aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Gironde: La chambre d'agriculture a vu large: des formations aux produits phytos

10/03/2016 | L'utilisation des phytos s'est invitée au débat d'une session de la Chambre d'agriculture de Gironde initialement dédiées à la formation et à l'emploi agricole salarié

La session de la chambre d'agriculture de Gironde du 9 mars 2016

C'est à la Maison des Vignerons Indépendants d'Aquitaine et de Gironde à Artigues-près-Bordeaux que s'est tenue la session de la Chambre d'Agriculture de Gironde ce mercredi 9 mars. Une session qui avait pour thème central « les enjeux de l'emploi et de la formation agricoles en Gironde » en présence de représentants de l'Association Nationale pour l'Emploi et la Formation en Agriculture (ADEFA) Gironde. D'autre part, l'actualité médiatique a aussi beaucoup orienté les échanges autour de l'utilisation des produits phytosanitaires dans le département.

Des grandes tendances de l'emploi agricole salarié en Gironde, mesurées sur la période 2009-2013 et présentées par Bruno Meunier, Directeur de l'ADEFA, on retiendra d'abord la diminution du nombre d'entreprises (12,8%) et d'employeurs (-5%), et l'augmentation de la masse salariale agricole. Si celle-çi « a plus profité aux hommes qu'aux femmes », elle est, analyse Bruno Meunier « davantage imputable au revalorisation de salaires qu'au nombre total de salariés, qui en cinq ans n'a augmenté que de 1,44% ».
Autre tendance, mais qui n'est pas réellement une surprise : le vieillissement de la population des salariés permanents entre 2008 et 2013, avec une baisse de 4% des moins de 25 ans. Quant au marché de l'emploi agricole salarié, les chiffres enregistrent sur la période une hausse de 115% des demandeurs d'emplois alors que les offres apparaissent en baisse de 25%. Des chiffres qui ont fait réagir l'assistance des professionnels employeurs présents. « De plus en plus de demandeurs d'emploi... ? Des salariés agricoles compétents, qualifiés et motivés, je n'en vois pas des masses. Quand on veut des gens compétents les entreprises doivent se regrouper pour les former...» a-t-on réagi dans la salle.

"La formation du terrain par le terrain"Une remarque qui renvoie, en effet, à une autre tendance forte en matière de formation agricole et d'emploi salarié : « la formation du terrain par le terrain ». « Des formations de professionnels, pour les professionnels et par les professionnels » explique Bruno Meunier qui cite Agri Cap Conduite, « qui depuis 3 ou 4 ans, forme les professionnels en conduite de tracteurs dont les entreprises ont besoin.». Autre exemple, l'Ecole de la Vigne, créée par groupement 8 Châteaux du Médoc, pour répondre à un manque de main d'oeuvre viticole.
Un thème sur l'emploi et la formation qui n'a pas non plus oublié de mettre l'accent sur la formation par apprentissage, qui si elle progresse, reste encore assez peu développée. Autre temps fort sur ces thèmes : la signature d'une convention pour la promotion des métiers agricoles et de la formation, entre la Chambre d'agriculture et l'ADEFA.

Signature de la convention entre la Chambre d'agriculture de Gironde et l'ADEFA pour la promotion des métiers et des formations agricoles

Une hausse des produits phyto en 2014Autre sujet largement évoqué en échos à l'émission Cash investigation diffusée début février sur France 2 : l'utilisation des produits phytosanitaires dans le vignoble, et la communication à avoir en la matière. Sujet sur lequel, Patrick Vasseur, en charge du plan Ecophyto sur la grande région est revenu le premier annonçant d'abord une mauvaise nouvelle officialisée la veille à Paris, lors du bilan Ecophyto 2014. « L'achat de produits phytosanitaires au niveau national en 2014 enregistre une hausse de 9,4% par rapport à 2013 ». Une augmentation que Patrick Vasseur explique principalement par « une année climatique 2014 humide, entrainant de fortes pressions des maladies causées par des champignons, pas tellement sur la vigne, mais beaucoup sur les céréales et les légumes, le colza et en arboriculture ».
Pour autant assure-t-il « les agriculteurs sont demandeurs de molécules moins impactantes sur l'environnement et la santé », soutenu en cela par Bernard Artigue insistant sur le fait que «les agriculteurs ont parfaitement conscience des sujets qui touchent à l'environnement, et à leur propre environnement (…), on ne peut être insensible aux conséquences de certains produits ou de leur mauvaise utilisation ».

"Parler tout en se montrant responsable"Quant à la réaction à avoir, il s'agit désormais « de parler tout en se montrant responsables », appelle Patrick Vasseur, qui pour ce faire propose aux professionnels de l'assistance « de rencontrer et d'organiser des débats » avec notamment, des personnalités de la recherche et de la médecine, afin d'avoir une vision claire des risques rééls et fantasmés. Depuis la salle, d'autres en appellent aussi à la science et à l'investissement des professionnels dans la recherche et l'innovation, ce qui pointe-t-on « a pendant longtemps était difficile à faire entendre. L'IFV est maintenant le bras armé de la filière viticole, mais globalement nous avons pris du retard... par exemple sur les maladies du bois. Il faut que la profession se mobilise !».
Le représentant de la Confédération Paysanne, Dominique Techer, a pour sa part fait lecture de la lettre ouverte de son syndicat aux institutions viticoles de Bordeaux, dénonçant le choix de ces dernière de ne pas communiquer. « Il faut élaborer une vraie réponse (…) il faut un plan de sortie des CMR », comprenant des évolutions à court et moyen termes, faisant notamment un belle place au bio, mais pas seulement, « on peut faire aussi un plan de traitement conventionnel correct sans produits CMR », concède -t-il.

"Conventionnel ou bio, le débat n'est pas là"De la question globale de l'utilisation des produits phytosanitaires à l'affaire de l'école de Villeneuve-de-Blaye, qui avait subi les dérives de traitements de deux exploitations (une bio et une conventionnelle) à l'été 2014, le pas fut vite franchi, faisant, pour quelques minutes, monter les échanges d'un ton. S'appuyant sur un rapport de l'ARS indiquant que les molécules ayant rendu les enfants et le personnel indisposés venaient de produits utilisés par l'exploitation conventionnelle, Dominique Techer, a mis « en demeure ceux qui ont propagé des rumeurs infondée (selon lesquelles la pollution venait de l'exploitation bio, ndlr) d'arrêter de le faire et de rectifier publiquement leurs affirmations ». Demande qui a fait réagir Patrick Vasseur, précisant qu'une seconde étude concernant aussi l'exploitation bio, non encore dévoilée, ne lui était pas plus favorable que le premier rapport à l'exploitation conventionnelle...
Un débat tranché par Hervé Servat, le Directeur adjoint de la DDTM, indiquant qu'en effet, au vue des symptômes aigus et de la réaction immédiate subie par les enfants et adultes de l'école après les traitements, ces malaises pouvaient provenir des produits, y compris bio, utilisés par chacune des 2 exploitations. « L'utilisation de produit bio, ne garantit pas l'absence d'incidence de symptômes aigus sur les enfants, quand ils sont à ce moment là dans la cour avec présence de vent. Conventionnel ou Bio, le débat n'est pas là, c'est tout simplement du bon sens que de ne pas traiter dans ces conditions ». Un « bon sens » qui fera tout de même, l'objet d'un arrêté préfectoral afin de définir des distances de précaution autour des établissements pouvant accueillir des personnes vulnérables, en fonction du matériel utilisé, de l'existence de haie, de vent,etc.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
13269
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr