12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 12/08/22 | marchesdegironde.com : le nouveau répertoire des marchés girondins

    Lire

    La CCI Bordeaux-Gironde met en ligne le site internet marchesdegironde.com. Objectif : permettre aux internautes de trouver le marché girondin (permanent ou saisonnier) à proximité de leur domicile ou lieu de vacances. Près de 79 marchés, permanents ou saisonniers, de plein-air ou couverts, y sont déjà référencés. Pour les commerçants non sédentaires, actuels et à venir, les informations réglementaires et les contacts des gestionnaires des marchés sont également indiqués.

  • 12/08/22 | Reverredire sensibilise au réemploi du verre

    Lire

    A Bergerac, l'association Reverredire Nouvelle-Aquitaine regroupe trois acteurs associatifs du réemploi du verre du territoire régional : L'Attache Rapide à Bergerac (24), La Consigne Bordelaise à Bordeaux (33) et Les Retournées à Anglet (40 et 64). Elles proposent un modèle régional de réemploi du verre, en lien avec les filières productives et les acteurs de la chaîne qui s'appuiera sur des activités d'économie sociale et solidaire porteuses d'emplois de proximité. Des actions de sensibilisation sont déjà engagées pour 2022.

  • 11/08/22 | Les Mondiaux de boomerang à Gradignan dès le 16 août

    Lire

    Gradignan (Gironde)accueille les mondiaux de boomerang du 16 au 26 août. Une centaine de lanceurs issus de 14 nations s'affronteront au Domaine de Moulerens sur différentes épreuves spectaculaires en individuel et en équipe. 25 athlètes français participeront et les têtes d'affiche remettront leur titre en jeu à l'image de Marie Appriou, 23 ans, championne du Monde en titre et Matéo Guerrero, 15 ans, vice-champion du Monde Junior. Renseignements sur l'appli https://wbc2022.glideapp.io/dl/d0a5f4

  • 11/08/22 | La préfecture de la Haute-Vienne labellisée

    Lire

    Suite à un audit externe réalisé par SOCOTEC, la préfecture de la Haute-Vienne vient de se voir attribuer le label « Qual-e-pref ». Ce label témoigne de la volonté de répondre au quotidien aux attentes des usagers ainsi que la communication d'urgence en cas d'évènement majeur. La préfecture a obtenu cette labellisation pour trois ans.

  • 11/08/22 | Des maraîchers à Limoges Métropole

    Lire

    La Ceinture verte terroir de Limoges veut relocaliser l'agriculture au travers l'aide à l'installation de maraîchers en agriculture biologique ou Haute Valeur Environnementale. Elle propose pour cela un service d'installation clé en main sur des terres équipées, avec un accompagnement technico-économique et une aide à la recherche de logement sur site ou à proximité. L’ensemble des équipements seront mis à disposition de 5 maraîchers sur le territoire de Limoges Métropole.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Grêle en Gironde : le préfet rencontre les agriculteurs

29/05/2018 | Ce mardi matin, le préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, était en déplacement en Gironde où il a été à la rencontre d'agriculteurs touchés par l'épisode de grêle

1

Lorsque vient le moment de parler de l'impact du violent orage de grêle qui s'est abattu sur le département samedi dernier, les dégâts dans les vignes chez les viticulteurs ne semblent être qu'une partie du problème. Ce mardi, le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement s'est rendu, dans la matinée, à Macau, Teuillac et Marcillac, à la rencontre des exploitants viticoles touchés, mais aussi auprès d'agriculteurs et de maraîchers qui vont eux-aussi devoir assumer de lourdes pertes, sans forcément avoir les assurances à leur chevet pour les indemniser. Ils ont accepté de témoigner et de raconter leur situation.

Des dégâts sur les exploitations

Sur la parcelle de Jean-Christophe Lahaille, exploitant agricole à Ludon-Médoc, pas besoin d'écarter les herbes pour se faufiler : tout est couché, tordu. Et lorsqu'on l'interroge, l'éleveur ne cache pas sa colère. "Ce n'est pas logique que les assurances puissent nous foutre dehors sans rien dire. Ce n'est pas parce que l'année est mauvaise qu'on va virer le marchand de semences. L'année d'après, il faut refaire de la bouffe ou de l'herbe pour nos bêtes, ce n'est pas logique qu'on ne puisse pas prendre ça en compte. Aujourd'hui, je me relève juste de la tempête. Demain, je ne déclare pas mes bâtiments, il y en a pour 80 000 euros de réparation. Il ont trois semaines, toutes les tôles sont impactées par la grêle… dans cinq ans, c'est foutu, il faut tout changer… et on les a déjà changées après la tornade de janvier", assure-t-il. Le violent orage de grêle qui s'est abattu ce week-end en Gironde a en effet provoqué des dégâts notables chez de nombreux viticulteurs, comme le rapportaient ce lundi les chiffres définitifs  fournis par l'interprofession, mais ces derniers ne sont pas les seuls à en déplorer la violence. 

Pour Nelly Cousteau, jeune agricultrice et éleveuse à Parempuyre, c'est l'incertitude qui demeure après la tempête. "Au niveau du foin et du stockage pour cet hiver, il y aura un manque à gagner évident" affirme-t-elle, sans pour l'instant pouvoir en déterminer la nature exacte. "On va faire analyser le fourrage, comme tous les ans, mais on sait très bien qu'il sera de mauvaise qualité. On ne sait pas trop comment on va pouvoir le ramasser, il va encore pleuvoir pendant quinze jours. Cette herbe est hachée et coupée, on va devoir couper des tiers de branches parce que le reste aura commencé à moisir par terre, et on ne peut pas la relever. Le problème, c'est qu'on a besoin de pâturages, je ne peux donc pas me permettre d'attendre le mois prochain. C'est le seul stock de fourrage qu'on peut avoir pour l'hiver, et environ 75% de la parcelle de Ludon est perdue. Le foin a été touché, mais le maïs aussi : il est au stade trois feuilles, il a été haché et il est sous l'eau en ce moment. La plante va être asphyxiée et elle va jaunir. On ne sait pas pour l'instant si on pourra ressemer, et si on le fait au mois de juin on n'aura pas de rendement". La situation est d'autant plus préoccupante que, tout comme de nombreux agriculteurs, Nelly n'a pas pris le soin de souscrire à une assurance. "On n'a pas pris d'assurance climatique, au niveau financier ce n'est pas possible. Je fais venir un huissier cet après-midi pour me protéger et constater des preuves de ce qu'on aurait pu avoir en fourrage. On verra le mois prochain en le faisant analyser."

Efforts fiscaux

Grèle Gironde

Pierre Boschetti, lui, avait pris quelques précautions, mais uniquement pour le maïs. Comme tout le monde, il a été frappé par la violence de l'épisode. "Ça fait trente ans que je suis installé, je n'avais jamais vu ça. Les anciens disaient qu'il ne grêlait jamais le long du fleuve parce que le bec d'Ambès partageait les orages. Malheureusement, ce coup ci, on n'est pas passé à travers. 90% de la surface est touchée, toute la surface en maïs et en culture légumière. Tout a souffert. Pour le maïs, on va voir ce que dira l'expert. Pour les cultures légumières, je vais en replanter mais ce sera après le 15 août, soit beaucoup plus tard que d'habitude. C'est un manque à gagner de 10 à 15 000 euros. En plus le beau temps n'est pas prévu avant une dizaine de jours, on ne peut donc rien faire. On est assuré pour le maïs, mais pas pour le reste. Ça n'arrivait jamais...". Pierre, Nelly et Jean-Christophe n'attendent donc qu'une chose : que le secteur soit classé en zone de catastrophe naturelle, "pour que les assurances puissent nous indemniser".
Sans prendre d'engagement concret sur ce point, le préfet de région Didier Lallement a réafffirmé qu'une cellule de crise serait déployée "la semaine prochaine", à laquelle seront associées les collectivités locales dont, espère-t-il, la Région. "Nous déploierons des dispositifs habituels : exonérations de taxes foncières non-bâti, chômage partiel. À l'évidence, ça ne suffira pas. Il y a une récurrence des phénomènes climatiques, il faut donc que nous adaptions nos outils d'aide. Nous avons une discussion sur le dispositif assurantiel. Quand j'entends des viticulteurs me dire que ce n'est pas rentable de s'assurer, il y a un véritable problème. Il faut faciliter ces mécanismes d'assurance pour voir ce qu'il est possible d'envisager".

Benoît Simian, député de la cinquième circonscription de Gironde, est lui plus confiant. "Les maires vont déclencher l'état de catastrophe naturelle. En même temps, tout ce qui ne relève pas des assurances entrera dans le fond de calamité agricole, qui sera demandé par l'ensemble des acteurs. Ce sera le cas ici pour les éleveurs avec le foin qui a été touché ou les maraîchers qui cultivent des légumes. Il faut aller le plus vite possible. J'ai saisi le Ministre de l'Agriculture samedi lors du débat sur le projet de loi agriculture, il est conscient qu'il faut lancer une procédure accélérée", a-t-il assuré. Du côté du discours officiel de la FNSEA, il est aussi demandé de presser la cadence et de créer une épargne de précaution. Sur ce point, le député girondin précise qu'un "groupe de travail réfléchit actuellement à la fiscalité agricole, notamment autour d'une épargne de précaution, de réserve climatique de façon à donner aux agriculteurs les moyens de réagir et de faire face à ce genre de drame. On voit que ce sont des phénomènes répétés, typiquement sur ce couloir entre Macau et Ludon, qui a été frappé d'une tornade au début de l'année 2018, et cet épisode de grêle en plus". Enfin, pour le volet des assurances, l'élu a réaffirmé la nécessité d'"encourager les agriculteurs à s'assurer sur ce qui est assurable", mais est aussi allé un peu plus loin. "Il faut obtenir de la PAC le maintien des aides à l'assurance à hauteur de 60% et travailler avec les assurances à une franchise un peu plus basse. Aujourd'hui, elle se déclenche à partir de 30% de la récolte, il s'agirait d'avoir aussi une réforme de l'assurance pour pouvoir en bénéficier à partir de 20%, c'est ce que demandent les agriculteurs". Les propositions et mesures, au niveau national, sont toujours attendues à la commission des finances de l'Assemblée nationale et du Sénat dans les semaines à venir, et devraient être intégrées au projet de loi de finances pour 2019. Il est à parier qu'après cet orage de grêle, les choses devraient s'accélérer...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7048
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole