Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | La Rochelle adopte un programme alimentaire de territoire

    Lire

    Les élus de l'agglomération de La Rochelle ont voté à l'unanimité jeudi soir un projet de programme alimentaire de territoire. Ce plan a pour objectif de développer une agriculture "respectueuse de l'environnement et de la santé des consommateurs", dans une logique de circuit-courts et d'accessibilité à tous. La première étape va consister à faire un état des lieux des forces en présence (agriculteurs, transformateurs, commercialisations) et des besoins en restauration des collectivités locales.

  • 26/09/20 | Plus de 5 millions d’euros pour les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Lors de la Commission Permanente du 25 septembre, le Département des Pyrénées-Atlantiques a attribué plus de 5 millions d’euros de subventions à 63 projets. Parmi les projets soutenus, 1 147 000 euros sont en faveur de la promotion de la langue basque, 447 436 euros en soutien aux acteurs de la culture dans le cadre de la crise sanitaire. Le Département s’engage aussi au travers d’une délibération à la préservation et la restructuration de la forêt de Chiberta fortement touché lors de l’incendie.

  • 26/09/20 | La Charente s’engage contre la fermeture de Verallia

    Lire

    Lors de sa commission permanente du 25 septembre, les élus du Département de la Charente ont voté une motion contre la fermeture de Verallia. A l’heure où cette fermeture entraîne la suppression de 80 emplois Ils souhaitent que "tout puisse être mis en œuvre pour préserver le bassin d’emploi de Cognac, et notamment que le plan de restructuration porté au niveau national préserve l’unité des acteurs du tissu économique local". De plus, le Département s’engage à être présent aux côtés des salariés et des élus pour faire face à cette annonce.

  • 26/09/20 | Le festival du film court d'Angoulême ce week-end

    Lire

    Le festival international du film court d'Angoulême revient du 25 au 27 septembre inclus, dans sa forme habituelle, à la Cité internationale de la bande-dessinée. 17 films en compétition sont à découvrir samedi après-midi. Ceux qui auront été primés seront de nouveau diffusés le dimanche à 18h30. Certains réalisateurs seront là pour échanger. A découvrir également : des courts-métrages à destination des plus jeunes, dont un Wallace et Gromit. Infos: www.filmcourtangouleme.com

  • 25/09/20 | L’hôpital de La Rochelle active son plan blanc

    Lire

    Le Groupe hospitalier Littoral Atlantique, qui regroupe les établissements de La Rochelle/Ré/Aunis, Rochefort et Marennes/Oléron, a activé mardi le niveau 1 de son plan blanc. Le nombre de patient Covid-19 est passé de 4 à 8 cette semaine, dont un en réanimation. Si le nombre de cas à l'échelle du Département reste faible (taux d'incidence <50 pour 100 000 habitants), le service réanimation est déjà sous tension, avec 2 places disponibles. Une unité spéciale Covid sera mise en place début octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Fanny Madrid et Lucie Le Bouteiller, les reines du houblon

21/02/2020 | La culture, le suivi, la commercialisation, l’accompagnement au plus près des houblonniers et des brasseurs, Fanny Madrid est sur tous les fronts avec son alter ego Lucie Le Bouteiller…

Fanny Madrid et Lucie Le Bouteiller

C’était en mai 2018… Lucie Le Bouteiller et Fanny Madrid recevaient alors le premier prix du concours national « Innovations pour l’Agriculture » de la technopole néracaise Agrinove lors du Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine. Leur projet d’entreprise baptisé « HOPEN Terre de Houblon » vise à soutenir l’implantation de houblon dans le sud-ouest de la France pour répondre à la demande exponentielle des nouveaux producteurs de bières artisanales. Depuis deux ans, ces deux ingénieurs agronomes ont fait du chemin…

Un grand café au lait entre les mains, le téléphone portable pas très loin, Fanny Madrid est une femme de challenge. Ingénieur agronome elle s’est lancée avec Lucie Le Bouteiller dans l’aventure du houblon. Depuis deux ans, et l’obtention de leur premier prix au concours national « Innovations pour l’Agriculture » d’Agrinove, ces deux entrepreneuses n’ont pas chômé. Tout d’abord, grâce à ce prix elles ont intégré la pépinière de la technopole néracaise il y a quelques mois de cela. « La technopole est un de nos partenaires privilégiés, confie Fanny. Grâce à elle nous disposons d’un réseau territorial et politique riche. Les autres incubateurs ne sont pas autant liés aux politiques et c’est un vrai plus ». Autre bienfait de la technopole, la mise à disposition des acteurs du territoire « ainsi, nous avons pu être mis en contact avec Cerfrance par exemple pour des problématiques d’expertise comptable. Le 13 mars prochain, un café de la création qui aura lieu dans les locaux de la technopole sera organisé par le Crédit Agricole et cet événement nous permettra d’échanger avec tous les acteurs de la création d’entreprise. Cette technopole a vraiment contribué à la reconnaissance de notre activité auprès des sphères économiques et agricoles du territoire ».

Une production de bon augure
En mars 2019, une parcelle d’expérimentation a été mise en place sur un hectare au lycée agricole Etienne Restat de Sainte-Livrade, signe de la première étape du lancement de cette filière. Sur ce terrain trois variétés incontournables ont été mises en productions sur 0,8 ha. Des protocoles précis d’observations et de mesures ont été proposés par une équipe pluridisciplinaire de Bordeaux Sciences Agro. Ces tests permettent de guider les choix des exploitants pour leur propre houblonnière. « 300 kg de houblon ont ainsi été récoltés et ont été vendus en quelques jours auprès de différents brasseurs, précise Fanny Madrid. Un résultat qui est plutôt de bon augure car habituellement 300kg de houblon sont récoltés sur un ha et non sur 0,8 ha. Aussi, en septembre dernier, deux agriculteurs se sont installés à Ychoux dans les Landes et à Nojals-et-Clotte en Dordogne. « Tous deux sont des néoruraux, leur famille n’est pas issue du monde agricole. Notre mission est de les accompagner au mieux pour développer leur activité et les aider également à commercialiser leur récolte. Nous sommes en quelque sorte des facilitateurs. Notre mission est multiple. Nous sensibilisons les agriculteurs à la production de houblon. Nous les accompagnons et les conseillons pour la mise en place de leur culture et nous les mettons en lien avec les brasseurs ». Et le marché existe car aujourd’hui les brasseurs artisans importent plus de 80 % du houblon qu’ils utilisent, car ils ne trouvent pas d’offre locale adaptée. Grâce à leur innovation, Fanny Madrid et Lucie Le Bouteiller répondent bel et bien à un réel besoin. Le Lycée Etienne-Restat de Sainte-Livrade plantera un nouvel hectare de culture en mars prochain et dans le même temps une femme d’agriculteur s’installera dans le Tarn-et-Garonne.

Xavier Canal, directeur de l'exploitation du lycée agricole Etienne Restat à Sainte livrade sur lot


Un conseil aux petits oignons
« Il est vrai qu’aujourd’hui bon nombre d’agriculteurs se lancent dans la culture du houblon. Mais, pour la plupart, sans réelle technique alors que certains préceptes sont absolument à connaître avant de plonger dans cette aventure. Par exemple, même si les brasseurs utilisent entre quinze et vingt variétés de houblon par an, l’agriculteur, sur une parcelle, ne peut en cultiver que quatre afin de changer plus facilement de variété si besoin. Un accompagnement technique est indispensable et l’accompagnement que nous prodiguons auprès de nos agriculteurs garantit aux brasseurs une qualité du produit fini. » Lucile Le Bouteiller et Fanny Madrid sont devenues en quelque temps à peine des expertes incontournables de la filière houblon. Dernièrement elles se sont rendues à Lausanne et à Barcelone pour témoigner de leur expérience et bien sur parler de la filière. « Du reste, deux agriculteurs espagnols nous ont demandé conseil pour commercialiser leurs produits auprès de brasseurs français », précise Fanny. Aujourd’hui, identifiées comme des expertes de la discipline, elles commencent à avoir « une belle influence ». En permanence en déplacement pour répondre aux besoins du monde agricole, prochainement Fanny se rendra en Bretagne à la demande d’un agriculteur pour l’aider à commercialiser sa récolte.

Une filière en devenir
Afin de se développer, aujourd’hui, trois gros enjeux pèsent sur la structuration de la filière. Tout d’abord, concernant le suivi technique auprès des premières installations. « A l’automne 2020, nous attendons sept nouvelles installations, idem au printemps 2021 mais quid du financement pour mener à bien nos missions de suivi ». Autre enjeu : l’automatisation des installations. « Nous misons sur le digital afin de nous aider à nous organiser au mieux et suivre nos agriculteurs qui passeront de quatre à vingt ». Enfin, le troisième enjeu est la définition d’un véritable modèle économique en incitant les brasseurs à signer des contrats pluriannuels avec l’agriculteur et Terre de Houblon. « Aujourd’hui, nous mettons en place des contrats tripartite sans réelle visibilité. Notre objectif est d’engager le brasseur sur plusieurs années afin de pouvoir positionner nos agriculteurs. » Avec ce contrat, Fanny et Lucie souhaitent valoriser la notion d’entrepreneur auprès des houblonniers, « une notion qu’ils ne s’approprient plus malheureusement. »
Pour mener à bien toutes ces missions, Lucie et Fanny viennent de recruter deux stagiaires pour six mois. L’une pour le suivi technique et l’autre pour la communication. Un commercial va grossir les rangs en juin prochain. Concernant les finances, le Crédit Agricole soutient l’activité via un emprunt fin 2019. Une levée de fonds d’un montant de 120 000€ est également en cours. « 90 000 € sont déjà assurés grâce à des partenaires comptable, agricoles et relevant de l’économie sociale et solidaire. Nous aimerions bien avoir un partenaire brasseur pour se joindre à l’aventure » …

Plus d’informations : https://www.hopenhoublon.fr/

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Hopen Terre de Houblon

Partager sur Facebook
Vu par vous
4499
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr