Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Grippe aviaire, le point en Dordogne : une nécessaire obligation de résultats

10/07/2017 | La filière avicole et les services de l’État ont réaffirmé jeudi la nécessité de mettre œuvre les mesures de biosécurité, pour que le virus ne réapparaisse pas.

Les contrôles réalisés par la DDSCP vont se renforcer  d'ici les prochains mois dans les exploitations de volailles

Epargnée par la seconde vague d’influenza aviaire, la Dordogne n’en demeure pas moins fragile face au risque. Les services de l’Etat et les professionnels demandent aux éleveurs de respecter les mesures de biosécurité. Il faut tout mettre en oeuvre pour que le virus de l'influenza aviaire ne réapparaisse pas dans les élevages à l'automne. Un certain nombre de mesures ont été instaurées depuis le 1er juillet 2016. Les premiers contrôles réalisés sur un total de 1700 ateliers d'élevage montrent un taux d'anomalies élevé. Des efforts restent à faire car il y a obligation de résultat.

Le message des services de l'état et des professionnels de la filière volailles est clair, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue jeudi en préfecture. "Il faut tout mettre en oeuvre pour le virus de l'influenza aviaire ne réaparaisse pas dans les élevages de canards, de volailles et d'oie (dont la filière est menacée) du Périgord, surtout à l'automne. "Le risque est bien réel, en Dordogne. Le 30 juin  un foyer d'influenza aviaire hautement pathogène a été découvert dans une commune du Nord de la France. Le virus de la grippe aviaire constitue une épée de Damocles au dessus de la tête des éleveurs périgourdins, explique Frédéric Piron, directeur de la direction départemental de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDSCP). L'objectif de la réunion du comité de pilotage sur l'influenza aviaire du 6 juillet, était de faire le point sur l'état d'avancement de la mise en place des mesures de biosécurité et surtout de rappeler les efforts engagés. Personne ne veut revivre la situation vécue ces deux dernières années. De novembre 2015 à mars 2016, 79 foyers ont été détectés dont 18 dans le département. De décembre 2016 à mars 2017, 485 foyers ont été détectés. Ces deux crises ont eu un énorme impact sur les filières courte et longue  et les pertes financières directes et indirectes sont estimées en dizaines de millions d'euros. Et le traumatisme pour les éleveurs reste important. Et la France n'a toujours pas récupéré depuis la fin 2015 le statut sanitaire d'indemne d'influenza aviaire, synonyme de capacité à exporter. "Si la Dordogne, n'a été pas été touchée par la deuxième vague de l'épidémie, aucune exploitation n'est à l'abri aujourd'hui," précise Frank Martin, du service  veille épidémiologique, santé et protection animale de la DDSCP. 

Tirer expérience des crises

Pour protéger les élevages, des mesures s'inscrivant sur le long terme ont été mises en place : elles  consistent à gérer les entrées et les sorties de l'exploitation, l'instauration de sas sanitaires, des bonnes pratiques d'hygiène, formations du personnel. Depuis novembre 2016, la DDSCP a controlé 41 exploitations ( on dénombre en Dordogne, 1700 ateliers d'élévage de volailles ou de canards). Ces premiers contrôles ciblés démontrent 50 % d'anomalies majeures. Ce taux peut paraître élevé, mais il s'explique par le fait que certains éleveurs devaient faire beaucoup d'investissements pour être en conformité, d'autres proches de la retraite sans succession n'ont pas les moyens financiers et n'avaient pas prévu d'investir et, enfin, certains espéraient passer entre les mailles du filet. Mais les professionnels doivent jouer collectifs, les efforts des uns ne doivent pas être anéantis par le manque d'efforts des autres," poursuit Franck Martin. Des accompagnements techniques et financiers existent. Le constat est là : la mise en place des règles de biosécurité est inégale et n'offre pas encore de garanties suffisantes de maîtrise du danger face au virus. Concernant le transport des volailles et notamment des canards, largement mis en cause dans la propagation de l'épizootie, des efforts importants en matière de nettoyage, désinfection des caisses, et des camions de transport ont été constatés. Deux stations de désinfection des camions et des caisses de transports ont été créées : une à Saint Geniès en Périgord Noir, une à saint Laurent des Vignes. Une troisième doit voir le jour à Boulazac, d'ici quelques semaines. Aucune n'existait avant novembre 2015 et ces investissements se sont accompagnés de formations pour le personnel en charge du transport des canards et des volailles. Les mesures de biosécurité inquiètent plus fortement les représentants de la filière courte, où il y a autant de professionnels que de méthodes de production, en particulier, chez les éleveurs gaveurs. Anne Bronner, chef du bureau de santé animale à la direction générale de l'alimentation a voulu rassurer. " Chaque filière doit proposer des procédures qui seront soumises à la validation, un nouvel arrêté va le permettre. Peu importe les méthodes et les moyens, nous avons une obligation de résultat. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
38067
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
AOUN Daniel | 10/07/2017

Mme Yvard, vous pouvez préparer vos futurs rubriques pour l'automne.L'arrêt d'un virus ne se décrète pas et les pseudos mesurettes sont stériles.Pourtant il existe une solution proposée au préfet et à l'ANSES en 2015 et resté sans réponse.Nous sommes les seuls à ce jour à avoir inhibé H5N1 dans un labo d'Etat américain en 2003 , j'ai un dossier de test à votre disposition. Cordialement

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque

Le vignoble Les Hauts de Talmont, en biodynamie depuis 2011, le long de l'estuaire de la Gironde Agriculture | 04/11/2020

Mois de la Bio : la conversion a le vent en poupe

La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest