Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billetterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Innov'action: la collectivité fait la force pour réduire les intrants grâce au desherbinage

20/07/2015 | Franck Bellocq, agriculteur sur 52ha à Estibeaux depuis 2010, connaît désormais, grâce à sa CUMA, les joies mi-chimiques, mi-mécaniques du désherbinage.

1

Au côté de 7 autres agriculteurs, le landais Franck Bellocq a choisi d'adhérer à la CUMA Miesposa. Plus qu'une CUMA, elle est dans les faits, une véritable « banque de travail » via laquelle, les agriculteurs adhérents gèrent les 8 exploitations individuelles comme une seule, « que ce soit sur la répartition des travaux annuels ou la réalisation de commandes groupées ». Une gestion collective qui a ainsi permis l'évolution des pratiques de désherbage par l'investissement de la CUMA dans une désherbineuse, qui fait le bonheur de l'agriculteur tant sur son efficacité que sur la diminution des coûts liés aux intrants. Une action collective mise en avant dans le cadre des opérations Innov'action dans les Landes.

En raison d’une nature de sol spécifique (argilolimoneux), de reliefs marqués et d’une pluviométrie relativement élevée, les agriculteurs du Sud Adour pratiquent traditionnellement peu le binage mécanique. Pourtant, constatant la résistance de certaines adventices, telles que le datura, au désherbage chimique, Franck Bellocq et quelques autres de ses collègues de la CUMA, ont soumis à la réflexion du groupe la suggestion d’une évolution des pratiques de désherbage, « d’autant que l’an dernier, on s’est aperçu en testant l’efficacité des produits phytos, qu’à 75 % de la dose homologuée, ils étaient aussi efficaces qu’à pleine dose... et même à 50 % ce n’est pas si mal... ». Alors tenter de marier binage à un traitement chimique moins important, pourquoi pas ? Une idée qui a convaincu l’ensemble des adhérents de la CUMA.

Diminuer de 25 % la doseAprès de longues recherches avoue-t-il, la CUMA a trouvé, la perle rare et tant cherchée : une bineuse d’occasion à 6 rangs à 7500 € (les 25 000 € minimums pour une bineuse neuve étant hors de portée pour les 8 adhérents de la CUMA) avec guidage par caméra, désherbage mécanique sur l’inter rang, désherbage chimique sur le rang et protection des plants. « Cela représente, en coût à l’hectare, 7 euros de charge fixe, et grâce au desherbinage, nous avons diminuer de 25 % la dose de produit phyto sur l’interrang. Et on n’exclut pas de la diminuer encore un peu plus... » Mais outre la satisfaction, en soi, d’utiliser moins de produit chimique pour sa santé et celle des autres, c’est bien aussi une économie directe en terme de coût pour les agriculteurs. « Sur les produits phytos, nous sommes passés d’une moyenne de 79 €/ha à environ 34 €/ha ».
A cela, d’autres avantages se font jour pour le désherbinage : « ouvrir la terre par le binage, a un effet booster pour le maïs et nous n’avons plus ces problèmes de résistance de certaines adventices. Et, en plus, on est plus souvent au champ, en contact avec la nature et nos cultures » En bref, même si cela rajoute bel et bien une charge de travail, et reste tout de même très influencé par les conditions météorologiques, Franck Bellock se dit satisfait et sans regret quant à cette initiative collective qu’il n’aurait pas imaginé pouvoir mettre sur pied tout seul.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : 4111111111111111

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8571
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr