aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

28/04/17 : Dans le cadre du «Mai de la Photo», le Musée de Gajac de Villeneuve/Lot met à l'honneur le photographe d’après-guerre, Jean Dieuzaide. Artisan, globe-trotter et publicitaire, il explora divers domaines de la photo et fut primé de nombreuses fois.

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/04/17 | Le conseiller régional Christophe Cathus délégué aux liaisons routières

    Lire

    Le Conseiller régional bergeracois Christophe Cathus devient délégué aux liaisons routières régionales. Les priorités de cette délégation sont ainsi données au maintien d'une qualité de service public répondant aux besoins des usagers, à la poursuite et à l'harmonisation de l'intervention publique régionale mais aussi à l'élaboration d'une convention Ter unique au 1er janvier 2019 et à celle du schéma régional de l'Intermodalité.

  • 29/04/17 | Le maire de Périgueux en appelle aux bénévoles pour le 2e tour

    Lire

    Compte tenu des déclarations faites par les partis traditionnels dont le candidat n’est pas présent au second tour, les sympathisants qui endossent habituellement le rôle d’assesseurs et de scrutateurs ne participeront pas à la tenue des bureaux de vote. Le maire de Périgueux lance un appel à tout électeur de la commune qui voudrait bien assurer cette mission le 7 mai dans l’un des 20 bureaux. Les électeurs tentés par cette expérience sont invités à se faire connaître avant le 3 mai au 05.53.02.82.40.

  • 29/04/17 | Le PS de Dordogne appelle à voter Macron

    Lire

    La Fédération de la Dordogne du Parti Socialiste rappelle " avec gravité que l’abstention et le vote blanc ou nul n’auront d’autre conséquence que d’aggraver le score de la candidate de l’extrême-droite, voire de la porter au pouvoir. Au-delà des divergences existant vis-à-vis du projet porté par le candidat d' "En Marche", il n’y a d’autre attitude responsable que de faire barrage au Front National. C’est pourquoi le PS de la Dordogne appelle sans réserve les Périgourdins à se mobiliser le 7 mai contre la candidate du F.N en votant massivement pour Emmanuel Macron.

  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Vente, portage, bail ou FIFIA : une installation comme un puzzle réussi !

28/02/2017 | En s'installant sur 90 ha à Retjons dans les Landes, fin 2015, Rémi Laffargue a renoué avec la tradition familiale de l'agriculture.

Rémi Laffargue s'est installé sur 90ha à Retjons. Pour lui, la réalisation d'un rêve de longue date.

Si ses parents n'ont pas fait le choix de l'agriculture, Rémi Laffargue n'a, en ce qui le concerne, jamais eu envie d'autre chose. « L'agriculture j'y suis dedans depuis tout petit. Mes grand-parents étaient agriculteurs, mon oncle et mon cousin le sont. Tous à Retjons ». Mais, avoir l'agriculture dans le sang, ne suffit pas pour en avoir le foncier. C'est donc avec un statut de hors cadre familial que Rémi a réalisé son rêve d'installation agricole, dans sa commune, sur près de 90 ha. Une installation, entre achat de foncier, portage Safer ou encore bail communal, qui dessine un « puzzle » presque complet des dispositifs d'accompagnement à l'installation.

A Retjons, depuis 2015, Rémi Laffargue produit du maïs, et des légumes: maïs doux, haricots verts, petit pois, carottes, ainsi qu'un peu de semence de tournesol et de maïs. « Bien sûr il y a toujours un peu de stress à se lancer en agriculture. Mais j'en suis déjà à la troisième campagne, et ça se passe plutôt bien ». Il le reconnaît tout aussi volontiers, pour son installation il a eu « la totale » en matière d'accompagnement. Lorsque Bruno Lacrampe, Directeur de la SAFER des Landes, détaille les 90 ha repris par le jeune homme du haut de ses 28 ans, c'est un catalogue de dispositifs qui se déroule : «  30 ha ont été achetés via la Safer, 10 ha font l'objet d'un portage Safer en partenariat avec la Région, 15 ha sont en bail avec le cédant, et 35 ha entrent dans le cadre d'un bail communal. » Ajoutée à cela, l'exploitation cédée inscrite au Répertoire Départ Installation (RDI) auprès de la Chambre d'agriculture des Landes, et le dossier d'installation de Rémi Laffargue, qui a par ailleurs, bénéficié de la Dotation Jeune Agriculteur, a tout du cas d'école.

L'accompagnement du cédant par la Chambre d'agriculture
Sur l'inscription de l'exploitation au RDI, Philippe Lavaud, responsable installation formation à la Chambre d'agriculture des Landes, se rappelle que c'est à l'initiative de Philippe Laborde, le cédant, que la démarche a été lancée. « Il a souhaité nous rencontrer fin 2013, car il n'avait pas de repreneur formel. Il voulait prendre sa retraite fin 2014 et voulait céder la quasi totalité de son exploitation pour l'installation d'un jeune. Le RDI, recense tous les cédants ayant des exploitations disponibles et en recherche de repreneurs, et permet la mise en contact avec des candidats à l'installation. » Dans le cas de Philippe Laborde et Rémi Laffargue, entre lesquels des contacts avaient eu lieu car issus du même village, l'inscription au RDI a ainsi permis un accompagnement du cédant par la Chambre d'agriculture tout au long processus. Le jeune agriculteur, étant lui-même suivi par le Point Accueil Installation Transmission, pour se lancer dans le « parcours jeune agriculteur », obligatoire pour l'obtention de la Dotation Jeune Agriculteur, dont il a pu bénéficier à hauteur de 22 000 €, parcours scolaire et professionnel agricoles à l'appui.

Au-delà de ces premiers soutiens sur la construction du projet, Rémi Laffargue a aussi bénéficié de l'expertise de la SAFER sur les aspects fonciers. En effet, entre la terre et le matériel d'irrigation et du travail du sol, il s'agissait de mobiliser un capital important. Pour faciliter l'installation, c'est un éventail d'outils qui a été déployé : un bail avec le cédant sur 15 ha, l'achat via la SAFER pour 30 ha et le portage foncier sur les 10 ha restant. Le jeune installé le reconnaît, « le mécanisme de portage Safer que m'a proposé Bruno Lacrampe lorsque nous nous sommes rencontrés, a été un soulagement financier au départ.».

Une partie du foncier sur lesquel Rémi Laffrague s'est installé

Du portage au FIFIA, les "bonnes idées" de la SAFER

Concrètement, sur le portage (dispositif réservé aux jeunes agriculteurs), la SAFER a elle-même acheté 10 ha au cédant. 10 ha, sur lesquels Rémi Laffargue paie désormais un loyer à la SAFER, dans le but de racheter les terres au bout de 5 ou 10 ans, déduction faite des loyers déjà payés. Quant aux intérêts du pret contracté par la Safer, c'est la Région qui les endosse.
Autre « bonne idée de Bruno Lacrampe », selon l'expression de l'agriculteur : « dans l'acte notarié, il a pensé à dessiner des servitudes sur une parcelle conservée par M. Laborde pour la culture d'asperges de son épouse ». Le directeur confirme, « les réseaux d'irrigation, notamment, passent chez le propriétaire vendeur. Avec les servitudes, on évite tout problème futur. Une précaution qui entre dans le rôle de la Safer autant que le suivi des actes notariés ou encore la réalisation du portage en relation avec la Région ».
Enfin, pour compléter le panel des dispositifs mobilisés autour de cette installation, Rémi Laffargue a aussi bénéficié du FIFIA. Ce fonds constitué par la Safer Aquitaine Atlantique, prend en charge tout ou partie des frais d’actes pour les jeunes agriculteurs achetant leur foncier via la Safer. Une aide dont il a touché le plafond : 3000 €.

Mais son installation, Rémi la doit aussi à la commune de Retjons qui encourage les jeunes de la commune à s'installer sur le village, en leur louant des friches dans la continuité des exploitations. « Une manière de les encourager à rester et à s'investir dans le village ». Comme son oncle et son cousin avant lui, Rémi n'a pas fait exception, près de 40 ha lui sont ainsi loués. « Ce sont des baux de carrière. On en bénéficie toute notre vie professionnelle, mais le foncier reste à la commune. » Une manière de maintenir une ruralité vivante, et de faire des heureux. C'est le cas de Rémi Laffargue : « je fais le métier que j'ai toujours voulu faire, et dans la commune où je le souhaitais : à Retjons, le berceau familial ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3962
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr