Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

16/04/19 : Emmanuel Macron au 20 heures ce 16 avril: "Je vous le dis ce soir avec force : nous sommes ce peuple de bâtisseurs. Nous avons tant à reconstruire. Nous rebâtirons Notre-Dame plus belle encore. Je veux que ce soit achevé d'ici cinq années"

16/04/19 : Patrick Bobet, président de Bordeaux métropole, frappé par la tragédie qui touche Paris et les français va demander au Conseil de métropole de participer, par le versement d’une subvention, à l’effort de reconstruction de la cathédrale Notre Dame.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

  • 19/04/19 | Bordeaux : du mouvement à la MÉCA

    Lire

    La Maison de l'Économie Créative en Nouvelle-Aquitaine sera inaugurée le 28 juin prochain. En attendant cette échéance, le site béglais de l'ALCA (Agence Livre, Cinéma et Audiovisuel) Nouvelle-Aquitaine, s'installe à la MÉCA à partir de fin avril. Les équipes de l'ALCA - site de Bègles conservent leurs lignes téléphoniques le temps du déménagement. Les professionnels du livre et de l'audiovisuel pourront s'y rendre sur rendez-vous uniquement.

  • 19/04/19 | Pau : 10 ans de logement solidaire !

    Lire

    L'association paloise Presse Purée fête cette année son dixième anniversaire. Une décennie d'alternatives à la crise du logement des jeunes et de lutte contre l'isolement des personnes âgées. En effet, Presse Purée compose des "duos" ou "trios" de jeunes et de séniors. Ces derniers proposent un hébergement gratuit à des jeunes en échange de services du quotidien (acheter le pain, etc.) et d'une présence rassurante, notamment le soir. En dix ans, Presse Purée a accompagné 350 personnes.

  • 19/04/19 | Le Tour de France des Hôpitaux en Charente-Maritime

    Lire

    Les hôpitaux de La Rochelle et Rochefort seront mis à l'honneur. Dans le cadre du "Tour de France des Hôpitaux" lancé par la promotion Albert Camus de l'École de Directeur ou directrice d'Hôpital, les centre hospitaliers de Rochefort et La Rochelle-Ré-Aunis sont mis en vidéo par des étudiants stagiaires. Ces clips de 140 secondes font partie d'un documentaire réalisé à partir des différents tournages, dévoilé à la fin du Tour de France des Hôpitaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Vente, portage, bail ou FIFIA : une installation comme un puzzle réussi !

28/02/2017 | En s'installant sur 90 ha à Retjons dans les Landes, fin 2015, Rémi Laffargue a renoué avec la tradition familiale de l'agriculture.

Rémi Laffargue s'est installé sur 90ha à Retjons. Pour lui, la réalisation d'un rêve de longue date.

Si ses parents n'ont pas fait le choix de l'agriculture, Rémi Laffargue n'a, en ce qui le concerne, jamais eu envie d'autre chose. « L'agriculture j'y suis dedans depuis tout petit. Mes grand-parents étaient agriculteurs, mon oncle et mon cousin le sont. Tous à Retjons ». Mais, avoir l'agriculture dans le sang, ne suffit pas pour en avoir le foncier. C'est donc avec un statut de hors cadre familial que Rémi a réalisé son rêve d'installation agricole, dans sa commune, sur près de 90 ha. Une installation, entre achat de foncier, portage Safer ou encore bail communal, qui dessine un « puzzle » presque complet des dispositifs d'accompagnement à l'installation.

A Retjons, depuis 2015, Rémi Laffargue produit du maïs, et des légumes: maïs doux, haricots verts, petit pois, carottes, ainsi qu'un peu de semence de tournesol et de maïs. « Bien sûr il y a toujours un peu de stress à se lancer en agriculture. Mais j'en suis déjà à la troisième campagne, et ça se passe plutôt bien ». Il le reconnaît tout aussi volontiers, pour son installation il a eu « la totale » en matière d'accompagnement. Lorsque Bruno Lacrampe, Directeur de la SAFER des Landes, détaille les 90 ha repris par le jeune homme du haut de ses 28 ans, c'est un catalogue de dispositifs qui se déroule : «  30 ha ont été achetés via la Safer, 10 ha font l'objet d'un portage Safer en partenariat avec la Région, 15 ha sont en bail avec le cédant, et 35 ha entrent dans le cadre d'un bail communal. » Ajoutée à cela, l'exploitation cédée inscrite au Répertoire Départ Installation (RDI) auprès de la Chambre d'agriculture des Landes, et le dossier d'installation de Rémi Laffargue, qui a par ailleurs, bénéficié de la Dotation Jeune Agriculteur, a tout du cas d'école.

L'accompagnement du cédant par la Chambre d'agriculture
Sur l'inscription de l'exploitation au RDI, Philippe Lavaud, responsable installation formation à la Chambre d'agriculture des Landes, se rappelle que c'est à l'initiative de Philippe Laborde, le cédant, que la démarche a été lancée. « Il a souhaité nous rencontrer fin 2013, car il n'avait pas de repreneur formel. Il voulait prendre sa retraite fin 2014 et voulait céder la quasi totalité de son exploitation pour l'installation d'un jeune. Le RDI, recense tous les cédants ayant des exploitations disponibles et en recherche de repreneurs, et permet la mise en contact avec des candidats à l'installation. » Dans le cas de Philippe Laborde et Rémi Laffargue, entre lesquels des contacts avaient eu lieu car issus du même village, l'inscription au RDI a ainsi permis un accompagnement du cédant par la Chambre d'agriculture tout au long processus. Le jeune agriculteur, étant lui-même suivi par le Point Accueil Installation Transmission, pour se lancer dans le « parcours jeune agriculteur », obligatoire pour l'obtention de la Dotation Jeune Agriculteur, dont il a pu bénéficier à hauteur de 22 000 €, parcours scolaire et professionnel agricoles à l'appui.

Au-delà de ces premiers soutiens sur la construction du projet, Rémi Laffargue a aussi bénéficié de l'expertise de la SAFER sur les aspects fonciers. En effet, entre la terre et le matériel d'irrigation et du travail du sol, il s'agissait de mobiliser un capital important. Pour faciliter l'installation, c'est un éventail d'outils qui a été déployé : un bail avec le cédant sur 15 ha, l'achat via la SAFER pour 30 ha et le portage foncier sur les 10 ha restant. Le jeune installé le reconnaît, « le mécanisme de portage Safer que m'a proposé Bruno Lacrampe lorsque nous nous sommes rencontrés, a été un soulagement financier au départ.».

Une partie du foncier sur lesquel Rémi Laffrague s'est installé

Du portage au FIFIA, les "bonnes idées" de la SAFER

Concrètement, sur le portage (dispositif réservé aux jeunes agriculteurs), la SAFER a elle-même acheté 10 ha au cédant. 10 ha, sur lesquels Rémi Laffargue paie désormais un loyer à la SAFER, dans le but de racheter les terres au bout de 5 ou 10 ans, déduction faite des loyers déjà payés. Quant aux intérêts du pret contracté par la Safer, c'est la Région qui les endosse.
Autre « bonne idée de Bruno Lacrampe », selon l'expression de l'agriculteur : « dans l'acte notarié, il a pensé à dessiner des servitudes sur une parcelle conservée par M. Laborde pour la culture d'asperges de son épouse ». Le directeur confirme, « les réseaux d'irrigation, notamment, passent chez le propriétaire vendeur. Avec les servitudes, on évite tout problème futur. Une précaution qui entre dans le rôle de la Safer autant que le suivi des actes notariés ou encore la réalisation du portage en relation avec la Région ».
Enfin, pour compléter le panel des dispositifs mobilisés autour de cette installation, Rémi Laffargue a aussi bénéficié du FIFIA. Ce fonds constitué par la Safer Aquitaine Atlantique, prend en charge tout ou partie des frais d’actes pour les jeunes agriculteurs achetant leur foncier via la Safer. Une aide dont il a touché le plafond : 3000 €.

Mais son installation, Rémi la doit aussi à la commune de Retjons qui encourage les jeunes de la commune à s'installer sur le village, en leur louant des friches dans la continuité des exploitations. « Une manière de les encourager à rester et à s'investir dans le village ». Comme son oncle et son cousin avant lui, Rémi n'a pas fait exception, près de 40 ha lui sont ainsi loués. « Ce sont des baux de carrière. On en bénéficie toute notre vie professionnelle, mais le foncier reste à la commune. » Une manière de maintenir une ruralité vivante, et de faire des heureux. C'est le cas de Rémi Laffargue : « je fais le métier que j'ai toujours voulu faire, et dans la commune où je le souhaitais : à Retjons, le berceau familial ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6132
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr