20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/05/22 | 124 000 € d'aides régionales pour les projets de Parsejoux-Valade

    Lire

    L'entreprise corrézienne Parsejoux-Valade a pour objectif de développer son activité principale la palette légère en petite série à destination de l'industrie. La société a investi dans une ligne de clouage pour plateaux de palettes équipé d'un robot anthropomorphique 6 axes, une machine de découpe pour dés de palettes, et une extension immobilière afin d'installer un séchoir à bois. La nouvelle ligne de clouage permettra en outre une baisse de 40% de la consommation énergétique vis-à-vis d'une ligne de clouage hydraulique classique. 4 créations d'emploi sont envisagés.

  • 20/05/22 | Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions se développe à Parthenay

    Lire

    La société Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions, acteur majeur international sur le marché des pièces de structures, de moteurs, d'équipements aéronautiques et de transformation des métaux, est spécialisée à Parthenay dans l'usinage et la finition des produits complexes. Pour son site deux-sévriens, elle souhaite augmenter la compétitivité, améliorer l'agilité notamment. Pour ce faire, elle va intégrer les outils de l'usine 4.0 et la transformation numérique à sa production.

  • 20/05/22 | L'agglomération d'Agen agit pour la gestion des biodéchets

    Lire

    L'agglomération d'Agen a construit, dans le cadre d'un travail collectif, un nouveau service public de valorisation des déchets de demain, le projet Tribio. Le projet vise à proposer à l'ensemble des habitants de l'agglomération des solutions de gestion de proximité des biodéchets et des déchets verts. À terme, l'objectif est de sortir des ordures ménagères résiduelles 3 500 tonnes et de réduire la quantité de déchets verts gérées par l'agglomération de 2 000 tonnes.

  • 19/05/22 | Danse Azur intègre le programme « Usine du Futur »

    Lire

    En Haute-Vienne, la société Danse Azur est reconnue pour son niveau de technicité de ses chaussons de danse. Elle a créé en 2020 une filiale aux Etats-Unis afin de poursuivre son développement. Pour continuer sa croissance, Danse Azur vient d'intégrer le programme du Conseil régional « Usine du Futur » pour l'aider à identifier des leviers d'actions, à augmenter ses capacités de production, sa maîtrise des coûts et le développement plus écologique de ses produits.

  • 19/05/22 | MethaBruant ou la méthanisation agricole en injection

    Lire

    A Roumegoux en Charente-Maritime, l'EARL Du Bruant a initié le projet MethaBruant qui est un projet de méthanisation agricole en injection. En plus de mieux traiter et valoriser les effluents, MethaBruant va apporter des compléments de revenus aux agriculteurs et faciliter l'installation d'un nouvel employé. Le lycée agricole de Saintes a décidé de participer à ce projet en fournissant les effluents d'élevage.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

28/10/2020 |

1

Après dix ans de relance des plantations, la surface de la châtaigneraie a été multipliée par dix en Haute-Vienne passant de 50 à 500 hectares. Cependant, des enjeux majeurs sont à relever par les castanéiculteurs, que ce soit la transformation de la production, la lutte contre le cynips et le chancre de l‘écorce ainsi que la relance de la consommation sous toutes ses formes. Des messages que le syndicat des producteurs marrons-châtaignes et petits fruits du Limousin ont passé, hier, au préfet du département.

C’est au cœur de l’exploitation d’Emmanuel Rabaud, président du syndicat des producteurs de marrons et châtaignes, que le préfet du département Seymour Morsy, le président du Conseil départemental Jean-Claude Leblois et le député Pierre Venteau ont écouté les doléances de toute une profession.
Installé à La Roche L’Abeille, il a commencé à planter son verger de châtaigniers en 2008 sur 4,5 ha. Aujourd’hui, il s’étend sur 20 ha complétés par 10 ha de noisetiers, le tout en agriculture bio. « Notre filière est modeste mais elle ne manque pas de dynamisme et de potentiel si toutefois un certain nombre de freins notamment sanitaires et de sujets inquiétants sont résolus dans un délai rapide a-t-il déclaré. Lorsque j’ai commencé à planter on m’avait dit que tous les problèmes seraient résolus grâce à la recherche mais, dix ans après, les problèmes persistent et de nouveaux sont apparus d’où l’importance d’alerter les élus et les représentant de l’État. »

 

Le préfet Seymour Morsy a visité le verger d’Emmanuel Rabaud,  président du syndicat des marrons châtaignes du Limousin

 

Des variétés hybrides performantes

 La châtaigne reste le fruit emblématique du département et de l’ex région Limousin, l’arbre à pain a nourri des générations d’habitants. Au XVIIIème siècle, la châtaigneraie occupait un tiers des surfaces, le déclin a débuté au siècle suivant avec l’introduction de la pomme de terre, la maladie de l’encre et l’abatage des vergers pour les besoins en tanins des papeteries locales. De nouvelles variétés hybrides résistantes à l’encre, produites par la station expérimentale INRA de Migoule près de Brive-la-Gaillarde, ont été plantées au début du XXème siècle. Le verger du Sud-Ouest a pu renaître avec des variétés toujours cultivées comme la Précoce Migoule, la Marigoule et la Bouche de Bétizac.

Un premier syndicat de producteurs a vu le jour en 1970 pour la plantation de vergers en Marigoule. La création de la coopérative Limdor à Saint-Yrieix, à l’initiative des castanéiculteurs, a renforcé la filière de même que le lancement de sa station de collecte en 2009 avant la relance du syndicat l’année d’après. Au cours de la dernière décennie, la dynamique de plantation a repris, le verger limousin est passé de 50 ha à 500 ha. Aujourd’hui, 2.000 ha de châtaigniers sont cultivés dans le Sud-Ouest dont la moitié en agriculture bio avec une progression de 31 % en cinq ans en Nouvelle-Aquitaine.

Certes, la relance de la filière châtaigne en Haute-Vienne et du syndicat ont créé une dynamique mais aujourd’hui, l’objectif premier est la professionnalisation des vergers et la mécanisation de la récolte. Grâce au salon biennal Tech-Châtaigne, lancé en 2014 à Saint-Yrieix-la-Perche, les producteurs découvrent de nouveaux équipements mécanisés. Actuellement, 80% de la récolte est assurée par seulement 20 % des castanéiculteurs.

 

En dix ans, le verger de Haute-Vienne est passé de 50 ha à 500 ha

La menace du cynips

Un autre enjeu majeur et immédiat préoccupe les professionnels à savoir, la question sanitaire en lien avec le réchauffement climatique. « Nous avons besoin de sécuriser notre production et la qualité de nos fruits mis en marché a martelé le président, pour cela, la mobilisation des programmes d’innovation recherche développement est indispensable bien qu’à la peine et difficiles d’accès pour cette filière modeste. »

Afin de lutter contre le cynips, une guêpe arrivée de Chine qui a fortement contaminé le secteur de Saint-Yrieix, le syndicat national puis l’Union interprofessionnelle châtaigne Sud-Ouest ont favorisé l’introduction d’un prédateur, à savoir le torymus sinensis dont les larves s’en nourrissent. « Environ 70 % des vergers du Limousin sont en Marigoule et cette variété est très sensible au cynips précise Emmanuel Rabaud, malgré cette lutte bio-intégrée mi curative, mi-préventive, l’avenir est très inquiétant. » Les arbres sont aussi attaqués par le chancre de l’écorce, un moyen de lutte existe mais il ne dispose pas d’autorisation de mise sur le marché. Quant aux fruits, 30 à 40 % de la récolte 2018 a pourri à cause du gnomoniopis castanea, sans moyen de lutte actuellement, du carpocapse malgré des auxiliaires de lutte biologique peu développés et du balanin, responsables des châtaignes véreuses.

Enfin, les changements climatiques récents sont également préjudiciables pour les vergers avec des périodes de gels tardifs au printemps et des étés caniculaires et très secs qui fragilisent les arbres avec des conséquences sur la qualité lors de la récolte des fruits lorsque la température grimpe à 30°. « Le choc est devant nous et on s’attend à une baisse de production dans les prochaines années prévient le président, il faut que le Ministère de l’Agriculture dégage des enveloppes dédiées à la recherche. De plus, la question de l’irrigation va se poser et il nous faudra des leviers financiers importants. »

 Développer la transformation

En dépit d’un contexte sanitaire et climatique préoccupant, le syndicat compte sur la relance de la consommation pour développer la filière et conforter la rémunération des producteurs. Le marché français est estimé à 5 000 tonnes de châtaignes fraîches consommées en automne, essentiellement des gros calibres, 3 000 tonnes sont exportées et 6 700 importées, avec de plus en plus de fruits de petits et moyens calibres valorisés en conserves, confitures, confiseries et farine.

En Haute-Vienne, le syndicat mise sur le GIEE Chastanha, un collectif de sept castanéiculteurs du Sud du département qui veut développer et sécuriser les vergers en s’appuyant sur l’agroforesterie, afin d’accélérer la montée en compétences des producteurs, de professionnaliser la conduite des vergers, de travailler sur l’irrigation et d’initier un débat sur la transformation des châtaignes par les producteurs. Le syndicat fonde aussi des espoirs dans la prochaine édition du salon professionnel Tech-Châtaigne en 2021 (celui de 2020 étant annulé) qui doit accueillir 50 exposants avec des démonstrations d’équipements et des conférences techniques ainsi que sur le congrès européen technique Eurocastanea qui aura lieu entre Saint-Yrieix et Uzerche. Ce rendez-vous créé voilà dix ans à l’initiative des producteurs français permet d’éditer un livre blanc pour développer un programme commun de relance de la filière en Europe.
De plus, l’Union interprofessionnelle Sud-Ouest a initié plusieurs projets notamment la défense du Label rouge « marron », le développement de vergers avec la variété Bellefer, idéale pour le marché de la transformation, la coordination de projets sur les problématiques sanitaires ou encore une étude sur le positionnement AB de la châtaigne en collaboration avec Interbio Nouvelle-Aquitaine. Son président Bertrand Guérin a alerté le représentant de l’État sur la ressource en eau et la nécessité de développer ce marché de niche. « Alors que la production en France s’est effondrée, la consommation de châtaignes est stable et elle progresse en les transformant. Nous avons une fenêtre de tir intéressante mais il nous manque deux choses, pour faire face aux changements climatiques, il nous faut la maîtrise de l’eau, créer des ressources en stockant quand il pleut. Par ailleurs, le retour sur production et investissement est lent, il faut compter plusieurs années. Dans le cadre du Plan France Relance, je demande s’il serait possible d’inclure un dispositif d’accompagnement des nouvelles plantations. Il y avait bien des aides de France-Agrimer, l’enveloppe s’est étiolée, les critères d’obtention étant de plus en plus rigoureux, plus personne n’accède à ce dispositif. C’est donc l’occasion de remettre des moyens financiers. »

Interpellé sur ces deux points, le préfet Seymour Morsy a apporté des éléments de réponse. « Nous avons commencé à travailler avec les acteurs concernés sur la question de l‘eau et dès que nous aurons un plan stratégique cohérent, nous pourrons être soutenus par le gouvernement pour aller de l’avant que ce soit pour l’eau qu’on ira chercher ou celle que l’on gardera. Tous les partenaires sauront à ce moment là parler d’une seule et même voix. » Il souhaiterait également organiser une rencontre avec l’INRA pour faire le point sur les questions qui préoccupent les professionnels. Quant au Plan France Relance, le Ministre de l’agriculture devrait annoncer un dispositif d’aides plus avantageux. Pour sa part, le Département a rappelé qu’une convention a été signée dernièrement avec le comité de bassin Loire-Bretagne pour établir un diagnostic sur la ressource en eau « l’un des premiers problèmes à régler » a souligné Jean-Claude Leblois, son président.

Corinne Mérigaud
Par Corinne Mérigaud

Crédit Photo : Corinne Mérigaud

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
41206
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Journée installation transmission 2022 Agriculture | 20/05/2022

Journée Installation Transmission : "Agriculteur, un métier de goût, d'origine et de qualité !"

G Latournerie une Agriculture | 18/05/2022

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Paul Jabouille s’est installé en GAEC avec son père à Chasseneuil-sur-Bonnieure l’an dernier. Agriculture | 17/05/2022

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Teddy Gauvin est éleveur de vaches de race Limousine. A son installation, il a opté pour le Label Rouge Agriculture | 16/05/2022

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux ! Agriculture | 13/05/2022

Le Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine de retour à Bordeaux !

Théoline Mathez s’est installée en bio en GAEC avec ses parents pour élever des brebis laitières. Agriculture | 12/05/2022

Installation-Transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne Agriculture | 10/05/2022

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

Martin Roquecave s'est installé sur l'exploitation familiale en 2021. La production principale est la fraise du Périgord IGP. Agriculture | 05/05/2022

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Un an tout juste après son installation, Jean-Baptiste Bosredon peaufine son modèle de production de veaux la mère, la qualité comme critère principal Agriculture | 03/05/2022

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Thomas Dupouy 20 ans installé à Pontonx-sur-l'Adour Agriculture | 29/04/2022

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques) Agriculture | 27/04/2022

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Magali Mandon a chois de se reconvertir dans l’élevage de poulets Label Rouge Agriculture | 26/04/2022

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

La Dordogne a opté pour le dépeuplement préventif comme d'autres départements Agriculture | 21/04/2022

Grippe aviaire en Dordogne : Dépeupler tout en préservant la filière

terra hominis une Agriculture | 20/04/2022

Terra Hominis pulvérise les préjugés sur le vignoble bordelais

Image d'illustration : méteil Agriculture | 19/04/2022

Les lauréats régionaux inspirés et inspirants des Trophées de l'agroécologie