aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Influenza aviaire : vers la fin de l'épizootie après un pic ?

20/12/2015 | Dans les départements du Sud Ouest, on dénombre 42 foyers de grippe aviaire. Les Landes et la Dordogne sont les plus touchés avec respectivement 18 et 12 foyers.

Sur le marché de Périgueux, globalement, les producteurs ne ressentent pas de baisse des achats

Le ministère de l'Agriculture a annoncé vendredi soir que douze nouveaux foyers de grippe aviaire ont été identifiés dans le sud-ouest jeudi et vendredi, dont un premier cas dans les Hautes-Pyrénées, portant à 42 le nombre de foyers touchés. Pourtant, depuis la confirmation d'un cas le 24 novembre dernier, en Dordogne, le premier depuis 2007, les intentions d'achats de volailles, de foie gras, de canards gras restent stables en cette période de fêtes, malgré l'inquiétude des éleveurs. Le point avec le landais Christophe Barailh, président de l'interprofession du foie gras.

 Depuis vendredi soir, on dénombre 42 foyers d'influenza aviaire : 18 foyers dans les Landes, 12 en Dordogne, 6 dans le Gers, 4 dans les Pyrénées-Atlantiques, 1 en Haute-Vienne et désormais 1 dans les Hautes-Pyrénées. Selon les experts scientifiques, cette maladie animale, virale, très contagieuse, affectant les oiseaux, a atteint son pic.  Nous sommes à une période de l'année, où les élevages de canards et de volailles tournent à plein. Et le nombre de cas devrait se stabiliser, pour diminuer dans les prochaines semaines. "Ce nombre de foyers est important et inquiète. Mais ce chiffre est à mettre en relation avec le nombre d'exploitations avicoles présentes sur l'Hexagone. Il y a 20 000 dont les trois quarts sont concentrées dans les départements du Sud Ouest et de l'Ouest de la France, précise Christophe Barailh, éleveur de canards gras à Aire sur Adour et surtout président du CIFOG (comité interprofessionnel des palmipèdes à foie gras) depuis 2014. 

Nouvelles mesures  Avec l'apparition de nouveaux foyers, le ministère de l'Agriculture a imposé vendredi de nouvelles mesures visant à "assainir les zones de production de volailles" dans une "zone de restriction" englobant toute l'Aquitaine, les départements voisins du Gers, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Vienne, ainsi que quelques communes du Lot et de Charente. Dans ce périmètre, des "mesures de biosécurité" doivent dorénavant être appliquées pour l'élevage, le transport et l'abattage des volailles. Ces mesures de bio sécurité draconiennes devraient faire reculer l'épizootie. 

Le consommateur n'a rien à craindreDepuis le premier foyer d'influenza aviaire confirmé en Dordogne, le 24 novembre dernier, et la déclaration à l'office international des épizooties (OIE), la maladie a progressé très vite, mais l'Office estime que la maladie va s'arrêter assez vite. "La première réaction de certains pays tiers a été de fermer leurs portes aux volailles et produits de volailles aux exportations françaises dont le Japon qui est devenu le premier client étranger pour le foie gras cette année devant l'Espagne. Cette réaction est logique, c'est le principe de précaution qui devait s'appliquer. Aujourd'hui, grâce aux efforts du ministère des Affaires étrangères et des services de l'Etat, il y a de vraies avancées pour que nos produits reprennent le chemin des exportations, surtout pour ceux confectionnés avant la confirmation du premier cas. Certaines frontières devraient donc se rouvrir,"précise Christophe Barailh.  L'enjeu est de taille. Pour la filière, les exportations représentent 120 millions d'euros. Le président du CIFOG rappelle que le consommateur n'a rien à craindre. "Le risque de transmission du virus de la grippe aviaire à l'homme est nul par ingestion de produits de volailes cuits ou crus. Cela a été encore confirmé par les experts de l'agence nationale de santé, et par une déclaration commune du ministère de l'Agriculture et celui de la Santé en début de semaine.

 Pas ou peu d'impact sur la consommationEn cette période de fêtes, moment de l'année où se réalisent 70 % des ventes,  la filière aurait pu s'attendre à une baisse drastique de la consommation. "Pour l'instant, sur l'export, grâce aux efforts des services de l'Etat, il n'y a pas ou peu d'impact sur la commercialisation. Sur le marché intérieur, un récent sondage démontre que plus de 90 % des personnes interrogées sont informées de l'épisode d'influenza aviaire et 84 % ont l'intention d'acheter de la volaille ou du foie gras pour les fêtes de fin d'année.  Ce chiffre est même en progression par rapport à l'an passé. Sur le marché de Périgueux, en Dordogne, les producteurs de canards gras et de foie gras ne ressentent pas globalement une baisse des achats. "Il y des questions légitimes. Mais ici, les gens font confiance à leur producteur local. Pour nous, éleveurs, il y a une vraie inquiétude. Pour ceux touchés par le virus, c'est une catastrophe économique."  

Accompagner les éleveurs touchés"Actuellement, notre priorité est d'accompagner les éleveurs touchés par le virus. Notre devoir est de les accompagner sur le plan technique, financier pour qu'ils fassent repartir leur production au plus vite, poursuit Christophe Barailh. Au niveau des indemnisations, l'Etat prend en charge l'abattage, les frais de nettoyage, et la période de vide sanitaire. Les pertes commerciales ne sont pas prises en compte.  Pour compléter les indemnisations de l'état, les professionnels ont constitué le 15 décembre un fonds de mutualisation sanitaire et environnementale (FMSE) pour l'aviculture. Ce fonds existe dans d'autres filières agricoles touchées par des crises sanitaires ou climatiques. "On parle beaucoup des consommateurs, mais en tant qu'organisation professionnelle, il nous faudra aussi accompagner ces agriculteurs sur le plan humain pour qu'ils puissent rapidement tourner la page,' insiste le président du CIFOG

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : archives Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
3994
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Bonotaux | 21/12/2015

Bonjour Dans 'article il est mention de 120 milliards d'euros à l'export. Je rappelle que les exports total d'aquitaine s'élèvent à 12 milliards, 2 pour le vin et presque autant pour l'aéronautique. Sur les douze derniers mois les exports s’élèvent à 120 millions (et non milliards) d'euros. CLT

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr