24/11/17 : La Région vient de verser 68.000 € au lycée des Métiers de la Plasturgie Val de Garonne de Marmande, pour la participation à l'acquisition d'un centre d'usinage vertical pour le BTS « étude et réalisation d'outillage »

23/11/17 : Le préfet de Nouvelle Aquitaine, Pierre Dartout, a été nommé ce mercredi en conseil des ministres préfet de la région PACA. Il est remplacé à Bordeaux par Didier Lallement, conseiller à la Cour des comptes et ancien préfet de Basse-Normandie et du Calvado

21/11/17 : La Rochelle a reçu le prix de la meilleure Approche stratégique de l'open data lors des Trophées Open Data pour les territoires 2017, qui s'est déroulé la semaine dernière à Paris. Une récompense pour sa stratégie numérique impliquant les citoyens.

17/11/17 : Les traités transatlantiques. Tel est le sujet du débat qu'organise le Centre d’Information Europe Direct Moyenne Garonne / Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne le vendredi 8 décembre à 18h au Comoedia, 32 Rue Léopold Faye à Marmande.

17/11/17 : Le groupe cinématographique rochelais CGR ( Georges Raymond) vient de racheter Cap Cinéma qui exploite 22 salles en France dont celles de Périgueux et d'Agen. Le réseau CGR devient le premier exploitant français. Et le deuxième en terme d’entrées.

16/11/17 : A l'occasion du centenaire de l'arrivée de l'armée américaine à La Rochelle, l'esplanade Eric-Tabarly accueille deux wagons d'époque, classés aux Monuments historiques, comme patrimoine de la 1re Guerre Mondiale. A voir jusqu'au 19 novembre.

15/11/17 : Vinitech Siffel, le Salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher organisé par Congrès Expositionx de Bordeaux, annonce sa prochaine édition à Bordeaux du 20 au 22 novembre 2018.

15/11/17 : Lascaux IV, le centre international d'art pariétal de Montignac, a été désigné l'un des trois meilleurs projets de tourisme européens 2017 par la British Guild of travel writers avec le musée des Vikings au Danemark et la maison Mondrian aux Pays-Bas.

10/11/17 : La Maison de la Charente-Maritime accueille jusqu'au 29 décembre l'exposition "Objectif enfance", notamment sur les actions en faveur des enfants dans le monde, qui fut exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris. Entrée libre

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/11/17 | La Rochelle-Emploi : Quand les volontaires du service civique se font intermédiaires...

    Lire

    Aller à la rencontre des entreprises pour identifier leurs besoins et leur faire connaître les différents dispositifs d'aide au recrutement des jeunes, telle sera la mission des prochains volontaires du service civique de l'agglomération de La Rochelle à partir de janvier 2018. Tous les jeunes de 18 à 25 ans peuvent postuler à ambassadeursdelemploi17@gmail.com. Des entretiens seront organisés en décembre. Une réunion d'information se tient le 5 décembre à la Maison de l'Etudiant à La Rochelle.

  • 24/11/17 | La Région débourse 550 000€ pour la réfection de l’écluse de Saint-Vite (47)

    Lire

    Dans le cadre du projet structurant de mise en valeur touristique de l'ensemble du bassin du Lot, les travaux envisagés sur l’écluse de Saint-Vite seront soutenus par la Région -en partenariat avec l’État et l’Union européenne- à hauteur de 550 000 €. Les travaux consisteront au démantèlement des installations existantes, à la remise en état des bajoyers de l'écluse, à la mise en conformité de l'écluse et de ses abords avec la navigation.

  • 23/11/17 | Un nouveau préfet pour la Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    La décision a été prise en Conseil des Ministres ce 22 novembre : Pierre Dartout, Préfet de Nouvelle-Aquitaine et de Gironde et de la zone de sécurité et de défense Sud Ouest depuis avril 2015 quitte la région pour prendre la tête de la Préfecture de Provence-Alpes-Côte d'Azur et des Bouches-du-Rhône où il aura en charge la zone de défense et de sécurité Sud. C'est Didier Lallement, Conseiller maître à la Cour des comptes, ancien préfet de la région Basse-Normandie, passé par les Ministères des Transports, de l'Ecologie, et de l'Intérieur, qui lui succédera à Bordeaux.

  • 22/11/17 | La Rochelle fait son Marathon ce week-end

    Lire

    Près de 11 000 coureurs et 20 000 spectateurs sont attendus pour la 27e édition du Marathon Serge-Vigot dimanche 26 novembre. En raison des travaux en cours à La Rochelle, le sens de la course a été inversé, avec un trajet vers Les Minimes, l’hyper centre, Mireuil et Port-Neuf. Départ donné à 9 heures du Pont Jean-Moulin et de la rue du Dr Schweitzer. Le village Marathon sera ouvert à l’espace Encan dès le vendredi. Lieu dont partira la course de chauffe de 4km samedi à 9h30.

  • 22/11/17 | L'ancien champion cycliste périgourdin Valentin Huot s'en est allé

    Lire

    Valentin Huot, ancien coureur cycliste professionnel périgourdin est décédé mardi matin à son domicile de Manzac sur Vern, à l'âge de 88 ans. Il avait débuté sa carrière en 1951, participé à six Tours de France entre 1954 et 1961 dont trois qu'il a terminé. Ses deux titres de champion de France en 1957 et 1958 constituent le sommet de sa carrière sportive. Ses obsèques seront célébrées vendredi 24 novembre à 15 heures à l'église de Manzac-sur-Vern.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Grippe aviaire, le point en Dordogne : une nécessaire obligation de résultats

10/07/2017 | La filière avicole et les services de l’État ont réaffirmé jeudi la nécessité de mettre œuvre les mesures de biosécurité, pour que le virus ne réapparaisse pas.

Les contrôles réalisés par la DDSCP vont se renforcer  d'ici les prochains mois dans les exploitations de volailles

Epargnée par la seconde vague d’influenza aviaire, la Dordogne n’en demeure pas moins fragile face au risque. Les services de l’Etat et les professionnels demandent aux éleveurs de respecter les mesures de biosécurité. Il faut tout mettre en oeuvre pour que le virus de l'influenza aviaire ne réapparaisse pas dans les élevages à l'automne. Un certain nombre de mesures ont été instaurées depuis le 1er juillet 2016. Les premiers contrôles réalisés sur un total de 1700 ateliers d'élevage montrent un taux d'anomalies élevé. Des efforts restent à faire car il y a obligation de résultat.

Le message des services de l'état et des professionnels de la filière volailles est clair, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue jeudi en préfecture. "Il faut tout mettre en oeuvre pour le virus de l'influenza aviaire ne réaparaisse pas dans les élevages de canards, de volailles et d'oie (dont la filière est menacée) du Périgord, surtout à l'automne. "Le risque est bien réel, en Dordogne. Le 30 juin  un foyer d'influenza aviaire hautement pathogène a été découvert dans une commune du Nord de la France. Le virus de la grippe aviaire constitue une épée de Damocles au dessus de la tête des éleveurs périgourdins, explique Frédéric Piron, directeur de la direction départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDSCP). L'objectif de la réunion du comité de pilotage sur l'influenza aviaire du 6 juillet, était de faire le point sur l'état d'avancement de la mise en place des mesures de biosécurité et surtout de rappeler les efforts engagés. Personne ne veut revivre la situation vécue ces deux dernières années. De novembre 2015 à mars 2016, 79 foyers ont été détectés dont 18 dans le département. De décembre 2016 à mars 2017, 485 foyers ont été détectés. Ces deux crises ont eu un énorme impact sur les filières courte et longue  et les pertes financières directes et indirectes sont estimées en dizaines de millions d'euros. Et le traumatisme pour les éleveurs reste important. Et la France n'a toujours pas récupéré depuis la fin 2015 le statut sanitaire d'indemne d'influenza aviaire, synonyme de capacité à exporter. "Si la Dordogne, n'a été pas été touchée par la deuxième vague de l'épidémie, aucune exploitation n'est à l'abri aujourd'hui," précise Frank Martin, du service  veille épidémiologique, santé et protection animale de la DDSCP. 

Tirer expérience des crises

Pour protéger les élevages, des mesures s'inscrivant sur le long terme ont été mises en place : elles  consistent à gérer les entrées et les sorties de l'exploitation, l'instauration de sas sanitaires, des bonnes pratiques d'hygiène, formations du personnel. Depuis novembre 2016, la DDSCP a controlé 41 exploitations ( on dénombre en Dordogne, 1700 ateliers d'élévage de volailles ou de canards). Ces premiers contrôles ciblés démontrent 50 % d'anomalies majeures. Ce taux peut paraître élevé, mais il s'explique par le fait que certains éleveurs devaient faire beaucoup d'investissements pour être en conformité, d'autres proches de la retraite sans succession n'ont pas les moyens financiers et n'avaient pas prévu d'investir et, enfin, certains espéraient passer entre les mailles du filet. Mais les professionnels doivent jouer collectifs, les efforts des uns ne doivent pas être anéantis par le manque d'efforts des autres," poursuit Franck Martin. Des accompagnements techniques et financiers existent. Le constat est là : la mise en place des règles de biosécurité est inégale et n'offre pas encore de garanties suffisantes de maîtrise du danger face au virus. Concernant le transport des volailles et notamment des canards, largement mis en cause dans la propagation de l'épizootie, des efforts importants en matière de nettoyage, désinfection des caisses, et des camions de transport ont été constatés. Deux stations de désinfection des camions et des caisses de transports ont été créées : une à Saint Geniès en Périgord Noir, une à saint Laurent des Vignes. Une troisième doit voir le jour à Boulazac, d'ici quelques semaines. Aucune n'existait avant novembre 2015 et ces investissements se sont accompagnés de formations pour le personnel en charge du transport des canards et des volailles. Les mesures de biosécurité inquiètent plus fortement les représentants de la filière courte, où il y a autant de professionnels que de méthodes de production, en particulier, chez les éleveurs gaveurs. Anne Bronner, chef du bureau de santé animale à la direction générale de l'alimentation a voulu rassurer. " Chaque filière doit proposer des procédures qui seront soumises à la validation, un nouvel arrêté va le permettre. Peu importe les méthodes et les moyens, nous avons une obligation de résultat. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
17488
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
AOUN Daniel | 10/07/2017

Mme Yvard, vous pouvez préparer vos futurs rubriques pour l'automne.L'arrêt d'un virus ne se décrète pas et les pseudos mesurettes sont stériles.Pourtant il existe une solution proposée au préfet et à l'ANSES en 2015 et resté sans réponse.Nous sommes les seuls à ce jour à avoir inhibé H5N1 dans un labo d'Etat américain en 2003 , j'ai un dossier de test à votre disposition. Cordialement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr