18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Influenza aviaire : vers la fin de l'épizootie après un pic ?

20/12/2015 | Dans les départements du Sud Ouest, on dénombre 42 foyers de grippe aviaire. Les Landes et la Dordogne sont les plus touchés avec respectivement 18 et 12 foyers.

Sur le marché de Périgueux, globalement, les producteurs ne ressentent pas de baisse des achats

Le ministère de l'Agriculture a annoncé vendredi soir que douze nouveaux foyers de grippe aviaire ont été identifiés dans le sud-ouest jeudi et vendredi, dont un premier cas dans les Hautes-Pyrénées, portant à 42 le nombre de foyers touchés. Pourtant, depuis la confirmation d'un cas le 24 novembre dernier, en Dordogne, le premier depuis 2007, les intentions d'achats de volailles, de foie gras, de canards gras restent stables en cette période de fêtes, malgré l'inquiétude des éleveurs. Le point avec le landais Christophe Barailh, président de l'interprofession du foie gras.

 Depuis vendredi soir, on dénombre 42 foyers d'influenza aviaire : 18 foyers dans les Landes, 12 en Dordogne, 6 dans le Gers, 4 dans les Pyrénées-Atlantiques, 1 en Haute-Vienne et désormais 1 dans les Hautes-Pyrénées. Selon les experts scientifiques, cette maladie animale, virale, très contagieuse, affectant les oiseaux, a atteint son pic.  Nous sommes à une période de l'année, où les élevages de canards et de volailles tournent à plein. Et le nombre de cas devrait se stabiliser, pour diminuer dans les prochaines semaines. "Ce nombre de foyers est important et inquiète. Mais ce chiffre est à mettre en relation avec le nombre d'exploitations avicoles présentes sur l'Hexagone. Il y a 20 000 dont les trois quarts sont concentrées dans les départements du Sud Ouest et de l'Ouest de la France, précise Christophe Barailh, éleveur de canards gras à Aire sur Adour et surtout président du CIFOG (comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras) depuis 2014. 

Nouvelles mesures  Avec l'apparition de nouveaux foyers, le ministère de l'Agriculture a imposé vendredi de nouvelles mesures visant à "assainir les zones de production de volailles" dans une "zone de restriction" englobant toute l'Aquitaine, les départements voisins du Gers, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Vienne, ainsi que quelques communes du Lot et de Charente. Dans ce périmètre, des "mesures de biosécurité" doivent dorénavant être appliquées pour l'élevage, le transport et l'abattage des volailles. Ces mesures de bio sécurité draconiennes devraient faire reculer l'épizootie. 

Le consommateur n'a rien à craindreDepuis le premier foyer d'influenza aviaire confirmé en Dordogne, le 24 novembre dernier, et la déclaration à l'office international des épizooties (OIE), la maladie a progressé très vite, mais l'Office estime que la maladie va s'arrêter assez vite. "La première réaction de certains pays tiers a été de fermer leurs portes aux volailles et produits de volailles aux exportations françaises dont le Japon qui est devenu le premier client étranger pour le foie gras cette année devant l'Espagne. Cette réaction est logique, c'est le principe de précaution qui devait s'appliquer. Aujourd'hui, grâce aux efforts du ministère des Affaires étrangères et des services de l'Etat, il y a de vraies avancées pour que nos produits reprennent le chemin des exportations, surtout pour ceux confectionnés avant la confirmation du premier cas. Certaines frontières devraient donc se rouvrir,"précise Christophe Barailh.  L'enjeu est de taille. Pour la filière, les exportations représentent 120 millions d'euros. Le président du CIFOG rappelle que le consommateur n'a rien à craindre. "Le risque de transmission du virus de la grippe aviaire à l'homme est nul par ingestion de produits de volailes cuits ou crus. Cela a été encore confirmé par les experts de l'agence nationale de santé, et par une déclaration commune du ministère de l'Agriculture et celui de la Santé en début de semaine.

 Pas ou peu d'impact sur la consommationEn cette période de fêtes, moment de l'année où se réalisent 70 % des ventes,  la filière aurait pu s'attendre à une baisse drastique de la consommation. "Pour l'instant, sur l'export, grâce aux efforts des services de l'Etat, il n'y a pas ou peu d'impact sur la commercialisation. Sur le marché intérieur, un récent sondage démontre que plus de 90 % des personnes interrogées sont informées de l'épisode d'influenza aviaire et 84 % ont l'intention d'acheter de la volaille ou du foie gras pour les fêtes de fin d'année.  Ce chiffre est même en progression par rapport à l'an passé. Sur le marché de Périgueux, en Dordogne, les producteurs de canards gras et de foie gras ne ressentent pas globalement une baisse des achats. "Il y des questions légitimes. Mais ici, les gens font confiance à leur producteur local. Pour nous, éleveurs, il y a une vraie inquiétude. Pour ceux touchés par le virus, c'est une catastrophe économique."  

Accompagner les éleveurs touchés"Actuellement, notre priorité est d'accompagner les éleveurs touchés par le virus. Notre devoir est de les accompagner sur le plan technique, financier pour qu'ils fassent repartir leur production au plus vite, poursuit Christophe Barailh. Au niveau des indemnisations, l'Etat prend en charge l'abattage, les frais de nettoyage, et la période de vide sanitaire. Les pertes commerciales ne sont pas prises en compte.  Pour compléter les indemnisations de l'état, les professionnels ont constitué le 15 décembre un fonds de mutualisation sanitaire et environnementale (FMSE) pour l'aviculture. Ce fonds existe dans d'autres filières agricoles touchées par des crises sanitaires ou climatiques. "On parle beaucoup des consommateurs, mais en tant qu'organisation professionnelle, il nous faudra aussi accompagner ces agriculteurs sur le plan humain pour qu'ils puissent rapidement tourner la page,' insiste le président du CIFOG

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4756
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Bonotaux | 21/12/2015

Bonjour
Dans 'article il est mention de 120 milliards d'euros à l'export. Je rappelle que les exports total d'aquitaine s'élèvent à 12 milliards, 2 pour le vin et presque autant pour l'aéronautique. Sur les douze derniers mois les exports s’élèvent à 120 millions (et non milliards) d'euros.
CLT

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
FRAB, Chambre agriculture et Interbio main dans la main pour le Mois de la Bio Agriculture | 17/10/2017

La bio à l’honneur en Lot-et-Garonne

Jean-Paul Musset et son fils Julien, qui vient d'acquérir l'exploitation laitière Agriculture | 16/10/2017

Foncier : la restructuration réussie d'une exploitation laitière à Coutras

Vendange en Aquitaine Agriculture | 16/10/2017

CIVB: La petite récolte 2017 obligera à puiser dans les stocks

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016 Agriculture | 16/10/2017

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le Maraîchage bio est en plein essor en particulier en ceinture bordelaise Agriculture | 12/10/2017

Opération séduction pour la filière bio en novembre

Bertrand Harispuru, éleveur ovin et bovin au pays basque à la retraite Agriculture | 10/10/2017

L'évaluation foncière : l'autre porte d'entrée vers une vente Safer

La chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques donne rendez-vous aux éleveurs ovins le 13 octobre pour ses 13èmes Assises Ovines. Au programme la question de la main d'oeuvre Agriculture | 10/10/2017

Assises Ovines - 3 questions à Patrick Etchegaray, responsable de la commission ovine à la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

ManifCastelnau Agriculture | 07/10/2017

Filière avicole dans le rouge : les Landais unis pour faire payer l'Etat

Marie-Hélène Cazaubon, éleveuse gaveuse à Monsoué, présidente de la Commission Agricultrices - FDSEA 40 Agriculture | 05/10/2017

Crise aviaire et canards gras, reportage à Montsoué

Serge Bousquet Cassagne président de la Chambre d'agriculture47 (à droite) Agriculture | 04/10/2017

« Si quelqu’un a besoin de terres pour s’installer... » Serge Bousquet-Cassagne, président de la Chambre d’agriculture de Lot-et-Garonne

Euralis : du maïs semences pour toute l'Europe Agriculture | 03/10/2017

Euralis : des semences de maïs pour toute l’Europe

Visuel du projet du bâtiment Agrocampus Agriculture | 26/09/2017

Technopôle Agrolandes: du numérique à la biosécurité avicole

Maël Gallard et Laura Baillard avec Eirelles, jeune jument de 3 ans Agriculture | 25/09/2017

Pour Laura Baillard et Maël Gallard, leur projet agricole est en bonne voie

Pin Agriculture | 22/09/2017

100e AG des Sylviculteurs du Sud-Ouest : les parasites, « danger numéro un » de la forêt

Dominique Graciet, Président de la Chambre régionale d'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 20/09/2017

Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture de Nouvelle-Aquitaine : "L'Etat ne tient pas ses engagements"