aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Innov'action : du bio dans une serre photovoltaïque à Sainte-Livrade

26/06/2015 | Les Chambres d'Agriculture ont lancé le 9 juin dernier le dispositif "Innov'action", une sensibilisation aux pratiques agricoles innovantes.

Certaines légumes (salades) marchent mieux que d'autres (carottes)

Depuis le 9 juin et pendant un mois, 13 fermes d'Aquitaine aux pratiques nouvelles ouvrent leurs portes dans le cadre d'Innov'Action, un dispositif lancé par les Chambres d'Agriculture. L'objectif : éclairer sur les nouvelles méthodes de travail des agriculteurs et les techniques de demain. Ce mardi 23 juin, c'était au tour du Lycée Agricole de Sainte-Livrade-sur-Lot, en Lot-et-Garonne, d'ouvrir les portes d'une serre d'un nouveau genre : au dessus des semences bio, des panneaux photovoltaïques ! Xavier Canal, directeur de l'exploitation, nous en dévoile le potentiel... et les principaux obstacles.

Les poivrons sont un peu chiches, les carottes aussi, mais pour les salades ça va un peu mieux. Sur un petit hectare des serres du lycée agricole de Sainte-Livrade-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne, on trouve un prototype de serre un peu particulier : elle produit du bio et les plants sont alimentés en énergie grâce à un toit de panneaux photovoltaïques. Salades, persil, et plus récemment blettes et poivrons, c'est un mini-champ d'expérimentation avec une part pédagogique qui est testé dans l'établissement depuis 2013 (la commande du projet a été passée en 2009).

Cécile Delamarre, conseillère en cultures légumières à la Chambre d'Agriculture du Lot-et-Garonne, confie : "On manque encore d'acquis pour pouvoir lancer des productions à grande échelle à partir de ces techniques. C'est un nouvel outil, il y a donc tout un travail de calendrier de production à faire pour arriver à en tirer une rentabilité suffisante", explique-t-elle. Le but évident est aussi de produire de l'électricité, que le constructeur de la serre exploite, ce qui représente sur le papier un double avantage : faire pousser des légumes et générer de l'électricité. 

Des obstacles naturels La serre, installée par le groupe Fonroche (spécialiste de l'énergie) aurait coûté la bagatelle de trois à quatre millions d'euros. Mais point positif : l'établissement n'a payé que l'installation de l'arrosage en aspiration et goutte à goutte, soit 30 000 euros l'hectare. Paradoxalement, le principal défaut constaté sur les cultures est... le manque de lumière, qui fait grimper les plantes sans faire pousser les légumes. Xavier Canal, directeur de l'exploitation, dresse un état des lieux : "Il y a des choses qui ont marché comme le persil, les épinards, la salade. La faille, c'est qu'on sait faire du bio sous serre, mais sous serre photovoltaïque, on est encore dans l'inconnu", avoue-t-il. "Techniquement et économiquement, on part un peu à l'aventure. en 2014, même en ayant fait 30 000 euros de chiffre d'affaire, on était en négatif".

Les carottes n'ont par exemple pas eu beaucoup de succès sous les panneaux : "elles étaient moches, difficile à récolter et on devait attendre un mois de plus avant la récolte". Si les salades étaient réussies, un autre problème attendait le directeur à l'arrivée : "même si on a vu que nos salades étaient appréciées par le consommateur, paradoxalement elles sont très difficiles à mettre sur le marché. D'abord parce qu'elles ont tendance à s'effeuiller plus vite, ensuite parce qu'elles sont trop grosses : ça pose un souci de logistique".

Un pari risqué ?Autre charge pour l'exploitant : la main d'oeuvre, puisque sept permanents font tourner la serre, plus une dizaine de stagiaires entre 18 et 50 ans, essentiellement des adultes en réinsertion sociale. Mais malgré ces quelques échecs, le gérant reste optimiste. "Le but d'une démarche comme celle là dans un lycée agricole, c'est d'être les premiers, d'essayer de prendre des risques qu'on producteur ne peut pas se permettre aujourd'hui. On fait le pari sur des cultures que l'on ne maîtrise pas".

Le calendrier de production, lui aussi, change en permanence : en 2014, on plantait début octobre pour une première récolte en janvier-février, et une fin de récolte en juillet. Pour 2015, la plantation s'est faite au début du printemps et aujourd'hui, à part quelques blettes et des poivrons naissants, il ne reste plus grand chose à ramasser. "Notre but maintenant, c'est de trouver des espèces plus adaptées à la culture sous serre photovoltaïque. Nos panneaux datant de 2010, ils sont également un peu obsolètes. Le premier qui arrivera à faire un panneau adapté pourra redynamiser ce type de projet".

Pour l'instant, les poivrons sont en phase de test...

Une tendance qui s'accélère ? Pour l'instant, Xavier ne se ferme à aucune exploitation possible : pourquoi pas une future production animale avec des volailles ? "Il faut réinventer des produits et la démarche de production qui va avec, chercher comment éviter le gaspillage des terres agricoles. C'est un pari compliqué, surtout parce qu'aujourd'hui, les centres d'expérimentations ne s'intéressent pas ou peu au photovoltaïque". Le parc, en effet, est plutôt restreint : on en compterait environ 6 en Aquitaine et moins d'une vingtaine au niveau national (le reste étant notamment situé dans l'Hérault et la région PACA). Pour preuve : lors des journées "serres ouvertes" ce mardi, il n'y avait pas foule pour s'intéresser au projet.

Mais Xavier Canal l'assure : "certains producteurs me sollicitent pour tester la viabilité du projet, une dizaine est déjà venue voir la serre". A son échelle, l'établissement tente d'apporter une réponse novatrice à l'exploitation agricole. D'autres se sont lancés dans un pari bien plus risqué encore : à Villasavary (Languedoc-Roussilon), deux agriculteurs ont installé trois serres sur une surface de onze hectares, pour une production d'électricité totale de trois mégawatts (soit la puissance de sortie d'une locomotive diesel). Coût de l'installation : 15 millions d'euros ! 

L'info en plus : pour voir l'intégralité du programme d'Innov'action et les portes ouvertes près de chez vous, c'est par ici

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8653
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr