Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/07/18 | Gironde: moins d'accidents mais plus de tués sur les routes

    Lire

    Au 16 juillet, 46 personnes sont décédées en 2018 sur les routes de la Gironde. L’analyse de l’accidentologie du 1er semestre 2018 en Gironde révèle que 53% des accidents mortels ont eu lieu en solo (un seul véhicule impliqué). On compte moins d’accidents et de blessés que l’an dernier sur la même période: 615 accidents contre 770 (-20%) et 180 blessés contre 240 (-25%). On dénombre en revanche plus de tués: 43 contre 37 (+16%). Les automobilistes représentent 63% des victimes. Les causes principales des accidents mortels sont la vitesse (12 cas), l’alcool (12 cas) et l’inattention (11 cas).

  • 18/07/18 | AVC tous concernés fait la tournée des plages

    Lire

    La 2ème édition du « Tour des plages pour prévenir les AVC auprès des vacanciers » aura lieu du 24 juillet au 4 août. Durant ces 12 jours, des stands de prévention, informations, des distributions de flyers présentant les facteurs de risques et les symptômes d’un AVC seront sur 12 plages de la région Nouvelle-Aquitaine entre la Charente-Maritime et le Pays-Basque. Infos : www.avc-tousconcernes.org

  • 18/07/18 | Le CCAS de Marmande et le CHD de la Candélie, partenaires

    Lire

    Une convention de partenariat baptisée «pour une inclusion sociale des personnes en situation de handicap psychique à travers un parcours résidentiel adapté» sera signée entre la ville de Marmande et le Centre hospitalier départemental de la Candélie le 19 juillet prochain. Le but : permettre aux patients de réaliser un séjour en logement temporaire. Et, après une période d’évaluation et d’adaptation, un logement définitif selon une procédure de gestion locative adaptée leur sera proposé.

  • 18/07/18 | Périgueux: Emmanuel Macron perturbe la circulation

    Lire

    Déjà perturbée par les travaux en cours, la circulation dans le centre de Périgueux va être rendue délicate à partir de mercredi soir en raison de la venue d’Emmanuel Macron. Les secteurs à éviter sont le quartier du commissariat, le secteur de la préfecture, de mercredi 20 h à jeudi 15 h, les quais, Le Toulon, jeudi matin à partir de 6 heures, les quais. Des navettes gratuites sont mises en place pour accéder à la Nuit gourmande qui se déroulera comme d'habitude à partir de 19 h. Plus d'infos: http://perigueux.fr/

  • 17/07/18 | Charente-Maritime : des marchés fermiers 100% locavores cet été

    Lire

    La Chambre d'agriculture organise cet été trois marchés fermiers 100% dédiés aux producteurs locaux du 17. Le premier se tiendra à Chaniers, près de Saintes, le 19 juillet à partir de 19h, sur les berges de la Charente. RDV le 1er août à Le Thou, entre La Rochelle et Surgères, et le 8 septembre à Arvert, près de Royan. Déjeuner locavore et animations musicales sont au programme. D'autres marchés sont prévus en basse saison: le samedi 27 octobre à La Rochelle puis les 15 et 16 décembre à Périgny.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Grippe aviaire : "Une catastrophe pour les petits producteurs qui vendent en direct"

17/01/2016 | Quentin Marty, éleveur de canards en Dordogne, commercialise sa production en direct. Il exprime sa colère à l'encontre des mesures pour éradiquer la grippe aviaire.

Quentin Marty, éleveur de canards en Dordogne est très inquiet pour les petits producteurs

L'interdiction temporaire d'installer de nouveaux animaux entre en vigueur à partir de lundi dans les élevages d'oies et de canards de 18 départements du Sud Ouest. Cette mesure annoncée par le gouvernement doit permettre de réaliser un vide sanitaire de plusieurs semaines dans les élevages avec l'espoir d'éradiquer le virus de la grippe aviaire. Quentin Marty, éleveur de canards en Dordogne, commercialise toute sa production en vente directe. Inquiet pour le devenir de son exploitation où il s'agit de la seule production, il redoute que bon nombre de petits producteurs ne s'en relèvent pas.

Comme tous les samedis matin, Quentin Marty, de la ferme de Fazillac, est sur le marché de Périgueux à vendre ses confits de canards, ses magrets, ses carcasses, ses foies gras. Les fêtes de fin d'année se sont plutôt bien passées. Malgré l'apparition du premier cas d'influenza aviaire, le 27 novembre dernier en Dordogne et les 68 autres cas apparus depuis, les ventes ont été conformes aux années précédentes.  Il a conservé la confiance de ses clients. Mais depuis jeudi soir, date où ont été annoncées les mesures gouvernementales pour éradiquer le virus, le jeune éleveur âgé de 35 ans est inquiet.  Son téléphone n'arrête pas de sonner. Au bout du fil, des collègues, des responsables professionnels  et syndicats qui s'interrogent. Sur le marché de Périgueux, certains  confrères ne sont pas venus.
"Sur notre ferme, nous sommes deux exploitants, mon épouse  et moi avec un enfant en bas âge à élever. Nous produisons 3500 canards par an, que nous tranformons. Toute notre production est commercialisée en direct. La mise aux normes de normes parcs a été réalisée, nous avons investi  récemment dans un nouvel atelier avec l'objectif de produire un peu plus mais surtout de gagner en régularité. Nous sommes en plein remboursement d'emprunts. L'avenir, il est sombre. Le gouvernement nous demande d'arrêter  concrètement de produire pendant quatre mois. Peux t-on imaginer pendant cette période, rentrer zéro revenu et continuer à honorer nos emprunts et faire vivre une famille." 

Un gel de production se plusieurs semainesPour endiguer l'épizootie d'influenza aviaire, les éleveurs de canards et d'oies de 18 départements du Sud Ouest vont devoir geler leur production pendant plusieurs semaines. Concrètement, les canards et oies qui se trouvent déjà dans les élevages pourront normalement être engraissés, gavés et abattus. Ce processus prend entre 12 et 16 semaines.
A partir de lundi, l'interdiction temporaire d'installer des nouveaux canetons et oisons entrent en vigueur. A la mi-avril, la quasi totalité des élevages d'oies et de canards sur la zone concernée (celle- ci reste encore à définir) devraient être vides. Ce gel de la production devrait permettre, selon le ministère de l'Agriculture, "la mise en place de nettoyages, désinfections et vides sanitaires afin d'éradiquer le virus.

Mesures exagérées Pour Quentin Marty, ces mesures sont inappropriées et exagérées. "Pour nous cela signifie un trimestre sans revenu au minimum. Cela tombe en période estivale. Chaque année, nous faisons les marchés de nuit, avec nos produits à base de canards. Commercialement, l'été est quasi aussi important pour nous que les fêtes de fin d'année. Qu'allons nous proposer aux touristes qui visitent notre département ? Pour les petits producteurs de canards qui vendent en direct, c'est une catastrophe humaine et économique. Et je ne suis pas certain qu'on  ne reparle pas de la grippe aviaire dans un an. Autre point qui me surprend, les élevages de poulets, poules ou pintades ne sont pas concernés par les mesures."
Quentin Marty, syndiqué au JA de la Dordogne,  est surpris de la position de la FNSEA qui a défendu les mesures annoncées jeudi en disant que " c'était un moindre mal" face à la menace de l'abattage massif. "Les gros producteurs et les industriels vont écouler les stocks et vont passer ce cap  difficile avec les indemnisations. Mais pour les petits producteurs, certains risquent de ne pas s'en relever, en particulier les jeunes en période d'investissements et de remboursements d'emprunts. Comment allons nous être indemnisés, sur quelles bases ?"  En Dordogne, une réunion pour évoquer les conséquences économiques sur la filière devrait se tenir mercredi en préfecture avec les représentants des services de l'Etat, les professionnels de la filière, la chambre d'agriculture, les syndicats agricoles. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
15435
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr