Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

  • 19/07/18 | Le PS girondin réagit au ralliement de F. Cartron à LREM

    Lire

    Réaction du secrétariat fédéral du PS de la Gironde après la démission de Françoise Cartron du groupe socialiste et républicain au Sénat pour rejoindre celui de la majorité présidentielle: "Ce choix n’est pas une surprise. Mme Cartron qui avait annoncé son départ du PS local dès le 15 septembre tout en restant attachée au groupe parlementaire national, n’a jamais caché sa proximité avec les idées du Chef de l’Etat. Nous regrettons cependant que cette décision intervienne alors qu’il n’y a plus de doutes possibles sur le caractère droitier de la politique menée par la République en Marche."

  • 19/07/18 | La Vigne arrive en ville

    Lire

    Les vignerons du réseau Bienvenue à la Ferme vous donne rendez-vous les 8 et 9 septembre prochains au Jardin Public de Bordeaux pour la 3ème édition de Vign’en Ville. Le temps du week-end, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un viticulteur à travers un itinéraire pédagogique et gourmand le long d’un parcours de 8 espaces thématiques et de nombreux ateliers accessibles au plus grand nombre. Pour clore ce parcours dans une ambiance festive un déjeuner fermier est organisé par la Belle Marguerite, le truck des produits fermiers d'ici.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Le préfet de région s'en va aux champs

16/07/2014 | Michel Delpuech a été invité à Lestelle-Bétharram par la FRSEA. Un contact sans langue de bois

Le préfet de région, accompagné du préfet des Pyrénées-Atlantiques ainsi que des directeurs régionaux de l'agriculture et de l'environnement a été accueilli par la FRSEA chez un producteur laitier

La protection de l’environnement pèse de plus en plus dans les règlementations imposées aux agriculteurs. « La société le demande » explique l’État. Les intéressés, eux, conviennent de la nécessité de préserver l’espace naturel. Mais ils regrettent que cette considération pèse désormais plus que les sujets agronomiques dans les discussions engagées avec les pouvoirs publics. Ce constat a été fait en Béarn lors d’une rencontre organisée par le conseil d'administration de la FRSEA avec le préfet de la région Aquitaine. Même si, de part et d’autre, on se félicite de la qualité du dialogue.

On ne discute jamais aussi bien d’agriculture que sur le terrain. La réunion présidée par Henri Bies-Péré, le président de la FRSEA, a donc été organisée dans la ferme que Clément Aubies, un producteur laitier, gère à Lestelle-Betharram .

Celle-ci se trouve en zone vulnérable. Et c’est de cette caractéristique que l’on a commencé à parler. La FRSEA déplore en effet que les zonages définis par les services de l’Etat dans le cadre du 5e Programme d’Actions Régional  n’aient pas tenus compte de l’avis de la profession. En prime, ajoute-t-elle, aucune réponse n’a été apportée sur les délais de mise aux normes des élevages impactés, et sur les moyens financiers permettant d’accompagner les producteurs.

Zones vulnérables : une explication est nécessaire« Nous sommes allés le plus loin possible. Des choses ont été acceptées, car elles étaient dans les normes. D’autres  ont été refusées» a expliqué Michel Delpuech. Comme le souhaite la FRSEA, un document de huit pages sera toutefois adressé à chaque agriculteur pour expliquer les choix faits en matière de zonage, et les mesures qui les accompagnent. Dans le même esprit, des mesures (cartographie, définition de l’entretien) seront prises par l’administration pour gommer le manque de clarté que les agriculteurs reprochent à la classification des cours d’eau.

Les lourdeurs administratives épingléesA Lestelle-Bétharram, il a également beaucoup été question de « lourdeur administrative ». Que ce soit en matière de ressource en eau – un sujet essentiel car le cinquième des surfaces agricoles d’Aquitaine bénéficie de l’irrigation – comme dans d’autres domaines. Une critique à laquelle Michel Delpuech oppose la nécessité dans laquelle se trouvent les fonctionnaires de mettre en œuvre des normes, et de veiller à leur application. Ce qui ne les empêche pas d’être à l’écoute. « Pour certains dossiers, il faut du temps. Par exemple lorsqu’il s’agit de corriger des dossiers PAC, suite à des erreurs de logiciel. Alors, on continue à verser sur les bases antérieures, avant de corriger par la suite. »

Ces couacs n’ont rien d’anodin. En Dordogne, sur 6 330 dossiers PAC déposés en mai dernier, 80% font apparaître au moins une anomalie bloquante, constate la FRSEA.

Ces vautours qui provoquent la colèreDéfrichement des zones boisées, allègement des charges imposées aux jeunes agriculteurs qui s’installent… Les sujets de discussion n’ont pas manqué à Lestelle-Bétharram. Y compris ceux qui font voir rouge, telles les attaques commises par les vautours sur le bétail. 

Ségolène Royal va être accueillie samedi dans les Pyrénées. Elle risque d’entendre parler du pays, prévient le président de la FRSEA. Avant de souhaiter que des prélèvements soient autorisés pour réduire une population de vautours passée désormais de l’état d’animal menacé à celui d’animal inquiétant.

Dans un tout autre domaine, il a également été question de la tuberculose bovine. Cette maladie touche actuellement la Dordogne et les Pyrénées-Atlantiques. Les  agriculteurs souhaitent que l’abattage dérogataire, qui permet l’abattage sélectif, soit soutenu. Mais aussi  que l’administration, qui impose aux éleveurs de jeter le lait de vaches non négatives, indemnise cette production perdue. Afin de mieux contrôler l’influence de la faune sauvage sur la maladie, la FRSEA réclame par ailleurs un classement du blaireau en espèce nuisible.

Lait : un mieux sur les prix, mais les charges pèsentDifficile de même de ne pas parler d'assurances dans une région marquée par de nombreux incidents climatiques, ni de production laitière là où la vache est reine.  En 2013, la hausse de 24% du prix du lait a été la bienvenue reconnait-on. Mais l’augmentation des charges et du prix des intrants pénalisent le revenu des exploitations entre lesquelles « de fortes disparités existent ».

L’année 2015 verra pour sa part la fin des quotas et la mise en place des nouveaux soutiens financiers prévus par la PAC. Cela amènera  2500  exploitations aquitaines, dont 350 en montagne, à bénéficier d’une aide à la vache laitière, qui remplacera désormais l’aide au litre. Un fonds de modernisation de 200 millions d’euros tourné vers l’élevage est par ailleurs prévu pour assurer la compétitivité des exploitations.

 La FRSEA rappelle enfin qu'une charte a été signée sur le bassin Sud-Ouest par les agriculteurs, les coopératives, les industriels, l’interprofession et l’Etat afin assurer l’avenir de la filière. Des efforts restent toutefois à faire. C'est du moins ce que Clément Aubies estime, vu de sa ferme. Car, explique-t-il, il est difficile pour un agriculteur de prévoir des investissements lorsque celui-ci ignore à quel prix le lait lui sera payé le mois prochain. En d’autres termes, avancer avec un bandeau sur les yeux.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
5294
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr