aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

26/03/17 : Dordogne : le nombre de demandeurs d'emplois sans aucune activité est en baisse au mois de février. 20 900 personnes sans activité sont inscrites à Pole emploi. Cette diminution concerne les moins de 25 ans (-1 %) et les plus de 50 ans (-1,4 %).

26/03/17 : Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, tiendra un meeting à Terrassion Lavilledieu, le lundi 3 avril. Il est le deuxième candidat à venir battre la campagne en Dordogne, après Jean-Luc Mélenchon.

26/03/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 56 720 à la fin février, soit +0,6% d'inscrits en un mois. En revanche, le nombre de demandeurs sans aucune activités (cat.A) a baissé de 5% ces douze derniers mois.

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/03/17 | " Les Républicains" veulent ester contre l'ex Poitou-Charentes

    Lire

    Au nom du groupe LR de la Région, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt, Olivier Chartier accompagnés de leurs conseils ont remis au président Alain Rousset un mémoire "aux fins d'engager des procédures judiciaires" eu égard à " la responsabilité de l’exécutif de l’ancienne région Poitou-Charentes ainsi que de toutes autres personnes responsables des graves irrégularités commises." Actions proposées: la saisine du procureur financier près la CRC et le dépôt d’une plainte auprès du procureur de la République en raison des conventions signées sans délégation de signature

  • 27/03/17 | Six représentants des candidats devant le MEF33

    Lire

    Ce sera ce 30 mars, salle Point du Jour-Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bordeaux (Bacalan) à 19h00. A l'invitation du Mouvement Européen et des Jeunes Européens de bordeaux 6 représentants de candidats présenteront les grandes lignes de leur programme européen et débattront ensuite entre eux et l'assistance. Il y aura là Yves d'Amécourt (LR), Tanguy Bernard (En Marche), Stéphane Saubusse (EELV), Alain Vergniault (UDI), Fabien Robert (Modem), Cyril Fonrose (PS) . L'actualité récente: Versailles, Livre Blanc de la Commission, Rome nourriront cet échange

  • 26/03/17 | Légère hausse du chômage en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté en Nouvelle-Aquitaine de +0,5% entre janvier et février, avec 500 470 inscrits, toutes catégories confondues, soit +1,1% en un an. La Gironde enregistre le plus grand nombre de chômeurs, avec 147 880 chômeurs, soit une hausse de +2,6% en un an. La Creuse enregistre le plus forte baisse d'inscriptions, avec -2,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé en Corrèze (-8%), Charente (-6,6%) et Charente-Maritime (-5%) en 12 mois.

  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Vente, portage, bail ou FIFIA : une installation comme un puzzle réussi !

28/02/2017 | En s'installant sur 90 ha à Retjons dans les Landes, fin 2015, Rémi Laffargue a renoué avec la tradition familiale de l'agriculture.

Rémi Laffargue s'est installé sur 90ha à Retjons. Pour lui, la réalisation d'un rêve de longue date.

Si ses parents n'ont pas fait le choix de l'agriculture, Rémi Laffargue n'a, en ce qui le concerne, jamais eu envie d'autre chose. « L'agriculture j'y suis dedans depuis tout petit. Mes grand-parents étaient agriculteurs, mon oncle et mon cousin le sont. Tous à Retjons ». Mais, avoir l'agriculture dans le sang, ne suffit pas pour en avoir le foncier. C'est donc avec un statut de hors cadre familial que Rémi a réalisé son rêve d'installation agricole, dans sa commune, sur près de 90 ha. Une installation, entre achat de foncier, portage Safer ou encore bail communal, qui dessine un « puzzle » presque complet des dispositifs d'accompagnement à l'installation.

A Retjons, depuis 2015, Rémi Laffargue produit du maïs, et des légumes: maïs doux, haricots verts, petit pois, carottes, ainsi qu'un peu de semence de tournesol et de maïs. « Bien sûr il y a toujours un peu de stress à se lancer en agriculture. Mais j'en suis déjà à la troisième campagne, et ça se passe plutôt bien ». Il le reconnaît tout aussi volontiers, pour son installation il a eu « la totale » en matière d'accompagnement. Lorsque Bruno Lacrampe, Directeur de la SAFER des Landes, détaille les 90 ha repris par le jeune homme du haut de ses 28 ans, c'est un catalogue de dispositifs qui se déroule : «  30 ha ont été achetés via la Safer, 10 ha font l'objet d'un portage Safer en partenariat avec la Région, 15 ha sont en bail avec le cédant, et 35 ha entrent dans le cadre d'un bail communal. » Ajoutée à cela, l'exploitation cédée inscrite au Répertoire Départ Installation (RDI) auprès de la Chambre d'agriculture des Landes, et le dossier d'installation de Rémi Laffargue, qui a par ailleurs, bénéficié de la Dotation Jeune Agriculteur, a tout du cas d'école.

L'accompagnement du cédant par la Chambre d'agriculture
Sur l'inscription de l'exploitation au RDI, Philippe Lavaud, responsable installation formation à la Chambre d'agriculture des Landes, se rappelle que c'est à l'initiative de Philippe Laborde, le cédant, que la démarche a été lancée. « Il a souhaité nous rencontrer fin 2013, car il n'avait pas de repreneur formel. Il voulait prendre sa retraite fin 2014 et voulait céder la quasi totalité de son exploitation pour l'installation d'un jeune. Le RDI, recense tous les cédants ayant des exploitations disponibles et en recherche de repreneurs, et permet la mise en contact avec des candidats à l'installation. » Dans le cas de Philippe Laborde et Rémi Laffargue, entre lesquels des contacts avaient eu lieu car issus du même village, l'inscription au RDI a ainsi permis un accompagnement du cédant par la Chambre d'agriculture tout au long processus. Le jeune agriculteur, étant lui-même suivi par le Point Accueil Installation Transmission, pour se lancer dans le « parcours jeune agriculteur », obligatoire pour l'obtention de la Dotation Jeune Agriculteur, dont il a pu bénéficier à hauteur de 22 000 €, parcours scolaire et professionnel agricoles à l'appui.

Au-delà de ces premiers soutiens sur la construction du projet, Rémi Laffargue a aussi bénéficié de l'expertise de la SAFER sur les aspects fonciers. En effet, entre la terre et le matériel d'irrigation et du travail du sol, il s'agissait de mobiliser un capital important. Pour faciliter l'installation, c'est un éventail d'outils qui a été déployé : un bail avec le cédant sur 15 ha, l'achat via la SAFER pour 30 ha et le portage foncier sur les 10 ha restant. Le jeune installé le reconnaît, « le mécanisme de portage Safer que m'a proposé Bruno Lacrampe lorsque nous nous sommes rencontrés, a été un soulagement financier au départ.».

Une partie du foncier sur lesquel Rémi Laffrague s'est installé

Du portage au FIFIA, les "bonnes idées" de la SAFER

Concrètement, sur le portage (dispositif réservé aux jeunes agriculteurs), la SAFER a elle-même acheté 10 ha au cédant. 10 ha, sur lesquels Rémi Laffargue paie désormais un loyer à la SAFER, dans le but de racheter les terres au bout de 5 ou 10 ans, déduction faite des loyers déjà payés. Quant aux intérêts du pret contracté par la Safer, c'est la Région qui les endosse.
Autre « bonne idée de Bruno Lacrampe », selon l'expression de l'agriculteur : « dans l'acte notarié, il a pensé à dessiner des servitudes sur une parcelle conservée par M. Laborde pour la culture d'asperges de son épouse ». Le directeur confirme, « les réseaux d'irrigation, notamment, passent chez le propriétaire vendeur. Avec les servitudes, on évite tout problème futur. Une précaution qui entre dans le rôle de la Safer autant que le suivi des actes notariés ou encore la réalisation du portage en relation avec la Région ».
Enfin, pour compléter le panel des dispositifs mobilisés autour de cette installation, Rémi Laffargue a aussi bénéficié du FIFIA. Ce fonds constitué par la Safer Aquitaine Atlantique, prend en charge tout ou partie des frais d’actes pour les jeunes agriculteurs achetant leur foncier via la Safer. Une aide dont il a touché le plafond : 3000 €.

Mais son installation, Rémi la doit aussi à la commune de Retjons qui encourage les jeunes de la commune à s'installer sur le village, en leur louant des friches dans la continuité des exploitations. « Une manière de les encourager à rester et à s'investir dans le village ». Comme son oncle et son cousin avant lui, Rémi n'a pas fait exception, près de 40 ha lui sont ainsi loués. « Ce sont des baux de carrière. On en bénéficie toute notre vie professionnelle, mais le foncier reste à la commune. » Une manière de maintenir une ruralité vivante, et de faire des heureux. C'est le cas de Rémi Laffargue : « je fais le métier que j'ai toujours voulu faire, et dans la commune où je le souhaitais : à Retjons, le berceau familial ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2667
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr