aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Éleveurs : le plan d'urgence est mis en oeuvre en Aquitaine

05/08/2015 | Une cinquantaine de professionnels du secteur agricole se sont réunis ce mardi à Bordeaux sous l'autorité du Préfet de la Gironde, Pierre Dartout.

Pierre Dartout, Dominique Graciet, Jean-Pierre Raynaud

Plus de 50 professionnels du secteur agricole (banques, MSA, services de l'Etat, Chambres d'agriculture) étaient réunies hier à Bordeaux sous l'autorité de la Préfecture et du Conseil régional d'Aquitaine, dans le cadre de la réunion sur le "Plan de soutien à l'élevage". A l'initiative des préfets départementaux, des cellules d'urgences s'étaient déjà tenues dans les 5 départements de la région Aquitaine. Tandis que les manifestations continuent un peu partout en France et que certains industriels commencent à se désolidariser de l'accord obtenu par le gouvernement, le Plan d'urgence statué lors de cette réunion prend un effet immédiat.

Hier, la Chambre régionale d'agriculture d'Aquitaine a prix des allures de brainstorming géant. En pleine tourmente des éleveurs, une cinquantaine de professionnels du secteur agricole se sont réunis à Bordeaux (en même temps qu'une autre réunion se déroulait à Poitiers) pour faire le point sur le "contexte économique" et le plan d'urgence annoncé fin juillet par le gouvernement, après de multiples manifestations un peu partout en France et une inquiétude des éleveurs grandissante. Le fameux plan d'urgence est défini en cinq axes : le redressement des prix, la restructuration de la dette des éleveurs en difficulté, l'allègement et le report des charges, une aide pour la promotion à l'exportation, faire participer les exploitants à la "transition énergétique" pour diversifier leurs revenus (le gouvernement prévoit des exonérations pour les y inciter) et améliorer la compétitivité des filières d'élevage françaises. 

« Dans chacun des 5 départements se sont réunies les cellules départementales d’urgence sous la présidence des préfets pour définir une méthode de travail et voir comment prendre en compte les dossiers des éleveurs les plus urgents et mettre en oeuvre le plan gouvernemental » confie Pierre Dartout, préfet de la région Aquitaine et de la Gironde. « La réunion de cet après-midi avait pour objet de reprendre en compte tout ce qui avait été dit, faire le point avec les partenaires régionaux sur la mise en oeuvre du dispositif d’aide d’urgence qui se fait au niveau de chaque département. Il y a une urgence à s’occuper de la situation d’un certain nombre d’éleveurs, eût égard à la place économique que ces filières représente et à la place de l’agriculture de nos territoires », ajoute le préfet

"Il y a un rattrapage à faire""Sur les 10 600 exploitations des filière bovins lait, bovins viande et porcs, plus de 2 000 d'entre-elles sont en retard de paiement de leurs cotisations MSA pour un montant avoisinant les 8 millions d'euros", souligne Dominique Graciet, président de la Chambre d'Agriculture d'Aquitaine. "Mais beaucoup plus d’éleveurs sont concernés", ajoute-t-il. "l’urgence, c’est de tout mettre en oeuvre pour que les prix remontent assez vite. C’est assez difficile, au niveau européen d’avoir ce type de discours. Il faudrait que tous les acteurs de la filière puissent s’impliquer dans cette remontée des prix ». Depuis 20 ans, les prix à la production ont augmenté de 16% tandis que ceux de la consommation ont progressé de 60%. « Il y a un rattrapage à faire très rapidement ». Les mesures structurelles auront la charge d’accompagner, voire de restructurer l’appareil de production, « très en retard dans la région » selon les responsables. La priorité pour la région reste donc l'aide prioritaire aux plus endettés et les achats locaux dans les cantines et restaurants collectifs. En ce sens, Jean-Pierre RAYNAUD, vice-président du Conseil régional chargé de l'agriculture a annoncé qu'une réunion de l'ensemble acteurs de la restauration collective se tiendrait au Conseil régional dès le début du mois de septembre.  

La grogne monteEn attendant la mise en place d'autres mesures à plus long terme, la colère des éleveurs ne faiblit pas. A Auch, 150 éleveurs ont arrêté et ouvert des camions, déversant plus de 35 tonnes de viande sur les principaux accès dans la nuit de lundi à mardi. Une opération escargot a été organisée aujourd'hui par un groupe d'agriculteurs de l'Isère, qui sont allés lancer des oeufs sur le siège de la Direction départementale des territoires, à Grenoble. De l'autre côté, certains industriels ont même fait savoir leurs réticences conçernant les prix minimum d'achat du lait fixé le 24 juillet dernier. Le groupe fromager Savencia (Caprice des Dieux, Tartare ou encore Coeur de Lion) a récemment rédigé un courrier dans lequel il affirme qu'"aucun engagement de niveau de prix n'a été pris lors de cette table ronde", et que le groupe échapperait aux accords en raison de sa fabrication de produits transformés. Si le Plan d'urgence prend effectivement un effet immédiat, les principales plaintes des éleveurs semblent bien rester sourdes...

M.A.J : Suite à cette réunion, La FRSEA (Fédération Régionale des Syndicats d'Exploitants Agricoles) d'Aquitaine a vivement réagi dans un communiqué, par l'intermédiaire de sa directrice régionale, Isabelle Caumet. "La FRSEA Aquitaine ne peut que se désoler d’un plan qui n’est pas à la hauteur de la gravité de la situation. Un seul exemple suffit à démontrer le décalage entre les annonces politiques et la réalité de ces mesures dites d’urgence : les MSA d'Aquitaine annoncent près de 8 millions d’euros impayés à ce jour, alors que le plan de soutien propose d’assurer la prise en charge des cotisations sociales à hauteur de 700 000 euros !", indique ainsi la Fédération, précisant que les manifestations "continueront jusqu'à une prise en compte réelle de la gravité de la situation". 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4489
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr