Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/07/21 | L’Université de La Rochelle poursuit sa transition

    Lire

    La Rochelle Université a signé début juillet l’Accord de Grenoble avec l’association étudiante de protection de l’environnement, Uni'Vert LR. Cet accord va accélérer la transition socio-écologique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche puisqu’il incite l’établissement à agir pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, former les apprenants aux enjeux de la transition socio-écologique, à proposer une formation au personnel de l’établissement, à augmenter la participation de la recherche dans l’effort de transition ou encore à suivre et publier son empreinte carbone.

  • 28/07/21 | Visitez les pomiculteurs écoresponsables de Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Les pomiculteurs agréés Vergers écoresponsables se mobilisent à l’occasion de la 11e édition des Vergers ouverts. Ensemble, fin août et septembre, ils donnent rendez-vous aux curieux et aux amateurs de pommes pour leur faire découvrir les coulisses de production du fruit phare des vergers. Cette année, ce sont 35 exploitations, dont une dizaine en Nouvelle-Aquitaine qui ouvrent leurs portes pour quatre week-ends de festivités entre programme riche en découvertes et activités ludiques. Détails et inscriptions : http://lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 28/07/21 | Première édition du Festival du Bonheur à Bordeaux

    Lire

    Du 6 au 8 août, se déroulera rue Malbec à Bordeaux, après deux éditions en ligne, la première édition "en personne" du Festival du Bonheur. Porté par la Brigade du Bonheur, collectif d’artistes bordelais, et en collaboration avec le café culturel Pourquoi Pas ?, cette première édition propose une programmation éclectique et tout public : concerts, théâtre, animations, bingo et même mentalisme ! Pour en savoir plus, sur le programme et les tarifs : https://www.unairdebordeaux.fr/evenements/2021/festival-du-bonheur/

  • 27/07/21 | Le jazz s’invite à Andernos

    Lire

    Le 31 juillet, la Plaine des Sports d’Andernos accueillera 2 concerts de jazz avec Géraldine Laurent Quartet, Emile Parisien et son invité Michel Portal. Suite aux concerts, le jazz se baladera dans le centre-ville durant 3 jours. Les concerts sont gratuits et les billets sont à réserver sur le site de l'Office de Tourisme d'Andernos

  • 27/07/21 | Le label "Espace sans tabac" se déploie

    Lire

    Partout en France, de nouveaux sites continuent à recevoir le label « Espace sans tabac » avec désormais plus de 3 730 espaces labellisés, dont 683 inaugurés en 2020 malgré les confinements. En Gironde par exemple, la ville du Haillan a inauguré 10 espaces dans la commune, dont plusieurs devant les écoles maternelles et primaires. Dans les Pyrénées-Atlantiques la plage du Lac de Saint-Pée-sur-Nivelle est désormais une plage sans tabac, de même que celle de Sanguinet dans le département des Landes, qui voit aussi des espaces labellisés aux abords des écoles maternelles et élémentaires d'Ychoux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Florian Derboule : le bonheur de vivre et travailler sur la terre de son enfance

13/05/2021 | Florian Derboule s'est installé en GAEC avec ses parents à Tardes, en Creuse.

Florian Derboule s’est formé dans eux lycées agricoles, il voulait »aller voir ailleurs »

C'est avec un large sourire que Florian Derboule nous accueille sur l'exploitation familiale de La Cheville à Tardes (Creuse). Installé en GAEC depuis trois ans, il élève des charolaises et produit des céréales pour l'alimentation du troupeau et la vente. Après un cursus de formation qui l'a mené dans les départements voisins, il a pu découvrir de nouvelles conduites d'élevage et avoir une autre vision de son métier.

Tiré de son sommeil en pleine nuit par un vêlage qui aurait pu mal tourner, Florian Derboule est un jeune homme heureux. "Le veau avait une patte repliée et il était gros, dans les 55 kilos". Le vétérinaire est en train de replacer la matrice de sa charolaise. "Elle a poussé trop fort, elle a tout emmené. C'est toujours quand on a quelque chose de prévu que ça arrive". Voilà bien résumé le quotidien d'un éleveur...

Fils et petit-fils d'agriculteurs, Florian Derboule s'est installé avec ses parents le 16 janvier 2018. C'est par une phrase qui en dit long sur sa passion qu'il explique sa vocation. "J'ai toujours voulu faire ça et je l'ai fait." Le jeune homme de 23 ans a baigné dans l'univers agricole depuis le berceau. Ses grand-parents, métayers, avaient acheté un domaine à Marmouret, juste à côté, en 1968. Leur fils Régis les a rejoints en 1996 agrandissant la ferme, arrêtant les vaches laitières et les brebis pour se recentrer sur les Charolaises. Aujourd'hui, l'exploitation compte 297 ha de SAU, 145 vaches, 70 ha de grandes cultures (blé, triticale, avoine, seigle) et 11 ha de maïs. "Nous ne sommes pas seulement des éleveurs, c'est ce qui nous différencie remarque-t-il, nous cultivons 55 ha de blé et de triticale que l'on revend à un négociant local pour une coopérative. Nous avons augmenté la surface de grandes cultures en début d'année." La vente de céréales paye les intrants. "Nous en produisons surtout pour être autonomes en paille car nous avons beaucoup de bâtiments, environ 10 000 m²."

 Un cheptel de 145 vaches de race charolaise pour le GAEC de La Cheville.

Deux lycées agricoles... pour aller voir ailleurs

Malgré son jeune âge, Florian maîtrise bien la conduite de l'exploitation. Il faut dire qu'il a été à bonne école, épaulant son père et ses grands-parents durant son temps libre. "Dès que j'avais cinq minutes, j'étais dans la stabu." Il ne s'est pas posé la question de son avenir tant le choix de l'agriculture s'est imposé. Après ses années collège à Chambon-sur-Voueize, il s'est inscrit en Bac Pro CGEA au lycée agricole de Durdat-Larequille, près de Montluçon dans l'Allier. "Le lycée se situe à 45 minutes de la ferme, c'était plus proche qu'Ahun raconte Florian et j'avais envie d'aller voir ailleurs car cela ressemblait plus à notre exploitation. Le lycée a un bon cheptel de charolaises inscrites au Herd Book (livre généalogique de la race, ndlr) et il fait beaucoup d'essais comme des paillages de plaquettes."

Florian garde un excellent souvenir de cette ambiance familiale "avec 120 élèves en tout" et un encadrement "presque individuel" dans une classe de quinze élèves. "C'est un bon établissement, pas très connu, cela m'a bien plu lâche-t-il, bien que je préférais la pratique aux racines carrés qui ne servent à rien en élevage. J'ai fait ce que j'ai pu et j'ai toujours eu mention assez bien". En juin 2015, il obtient son Bac alors qu'il n'a pas encore 18 ans.... Trop jeune pour s'installer. Il aurait bien arrêté ses études mais ses parents, tous deux titulaires d'un BTS, PA pour son père et ACSE pour sa mère, l'incitent à poursuivre en BTS Analyse conduite et stratégie de l'exploitation agricole. Il s'inscrit à Ahun, Moulins et Challuy et son dossier est retenu dans les trois. Il choisit Challuy près de Nevers (Nièvre), établissement où ont été formés ses parents.

"Je n'avais pas trop envie d'y aller et finalement, j'ai choisi le plus éloigné... Autant voir ailleurs... Là-bas, il y a des exploitations très différentes des nôtres, des sols argilo-calcaires profonds, des parcelles assez grandes, des fermes de 400 à 500 ha, des cheptels plus importants et pas du tout les mêmes stratégies qu'ici. Cela m'a permis d'avoir une ouverture, je ne regrette pas, c'était bien ce BTS, j'ai passé deux bonnes années." Ses deux stages de dix semaines dans des exploitations de la Creuse et de l'Allier lui ont permis de se frotter à la pratique. "Les stages confirment ce qu'on voit en classe, on échange beaucoup avec les maîtres de stage sur les pratiques se souvient-il, j'étais toujours content d'aller en stage."

Un rythme de travail intense

Le BTS en poche, il est salarié sur la ferme familiale durant six mois, le temps de finaliser son installation en GAEC avec ses parents. Entre temps, son grand-père a pris sa retraite et il a racheté les parts sociales de sa grand-mère."Il faut s'y prendre un an à l'avance pour les démarches d'installation car c'est long après le premier rendez-vous à la Chambre d'agriculture". Il perçoit d'abord 80% de sa DJA, le reste sera versé au terme de la 5ème année s'il a rempli ses engagements, soit un montant total de 30 000 €. Des remises sur ses cotisations ont été accordées par Groupama les premières années. Il a également bénéficié d'exonérations MSA sur la première année.

Son projet d'installation comprenait un cheptel charolais, des brebis et une partie grandes cultures avec un objectif de 100 ha cette année. Il a renoncé à l'atelier brebis trop onéreux en investissements. Il a emprunté pour équiper de panneaux photovoltaïques deux bâtiments de 800 m² montés par son père en 2012. La Région lui a accordé 16 000 € dans le cadre du PCAE pour un coût de 80 000 €.

Trois ans et demi après son installation, Florian est un homme heureux de vivre et de travailler sur la terre où il a grandi. Il ne compte pas ses heures, enchaînant jusqu'à 80 heures par semaine. "Je n'ai pas le sentiment d'aller au travail, je sais ce que j'ai à faire tous les jours, je n'ai pas de patron pour me dire quand je dois être là et ce que je dois faire, c'est une passion. Il faudrait juste que ça rémunère plus." Pour s'impliquer davantage, il a rejoint les JA occupant le poste de secrétaire au niveau du canton et d'administrateur aux JA du département. "Cela permet d'échanger, de voir ce que font les autres et de créer un réseau souligne-t-il, n'ayant pas fait mes études en Creuse, je ne connais pas grand monde." Il s'est fixé comme prochain défi d'être autonome en eau pour anticiper les sécheresses, trois subies en trois ans, grâce à l'extension de son système d'abreuvement automatique alimenté par une source.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Partager sur Facebook
Vu par vous
4842
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Les serres de Daniel et Rozenn Agriculture | 20/07/2021

Un incubateur d'agriculteurs sur l'île d'Oleron

Après la noix de l'Isère, la noix du Sud ouest a son interprofession Agriculture | 15/07/2021

Une interprofession noix du Sud Ouest sur les fonds baptismaux

illustration serres Agriculture | 25/06/2021

La Rochelle : 48 heures pour découvrir l’agriculture urbaine

Assemblée générale Safer Nouvelle-Aqutaine le 16 juin 2021 à Bruges Agriculture | 22/06/2021

L'impact contrasté de la crise sanitaire sur le foncier rural et agricole

Benoit Biteau dans son bureau à Le Gua Agriculture | 28/05/2021

Pourquoi le projet de nouvelle PAC ne convient pas aux écologistes

Une unité de méthanisation à Somain, dans le nord de la France Agriculture | 21/05/2021

La méthanisation, des atouts pour le monde agricole

L'élevage laitier souvent montré du doigt a fait beaucoup d'effort pour réduire l'impact carbone Agriculture | 20/05/2021

Un marché du carbone pour les agriculteurs est en train de naître

Capture d'écran du débat sur le bien-être animal du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/05/2021

Bien-être animal : quels exemples en Nouvelle-Aquitaine ?

Débat dans le cadre de la Journée Installaiton - Transmission: Agriculteur, ça s'apprend ? Agriculture | 19/05/2021

Formation et professionnalisation : "donner les clefs pour la meilleure installation possible"

Louis et Alexis avec leurs porcs Agriculture | 17/05/2021

Louis Boutteaud et Alexis Bonnet développent leur ferme rêvée : "un nouveau modèle est possible"

La 4e édition de la Journée Installation Transmission se tiendra le 18 mai à partir de 10h sur agriweb.tv Agriculture | 14/05/2021

Journée Installation Transmission : " Agriculteur, ça s'apprend ? "

Amandine et Emmanuel Cantet se sont reconvertis ensemble à l'élevage caprin et ovin. Une nouvelle aventure professionnelle et familiale Agriculture | 14/05/2021

Amandine et Emmanuel Cantet : La reconversion agricole en couple, "être conscient de ce que l'on fait, y croire et foncer !"

Maxime Kovalski est éleveur bovin allaitant à Marcillac-la-Croisille en Corrèze, suite à une reconversion Agriculture | 12/05/2021

Maxime Kovalski : Des TP à l’élevage bovin, un rêve de gosse devenu réalité

Rémy Ferret, installé en cultures végétales à Condezaygues en Lot-et-Garonne - La Ferme de Lamothe Agriculture | 11/05/2021

Rémy Ferret : le fils d'éleveur devenu maraîcher

Adeline Métayer 24 ans, viticultrice à Birac en AOC Cognac, cur petite champagne Agriculture | 07/05/2021

Adeline Métayer, viticultrice en AOC Cognac: "Fière d'être jeune, d'être une fille et de faire ce métier !"