Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/03/19 : Naufrage du Grande America : deux oiseaux mazoutés par les hydrocarbures provenant du navire marchand ont été retrouvés dans les Landes et en Pays Basque, annonce ce matin la préfecture de Région.

23/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérées de trouble à l’ordre public au Vieux Port".

23/03/19 : Dordogne : Mardi 26 mars, le tribunal administratif de Bordeaux doit se prononcer sur l'arrêt définitif ou non du chantier de la déviation de Beynac, 14 mois après l’autorisation préfectorale et près de trois mois après sa suspension par le Conseil d’Etat

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/03/19 | La Rochelle : Fountaine prend des mesures pour la manifestation des gilets jaunes

    Lire

    Le maire de La Rochelle a pris des mesures complémentaires à celles de la préfecture concernant les manifestations de ce samedi. Des policiers municipaux sont mobilisés en renfort pour la circulation et des vigiles sur le chantier de l'hôtel de ville. Les entreprises ayant des chantiers sont invitées à faire de même et à enlever tout projectile par destination. Un Arrêté municipal a été pris pour interdire les terrasses du Vieux Port, la Motte Rouge incluse, dès 13h30. Les bus seront aussi déviés.

  • 23/03/19 | Le fioul du Grande America fait ses premières victimes

    Lire

    Deux oiseaux ont été retrouvés mazoutés cette semaine, souillés par des hydrocarbures dont les analyses ont fini par attester qu'il s’agissait bien du fioul du Grande America, annonce ce matin la préfecture de région. Le premier, un fou de bassan, a été retrouvé mort sur une plage d'Hendaye le 19 mars. Le deuxième, encore vivant, a été découvert à Messanges dans les Landes. Il a été pris en charge par le centre de soins Alca Torda à Pouydesseaux pour nettoyage.

  • 22/03/19 | Grande America : la toxicité des produits à bord se confirme

    Lire

    La préfecture maritime a publié hier soir la liste des produits contenus à bord du Grande America, confirmant que la pollution ne sera pas liée qu'aux hydrocarbures. Le navire contenait à son départ 365 conteneurs dont 45 de matières dangereuses: de l'Hydrogénosulfure de sodium, du White Spirit, du phosphate de zinc, du polyéthersiloxane, du prothioconazole, du chloro-méthyl, de l'acide sulfurique, de l'acide chlorhydrique et divers aérosols.

  • 22/03/19 | Ecoles : fermeture de 31 classes à la rentrée en Charente-Maritime

    Lire

    L'inspection académique fermera 31 classes dont une école (Saint-Exupéry à Saintes) à la rentrée prochaine. Le sort de 7 classes reste en suspens d'ici juin. La Charente-Maritime devrait perdre en septembre 644 inscriptions sur les 4937 enfants actuellement en école publique. Une chute démographique observée depuis plusieurs années qui impacte aujourd'hui les effectifs scolaires, selon l'Académie. Le doublement des classes de CP-CE1 en zone prioritaire devrait permettre l'ouverture de 12 classes.

  • 22/03/19 | Job dating à Pau

    Lire

    Le 26 mars prochain, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et Wizbii organisent un job dating à destination des jeunes. Cette initiative « 1er stage, 1er job » a pour but de permettre aux jeunes de développer leur réseau professionnel mais aussi de pouvoir décrocher leurs futurs stages, alternances ou emplois. Une dizaine d’entreprises seront présentes dont le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et Square Habitat notamment. Inscription obligatoire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Grippe aviaire : "Une catastrophe pour les petits producteurs qui vendent en direct"

17/01/2016 | Quentin Marty, éleveur de canards en Dordogne, commercialise sa production en direct. Il exprime sa colère à l'encontre des mesures pour éradiquer la grippe aviaire.

Quentin Marty, éleveur de canards en Dordogne est très inquiet pour les petits producteurs

L'interdiction temporaire d'installer de nouveaux animaux entre en vigueur à partir de lundi dans les élevages d'oies et de canards de 18 départements du Sud Ouest. Cette mesure annoncée par le gouvernement doit permettre de réaliser un vide sanitaire de plusieurs semaines dans les élevages avec l'espoir d'éradiquer le virus de la grippe aviaire. Quentin Marty, éleveur de canards en Dordogne, commercialise toute sa production en vente directe. Inquiet pour le devenir de son exploitation où il s'agit de la seule production, il redoute que bon nombre de petits producteurs ne s'en relèvent pas.

Comme tous les samedis matin, Quentin Marty, de la ferme de Fazillac, est sur le marché de Périgueux à vendre ses confits de canards, ses magrets, ses carcasses, ses foies gras. Les fêtes de fin d'année se sont plutôt bien passées. Malgré l'apparition du premier cas d'influenza aviaire, le 27 novembre dernier en Dordogne et les 68 autres cas apparus depuis, les ventes ont été conformes aux années précédentes.  Il a conservé la confiance de ses clients. Mais depuis jeudi soir, date où ont été annoncées les mesures gouvernementales pour éradiquer le virus, le jeune éleveur âgé de 35 ans est inquiet.  Son téléphone n'arrête pas de sonner. Au bout du fil, des collègues, des responsables professionnels  et syndicats qui s'interrogent. Sur le marché de Périgueux, certains  confrères ne sont pas venus.
"Sur notre ferme, nous sommes deux exploitants, mon épouse  et moi avec un enfant en bas âge à élever. Nous produisons 3500 canards par an, que nous tranformons. Toute notre production est commercialisée en direct. La mise aux normes de normes parcs a été réalisée, nous avons investi  récemment dans un nouvel atelier avec l'objectif de produire un peu plus mais surtout de gagner en régularité. Nous sommes en plein remboursement d'emprunts. L'avenir, il est sombre. Le gouvernement nous demande d'arrêter  concrètement de produire pendant quatre mois. Peux t-on imaginer pendant cette période, rentrer zéro revenu et continuer à honorer nos emprunts et faire vivre une famille." 

Un gel de production se plusieurs semainesPour endiguer l'épizootie d'influenza aviaire, les éleveurs de canards et d'oies de 18 départements du Sud Ouest vont devoir geler leur production pendant plusieurs semaines. Concrètement, les canards et oies qui se trouvent déjà dans les élevages pourront normalement être engraissés, gavés et abattus. Ce processus prend entre 12 et 16 semaines.
A partir de lundi, l'interdiction temporaire d'installer des nouveaux canetons et oisons entrent en vigueur. A la mi-avril, la quasi totalité des élevages d'oies et de canards sur la zone concernée (celle- ci reste encore à définir) devraient être vides. Ce gel de la production devrait permettre, selon le ministère de l'Agriculture, "la mise en place de nettoyages, désinfections et vides sanitaires afin d'éradiquer le virus.

Mesures exagérées Pour Quentin Marty, ces mesures sont inappropriées et exagérées. "Pour nous cela signifie un trimestre sans revenu au minimum. Cela tombe en période estivale. Chaque année, nous faisons les marchés de nuit, avec nos produits à base de canards. Commercialement, l'été est quasi aussi important pour nous que les fêtes de fin d'année. Qu'allons nous proposer aux touristes qui visitent notre département ? Pour les petits producteurs de canards qui vendent en direct, c'est une catastrophe humaine et économique. Et je ne suis pas certain qu'on  ne reparle pas de la grippe aviaire dans un an. Autre point qui me surprend, les élevages de poulets, poules ou pintades ne sont pas concernés par les mesures."
Quentin Marty, syndiqué au JA de la Dordogne,  est surpris de la position de la FNSEA qui a défendu les mesures annoncées jeudi en disant que " c'était un moindre mal" face à la menace de l'abattage massif. "Les gros producteurs et les industriels vont écouler les stocks et vont passer ce cap  difficile avec les indemnisations. Mais pour les petits producteurs, certains risquent de ne pas s'en relever, en particulier les jeunes en période d'investissements et de remboursements d'emprunts. Comment allons nous être indemnisés, sur quelles bases ?"  En Dordogne, une réunion pour évoquer les conséquences économiques sur la filière devrait se tenir mercredi en préfecture avec les représentants des services de l'Etat, les professionnels de la filière, la chambre d'agriculture, les syndicats agricoles. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
15677
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr