Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/11/21 : Les marchés de Noël reviennent! A Bordeaux (Place Tourny) et à Pau (place Clemenceau et allées d’Aragon) notamment, l'ouverture des chalets et des animations qui les accompagnent insuffle un vent de magie (de Noël) dès ce vendredi 26 novembre en soirée!

26/11/21 : Les 5,6 et 7 août, le Sun ska festival revient (en vrai!) sur le domaine de Nodris en Gironde! La billetterie est ouverte et les premiers noms dévoilés: Ska-P, Tryo, Biga*Ranx, Danakil, Tiken Jah Fakoly ou encore Takana Zion.+ d'info

24/11/21 : Un préfet délégué Ours, Jean-Yves Chiaro a été nommé auprès du préfet coordonnateur du massif des Pyrénées. Sur les sujets ours, il a pour mission de renforcer le dialogue entre tous les acteurs et d'appuyer les préfets de département dans leur action.

22/11/21 : Jean-Pierre Farandou PDG de SNCF, a rencontré vendredi 19 novembre à Bordeaux, Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, et Alain Anziani, président de Bordeaux Métropole. Sans surprise les 3 présidents ont réaffirmé leur soutien au projet GPSO.

17/11/21 : A Bayonne un groupe de travail a été lancé en vue de l'organisation des Fêtes de Bayonne 2022. A cette occasion les dates des éditions 2022 2023 et 2024 ont été actées: du 27 au 31 juillet 2022, du 26 au 30 juillet 2023, du 24 au 28 juillet 2024

17/11/21 : Les 2 et 3 décembre 2021, le World Impact Summit, le sommet international des solutions pour la planète, revient pour une 4e édition mixant présentiel et digital au Palais de la Bourse à Bordeaux. L'eau en sera la thématique principale+ d'info

09/11/21 : Les élus régionaux se sont réunis en Commission permanente lundi 8 novembre à l'Hôtel de Région à Bordeaux. Au total, 436 délibérations ont été votées et 3 517 subventions attribuées pour un montant total de 878 392 914,59 euros.

03/11/21 : Le Drive fermier Gironde annonce un nouveau et 6ème point de retrait à compter du vendredi 19 novembre de 13h30 à 18h30. Les produits fermiers seront désormais aussi livrés à la Chambre d'Agriculture de la Gironde, 17 cours Xavier Arnozan.

28/10/21 : Rive Droite - La Nuit Verte 2022 se prépare déjà: Geörgette Power, artiste invité de cette 6e Nuit Verte est en résidence à Cenon. Objectif : s’immerger dans le territoire afin de proposer une œuvre in situ, conçue pour l'évènement.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/11/21 | LVG GPSO: Bordeaux Métropole dit "oui"

    Lire

    Après plus de 3h00 de débats, parfois houleux, les élus métropolitains ont finalement voté en faveur du financement de la LGV GPSO. Les socialistes du Président de la Bordeaux métropole Alain Anziani, ont en effet pu compter avec les voix de la droite face à l'opposition des écologistes menée par Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux et 1er Vice Président de la Métropole, quant à lui favorable au développement des trains du quotidien. Sur les 14 milliards du projet LGV, la métropole apportera donc une enveloppe de 354 millions d'euros.

  • 26/11/21 | Un jeu pour découvrir la Creuse

    Lire

    La société Créacom Games, en partenariat avec le Conseil Départemental de la Creuse a lancé le jeu de société « Circino, le chasseur de trésors » spécial Creuse. Au travers d'un tour de 36 communes, le jeu propose de découvrir la Creuse sans questions ni connaissances particulières. En fouillant des coffres, le but du jeu est de découvrir 2 pastilles « objectif ». Le jeu sera bientôt disponible dans plusieurs commerces creusois mais dès à présent sur le site de Céacom Games.

  • 26/11/21 | La Rochelle : appel à candidature pour un comité d'éthique

    Lire

    Depuis 2014, la ville de La Rochelle a mis en place un comité d’éthique qui apporte un éclairage sur la répartition des indemnités des élus, l’examen des subventions aux associations, etc. Afin de mettre en place un nouveau conseil pour la période 2022-2026, la municipalité lance un appel à candidature jusqu'au 23 décembre. Ce comité comprendra un habitant, un acteur du monde de l’entreprise, un du monde associatif, un juriste, un jeune de moins de 25 ans et un(e) expert dans le domaine éthique.

  • 26/11/21 | Un forum landais pour la transition énergétique

    Lire

    Le 27 novembre de 14h à 17h, le pavillon de l'écomusée de Marquèze à Sabres accueille le 1er forum landais de la transition énergétique. Tout au long de la journée, des conférences, ponctués de sketchs humoristiques, et des stands permettront aux visiteurs de s'informer sur la transition énergétique. Des ateliers sur comment cuisinier à moindre coût notamment seront également proposés aux visiteurs. L'entrée est gratuite.

  • 26/11/21 | La Culture au Grand Jour recherche ses artistes

    Lire

    La 32ème édition de La Culture au Grand Jour se tiendra en Haute-Vienne du 2 au 17 avril 2022. Ce festival alliant théâtre, conte, musique, exposition, et notamment danse met en lumière les artistes sur l'ensemble du territoire. Pour cette nouvelle édition, le Département de la Haute-Vienne est à la recherche de nouveaux artistes. Tous les artistes ont jusqu'au 1er décembre pour remplir le dossier de candidature sur : haute-vienneenscenes.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

05/10/2020 | Le plan de relance gouvernemental prévoit une enveloppe de 200 millions d'euros consacrés aux forêts de France, secteur stratégique qui compense environ 20% des émissions de CO2 nationales.

1

Du 6 au 13 octobre prochain, la filière bois Nouvelle-Aquitaine organise les "rencontres Woodrise", une manifestation centrée sur la construction bois et l'économie locale. À cette occasion, diverses conférences et évènements sont organisées un peu partout en région pour évoquer les défis et les enjeux d'une filière en train de s'organiser comme une alternative face au béton. Pour évoquer les enjeux nationaux récemment présentés par le gouvernement et revenir sur l'initiative compensatoire du "label bas carbone", nous avons interrogé Roland de Lary, directeur du CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière), en guise de préambule à une "semaine du bois" chargée.

@qui.fr. -Une enveloppe de 200 millions d'euros est dédiée à la forêt dans le plan de relance présenté par le gouvernement début septembre, avec un objectif de planter 45 000 hectares de forêts. Le rapport Cattelot, de son côté, formule 19 recommandations pour pérenniser la filière vers une orientation décarbonnée. Parmi elles, la création d'un "fonds pour l'avenir des forêts", qui serait doté de 300 millions d'euros par an avec l'objectif de reboiser un million d'hectares en trente ans. Comment interprétez-vous ces ambitions ?

Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière - Tout ce qui est plantation, reboisement, va dans le bon sens. Le million d'hectares du rapport Cattelot est intéressant, il faudra en voir les véritables objectifs derrière. Les nôtres sont à la fois économiques, écologiques et sociétaux. Il ne s'agit pas de tirer la corde vers l'un ou l'autre.

Pour ce qui est du plan de relance, il doit d'abord concerner les grandes forêts d'épicéas du Grand-Est, de la Franche Comté, de la Bourgogne, du Nord de l'Auvergne et des quelques dizaines d'hectares que nous avons en Limousin. Ce sont toutes ces forêts qui ont été décimées par les scolytes, qui sont issus directement d'une perturbation du cycle biologique de l'épicéa lié au changement climatique. On espère que ces régions seront priorisées pour reboiser ces parcelles.

Il faut aussi que le plan de relance s'attache à regarder ce qui se passe dans les autres régions de France, soit parce qu'il y a aussi des dégâts liés au changement climatique, soit parce qu'il y a un secteur industriel en difficulté ou des sujets qui ne sont pas encore aboutis dans nos réflexions nationales. Je pense, par exemple, à la pérennité du système DEFI Forêt (encouragement fiscal à l'investissement en forêt), du CIFA (Compte d'Investissement Forestier et d'Assurance) ou des réseaux de DFCI (défense des forêts contre les incendies). Tout ne pourra pas rentrer dans le plan de relance, mais il faut avoir une vision économique de ce massif forestier dans ce cadre.

@qui.fr - Dans ce même rapport, on retient un autre chiffre : la volonté de tripler la quantité de bois pour la construction d'ici 2050. Pensez-vous qu'il soit réaliste ?

RdL - C'est en effet un défi ambitieux, en particulier sur l'ossature bois. On voit par exemple que sur Euratlantique à Bordeaux, la totalité des nouveaux bâtiments seront à ossature bois (quartier Armagnac Sud, 16 immeubles). C'est encore peut-être trop lent pour certain mais c'est déjà un gros progrès. C'est un objectif tout à fait atteignable à condition que la société accepte bien de faire le lien entre cette construction bois qu'elle plébiscite et l'exploitation des arbres. D'un côté on a cette volonté d'utiliser le matériau bois en substitution de matériaux trop énergivores comme l'acier ou le béton mais, en face, on nous dit qu'on ne doit pas couper d'arbres... Je crois à cet objectif si les parties prenantes deviennent raisonnables et comprennent que l'atteindre passera par une forêt cultivée, productrice de bois d'œuvre, gérée et au service de nos ambitions. 

@qui.fr - Pour poursuivre ses objectifs de compensation carbone, la filière compte sur le "label bas carbone". Pour l'instant, seuls 35 projets sont labellisés en France. Pourquoi ça rame ?

RdL – D'abord, on sent bien que les propriétaires qui s'investissent dans ces dossiers carbone ne le font pas uniquement pour la facilité d'avoir un reboisement pris en charge par l'entreprise qui compense mais rentrent complètement dans le jeu, les objectifs sont presque ludiques dans ce "jeu" du carbone. C'est là qu'on parle de sylviculture "carbone plus", c’est-à-dire qui va au-delà des espérances du label.

On accompagne ce dossier bas carbone par tout un tas de co-bénéfices, pour voir ce que ces plantations, au-delà de la séquestration du carbone, peuvent apporter. Pour les mettre en œuvre, il faut les prouver. Concernant le reboisement, on a développé au sein de l'Institut pour le Développement Forestier l'outil BioClimSol. Il fait à la fois une étude du biotope, du climat local et de la pédologie (autrement dit, le sol). C'est ce qu'on appelle la station, mais ce n'est pas une étude de station classique parce qu'elle tient compte du changement climatique grâce à un arriéré scientifique. Tout cela pris en compte nous permet de déterminer le choix des essences sur les parcelles et la manière de les conduire. On a aussi un outil qui va nous aider plutôt pour des taillis en phase de dépérissement ou des futaies mal-venantes. Son objectif sera d'étudier leur niveau de résilience et savoir si elles vont pouvoir supporter le changement climatique. C'est un protocole baptisé "archi" comme architecture et elle regarde plusieurs paramètres comme la présence de parasites ou la forme de la branchaison, par exemple. Ces deux outils, parmi d'autres, serviront à faire un diagnostic préalable pour le label bas carbone. 

On ne peut pas dire que ça rame. C'est un sujet qui doit être pris très au sérieux, qui ne mérite pas qu'on le prenne à la légère. On parle de calculs de quantification carbone compensé, absorbés, séquestrés par la forêt puis stockées et substituées qui sont très complexes. En gros, un projet carbone, c'est environ entre deux et trois ans. Tout ça va être exponentiel. On prend des habitudes, on a essuyé des calculs peut-être trop ambitieux mais on sait désormais calibrer nos efforts et ça devrait aller beaucoup plus vite.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
56548
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr