aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/07/17 : En Lot-et-Garonne, le tribunal de commerce d'Agen vient de désigner le groupe Lucien GEORGELIN comme repreneur de l'entreprise EUROCER. Cette décision permet de sauvegarder la totalité des emplois restants.

26/07/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité (cat. A) a baissé sur un an (-1,9%) et ces trois derniers mois (-1,7%). Le chômage ne recule pas pour autant, avec + 1% d'inscrits, soit 57 140 inscrits dont 33 000 en cat. A.

26/07/17 : Ouverture du Parc Aquatique de Walibi Sud-Ouest le lundi 31 juillet à Roquefort (47)! 5.000 m² de bassins et d’attractions les pieds dans l’eau ! Côté tarifs : 18€ enfant et adulte. Billet Combiné 2 Parcs : 37,50€ adulte et 34€ enfant de 3 à 9 ans.

25/07/17 : Alain David ayant été élu député PS de la 4°circonscription de la Gironde et ne pouvant cumuler ce mandat avec celui de maire, le conseil municipal de Cenon a élu maire, ce lundi 24 juillet en soirée, Jean-François Egron jusque là premier adjoint.

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/07/17 | Royan : le festival Violon sur le Sable fête ses trente ans

    Lire

    C'est devenu un rendez-vous incontournable du pays royannais. Le festival Un Violon sur le Sable attire chaque fin juillet 40 000 spectateurs à chacune de ses trois soirées. Au programme : des grands noms de la musique classique comme Duchâble ou Jaroussky, accompagnés de l'orchestre symphonique de Paris, le tout sur la plage. Pour ses 30 ans, le festival a prévu une soirée bonus dimanche 30 juillet autour des musiques de films, à partir de 22h (gratuit).

  • 28/07/17 | Fête de l’Eau les 29&30 juillet à Villeneuve/Lot

    Lire

    Fête de l’Eau les samedi 29 et dimanche 30 juillet à la base nautique quai d'Alsace à Villeneuve-sur-Lot. Pour cette 3e édition, un programme riche d’animations vous attend. Samedi, de 14h à 18h : animations pêche, exposition sur la faune et la flore, et joutes de 18h à 20h. dimanche, de 10h à 19h : tyrolienne, big air bag, paddle, blob jumps, canoés... jeux pour les tout-petits et de 19h à 20h, courses d'avirons. Plus d’infos auprès de l'Aviron villeneuvois : 06 63 86 84 09.

  • 26/07/17 | Des pompiers aquitains en renfort dans le Sud-Est

    Lire

    Suite aux incendies dans le midi de la France et à la demande du centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (COGIC) du Ministère de l'Intérieur, les SDIS de la Gironde, de la Dordogne et du Lot-et-Garonne ont engagé des personnels et des moyens en renfort au profit de la zone de défense Sud-Est, depuis ce mardi 25 juillet. Des renforts composés de 64 sapeurs-pompiers, 4 camions citerne de 6000 litres et 8 camions citerne de 4000 litres. Ce dispositif est commandé par le lieutenant-colonel Jean-Luc Gardère, du SDIS de la Gironde.

  • 25/07/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin juin 2017, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) était de 295 090 (- 0,6 %/mai et -1,5 % sur 3 mois (soit –4 610 personnes), de - 1,9 % sur un an. France: - 0,3%/mai, - 0,7 % sur 3 mois, -1,0 % sur un an. Le nombre de demandeurs ayant ou non exercé une activité dans le mois (catégories A, B, C), est de 503 950 fin juin. Ce nombre augmente de 1,2 % sur 3 mois (soit +5 750 personnes), de 0,1 % sur un mois et de 2,1 % sur un an. France métropolitaine: + 1,1 % sur 3 mois, stable sur un mois, + 2,2 % sur un an.

  • 24/07/17 | Ceva Santé Animale: croissance à deux chiffres

    Lire

    Nouvelle progression de Ceva Santé Animale fin juin 2017: le chiffre d'affaires consolidé du Groupe a atteint 546 millions d'euros (+20%/2016) et + 6,6% à périmètre et taux de change constants. Toutes les zones ont participé à cette croissance plus forte que le marché, note Marc Prikazsky, PDG de Ceva : « C'est un début d'année très positif avec de nouveau une croissance à deux chiffres du chiffre d'affaires et du résultat. Je tiens particulièrement à remercier les nouveaux collaborateurs qui nous ont rejoints lors des acquisitions et à féliciter l'ensemble des salariés de Ceva pour leur formidable engagement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Grippe aviaire, le point en Dordogne : une nécessaire obligation de résultats

10/07/2017 | La filière avicole et les services de l’État ont réaffirmé jeudi la nécessité de mettre œuvre les mesures de biosécurité, pour que le virus ne réapparaisse pas.

Les contrôles réalisés par la DDSCP vont se renforcer  d'ici les prochains mois dans les exploitations de volailles

Epargnée par la seconde vague d’influenza aviaire, la Dordogne n’en demeure pas moins fragile face au risque. Les services de l’Etat et les professionnels demandent aux éleveurs de respecter les mesures de biosécurité. Il faut tout mettre en oeuvre pour que le virus de l'influenza aviaire ne réapparaisse pas dans les élevages à l'automne. Un certain nombre de mesures ont été instaurées depuis le 1er juillet 2016. Les premiers contrôles réalisés sur un total de 1700 ateliers d'élevage montrent un taux d'anomalies élevé. Des efforts restent à faire car il y a obligation de résultat.

Le message des services de l'état et des professionnels de la filière volailles est clair, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue jeudi en préfecture. "Il faut tout mettre en oeuvre pour le virus de l'influenza aviaire ne réaparaisse pas dans les élevages de canards, de volailles et d'oie (dont la filière est menacée) du Périgord, surtout à l'automne. "Le risque est bien réel, en Dordogne. Le 30 juin  un foyer d'influenza aviaire hautement pathogène a été découvert dans une commune du Nord de la France. Le virus de la grippe aviaire constitue une épée de Damocles au dessus de la tête des éleveurs périgourdins, explique Frédéric Piron, directeur de la direction départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDSCP). L'objectif de la réunion du comité de pilotage sur l'influenza aviaire du 6 juillet, était de faire le point sur l'état d'avancement de la mise en place des mesures de biosécurité et surtout de rappeler les efforts engagés. Personne ne veut revivre la situation vécue ces deux dernières années. De novembre 2015 à mars 2016, 79 foyers ont été détectés dont 18 dans le département. De décembre 2016 à mars 2017, 485 foyers ont été détectés. Ces deux crises ont eu un énorme impact sur les filières courte et longue  et les pertes financières directes et indirectes sont estimées en dizaines de millions d'euros. Et le traumatisme pour les éleveurs reste important. Et la France n'a toujours pas récupéré depuis la fin 2015 le statut sanitaire d'indemne d'influenza aviaire, synonyme de capacité à exporter. "Si la Dordogne, n'a été pas été touchée par la deuxième vague de l'épidémie, aucune exploitation n'est à l'abri aujourd'hui," précise Frank Martin, du service  veille épidémiologique, santé et protection animale de la DDSCP. 

Tirer expérience des crises

Pour protéger les élevages, des mesures s'inscrivant sur le long terme ont été mises en place : elles  consistent à gérer les entrées et les sorties de l'exploitation, l'instauration de sas sanitaires, des bonnes pratiques d'hygiène, formations du personnel. Depuis novembre 2016, la DDSCP a controlé 41 exploitations ( on dénombre en Dordogne, 1700 ateliers d'élévage de volailles ou de canards). Ces premiers contrôles ciblés démontrent 50 % d'anomalies majeures. Ce taux peut paraître élevé, mais il s'explique par le fait que certains éleveurs devaient faire beaucoup d'investissements pour être en conformité, d'autres proches de la retraite sans succession n'ont pas les moyens financiers et n'avaient pas prévu d'investir et, enfin, certains espéraient passer entre les mailles du filet. Mais les professionnels doivent jouer collectifs, les efforts des uns ne doivent pas être anéantis par le manque d'efforts des autres," poursuit Franck Martin. Des accompagnements techniques et financiers existent. Le constat est là : la mise en place des règles de biosécurité est inégale et n'offre pas encore de garanties suffisantes de maîtrise du danger face au virus. Concernant le transport des volailles et notamment des canards, largement mis en cause dans la propagation de l'épizootie, des efforts importants en matière de nettoyage, désinfection des caisses, et des camions de transport ont été constatés. Deux stations de désinfection des camions et des caisses de transports ont été créées : une à Saint Geniès en Périgord Noir, une à saint Laurent des Vignes. Une troisième doit voir le jour à Boulazac, d'ici quelques semaines. Aucune n'existait avant novembre 2015 et ces investissements se sont accompagnés de formations pour le personnel en charge du transport des canards et des volailles. Les mesures de biosécurité inquiètent plus fortement les représentants de la filière courte, où il y a autant de professionnels que de méthodes de production, en particulier, chez les éleveurs gaveurs. Anne Bronner, chef du bureau de santé animale à la direction générale de l'alimentation a voulu rassurer. " Chaque filière doit proposer des procédures qui seront soumises à la validation, un nouvel arrêté va le permettre. Peu importe les méthodes et les moyens, nous avons une obligation de résultat. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
12151
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
AOUN Daniel | 10/07/2017

Mme Yvard, vous pouvez préparer vos futurs rubriques pour l'automne.L'arrêt d'un virus ne se décrète pas et les pseudos mesurettes sont stériles.Pourtant il existe une solution proposée au préfet et à l'ANSES en 2015 et resté sans réponse.Nous sommes les seuls à ce jour à avoir inhibé H5N1 dans un labo d'Etat américain en 2003 , j'ai un dossier de test à votre disposition. Cordialement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr