée du gel », illustre-il. Autre suggestion : l'irrigation de la vigne, comme ça se pratique déjà sur les kiwis permettant aussi une meilleure prévention face au gel. En clair, prévenir plutôt que guérir : « Nous voulons un accompagnement public sur des investissements très lourds pour les agriculteurs mais qui permettent de garantir une récolte et qui éviteront de mettre de l'argent public sur la compensation des pertes. » .

Autre point mis en avant cette fois par Franck Laborde pour la FDSEA, la nécessité pour les agriculteurs de s'assurer face aux aléas climatiques, pointant à l'heure actuelles des tarifs trop élevés. Excluant la proposition de rendre l'assurance obligatoire pour tous (ce qui permettrait d'élargir l'assiette et donc de diminuer les cotisations), il plaide pour la mise en place d'un fonds pour aider les agriculteurs à s'assurer. Si une piste possible se dessine au niveau européen dans le cadre de la réforme de la PAC, la piste évoquée par Jean Castex d'un fonds d'Etat financé collectivement pour aider les agriculteurs à s'assurer attire là aussi les faveurs du syndicat agricole majoritaire. « Il faut un effort d'accompagnement dans le geste de s'assurer », plaide avec ferveur Franck Laborde.

Une double requête du monde agricole qui n'est pas totalement oubliée semble-t-il des annonces gouvernementale, Jean Castex ayant demandé « d’accélérer les travaux de réforme de l’assurance récolte » tout en annonçant le doublement de l’enveloppe du plan de relance dédiée à la protection contre les aléas climatiques. Celui-ci passerait ainsi de 100 à 200 M€.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6409
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Journée installation transmission 2022 Agriculture | 20/05/2022

Journée Installation Transmission : "Agriculteur, un métier de goût, d'origine et de qualité !"

G Latournerie une Agriculture | 18/05/2022

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Paul Jabouille s’est installé en GAEC avec son père à Chasseneuil-sur-Bonnieure l’an dernier. Agriculture | 17/05/2022

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Teddy Gauvin est éleveur de vaches de race Limousine. A son installation, il a opté pour le Label Rouge Agriculture | 16/05/2022

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux ! Agriculture | 13/05/2022

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux !

Théoline Mathez s’est installée en bio en GAEC avec ses parents pour élever des brebis laitières. Agriculture | 12/05/2022

Installation-Transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne Agriculture | 10/05/2022

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

Martin Roquecave s'est installé sur l'exploitation familiale en 2021. La production principale est la fraise du Périgord IGP. Agriculture | 05/05/2022

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Un an tout juste après son installation, Jean-Baptiste Bosredon peaufine son modèle de production de veaux la mère, la qualité comme critère principal Agriculture | 03/05/2022

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Thomas Dupouy 20 ans installé à Pontonx-sur-l'Adour Agriculture | 29/04/2022

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) Agriculture | 27/04/2022

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Magali Mandon a chois de se reconvertir dans l’élevage de poulets Label Rouge Agriculture | 26/04/2022

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

La Dordogne a opté pour le dépeuplement préventif comme d'autres départements Agriculture | 21/04/2022

Grippe aviaire en Dordogne : Dépeupler tout en préservant la filière

terra hominis une Agriculture | 20/04/2022

Terra Hominis pulvérise les préjugés sur le vignoble bordelais

Image d'illustration : méteil Agriculture | 19/04/2022

Les lauréats régionaux inspirés et inspirants des Trophées de l'agroécologie