Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Germinal Peiro évoque les dossiers agricoles qui attendent le nouveau gouvernement

16/05/2012 | Germinal Peiro, porte-parole de François Hollande pour les questions agricoles pendant la campagne présidentielle a accordé un entretien à Aqui.

Germinal Peiro est l'auteur d'une loi sur les retraites agricoles

Le député du Sarladais, Germinal Peiro, secrétaire national à l'agriculture, à la ruralité et à la mer du PS depuis 2005 évoque les dossiers qui attendent le nouveau ministre de l’agriculture. Le premier dossier au niveau de l’Europe concerne la Politique agricole commune dont de nombreux agriculteurs attendent les renégociations avec inquiétude. Auteur d’une loi qui porte son nom, votée en mars 2002, Germinal Peiro évoque dans le détail le plan quinquennal des retraites agricoles.

@qui! : Comment imaginez vous le nouveau projet de Politique agricole commune, prévu l’an prochain. Faut-il revoir le système d’aides et de répartition. ?
Germinal Peiro :
Au cours de la campagne, François Hollande a indiqué que sa priorité serait de faire en sorte que la part de la PAC dans le budget européen soit maintenue. La PAC n’étant pas indexée sur les prix, la maintenir à un haut niveau est à nos yeux une garantie de sécurité alimentaire. Par contre, il nous apparaît nécessaire de mieux répartir les aides actuelles. Actuellement, les agriculteurs touchent une aide à l’hectare identique, quelque que soit la superficie de l’exploitation. Il y a convergence nationale et européenne. Le plafond est fixé à 300 000 €, mais à partir de 150 000 €, il y a une dépréciation de l’aide à l’hectare. Ce dispositif tend à favoriser les grosses structures et l’agrandissement. Nous nous prononçons pour une répartition des aides européennes orientées vers l’emploi. Mon souhait est que soit prise en compte la notion de travail et du nombre de personnes sur l’exploitation. La France a perdu en dix ans, un peu plus du quart de ses agriculteurs. Si le système actuel perdure, le nombre d’agriculteurs sera de 150 000 d’ici une décennie. Cette réorientation de la PAC est la seule façon de maintenir des petites et moyennes exploitations qui contribuent à la sauvegarde de nos espaces ruraux.

@! -  Comment selon vous peut –on rétablir de meilleurs rapports de force entre petits producteurs locaux et grande distribution ?
Germinal Peiro : Le souci de bon nombre d’agriculteurs est de se faire respecter des ditributeurs. Notre volonté est de leur donner les moyens pour se regrouper et qu’ensemble ils puissent négocier  avec la grande distribution dans le cadre de contrats collectifs. Dans le cas du lait, plusieurs laiteries poussent les éleveurs à signer des contrats individuels. Les producteurs se retrouvent ainsi liés à leur distributeur sans pouvoir négocier. Nous souhaitons mettre en place des contrats de filière, par exemple un pour les fruits et légumes, un autre pour l’activité laitière.

@! - Quelle est votre position sur la culture des OGM ?
Germinal Peiro : Ma position est claire : il s’agit d’une opposition ferme interdisant toutes cultures OGM en plein champ, même si  la recherche publique doit être poursuivie. Nous ne pouvons pas continuer à maintenir un système de cultures au détriment d’autres, comme l’agriculture biologique. C’est encore plus grave pour les apiculteurs qui ne peuvent pas commercialiser le miel des abeilles qui ont butiné les fleurs d’un champ OGM. Quant aux importations, une vraie politique de production de protéagineux réglerait pour une bonne part la question. Elle peut être mise en place rapidement, c'est une question de volonté politique. Les OGM n'ont pas prouvé leur intérêt économique ni agronomique. Nous ne céderons pas à la pression de groupes tels que Monsanto.

@! - Quelle politique comptez -vous menez pour favoriser le renouvellement de générations d'agriculteurs  ? Germinal Peiro : En France, nous avons une installation d’un jeune pour trois départs à la retraite. Un quart relève d’une installation en hors -cadre familial, en Dordogne, c’est environ la moitié. Un candidat à l'installation  est confronté à de nombreuses difficultés lors de la réalisation de son projet. Les exemples sont nombreux et notamment en maraîchage. Parmi ces freins, l'accès au foncier représente sans aucun doute le plus difficile à lever, notamment pour des personnes non issues du milieu agricole. En effet, il faut trouver l'exploitation ou le foncier qui correspond au projet, ensuite il faut y accéder malgré la concurrence et, enfin, il faut pouvoir en financer l'acquisition ou la location. Une des solutions passe par le stockage de foncier, à l’exemple de ce qui a été réalisé en région Poitou –Charentes.  Le projet consiste à permettre  aux Safer, en leur donnant les moyens nécessaires, de constituer des réserves foncières destinées à faciliter l'installation de nouveaux agriculteurs, par négociation à l’amiable ou par exercice du droit de préemption. Il est aussi possible d’envisager que les communes puissent préempter lorsqu’elles ont connaissance de terres agricoles ou d’exploitations mises en vente sur leur territoire.

@! - Bon nombre de retraités agricoles vivent sous le seuil de pauvreté, comment comptez vous conduire la réforme des retraites agricoles dans le contexte actuel ?
Germinal Peiro - François Hollande s’est engagé pendant la campagne sur un plan quinquennal pour les retraites agricoles. Nous maintiendrons cet engagement. Il comporte six mesures. La première concerne l’extension de la Retraite complémentaire obligatoire (RCO) aux conjoints et aides familiaux pour les retraités actuels. Cette proposition qui a fait l’objet d’un vote à l’Assemblée début 2010 avait été rejetée par les députés UMP. Nous porterons à 75% du SMIC le montant des retraites des carrières complètes des chefs d'exploitation.  C'est ce que prévoit la loi mais le problème c'est que cela n'a  pas été respecté depuis dix ans. Actuellement, un chef d’exploitation retraité qui a effectué sa carrière complète touche 70, 54 % du SMIC. Nous envisageons de supprimer la condition minimale  de durée d’activités, fixée à 17,5 années pour obtenir le droit de bénéficier de la majoration des retraites. Nous accorderons la réversion de la RCO, afin d’attribuer au conjoint survivant une pension de réversion de la RCO sur les points cotisés par le chef d’exploitation décédé en activité.  Notre volonté est d’appliquer le principe des points combinés à la retraite obligatoire complémentaire. Le conjoint du chef d’exploitation décédé en activité, qui décide de reprendre la ferme, pourra ainsi  demander à ce que les droits à la retraite complémentaire acquis par le défunt soient combinés aux siens. La sixième mesure consiste à accorder le bénéfice de la retraite proportionnelle aux périodes de longue maladie et ou d’infirmité grave. Ce plan sur cinq ans est évalué à 650 millions d’euros, il sera financé par la diminution du nombre de retraités à venir et par la solidarité nationale. Dans ce cadre, nous prévoyons une conférence annuelle sur les retraites agricoles.

Propos recueillis par Claude Hélène Yvard

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Cl - Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
867
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr