13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

27/04/22 : DORDOGNE- L'épizootie aviaire se poursuit: au 26 avril, 52 foyers sont confirmés, soit 7 foyers de plus en 3 jours. 2 suspicions de foyers sont encore en cours d'analyse. Le dépeuplement préventif des élevages frôle les 500 000 volailles abattues.

26/04/22 : A l'heure de la déclaration fiscale des revenus, l'Ordre des avocats de Bordeaux proposent conseils et assistance gratuite aux contribuables du lundi 2 mai au vendredi 6 mai de 10h à 13h au 05-24-99-39-76.

20/04/22 : Dans le sud de la Haute-Vienne, un second élevage a été touché par l’épizootie d’influenza aviaire sur la commune du Chalard. Les 12.000 canards ont été abattus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/22 | Gironde : des micro-algues face aux champignons de la vigne

    Lire

    Fermental, spécialisée dans la recherche et l'exploitation bio-industrielle des micro-algues, souhaite proposer des solutions durables contribuant à l'élaboration de produits sains, naturels et performants. Pour ce faire, elle pilote le projet de recherche Valbiovi (en partenariat avec Immunrise Biocontrol France, une start-up située à Cestas, et l’Institut de la Vigne et du Vin à Villenave-d’Ornon) qui a pour objectif la production de biomasse d’une micro-algue marine pour lutter contre les champignons de la vigne, tels que le mildiou.

  • 16/05/22 | Dordogne : l'intelligence artificielle au service de la santé les aides à domicile

    Lire

    Pour faire face au déficit de personnel dont souffre le secteur de l'aide à domicile, la société Odyssio, basée à Périgueux, souhaite apporter une solution à la fois globale et personnalisée au problème de troubles musculo-squelettiques rencontrés dans le secteur et contribuer à préserver les ressources humaines. Elle va développer une tenue professionnelle connectée qui mesurera les mouvements effectués, analysera la posture et à terme anticipera les troubles musculo-squelettiques. La Région octroie 100 000 € d'aide à ce projet, au croisement de la silver économie et de l'attractivité des métiers de l'autonomie.

  • 16/05/22 | La filière caprine dévoile son programme 2022

    Lire

    A Mignaloux-Beauvoir, en Vienne, le Bureau Régional Interprofessionnel du Lait de Chèvre porte le programme 2022 du Cluster REXCAP pour les actions de développement de la filière caprine au travers de 12 actions. Parmi elles, l’engagement du Syndicat du Chabichou du Poitou et du Syndicat du Mothais sur feuille dans la démarche AOP laitière durable ou l’accompagnement, le développement de la production fermière régionale par la Fédération régionale caprine ou encore l'expérimentation d'améliorations technico-économiques en élevage pâturant.

  • 13/05/22 | Des travaux pour favoriser l'écoulement du gave d'Ossau

    Lire

    La Communauté de communes de la vallée d'Ossau assure la compétence de Gestion des Milieux Aquatiques et de Prévention des Inondations sur le bassin versant du gave d'Ossau. Le 10 décembre 2021, une crue majeure du gave et de plusieurs affluents ont entraîné l'érosion de berge et l'accumulation de végétation entravant le libre écoulement des eaux. Des travaux vont être menés sur 39 sites pour enlever les embâcles accumulés et rétablir les sections d'écoulement.

  • 13/05/22 | 108 entreprises viticoles à la réouverture du salon Prowein

    Lire

    Après 2 ans d'absence, le salon professionnel viticole ProWein à Düsseldorf revient du 15 au 17 mai. L'objectif pour les 108 entreprises de la région présentes va être de recréer du lien avec les acheteurs internationaux. Pour offrir plus de visibilité aux acheteurs étrangers, l'AANA a créé un annuaire numérique référençant près de 200 vins et spiritueux régionaux. L'annuaire est disponible sur le site Prowein.aana.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Guillaume Ryckbosch : le bonheur est dans la Chèvrerie

16/04/2021 | Guillaume Ryckbosch rêvait de fabriquer ses fromages et d'un retour au vert. Il s'est reconverti chevrier à 37 ans... Un défi riche en apprentissages et sans regret

1

Son chien collé aux basques, un oeil sur les derniers nés et l'oreille attentive au retour du reste du troupeau en libre balade sur les parcours de sa ferme, Guillaume Ryckbosch est dans son élément. L'oeil bleu pétille, les lèvres affichent un large sourire, et le rire est franc et facile ; l'épanouissement du presque quadragénaire ne fait pas de doute. Pourtant, pour Guillaume Ryckbosch, devenir chevrier-fromager à Coarraze dans les Pyrénées-Atlantiques, ce n'était pas un chemin tout tracé. S'il est certes un enfant du village, ses origines familiales, « plutôt dans le bâtiment », pas plus que sa première vie professionnelle, ne le prédestinaient à, un jour, poser en photo au milieu d'un troupeau de chèvres, qui plus est les siennes ! Mais c'est bien là le charme des reconversions...

« Une certaine idée du bonheur ». Voilà le slogan de la Chèvrerie Henry IV, la ferme caprine créée par Guillaume Ryckbosch au tournant de l'année 2020 à 37 ans. Plus qu'un slogan, c'est le credo de sa nouvelle vie, entre élevage de chèvres, fabrication de fromages, yaourts, savons, et vente (très...) matinale sur les marchés de Pau, Coarraze et Assat. Sans oublier la vente à la ferme.

S'il a choisi après ses études de faire carrière au sein de la fonction publique territoriale, du Département des Pyrénées-Atlantiques à la Ville de Pau en passant par le poste de directeur général des services de la commune de Laruns, il « ne partait pas de rien » en matière agricole. Guillaume Ryckbosch est en effet diplômé de l'Ecole supérieure d'ingénieurs et de techniciens pour l'agriculture de Rouen, et d'un master spécialisé en génie rural des eaux et forêts. Cette reconversion, c'est en quelque sorte, un retour aux sources de sa formation marié à ce qui a été le fil rouge de ses 12 premières années professionnelles : le rapport de l'homme à son environnement. Pour preuve son dernier poste avant le grand saut agricole : Directeur des Espaces verts, parcs et jardins à la Ville de Pau.

Une installation progressive

Des parcs aux parcours à chèvres, la transition s'est faite sans précipitation, mais surtout dans la détermination, comme le sont les projets longtemps mûris, étudiés, chéris. « En réalité, ça fait plusieurs années que j'étais attentif aux fermes qui se libéraient dans mon village », confie-t-il. C'est fin 2018 qu'il trouve les terres qui deviendront les siennes. 25 ha de parcelles issues d'un ancien élevage bovin. Avec pour ne rien gâcher, une vue magnifique sur les Pyrénées. « Seuls 4 ha sont plats, 8 ha sont mécanisables, c'est à dire qu'un tracteur peut y passer. Tout le reste ce sont des parcours qu'il a fallu adapter aux chèvres », décrit-il. Comprendre la mise en place de 2 km de clôture...!

25 ha et une exploitation à construire entièrement, c'était un peu plus ambitieux que son plan initial ; mais peu importe, Guillaume Ryckbosch est plutôt du genre à aimer les défis et à trouver les réponses à ses questions... Le tout non sans une certaine prudence. « J'ai bénéficié d'une installation progressive. Ca m'a permis de commencer à m'installer, à avoir un numéro SIRET, et d'autres éléments administratifs tout en ayant mon boulot à côté. »
Sur l'achat des terrains aussi, il a pu bénéficier des « chouettes outils fonciers » de la Safer. Il s'explique : « J'ai acheté les terrains, en deux temps : 5 ha d'entrée, et pour le reste, j'ai fait un stockage foncier avec la Safer pour une durée de un an. Grâce à une convention d'occupation à titre provisoire et précaire j'ai pu exploiter ces terrains et faire ma première saison PAC, tout en gardant mon ancien boulot ».
Ensuite, vient le temps administratif, les dossiers pour la dotation jeunes agriculteurs, avec l'accompagnement de la Chambre d'agriculture, les dossiers bancaires, l'indispensable et précieuse étude de faisabilité pour penser son projet dans les moindres détails... L'installation administrative est actée au 12 avril 2019, un mois après l'achat des 25 premières chevrettes. Elles sont désormais 40. Quant au basculement agricole plein et entier, il s'est fait en janvier 2020, avec un premier marché au mois de mai suivant, dès la sortie du confinement. Un grand souvenir pour l'ancien fonctionnaire...!

Audace et curiosité
Sur son exploitation, au titre des défis, l'éleveur a choisi de parier sur l'autonomie fourragère, « sans engrais de synthèse, ni phyto ». Il s'est aussi lancé dans l'agroforesterie et travaille ses terres en non labours (cover crop réalisé par une entreprise ). Autre de ses choix : participer avec quelques uns à la relance du lin en Béarn, il en cultive donc 8000 m2 à destination de la filière textile et de ses animaux. Des caprins élevés en plein air, et dont la chèvrerie a été pensée aux détails prés par leur éleveur. Leur bien-être ne faisant pas partie des considérations annexes de son projet, bien loin de là. On pourrait aussi ajouter un certain intérêt pour la lune sur les cultures, ou plus globalement parlant, la vision de son activité comme un écosystème d'équilibres, du soin du sol jusqu'à celui de ses clients.
Pour celui qui a désormais choisi de vivre « au vert » et « au rythme des saisons », ces choix audacieux d'exploitation, dit-il « je les fais parce que j'y crois ». Mais plus que de simples convictions ou croyances, Guillaume est curieux de tout. Une soif, jamais vraiment étanchée, de connaissances et d'enrichissement de ses compétences ; une manière d'être qui vient nourrir sa manière de travailler. « La chèvre est un animal très curieux, moi aussi !», avoue-t-il en rigolant. Une curiosité selon lui indispensable au métier d'agriculteur, qui « en réalité en contient quatre » : l'élevage, la transformation, la commercialisation et l'administration. « On ne peut pas être expert en tout... mais on doit pouvoir trouver les réponses à chaque problème ou questionnement qui se pose. »

Le bâtiment conçu par Guillaume Ryckbosh pour le confort de ses chèvres


"On n'apprend pas tout dans les livres"
Si pour ce qui est de l'agroforesterie, son master en génie rural des eaux et forêts lui aura donné quelques solides bases, de même que globalement ses connaissances d'ingénieur agricole, ses sources d'apprentissage ont été et sont toujours très variées. D'abord, « il y a énormément de littérature et publications ». Mais, comme « on n'apprend pas tout dans les livres » , il s'est formé pour la partie élevage et fromage chez un ancien copain d'école, devenu lui aussi, mais au sortir des études, chevrier. « La chèvrerie de Blancey de Sébastien Roussel, en Bourgogne. Ca a été en quelque sorte mon école d'application ! » Il s'y est rendu à plusieurs reprises, et a aussi visité de nombreuses autres fermes. « Le retour de ces gens là, c'est très intéressant, ça permet de se poser les bonnes questions sur ce qu'on veut faire et comment on veut le faire », s'enthousiasme-t-il.
Quant à la fromagerie, « un aspect bien spécifique », il a choisi de suivre une formation au sein d'Actalia (institut technique agro-industriel) à Rennes. L'occasion de repartir de la base : « la physique et la chimie du lait », même si sourit-il « pour faire un fromage, il n'y a pas vraiment de recette, on est plus dans l'alchimie... »
Mais à écouter l'éleveur fromager, le savoir et les idées sont à capter partout. Dans l'aide apportée par le voisin ancien agriculteur, sur les vidéos de tutoriels sur Youtube, sur certains comptes Facebook spécialisés, ou lors de conférences diffusées sur internet qu'il suit en même temps qu'il fabrique ses fromages... S'il vit avec son temps, il n'oublie bien sûr pas le terrain : « je teste des choses, j'apprends de mes erreurs ». C'est aussi sur le terrain qu'il s'enrichit et apprend d'autres professionnels, le vétérinaire de la ferme, les techniciens...
Ses compétences il les renforce aussi auprès des nombreux réseaux professionnels dans lesquels il s'est impliqué. Outre la Chambre d'agriculture qui propose des formations, il est par exemple adhérent à l'Union des producteurs fermiers, à Bienvenue à la ferme, « plus axé sur la partie commercialisation », ou encore à l'association Lin des Pyrénées. Ces réseaux, c'est « l'occasion d'échanger avec des collègues, de noter des idées nouvelles ou de se confirmer dans telles ou telles pratiques ». Et de citer un exemple récent d'une formation sur l'amélioration de la gestion des prairies. « J'ai des connaissances en la matière, mais on peut toujours apprendre des choses : sur le pâturage tournant, sur savoir comment diagnostiquer son sol avec la flore, ce genre de choses... Et puis c'est passionnant, on est sur du vivant ! »

La passion et le vivant c'est bien ce qui anime, plus que jamais, Guillaume Ryckbosch avec pour récompense suprême la satisfaction et surtout la fidélisation de ses clients friands de ses fromages, yaourts et fromages blancs. Bel et bien pour eux aussi, une certaine idée, mieux un certain goût, du bonheur ! Et ça, ça ne s'apprend pas, ça se partage.

Les chèvres de Guillaume Ryckbosh, élevées en plein air à Coarraze


Pour en savoir plus sur la Chèvrerie Henry IV et ses bons produits : chevreriehenry4.com

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
13920
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Teddy Gauvin est éleveur de vaches de race Limousine. A son installation, il a opté pour le Label Rouge Agriculture | 16/05/2022

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux ! Agriculture | 13/05/2022

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux !

Théoline Mathez s’est installée en bio en GAEC avec ses parents pour élever des brebis laitières. Agriculture | 12/05/2022

Installation transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne Agriculture | 10/05/2022

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

Martin Roquecave s'est installé sur l'exploitation familiale en 2021. La production principale est la fraise du Périgord IGP. Agriculture | 05/05/2022

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Un an tout juste après son installation, Jean-Baptiste Bosredon peaufine son modèle de production de veaux la mère, la qualité comme critère principal Agriculture | 03/05/2022

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Thomas Dupouy 20 ans installé à Pontonx-sur-l'Adour Agriculture | 29/04/2022

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) Agriculture | 27/04/2022

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Magali Mandon a chois de se reconvertir dans l’élevage de poulets Label Rouge Agriculture | 26/04/2022

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

La Dordogne a opté pour le dépeuplement préventif comme d'autres départements Agriculture | 21/04/2022

Grippe aviaire en Dordogne : Dépeupler tout en préservant la filière

terra hominis une Agriculture | 20/04/2022

Terra Hominis pulvérise les préjugés sur le vignoble bordelais

Image d'illustration : méteil Agriculture | 19/04/2022

Les lauréats régionaux inspirés et inspirants des Trophées de l'agroécologie

A Bournos, Cédric Brana d'Euralis (à gauche) a accompagné Anne-Laure et Gilles Arramon dans leur projet de plantation d'un verger de kiwis, dans le cadre d'un partenariat entre Euralis et la Scaap Kiwidefrance Agriculture | 15/04/2022

A Bournos, le kiwi grignote (un peu) les surfaces en maïs

Le type de panneaux qui seront installés avec trackers solaires surélevés Agriculture | 13/04/2022

Sous les panneaux solaires de Brocas, des fruits et des légumes bien protégés

Marie Griffaton, présidente de la FDSEA de la Dordogne Agriculture | 12/04/2022

Marie Griffaton, présidente de la FDSEA de la Dordogne : "Nous devons faire face sur tous les fronts"