Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/03/21 | Limoges : Le Village des Restaurateurs est prolongé

    Lire

    Depuis le 23 février, la Ville de Limoges a mis a disposition de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie de la Haute-Vienne 12 chalets place de la Motte pour permettre aux restaurateurs d’organiser de la vente à emporter. Face au succès rencontré, cette opération « Le Village des Restaurateurs » est prolongé du 9 au 21 mars. Le Village est ouvert du mardi au jeudi de 10h à 14h et du vendredi au dimanche de 10h à 15h.

  • 03/03/21 | Poitiers : une collecte de protections hygiéniques ce 6 mars

    Lire

    Ce samedi 6 mars dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, le CCAS de Poitiers organise une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. De 14h à 17h30, des boites seront disposées dans deux Carrefour City du centre-ville (rue Carnot et place du marché), ainsi que dans le Monoprix à l'entrée du centre commercial des Cordeliers. Des bénévoles seront présents pour accueillir, informer et échanger sur le sujet de la précarité menstruelle.

  • 03/03/21 | Grand Poitiers : le concert de "The Beggar’s Ensemble" disponible

    Lire

    Nous vous en avions parlé le 9 février dernier dans cet article. The Beggar’s Ensemble avait enregistré en vidéo au conservatoire de Grand Poitiers Gin Craze, un récital de morceaux de musique baroque composés par des Anglais dans la première moitié du XVIIIe siècle. Le concert (de 58 minutes) est sorti sur la page Facebook de l'ensemble, celle de Grand Poitiers et celle du conservatoire de Grand Poitiers ainsi que sur la page Youtube de Beggar’s Ensemble.

  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Grêle en Gironde : le préfet rencontre les agriculteurs

29/05/2018 | Ce mardi matin, le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, était en déplacement en Gironde où il a été à la rencontre d'agriculteurs touchés par l'épisode de grêle

Grèle Gironde

Lorsque vient le moment de parler de l'impact du violent orage de grêle qui s'est abattu sur le département samedi dernier, les dégâts dans les vignes chez les viticulteurs ne semblent être qu'une partie du problème. Ce mardi, le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement s'est rendu, dans la matinée, à Macau, Teuillac et Marcillac, à la rencontre des exploitants viticoles touchés, mais aussi auprès d'agriculteurs et de maraîchers qui vont eux-aussi devoir assumer de lourdes pertes, sans forcément avoir les assurances à leur chevet pour les indemniser. Ils ont accepté de témoigner et de raconter leur situation.

Des dégâts sur les exploitations

Sur la parcelle de Jean-Christophe Lahaille, exploitant agricole à Ludon-Médoc, pas besoin d'écarter les herbes pour se faufiler : tout est couché, tordu. Et lorsqu'on l'interroge, l'éleveur ne cache pas sa colère. "Ce n'est pas logique que les assurances puissent nous foutre dehors sans rien dire. Ce n'est pas parce que l'année est mauvaise qu'on va virer le marchand de semences. L'année d'après, il faut refaire de la bouffe ou de l'herbe pour nos bêtes, ce n'est pas logique qu'on ne puisse pas prendre ça en compte. Aujourd'hui, je me relève juste de la tempête. Demain, je ne déclare pas mes bâtiments, il y en a pour 80 000 euros de réparation. Il ont trois semaines, toutes les tôles sont impactées par la grêle… dans cinq ans, c'est foutu, il faut tout changer… et on les a déjà changées après la tornade de janvier", assure-t-il. Le violent orage de grêle qui s'est abattu ce week-end en Gironde a en effet provoqué des dégâts notables chez de nombreux viticulteurs, comme le rapportaient ce lundi les chiffres définitifs  fournis par l'interprofession, mais ces derniers ne sont pas les seuls à en déplorer la violence. 

Pour Nelly Cousteau, jeune agricultrice et éleveuse à Parempuyre, c'est l'incertitude qui demeure après la tempête. "Au niveau du foin et du stockage pour cet hiver, il y aura un manque à gagner évident" affirme-t-elle, sans pour l'instant pouvoir en déterminer la nature exacte. "On va faire analyser le fourrage, comme tous les ans, mais on sait très bien qu'il sera de mauvaise qualité. On ne sait pas trop comment on va pouvoir le ramasser, il va encore pleuvoir pendant quinze jours. Cette herbe est hachée et coupée, on va devoir couper des tiers de branches parce que le reste aura commencé à moisir par terre, et on ne peut pas la relever. Le problème, c'est qu'on a besoin de pâturages, je ne peux donc pas me permettre d'attendre le mois prochain. C'est le seul stock de fourrage qu'on peut avoir pour l'hiver, et environ 75% de la parcelle de Ludon est perdue. Le foin a été touché, mais le maïs aussi : il est au stade trois feuilles, il a été haché et il est sous l'eau en ce moment. La plante va être asphyxiée et elle va jaunir. On ne sait pas pour l'instant si on pourra ressemer, et si on le fait au mois de juin on n'aura pas de rendement". La situation est d'autant plus préoccupante que, tout comme de nombreux agriculteurs, Nelly n'a pas pris le soin de souscrire à une assurance. "On n'a pas pris d'assurance climatique, au niveau financier ce n'est pas possible. Je fais venir un huissier cet après-midi pour me protéger et constater des preuves de ce qu'on aurait pu avoir en fourrage. On verra le mois prochain en le faisant analyser."

Efforts fiscaux

Grèle Gironde

Pierre Boschetti, lui, avait pris quelques précautions, mais uniquement pour le maïs. Comme tout le monde, il a été frappé par la violence de l'épisode. "Ça fait trente ans que je suis installé, je n'avais jamais vu ça. Les anciens disaient qu'il ne grêlait jamais le long du fleuve parce que le bec d'Ambès partageait les orages. Malheureusement, ce coup ci, on n'est pas passé à travers. 90% de la surface est touchée, toute la surface en maïs et en culture légumière. Tout a souffert. Pour le maïs, on va voir ce que dira l'expert. Pour les cultures légumières, je vais en replanter mais ce sera après le 15 août, soit beaucoup plus tard que d'habitude. C'est un manque à gagner de 10 à 15 000 euros. En plus le beau temps n'est pas prévu avant une dizaine de jours, on ne peut donc rien faire. On est assuré pour le maïs, mais pas pour le reste. Ça n'arrivait jamais...". Pierre, Nelly et Jean-Christophe n'attendent donc qu'une chose : que le secteur soit classé en zone de catastrophe naturelle, "pour que les assurances puissent nous indemniser".
Sans prendre d'engagement concret sur ce point, le préfet de région Didier Lallement a réafffirmé qu'une cellule de crise serait déployée "la semaine prochaine", à laquelle seront associées les collectivités locales dont, espère-t-il, la Région. "Nous déploierons des dispositifs habituels : exonérations de taxes foncières non-bâti, chômage partiel. À l'évidence, ça ne suffira pas. Il y a une récurrence des phénomènes climatiques, il faut donc que nous adaptions nos outils d'aide. Nous avons une discussion sur le dispositif assurantiel. Quand j'entends des viticulteurs me dire que ce n'est pas rentable de s'assurer, il y a un véritable problème. Il faut faciliter ces mécanismes d'assurance pour voir ce qu'il est possible d'envisager".

Benoît Simian, député de la cinquième circonscription de Gironde, est lui plus confiant. "Les maires vont déclencher l'état de catastrophe naturelle. En même temps, tout ce qui ne relève pas des assurances entrera dans le fond de calamité agricole, qui sera demandé par l'ensemble des acteurs. Ce sera le cas ici pour les éleveurs avec le foin qui a été touché ou les maraîchers qui cultivent des légumes. Il faut aller le plus vite possible. J'ai saisi le Ministre de l'Agriculture samedi lors du débat sur le projet de loi agriculture, il est conscient qu'il faut lancer une procédure accélérée", a-t-il assuré. Du côté du discours officiel de la FNSEA, il est aussi demandé de presser la cadence et de créer une épargne de précaution. Sur ce point, le député girondin précise qu'un "groupe de travail réfléchit actuellement à la fiscalité agricole, notamment autour d'une épargne de précaution, de réserve climatique de façon à donner aux agriculteurs les moyens de réagir et de faire face à ce genre de drame. On voit que ce sont des phénomènes répétés, typiquement sur ce couloir entre Macau et Ludon, qui a été frappé d'une tornade au début de l'année 2018, et cet épisode de grêle en plus". Enfin, pour le volet des assurances, l'élu a réaffirmé la nécessité d'"encourager les agriculteurs à s'assurer sur ce qui est assurable", mais est aussi allé un peu plus loin. "Il faut obtenir de la PAC le maintien des aides à l'assurance à hauteur de 60% et travailler avec les assurances à une franchise un peu plus basse. Aujourd'hui, elle se déclenche à partir de 30% de la récolte, il s'agirait d'avoir aussi une réforme de l'assurance pour pouvoir en bénéficier à partir de 20%, c'est ce que demandent les agriculteurs". Les propositions et mesures, au niveau national, sont toujours attendues à la commission des finances de l'Assemblée nationale et du Sénat dans les semaines à venir, et devraient être intégrées au projet de loi de finances pour 2019. Il est à parier qu'après cet orage de grêle, les choses devraient s'accélérer...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5512
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Alain Rousset, le président de la Région Nouvelle-Aquitaine a asisté à la pose de la prmière pierre de la légumerie de l'Escat Agriculture | 01/03/2021

Légumerie de l'Escat : un projet local économique et agricole

Romain Nougué (à gauche), maraîcher est installé à Meillon depuis le mois d'octobre dans le cadre de la ceinture verte de l'agglomération de Pau. A ses côtés Victor, en contrat de parrainage auprès de Romain Agriculture | 17/02/2021

Installation agricole et circuits courts : la Ceinture verte de Pau se concrétise

Les représentants des Jeunes Agriculteurs NA et de la FNSEA NA devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux Agriculture | 16/02/2021

Loi EGAlim : En Nouvelle-Aquitaine, Jeunes Agriculteurs et FNSEA avertissent la grande distribution

Christophe Congues, Président du groupe coopératif Euralis Agriculture | 12/02/2021

Du mouvement à la tête des Groupes coopératifs Maïsadour et Euralis

Marc Cazaux HélicA Agriculture | 12/02/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Marc Cazaux lauréat 2017 (épisode 3/4)

Sylvain Bordenave, président JA 64 et Iban Pebet, président du Comité d'Orientation Transmission Installation de la chambre d'agriculture 64 Agriculture | 11/02/2021

Installation agricole : "une bonne année" dans les Pyrénées-Atlantiques

Les Rencontres de l'alimentation se sont lancées le 3 février dernier avec le débat sur la Souveraineté alimentaire : utopie ou réalité ? Agriculture | 09/02/2021

Souveraineté alimentaire : de l'individu au monde

L'activité céréales est en repli de 40 à 50% sur l'année 2020 Agriculture | 02/02/2021

Les coopératives agricoles : un impact socio-économique majeur en Nouvelle-Aquitaine

Le salon régional de l'agriculture Aquitaine - image d'archive Agriculture | 29/01/2021

Un Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2021 plus proche du public ?

Dispositif de désinfection de l'entreprise Sanodev Agriculture | 28/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Laure Sandoval lauréate 2018 (épisode 2/4)

Elevage de canards prêts-à-gaver dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 27/01/2021

Crise aviaire: Les Pyrénées-Atlantiques se soucient des éleveurs et du Kriaxera

Bertrand Venteau, le président de la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne Agriculture | 27/01/2021

Haute-Vienne : La Chambre d’Agriculture en recherche de financements pour les agriculteurs

Jean-Louis Dubourg, Président de la Chambre d'Agriculture de la Gironde Agriculture | 26/01/2021

« Peu de perspectives pour les mois à venir », J-L Dubourg, Président de la Chambre d'agriculture de Gironde

Yann Viaud est un des premiers agriculteurs à s'être lancé dans le projet avec la CARA Agriculture | 25/01/2021

Pays Royannais : un atelier de transformation pour les agriculteurs

Cedric Tranquard (ici avec Luc Servant) a été élu à 18 voix sur 25, face à un candidat de la Coordination rurale Agriculture | 25/01/2021

Cédric Tranquard élu à la tête de la Chambre d’agriculture 17