Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

10/01/18 : Arbres arrachés sur le Technopole Agen-Garonne. Ste-Colombe-en-Bruilhois et l’Agglo d’Agen condamnent ces dégradations « gratuites et stupides » et souhaitent que ces actes soient sanctionnés. Une plainte sera déposée dans les prochains jours.

10/01/18 : La ville de Villeneuve-sur-Lot en Lot-et-Garonne vient de se voir décerner le label « Ville active et sportive » par le Conseil National des Villes Actives et Sportives (CNVAS).

10/01/18 : Oriane Guéna, l'épouse d'Yves Guéna, ancien maire de Périgueux et ancien ministre, est décédée dans la nuit de lundi à mardi à l'âge de 93 ans, 22 mois après son mari. Elle aussi résistante, elle avait accompagné Yves Guéna dans tous ses combats.

24/12/17 : C'est Jean-François Hirigoyen, un chef d'entreprise de 55 ans, qui a été élu par le Conseil municipal de Saint-Jean-de-Luz en remplacement de Peyuco Duhart, décédé des suites d'un AVC. "De là où il est, il me guidera dans mes fonctions a-t-il énoncé.

22/12/17 : L'équipe de France féminine de handball, récemment sacrée championne du monde après avoir battu la Norvège en finale mondiale, va venir jouer en Dordogne. Ce sera en mars 2019 au Palio de Boulazac lors de la Golden League.

18/12/17 : La Rochelle accueille son premier bus entièrement électrique. Il circulera les deux prochaines semaines sur la ligne Illico4, tranversant le centre historique de la ville. Ce bus silencieux et non polluant a été conçu dans les Deux-Sèvres par Heuliez

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Grippe aviaire dans les Pyrénées-Atlantiques : les bons élèves se rebiffent

04/05/2017 | Les dérogations à l’abattage accordées à des éleveurs de trois communes basques passent mal chez les autres agriculteurs concernés par la crise aviaire

Guy Estrade, le président de la Chambre d'agriculture, accompagné des représentants de la FDSEA, des JA, de la Chambre de métiers et des groupements de producteurs

Les virus ne font pas de politique. On ne peut pas en dire autant des pouvoirs publics. C’est le constat amer que les éleveurs de palmipèdes, ainsi que les syndicats agricoles, les chambres consulaires et les grandes coopératives des Pyrénées-Atlantiques ont dressé jeudi à Sallespisse en déplorant les « dérives » qui marquent la gestion locale de la grippe aviaire. Les dérogations d’abattage accordées à plusieurs élevages du Pays Basque sont en effet très mal ressenties par les autres agriculteurs. Non seulement, estiment ces derniers, elles présentent une menace pour l’ensemble de la filière. Mais elles remettent aussi en cause tout un schéma économique. D’où leur colère et leur incompréhension devant ce qu’ils considèrent comme un passe-droit.

Plus virulente que celle de 2016 et dotée d’un puissant pouvoir de diffusion, l’épidémie de grippe aviaire H5N8 qui touche cette année tout le bassin sud-ouest de la France n’a pas épargné les Pyrénées-Atlantiques. Loin s’en faut. Pas moins de 320 communes ont été concernées par les abattages d’animaux et le vide sanitaire appliqué jusqu’à la fin mai aux élevages de canards et d’oies.  Ce qui place le département, avec les Landes et le Gers, dans le peloton de tête des secteurs les plus touchés par le fléau.

Ces dernières semaines, les mesures de précaution décidées par les pouvoirs publics se sont toutefois heurtées à l’opposition du syndicat ELB, antenne basque de la Confédération Paysanne, appuyé par des élus et des consommateurs. Ceux-ci refusaient que des élevages, qu’ils jugeaient sains, soient abattus dans les communes de  Barcus, Gabat et Domezain.

Le bras de fer a tourné à leur avantage. Devant la mobilisation survenue sur le terrain, les élevages en question n'ont pas été abattus. Mais ils ont été placés sous surveillance étroite  par les autorités. Du moins tant que les analyses effectuées sur les  palmipèdes s’avèreront négatives. 

« Une inégalité de traitement»

Le moins que l’on puisse en dire, c’est que cette poire coupée en deux sous la pression du terrain n’est pas du tout du goût de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs. Des organisations qui – sans nommer directement les intéressés - ne manquent pas de vilipender une inégalité de traitement ainsi qu' un comportement relevant de l’apprenti sorcier.

C’est ce qui a été rappelé jeudi à Sallespisse devant des éleveurs de palmipèdes réunis en présence de Guy Estrade, le président de la Chambre d’Agriculture, ainsi que des représentants de la Chambre de Métiers, de la CCI de Bayonne, des syndicats agricoles et de coopératives telles qu’Euralis, Lur Berri, Maïsadour et Vivadour. Autrement dit les principaux groupements de producteurs qui prennent en charge la quasi-totalité des 5,1 millions de canards gras produits dans le département, dont 200 000 en filière courte.

« Je ne vous cache pas aujourd’hui notre incompréhension. Nous devons faire face à une situation inédite. Le trouble est semé dans nos campagnes. Deux poids, deux mesures. Pour la première fois, l’Etat affiche une inégalité de traitement entre les producteurs. Pour la première fois, nous devons affronter un problème sanitaire et politique » a estimé Guy Estrade, avant d’évoquer une situation « ubuesque ».

Selon lui, « la dérive qui s’installe aujourd’hui dans les Pyrénées-Atlantiques »  risque en effet de remettre en cause tout le fonctionnement de la filière palmipèdes-volailles. « Il y a 20 ans, celle-ci se réduisait à quelques marchés au gras et à une production de basse-cour. Il a fallu structurer et construire pour mettre en place un projet exemplaire. Il fait vivre aujourd'hui 500 producteurs qui ont assumé leur responsabilité en respectant les règles et dont 60% sont engagés dans une démarche IGP ».

Face à la crise de la grippe aviaire, des mesures douloureuses, ont été décidées, poursuit-il. « Comment expliquer à des éleveurs qui ont été blessés, meurtris, en appliquant l’abattage que, sur décision du Ministère, d’autres peuvent en être exonérés ? »

« Accorder une dérogation, c’est prendre un risque énorme »

« Le non-respect des règles et les risques à venir sont autant de menaces d’affaiblissement pour demain : perte de cohésion, remise en cause des règles validées par l’Interprofession et par l’Etat » affirme Guy Estrade, qui dénonce « le signe de faiblesse » donné ici par le gouvernement. Tandis que Evelyne Revel, la responsable de la section avicole de la Chambre d’agriculture, rappelle que l’un des élevages épargné au Pays Basque est situé à faible distance d’un foyer de grippe aviaire.

 « On ne peut pas jouer avec le sanitaire ! » renchérit  Bernard Layre, le président de la FDSEA. Mêmes échos chez Christian Pèes, le président d’Euralis qui ne manque pas de rappeler la dimension mondiale du problème.

« La grippe aviaire concerne toute la planète. On ne pourra pas l’éradiquer. Mais une guerre doit être menée pour atténuer le phénomène.  Dans ce combat, si chaque commandant de compagnie décide de sa façon de se battre, c’est le bordel. On s’est mis d’accord sur un socle de mesures préventives. Il faut les toutes appliquer sans exception. On comprend qu’un éleveur s’interroge sur l’obligation d’abattre un troupeau sain. Mais accorder une dérogation, c’est prendre un risque énorme » prévient-il. Avant d’évoquer les réflexions menées au sein de la filière pour réduire les risques de propagation du virus. Telle celle qui consisterait à créer des « zones autonomes » afin de réduire les distances de transport.

Des indemnisations qui trainent

Une chose est certaine. La reculade observée récemment au Pays Basque a semé le doute dans les esprits. Du coup, chez les éleveurs qui « jouent le jeu », le ton se durçit. Pour demander par exemple au gouvernement de  solder sous 8 jours les indemnités restant dues à la suite de la crise aviaire de 2015/2016 et de procéder de même pour tous les éleveurs dont les troupeaux ont fait l’objet d’un abattage préventif . « L’Etat doit également prendre en considération toutes les pertes de production survenues en 2017 ».

Si ces trois mesures ne sont pas appliquées, les éleveurs menacent de n’observer – eux aussi – que partiellement les contraintes qui leur sont imposées. « Car on en a marre d’être les bons élèves, d’être acculés en permanence et de ne pas être respectés ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
4614
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Vache Prim'holstein SAA 2015 Agriculture | 17/01/2018

Compétitivité des coopératives agroalimentaires: l'Europe s'en mêle

Vignes dans le bordelais Agriculture | 15/01/2018

La région et ses partenaires viticoles "accélèrent" autour de la viticulture durable

Paysans Remarquables couv Agriculture | 14/01/2018

« Paysans remarquables », une plongée dans l’agriculture bio

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane, le 10 janvier 2018 : ''il faut que l'agriculture se transforme!'' Agriculture | 11/01/2018

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture Nouvelle-Aquitane: "il faut que l'agriculture se transforme!"

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 10/01/2018

Face aux difficultés économiques, le groupe Euralis supprime 110 postes nets

La délégation d'éleveurs chiliens a visite le centre d'insémination de Verneuil sur Vienne Agriculture | 13/12/2017

L'élevage ovin haut de gamme du Limousin intéresse le Chili

Les exploitations en bovins peinent le plus a trouver des repreneurs Agriculture | 12/12/2017

La transmission agricole en Charente-Maritime, une problématique à résoudre d'urgence

Christian Pèes Président du groupe coopératif Euralis et son directeur général Pierre Couderc Agriculture | 12/12/2017

Euralis renoue avec la rentabilité

Patrick Neaume et Patrick Grizou Agriculture | 12/12/2017

« Aujourd’hui, nous devons remodeler le modèle de notre entreprise » Patrick Grizou président de Terres du Sud

Francis Massé, président de la Fondation Pour une Agriculture Durable entouré des lauréats Agriculture | 10/12/2017

La Fondation Pour une Agriculture Durable fête ses lauréats

Dominique Simoneau Agriculture | 08/12/2017

« Ce label incitera d’autres établissements à se joindre à l’aventure du bio » Dominique Simoneau, maire de Gentioux-Pigerolles

Les chiffres clés de l'agriculture biologique Agriculture | 07/12/2017

Agriculture biologique : importer pour faire face à la demande ?

Forum 100 Territoire Bio Engagé Agriculture | 07/12/2017

« Les collectivités ont un rôle à jouer dans la valorisation de l’agriculture biologique » Philippe Lassalle Saint-Jean président d’Interbio Nvelle-Aquitaine

Le bien être animal est l'une des préoccupations de l'association Zéro clivages Agriculture | 07/12/2017

Des agriculteurs périgourdins créent une association pour produire mieux

Philippe Carré, Directeur général du Groupe Coopératif Maïsadour et Michel Prugue, Président du Groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 06/12/2017

Maïsadour à nouveau dans le vert