Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Innovation agricole : tendances néo-aquitaines

21/10/2019 | Le Sitevi, Salon International des équipementiers agricoles, se déroulera fin novembre à Montpellier. Parmi les primés de son concours innovation, quelques exemples sont locaux ou testés en région.

Sitevi 2019

Du 26 au 28 novembre prochains, le Parc des Expositions de Montpellier accueillera l'édition 2019 du Sitevi, le Salon international des équipements et savoir-faire pour les productions vigne-vin, olive, fruits et légumes. Ce salon international (65 pays représentés) va, comme chaque année, décerner des récompenses autour des Sitevi Innovation Awards. Sur les 77 dossiers reçus, 19 ont été récompensés (par deux médailles d'or, cinq médailles d'argent et douze médailles de bronze). Parmi ces innovations, plusieurs sont originaires de la région Nouvelle-Aquitaine ou expérimentées sur le terrain. Focus sur trois d'entre elles.

"Il se dégage de ces innovations trois tendances. Plus de la moitié des dossiers sont des innovations numériques : pilotage des machines, outils d'aide à la décision, robotisation des équipements fixes... La deuxième tendance, c'est les alternatives ou la réduction de l'utilisation des intrants chimiques. Enfin, la différenciation commerciale est elle aussi majeure, à la fois pour positionner des produits existants ou conquérir de nouveaux marchés" a ainsi souligné Gilbert Grenier, professeur d’automatique et génie des équipements à Bordeaux Sciences agro, lors d'une présentation localisée du salon montpelliérain. Si le français Sun'Agri et l'italien New Holland Agriculture (pour, respectivement, une solution d'agrivoltaïsme dynamique et une "polyvalence à la demande" pour machine à vendanger) raflent les deux médailles d'or des Sitevi Innovation Awards cette année, comme pour mieux souligner cette tendance, quelques régionaux de l'étape se cachent encore dans le reste du palmarès.

Des tracteurs toujours plus autonomes

C'est le cas pour le groupe SDF (SAME Deutz-Fahr), troisième plus important constructeur de tracteurs au monde. L'antenne française de la multinationale est basée à Châteaubernard, près de Cognac en Charente. Et cette année, elle repart avec une médaille de bronze pour le "Frutteto CVT Activesteer". Derrière ce nom un brin barbare se cache un tracteur spécialement adapté aux vignerons avec un système de direction adapté aux quatres roues. Nicolas Bedrune, responsable chez SDF France, donne quelques précisions sur "l'aboutissement d'un projet qui a nécessité plus de vingt ans de recherche et développement". En plus d'une transmission à variation continue (une boîte de vitesse automatique, pour faire simple), c'est surtout sur son système de braquage des quatre roues en simultané que la machine se distingue. "On va vouloir amener à nos viticulteurs plus de rentabilité : elle passe par le confort et la rapidité. Le confort, c'est la variation continue, les suspensions, et l'homologation de la cabine en termes de filtration qui protège le chauffeur de la diffusion des produits phytosanitaires. L'Active Steer, lui, permet un gain de temps dans les virages : le fait de braquer le tracteur sur les quatre roues va permettre de réduire de 28% le rayon de braquage, donnée importante dans les vignes où l'espace entre chaque rang est de 1,60 m. C'est un système géré électroniquement avec quatre modes de conduite (dont le mode "crabe" pour protéger les cultures et éviter le tassement des sols". Le tracteur est également équipé d'un tableau de bord tactile. Autrement dit, les fonctions de la machine tendent de plus en plus vers l'automatisation. "Le chauffeur contrôle les opérations, le tracteur devance quasiment ses attentes".

Ce tracteur, qui adapte le nombre d'équipements embarqués et le prix pratiqué en fonction de la demande des professionnels, pose aussi la question de l'automatisation complète du travail dans les vignes, dans un secteur en tension et en constante recherche de tractoristes (on estime entre 4 et 5000 la demande d'emplois non-pourvus rien que pour le vignoble bordelais). Demain, les tracteurs se conduiront-ils tous seuls ? "Il y a une tendance qui va vers cette robotisation, ça c'est clair", affirme Nicolas Bedrune. Des propos confirmés par les dernières innovations présentées par l'équipementier John Deer au Fira (Forum international de la robotique agricole) en décembre 2018. "Technologiquement, on pourra y arriver un jour. La législation stoppera ou ralentira peut-être le mouvement. En bureau d'études, on a de tout dont certaines choses ne sortiront jamais mais nos tracteurs sont déjà assez robotisés aujourd'hui. Actuellement, on est en train de travailler sur le guidage pour les vignerons, c'est une forme de robotisation…". Le contexte est en tout cas favorable et la demande en nouveaux équipements forte : sur les premiers mois de l'année 2019, la production de matériel de travail du sol (dont la France est le premier importateur mondial) a représenté 1,3 milliard d'euros en 2017. Le marché de l'équipement français pourrait même atteindre un niveau record en 2019. Celui des tracteurs étroits réservés à la vigne, en revanche, a connu une forte baisse d'activité en 2018 selon les données Axema : -27,5%. À charge donc pour la dernière innovation d'SDF de se démarquer après la récente vente actée de son premier tracteur "Active Steer". Il a gagné le prix de la "machine de l'année" au dernier SIMA (Salon International du Machinisme Agricole).

Un processus de vinification toujours plus contrôlé

La deuxième innovation locale est encore plus spécifique aux vignerons, destinée aux les producteurs de vins blanc et rosé. Elle a été imaginée par l'entreprise Michael Paetzold (concepteur et constructeur de solutions oenotechnologiques) dont le siège est basé à Cadaujac, en Gironde, et a reçu elle aussi une médaille de bronze. Il s'agit d'une "unité d'oxydation contrôlée des moûts". Comme ce n'est pas beaucoup plus clair, on a demandé à Jean-Sébastien Laronche, responsable produit, de nous éclairer sur cette unité mobile capable de lutter contre le phénomène de vieillissement prématuré des vins blancs et rosé en bouteille.

"Le vieillissement prématuré conduit à une perte aromatique et une perte de fraîcheur, en plus d'une modification de la couleur. C'est un phénomène en augmentation qui vient en partie de la modification des pratiques œnologiques : on préserve totalement les vins de l'oxygène depuis qu'on récolte le raisin jusqu'à la mise en bouteille. C'est dû aussi au changement climatique et à une récolte plus tanique aux degrés plus élevés. La capacité d'un vin à bien vieillir est très importante pour le viticulteur. Pour se prémunir de cette problématique, on va souvent ajouter de la colle contenant des intrants chimiques pas très spécifiques dont la dose a besoin d'être contrôlée si on ne veut pas altérer le vin. On utilise aussi parfois la "recette maison" en aérant les cuves, mais cette opération n'est pas répétable d'une cuve et d'une récolte à une autre. L'hyper-oxygénation peut être intéressante pour les fins de presse mais pas pour l'ensemble du moût et va créer un vin plus standard. C'est, en gros, une bombe à retardement".

Comment l'entreprise girondine compte-t-elle changer ces pratiques et aller vers un contrôle accru du processus d'oxygénation ? Avec une machine qui va "apporter une juste dose d'oxygène au départ dans le moût, ce qui permettra d'en augmenter la stabilité, d'enlever les polyphénols et de garder la typicité des vins. C'est le viticulteur qui a la main sur le curseur, mais l'objectif est bien de ne plus retrouver ces polyphénols sensibles à l'oxygène, responsable du vieillissement prématuré, à l'intérieur de la bouteille". Indirectement, ce processus qui s'effectue par un outil "compact et mobile" permet aussi de diminuer les doses de sulfites et de limiter les intrants. "Lors de nos processus de tests, on a effectué une trentaine d'essais dans des labos et des chais. Pour une opération qui dure entre 30 minutes et deux heures, on a constaté qu'après traitement, le polyphénol avait été retiré et les doses de sulfites réduites". Une technique qui répond, évidemment, à une demande commerciale de plus en plus forte (et encore un peu floue) des "vins naturels"

Une irrigation de précision

Le dernier exemple est sans doute le plus politique et stratégique de tous : l'utilisation de l'eau dans l'agriculture. En Nouvelle-Aquitaine, les mesures de restriction s'enchaînent, les responsables publics alertent sur la nécessité de préserver la ressource, les comités locaux s'inquiètent et les complications juridiques chassent dans la même cour que les malaises politiques. Et la pression est forte : en mai dernier par exemple, le tribunal administratif de Poitiers a annulé deux arrêtés préfectoraux (pris en 2016 et 2017) règlementant les prélèvements en eau en ex-Poitou-Charentes. "Pour l'irrigation, il y a une incompréhension entre les agriculteurs et la population", abonde Gilbert Grenier."Il faut continuer à avoir des cultures pour éviter la désertification des sols, les incendies de forêt et la disparition de l'agriculture. L'irrigation est aussi un moyen de climatiser des secteurs entiers et de protéger l'activité agricole mais aussi les zones urbaines en faisant baisser la température. Il ne s'agit pas nécessairement de puiser dans des nappes, mais il va falloir créer des ressources ou faire de nouveaux barrages". L'agriculture tend de plus en plus vers le "raisonné", l'irrigation suit-elle le mouvement ?

C'est en tout cas dans ce couloir assez large que s'est immiscée l'entreprise TCSD originaire de Montauban, depuis 2012. Elle suit, grâce à des stations connectées, l'état hydrique des sols en temps réel et récolte des données permettant de calculer l'ETP (ÉvapoTranspiration Potentielle) l'état hydrique, la pluviométrie et utilise la dendrométrie pour mesurer le flux de sève circulant dans le végétal, et donc son "ressenti" face à l'irrigation mise en place par l'agriculteur. Ça permet d'éviter les risques de sécheresse au niveau du sol et l'asphyxie par le trop-plein d'irrigation", affirme Michel Contardo, directeur de TCSD. "En gros, on associe tous ces capteurs sur une seule plateforme et on calcule de manière automatique les apports en eau à faire. S'il y a une décroissance du végétal, on est capable de déterminer d'où ça vient". TCSD veut aller plus loin, elle est déjà au travail sur un "outil plus simple qui sortira en 2020 et qui se présentera sous la forme de drapeaux. S'il est rouge, on ne peut rien faire car la décroissance du végétal sera due à la variation de températures ou au vent. S'il est orange, c'est qu'il n'y aura pas assez d'eau ou qu'il y en aura trop. S'il est vert, la croissance sera normale. On a aujourd'hui plus de 120 systèmes connectés au pilotage des vannes dans les champs mais sur concernant les intrants et la fertilisation, on s'est aperçus que les stations étaient mises un peu n'importe-où. Avec une radiographie du sol, on peut mesurer la productivité des parcelles pour mieux implanter les stations par rapport à l'homogénéité du terrain. On est en train d'amener dans l'arboriculture et dans la viticulture les outils qu'on a dans les grandes cultures". 

Cette agriculture de plus en plus connectée à des capteurs, selon Michel Contardo, trouve avant tout son utilité dans la transparence. "Dans les Deux-Sèvres, sur la Charente et jusqu'au Nord de la région, peu de gens savent les ressources qu'ils récupèrent l'hiver au niveau des vergers. On voit arriver une nouvelle génération d'agriculteurs déjà connectés et qui vont vers la simplicité et la transparence. On s'aperçoit que la transparence vis-à-vis des pouvoirs politiques va nous ouvrir la possibilité d'avoir des forages ou des retenues d'eau. On l'a vécue chez nous avec le barrage de Sivens : sur toute la vallée, seuls deux agriculteurs étaient réellement connectés. Mesurer les consommations et l'efficience d'eau permet de montrer qu'il y a une économie de la ressource et qu'on ne fait pas n'importe quoi", continue-t-il.

Avec des effets concrets ? Oui, à en croire le spécialiste. "En moyenne, un agriculteur qui est équipé réalise la première année 30% d'apport d'eau en moins. On ne veut pas vendre notre système comme une "économie d'eau", c'est un peu facile à dire parce que si l'année d'après il fait très chaud, les données changent. En Charente, on a mis en place chez des agriculteurs en grande culture des mesures de l'état hydrique des sols. On a ensuite équipé toutes les bornes d'irrigation de compteur et on a été mettre des piézomètres sur les nappes phréatiques. Ce qu'on a vu, c'est que l'eau était là, qu'elle se déplaçait. Ces informations sont récoltées à l'instant T, ce qu'on avait pas avant. Le maillage de toutes ces informations nous permet de prendre des décisions plus fines. L'agriculture va devenir un domaine de précision. Lors des fortes chaleurs de cet été, on a mesuré que l'aspersion en pleine journée, dans le kiwi ou la pomme, va faire baisser la température et permettre au végétal de continuer sa croissance. On a vu des gens irriguer en plein après-midi à plus de 33 degrés, ce qui ne servait à rien… L'irrigation est aussi une façon de gérer localement un microclimat, et permettre de la mesurer augmente son efficience".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
12976
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque

Le vignoble Les Hauts de Talmont, en biodynamie depuis 2011, le long de l'estuaire de la Gironde Agriculture | 04/11/2020

Mois de la Bio : la conversion a le vent en poupe

La variété hybride Marigoule est particulièrement sensible aux attaques de cynips. Agriculture | 28/10/2020

Haute-Vienne : Les producteurs de marrons châtaignes alertent le préfet

Baptiste Carrère producteur de canards à Malaussanne (64), a pris la présidence de Bienvenue à la Ferme 64 Agriculture | 27/10/2020

Bienvenue à la ferme 64 : des projets florissants malgré le contexte

Illustration installation - transmission en maraîchage Agriculture | 23/10/2020

Transmission agricole : Safer, collectivités et chambre d'agriculture 64 alliées au plus proche du terrain

Une partie du coteau bordant les vignes de Pierre Tourré s'est effondrée suites à la pluie du 11 mai Agriculture | 21/10/2020

Les pluies du mois de mai mettent en danger des vignerons de Loupiac

La famille Massé, installée à Rouillac, fait partie des 150 exploitations certifiées par l’interprofession Agriculture | 15/10/2020

Charente : vers un cognac 100% durable en 2030

Roland de Lary, directeur du CRPF Agriculture | 05/10/2020

Filière bois : trois questions à Roland de Lary, directeur du Centre Régional de la Propriété Forestière

Danièle Marcon, présidente de la section tomate de l'AIFLG Agriculture | 04/10/2020

L'IGP, une urgence pour la survie pour la Tomate de Marmande

Marché de producteurs Agriculture | 02/10/2020

Les circuits courts au menu du 6ème Agrinovembre

Bernard Layre, Présidnt de la Chmabre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques et Eric Spitz Préfet du département Agriculture | 01/10/2020

Un nouveau tournant vers la transition environnementale pour l'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Le Palso est une association représentant les acteurs de la filère palmipède du grand Sud-Ouest Agriculture | 30/09/2020

Un vingtième anniversaire particulier pour l’IGP Foie Gras du Sud-Ouest