aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Gironde: installation agricole difficile, mais pas condamnée

22/03/2013 | Après les Landes et le Béarn, c’était au tour de la Gironde d’accueillir ce 21 mars, dans les locaux de Bordeaux Sciences Agro à Gradignan, la 6ème Convention Départementale du Foncier Agricole

Arnaud Courjaud, représentant des JA 33, Pascale Got , députée et conseillère général du canton Castelnau-de-Médoc, Francis Massé, Président de la SAFER AA et Bernard Soland, Président de la Fédération des Caves Coopératives d'Aquitaine

Pas de réelles surprises en Gironde ; comme dans le reste de l’Aquitaine, la question de l’installation et de la transmission reste encore à résoudre. Dans le département, seuls 17,2% des chefs d’exploitation ont moins de 40 ans… Et côté cédants, ils sont «2900 exploitants girondins de plus de 55 ans à ne pas connaître leur successeurs». Au total, ce sont donc 48700 ha, soit 20% de la SAU, dont la reprise est incertaine… Des chiffres qui ont nourri le débat de la table ronde sur les causes et les enjeux complexes des questions liées à la transmission et à l’installation.

Les quatre acteurs du monde agricole et rural invités de la table ronde de la CDFR de ce jeudi n’ont pas mâché leur mot sur leurs insatisfactions, et leurs attentes sur l’installation en agriculture. Inquiétude car si un des freins principaux à l’installation d’un jeune agriculteur, reste «l’élément financier du prix du foncier», plusieurs facteurs s’enchevêtrent et complexifient l’environnement économique, social, voire psychologique autour des transmissions agricoles.
Le prix du foncier, pour Arnaud Courjaud, représentant des JA 33, c’est un double handicap: «soit on n’est pas suivis dans nos projets, soit la viabilité du projet est remis en cause par le prix du foncier en lui-même». Selon lui, les premiers acteurs à pouvoir y changer quelque chose, ce sont les propriétaires. Et il n’y va pas par quatre chemins: «Il faut qu’ils arrêtent de surévaluer leur bien!».

Parler installation, c'est parler retraitePour autant, comme l’explique Francis Massé, Président de la SAFER AA et une intervenante de la salle, ancien agricultrice: «les retraites agricoles ne suffisent pas pour vivre convenablement». La conséquence est double: soit le chef d’exploitation passe le relai à son conjoint, ne libérant alors pas de terre pour d’éventuels successeurs, soit les agriculteurs optent pour la vente. En effet,  comme le souligne Francis Massé, «le fermage qui bloque la situation sur 18 ans est peu satisfaisant pour des propriétaires, et surtout si la retraite est insuffisante». Bref, parler d’installation, c’est aussi parler de retraite…
Mais, un jeune agriculteur voulant acheter peut bénéficier d’aides et notamment du dispositif de la Dotation Jeune Agriculteur. Mais là encore les critiques fusent: le pécule de 10 000 € qu’elle apporte n’a plus de sens. A l’origine apport de trésorerie pour faciliter l’obtention d’un prêt, elle est désormais loin d’être suffisante. Pour autant, Arnaud Courjaud ne dénigre pas le système, sa meilleur preuve: «95% des jeunes agriculteurs installés avec la DJA, sont toujours en activité 10 ans après…» Pourtant ce dispositif ne concerne aujourd’hui que 50% des installations… Un constat qui amène le législateurs à vouloir améliorer et mieux adapter le dispositif à l’agriculture d’aujourd’hui, explique Pascale Got , députée et conseillère général du canton Castelnau-de-Médoc.

"Il n’y a pas la culture de la reprise d’activité"Cela dit, une autre barrière à la transmission a également été évoqué ce jeudi : l’attachement des propriétaires à leur terre. Un constat rappelé par le députée concernant les nombreuses terres maraîchères aux portes de nos villes. Elle le constate: «il n’y a pas la culture de la reprise d’activité», et les efforts des collectivités n’y changent pas grand-chose: «Pour maintenir ces terres agricoles, le Conseil général, la Région et la SAFER ont mis des formations maraîchage en place et des aides afin de soutenir les projets de micro-installations sur ces terres. Mais c’est difficile de trouver du foncier à cause des blocages des propriétaires qui n’acceptent pas n’importe qui sur leur terre et comprennent mal la transmission. C’est donc aussi un travail humain et de fond à entreprendre avec eux.»

Des temps forts législatifs en approcheMais des raisons d’espérer persistent d’abord car des outils, malgré tout, existent: les conventions de mise à disposition pour des situations transitoires, les portages fonciers par la Safer et la Région, les documents d’urbanisme à plus grandes échelles, tels que les PLU intercommunaux, mais aussi les initiatives prises par les acteurs tels que les caves coopératives ou les CUMA pour faciliter les installations.
De l’espoir aussi, car de nombreux temps forts législatifs s’annoncent pour l’agriculture et plus particulièrement pour l’installation: la nouvelle PAC, qui en tient compte dans son 2ème pilier, l’acte 3 de la décentralisation, qui pourrait élargir l’action des régions dans ce domaine, la loi d’avenir pour l’agriculture en cours de préparation et enfin, les Assises de l’installation en juin prochain, dont il devrait exister une déclinaison régionale… L’occasion ou jamais pour le monde agricole, les jeunes en particulier, de faire entendre leur voix!


Lire aussi: Le Béarn, dynamique sur les outils favorisant l'installation agricole

                Landes: agriculteurs et élus, ensemble pour relever le défi de la transmission du foncier

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : SAFER AA

Partager sur Facebook
Vu par vous
824
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr