Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Influenza aviaire : pour les Périgourdins, "la priorité est de se préoccuper de l'avenir"

10/02/2016 | La filière palmipèdes gras de Dordogne a décidé de s'unir pour trouver des solutions à la sortie de la crise aviaire, avant la tenue d'une réunion, le 16 février.

Le foie gras du Sud Ouest risque d'être plus cher à Noël

Le 16 février, la Chambre d'agriculture de la Dordogne convie tous les 600 éleveurs de la filière gras du département, qu'ils vendent leurs produits en direct ou non à une réunion d'information. Il sera question des conséquences de l'arrêté ministériel, des mesures fiscales, sociales, bancaires auxquelles peuvent prétendre les éleveurs, pendant la période de non-production. Un vétérinaire présentera le virus Influenza aviaire. L'objectif de cette réunion est de permettre à tous les éleveurs de reprendre leur activité dans les meilleures conditions, dès la fin de la période de vide sanitaire.

La filière gras du département de la Dordogne représente 600 producteurs : 400 pour la filière courte et 200 pour la filière longue. Avec les emplois induits, on estime entre 3000 et 3500 personnes touchées  économiquement par l'influenza aviaire.  Il s'agit d'une filière emblématique pour la Dordogne. Pour faire face à cette crise sanitaire qui touche une filière jusque là relativement épargnée et calmer la colère qui gronde dans les campagnes, la chambre d'agriculture de la Dordogne souhaite préparer la sortie de crise au mieux. "Notre préoccupation première, dans ce contexte de sanitaire est de se préoccuper de l'avenir. Les indemnisations envisagées par l'État ne couvriront à peine que 10 % des pertes réelles des producteurs, alors autant se prendre en main, tenter de trouver des solutions ensemble, insiste Yannick Frances, vice-président de la chambre d'agriculture.

L'unité face à la criseLa première étape a été franchie lors de la réunion qui s'est tenue hier au pôle interconsulaire. Pour la première fois, producteurs de palmipèdes gras, intervenants de la filière courte et longue, étaient réunis autour d'une même table, pour discuter, échanger, trouver ensemble des solutions. "Aujourd'hui, nous sommes tous dans la même galère. Nous ne savons pas comment va se passer la reprise de production, à l'issue du vide sanitaire, imposé  par le ministère de l'agriculture. Les interrogations sur l'avenir de nos exploitations sont les mêmes. Ce soir, nous sommes toujours en attente des dispositions précises de l'arrêté. Le point positif est que la filière en Dordogne soit enfin unie," témoigne un producteur à l'issue de la réunion. 

La première priorité de la chambre consulaire est que chaque éleveur reçoive le même niveau d'information. Depuis, l'apparition du premier cas le 27 novembre en Dordogne, les producteurs sont dans le flou. Et ceux qui ont vu leur cheptel abattu n'ont pas reçu la moindre indemnisation.  C'est pourquoi la chambre d'agriculture organise une réunion  à laquelle sont conviés tous les producteurs, le mardi 16 février après midi au Pôle interconsulaire. Un vétérinaire présentera le virus, les services de l'État viendront expliquer l'arrêté ministériel. Les modalités de l'arrêté paru aujourd'hui devrait permettre d'avoir une production de foie gras pour les fêtes de fin d'année. Les éleveurs pourront s'informer des mesures fiscales, sociales, bancaires dont il pourront bénéficier : reports de cotisations de la MSA, assurance, reports d'échéances, mesures de chômage technique pour ceux qui ont des salariés. L'arrêté tant attendu est paru ce 10 février et précise donc la durée du vide sanitaire imposé aux éleveurs et sans surprise,  il va durer un mois, du 18 avril au 16 mai 2016. Durant cette période les professionnels n'auront plus aucun canard ou caneton sur leurs exploitations et devront nettoyer et désinfecter toutes leurs structures (parcours, bâtiments etc.). Mais les contraintes sanitaires seront durcies à compter du 1er juillet.

 

Une première étapeCette réunion du 16 février, de toute la filière gras, n'est qu'une étape dans le calendrier fixé par les responsables de la Chambre d'agriculture. "C'est une nouvelle organisation qui se met en place. Il faut préparer au mieux cette reprise d'activité, pour tous. Le but est de pouvoir commercialiser des produits dès cet été, pour ne pas rater la saison des marchés de producteurs," martèle Yannick Frances. Un groupe va travailler sur les approvisionnements en canetons. C'est environ 300 000 canetons qu'il faudra dans un laps de temps très court pour faire repartir les exploitations. Les couvoirs de Vendée, d'Alsace , non concernés par cette crise seront-ils en mesure de servir tout le monde et à quel prix ? Un autre groupe va travailler sur les prix payés aux producteurs. "Les prix vont augmenter. Pour que la filière puisse repartir économiquement, il n'y aura pas d'autre choix, indique Yannick Frances.  Le foie gras  du Sud Ouest ou du Périgord risque d'être plus  cher à Noël. Combien les consommateurs seront-ils prêts à débourser pour en déguster ?

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4139
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr