Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/20 | L'épidémie de Coronavirus progresse en Dordogne

    Lire

    94 cas confirmées lundi 6, 102 au 8 avril… L’épidémie de coronavirus progresse en Dordogne même si le département reste l’un des moins touchés, a indiqué le préfet lors d'un point presse. Et encore, "ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville. 23 personnes sont hospitalisées, dont 6 en réanimation et 23 ont rejoint leur domicile. Sur les EPHAD, 30 cas sont confirmés. La Dordogne enregistre 5 décès dont 3 en structures médico-sociales et 1 en EPHAD.

  • 09/04/20 | Covid-19 : de nouveaux transferts de patients en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Ce vendredi, plusieurs transferts de malades atteints de coronavirus, hospitalisés en Île-de-France, seront transférés par train depuis la gare d'Austerlitz vers Bordeaux, Angoulême et Poitiers. En région, les derniers chiffres de l'ARS confirment que la Gironde est le département le plus touché, mais aussi celui où les hospitalisations sont le plus en baisse (-25 en 24 heures). Le dernier bilan fait état de 2663 cas confirmés en Nouvelle-Aquitaine et 165 décès, ce qui en fait, avec la Bretagne, l'une des régions les moins touchées.

  • 09/04/20 | Tous les événements de mai de l'Odyssée à Périgueux annulés

    Lire

    En application des dispositions destinées à freiner l'épidémie, les événements du mois de mai à L'Odyssée sont annulés. La billetterie reste fermée au public. L'Odyssée propose deux formules pour les places déjà réglées : soit le remboursement total pour cela, rendez-vous en billetterie dès la réouverture du Théâtre ou renoncement au remboursement. Pour cela il faut envoyer un mail à : billetterie@odyssee.perigueux.fr. Ce choix permet de contribuer à la solidarité que L'Odyssée déploie envers les équipes artistiques et techniques.

  • 09/04/20 | Près de 3 000 volontaires néo-aquitains inscrits sur Renforts-Covid

    Lire

    Le 30 mars, l’ARS a lancé l’opération #Renforts-Covid pour mettre en relation des professionnels de santé volontaires avec des établissements de santé néo-aquitains en besoin de renfort dans le cadre de la gestion de l’épidémie de Covid-19. En 10 jours: 2 985 professionnels de santé se sont portés volontaires en s’inscrivant sur la plateforme, 336 demandes de missions ont été postées par les établissements de santé, 91 volontaires ont déjà été mis à disposition des établissements en demande de renfort avec majoritairement des aides-soignants (48%) et des agents des services hospitaliers (23%).

  • 09/04/20 | Surveillance sanitaire des troupeaux : les priorités dans le 64

    Lire

    En cette période d'épidémie, la direction départementale de la protection des populations et le Groupement Sanitaire de Défense 64 ont posé comme priorité la surveillance sanitaire des cheptels transhumants qui devront être à jour de leurs prophylaxies annuelles pour monter en estive. Pour les non-transhumants et autres espèces (porcs notamment), les prophylaxies pourront être maintenues sous réserve de disponibilité des vétérinaires et respect des mesures de protection. Selon l’évolution de la situation la fin des campagnes pourra être reportée par la Préfecture, sans pour autant renoncer aux dépistages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Filière caprine : Cap’vert une journée pour apprendre et échanger à l'Inra de Lusignan

30/09/2019 | La 3e édition de Cap'vert s'est déroulée ce 26 septembre sur le site Inra de Lusignan (86). L'occasion d'échanger sur les pratiques de la filière caprine.

La journée technique Cap'vert s'est déroulée ce 26 septembre sur le site Inra de Lusignan. Une journée pour échanger entre éleveurs caprins et techniciens

Ce jeudi 26 septembre était organisé sur le site des Verrines de l’INRA Poitiers, à Lusignan, la troisième édition de la journée technique Cap’Vert. Un moment d’échanges entre les éleveurs et les techniciens sur les recherches et les évolutions de la filière caprine. Sept ateliers étaient proposés autour de thématiques qui traitaient de la valorisation de l’herbe et de la prairie. Une visite du dispositif expérimental, Patuchev, qui vise à travailler sur la conception de systèmes d'élevages caprins autonomes et économes était également au programme. 450 personnes se sont déplacées de toute la France.

Il y a foule sur le site de l’Inra les Verrines à Lusignan. Plus de 450 personnes assistent à la troisième édition de Cap’Vert. Une journée dédiée aux éleveurs et techniciens pour faire un point et partager les recherches et les évolutions des techniques dans la filière caprine. Eleveurs, techniciens, jeunes en formation (des élèves de BTS  ou de CFA) s’y sont rendus pour en apprendre un peu plus. « Nous avons commencé en 2015 avec 380 personnes, puis 2017 420 personnes, et là nous atteignons les 450 personnes inscrites et encore certaines viennent et ne le sont pas. Ça prouve que ce rendez-vous intéresse les professionnels de la filière caprine », explique Jérémie Jost, animateur RedCap (Réseau d’expérimentation et de développement caprin) et organisateur de cet événement. Les sujets traités durant cette journée se concentrent autour des différents types d’herbes et de l’autonomie alimentaire de la filière caprine. 

Transfert de connaissances 

Cela fait un an que Jérémie Jost prépare ce rendez-vous. Depuis deux semaines, il s’affaire sur le site des Verrines. « Cap’vert, c’est un peu une phase de transfert de connaissances », explique-t-il. Gilles Amiot, éleveur en sud Deux-Sèvres du côté de Melle, possède 300 chèvres. Ce producteur de lait participe activement à l’organisation de cette journée technique. « C’est le résultat d’une démarche qui a été initiée par les professionnels et l’ensemble des organisations. Nous avons réussi à mettre tout le monde autour de la table pour enclencher le programme Red Cap. Lors de cette journée, nous présentons les résultats du travail de quelques années. Le but, c’est que ces recherches servent aux éleveurs et techniciens ». Cap’Vert amène de l’information sur la valorisation de l’herbe, l’économie, la rentabilité de la filière caprine.

Visite et explication devant le bâtiment de Patuchev. Un dispositif d'expérimentation pour concevoir et évaluer des systèmes d'élevages caprins basé sur l'alimentation à l'herbe

Cap’Vert, c’est l’occasion de visiter deux lieux expérimentaux. Tout d’abord le nouveau bâtiment Ferticap inauguré le 30 avril dernier. Il traite de travaux sur la fertilisation des chèvres et leur reproduction. Il s’agit d’un centre d’insémination artificielle où travaillent entre 6 et 7 personnes. « Les boucs arrivent ce vendredi (vendredi 27 septembre), je ne peux pas vous les montrer », rigole Alice Fatet, Ingénieure de recherche à l’INRA. Ce bâtiment est composé de trois unités d'hébergement et d’une capacité d’accueil de 8 boucs. Ils peuvent mener des expériences et simuler différentes situations. Les axes de recherche concernent aussi bien l’insémination, l’amélioration de la qualité de la semence et la maîtrise des cycles de la femelle. « Nous travaillons sur des tas d’éléments en laboratoire pour améliorer les procédés de reproduction et le fait de remplir les femelles. » Sur le terrain, Ferticap s’appuie sur un réseau de 26 éleveurs qui améliorent leurs pratiques de reproduction .

Deuxième lieu, les bâtiments de Patuchev. Un dispositif expérimental, composé de six personnes, dont l’objectif est de gagner en autonomie alimentaire en travaillant sur différents types de systèmes d'élevage qui permettraient une meilleure autonomie en intrants sous contrainte de production. Au total, trois troupeaux de 60 chèvres sont observés selon trois systèmes. Chacun dispose de 10 hectares de surfaces cultivées. Cela permet de développer des connaissances sur le pâturage des chèvres, la qualité nutritionnelle du lait et des fromages. Il y a aussi des recherches sur l’utilisation et la valorisation des prairies multi-espèces.

Sept ateliers étaient organisés autour des thématiques, comme l'herbe, l'alimentation ou la reproduction dans la filière caprineSept ateliers pour apprendre

Tout au long de la journée, des ateliers sont organisés de manière ludique afin de faire passer les messages et les connaissances. Au total, il y en a sept :  sur l’autonomie alimentaire, l’alimentation ou la reproduction. Parmi eux, un atelier sur l’herbe : « Y’a pas mieux que l’herbe ! ». Angélique Roué, conseillère caprine à la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, anime cet atelier. « Nous voulons parler de toutes les façons de valoriser l’herbe dans les rations des chèvres. Nous en parlons sous tous les angles : économique, technique, travail, environnement. » Pour faire passer le message, les participants à ces ateliers sont répartis en équipe de cinq personnes qui doivent défendre un point de vue sur une thématique tirée au sort. « L’objectif est que les éleveurs repartent avec des repères et de l’intérêt sur chacun des systèmes alimentaires. À la fin, chacun repart avec des chiffres d’observation sur nos réseaux.» Julien Thabault, éleveur de chèvres à Brétignole près de Bressuire dans les Deux-Sèvres, a participé à cet atelier. « Ces moments permettent de rencontrer d’autres personnes et d’apprendre des choses sur le pâturage et toutes les informations qui tournent autour de l’herbe. Le pâturage est une technique difficile à gérer par rapport à des parasites qu’ingèrent souvent les chèvres ». Ce matin, il a participé à deux ateliers et a pu en découvrir deux autres dans l’après-midi.

Prochain rendez-vous pour la quatrième édition de Cap’Vert dans deux ans. Car cette journée se déroule en alternance avec Capr’inov. Mais Redcap (le réseau d'expérimentation et de développement caprin) y donne des conférences où sont évoquées les avancées techniques et les évolutions d’une filière qui sans cesse se questionne et revoit ses pratiques. La filière caprine doit également réfléchir à la transmission, D’ici 5 ans, un quart des éleveurs du bassin de Nouvelle-Aquitaine partira à la retraite. Il y aura des exploitations à reprendre. C'est dans ce contexte que le mardi 5 novembre, au lycée agricole de Montmorillon, est organisée une journée sur l’installation caprine. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4268
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Frédérique Ripet apicultrice Agriculture | 09/04/2020

Le Stop it, pour une protection optimale des abeilles

asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

Alice Lerondel et Yves Lidove Agriculture | 18/03/2020

Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »