Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/04/20 | En Dordogne, les collectes de sang sont suspendues

    Lire

    Les donneurs qui avaient pris rendez-vous ont déjà été prévenus. L'Etablissement français du sang de Nouvelle-Aquitaine suspend ses collectes dans le département de la Dordogne pour les deux prochaines semaines. Les collectes mobiles et à la maison du don du 14 rue-Victoria à Périgueux, devraient reprendre le lundi 20 avril. L'établissement utilisera ses réserves, et la collecte continue ailleurs en Nouvelle-Aquitaine. C'est le manque de personnel qui oblige l'EFS à prendre cette décision.

  • 07/04/20 | Des soignants de la Clinique des Cèdres de Brive en renfort à Paris

    Lire

    Le lundi 6 avril, ce ne sont pas moins de 10 soignants volontaires de la clinique privée les Cèdres à Brive, qui sont allés prêter main-forte à leurs collègues de région parisienne à l’hôpital Henri-Mondor. Isabelle Bielle-Nadeau, la directrice de l'établissement explique que « les équipes des Cèdres vont renforcer les services de réanimation de l’hôpital Henri-Mondor, où les soignants sont épuisés ou malades. Ils ont besoin d’être relevés ». La clinique des Cèdres de Brive dispose elle aussi d’un service Covid-19 qui oscille entre 75 et 100 % de taux d’occupation.

  • 07/04/20 | En Dordogne, une aide pour les entreprises qui ont besoin de main d'oeuvre

    Lire

    Certaines activités ont été contraintes de stopper leur activité avec le confinement, d’autres, considérées prioritaires doivent recruter pour faire face à une augmentation de production. Pour ce faire, Périgord développement met à la disposition des entrepreneurs périgourdins Resonne, sa bourse d’emploi inter-entreprises au sein de laquelle sont affichés les besoins identifiés de personnels avec les compétences recherchées. Contact au 05.53.35.80.24 ou au 05.53.35.80.87 et par mail: contact@perigorddeveloppement.com.

  • 07/04/20 | Réunis en visio, les élus régionaux attribuent plus de 350 000 000 € d'aides

    Lire

    A situation exceptionnelle, commission permanente exceptionnelle. En raison de la lutte contre la propagation du virus Covid 19, c'est en visioconférence que s'est tenue la Commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine ce lundi 6 avril à l'Hôtel de Région à Bordeaux. 233 délibérations, 2 932 dossiers d'aides et 40 opérations de travaux ont ainsi été votés par les élus régionaux, réunis sous la présidence d'Alain Rousset, masqué. Au total ce sont 358 558 032,09 euros de subventions qui ont ainsi pu être attribués.

  • 07/04/20 | Annulation des droits de place pour l’année 2020 à Perigueux

    Lire

    La Ville de Périgueux a décidé d’annuler les droits de place et d’occupation du domaine public pour 2020. Cette décision, qui aura un impact financier sur la collectivité à hauteur de 240 000 €, marque un soutien important de la collectivité envers le tissu économique local. Sont concernés les restaurants, bars, commerçants non sédentaires présents aux marchés alimentaires et non-alimentaires ainsi que les taxis. Les sommes déjà encaissées pour l’année 2020 feront l’objet d’un avoir pour l’année 2021.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Installation-transmission : la Corrèze, pays merveilleux pour Alice et Yves

18/03/2020 | Tout quitter pour reprendre une exploitation en Corrèze, c'est le pari qu'à fait Alice Lerondel, pour le plus grand bonheur de son cédant, Yves Lidove.

Alice Lerondel et Yves Lidove

Voilà plus d'un an maintenant que les terres du petit village de Gumond en Corrèze sont le théâtre d'une belle histoire de transmission. C'est en janvier 2019 qu'Alice Lerondel reprend l'exploitation d'Yves Lidove, désireux de partir à la retraite et en recherche de repreneur depuis près de trois ans. Retour sur une installation-transmission idéale.

Début 2016, Yves Lidove s'inscrit auprès du service Répertoire Départ Installation. Il recherche un repreneur en vue de la retraite qu'il souhaite prendre deux ans plus tard. Véronique Vaurs, conseillère RDI accuse réception de sa demande. "Il disposait de 92 hectares de surface agricole dont 45 ha en propriété, d'un cheptel bovin viande avec une bonne valeur génétique (vaches inscrites) et souhaitait vendre le cheptel, le matériel ainsi que les bâtiments agricoles avec des terres attenantes et la maison d'habitation" se souvient-elle. Cette dernière inscrit donc le dossier sur repertoireinstallation.com, un site géré par la Chambre d'Agriculture. "Les offres y sont anonymes et nous procédons à un tri pour que les profils recherchés et ceux des candidats correspondent en regardant notamment les formations. Il peut se passer un, deux ou trois ans entre le début de la recherche et le moment où le repreneur s'installe." détaille-t-elle. 

Une aventure corrézienne

En parallèle, Alice Lerondel décide de quitter sa Seine-Maritime natale où elle est installée depuis 12 ans pour la Corrèze. Après un BAC agricole et huit mois de stage installation au Canada, l'exploitante de 34 ans devenue maman de deux petites filles souhaite un retour à une certain forme d'agriculture qu'elle ne retrouve plus dans sa région. "Nous n'avions jamais mis les pieds ici. C'est suite à une conférence d'un corrézien qui a expliqué comment étaient les exploitations dans la région que nous avons franchi le pas. Nous souhaitions être à proximité des grandes villes et d'une école puis, après avoir ciblé nos envies, nous avons contacté la Chambre." Alice et Edouard, son mari ingénieur dans l'industrie, ne rêvaient plus que de vallons corréziens et écument alors les campagnes à la recherche de la ferme idéale. Exit lin, betterave, blé, orge, colza et la trentaine de vélages, Alice veut se concentrer sur la production. "Là-bas, c'est parce que tu as des herbages que tu mets des animaux, je me disais que la ferme se porterait presque mieux s'il n'y avait pas les vaches. Une ferme peut avoir 40 candidats alors qu'ici pour 30 exploitations, il n'y en a qu'un !" Motivée par la possibilité de se concentrer sur l'élevage bovin en premier lieu mais aussi par les prix attractifs de l'hectare en Corrèze, la famille commence les visites. Ferme laitière non adaptée à la production bovine, installation seulement dans deux ans... Aucune exploitation ne fait leur bonheur jusqu'à leur arrivée chez Yves Lidove. "Nous avions l'impression de visiter le rêve !" se souvient Alice. "La seule chose qui nous freinait c'est que la maison d'habitation était mitoyenne. A la fin de la visite on nous a appris qu'elle était à vendre, coup de chance ! Nous sommes arrivés à notre rendez-vous d'après avec trois heures de retard et dans notre tête, nous étions encore ici !" 

Et le coup de foudre est réciproque : Yves Lidove avait également eu 5 ou 6 visites mais les dossiers n'étaient pas adaptés aux installations bovines. "Avant de partir à la retraite, nous avions pris la décision depuis longtemps de ne plus habiter sur la ferme. Pour nous, il était important qu'il y ait quelqu'un qui habite sur place. En presque trois ans nous avons eu deux visites intéressantes avec notamment un passionné de génétique comme moi mais cela ne s'est pas concrétisé. Alice et Edouard sont les seuls à avoir posé autant de questions, ça m'a marqué." Nourriture, production... Cédant et repreuneuse se retrouvent sur nombre de points. Entre temps, le cheptel inscrit ayant été vendu, Alice doit reformer le troupeau. "J'avais 40/45 génisses de tous âges et 20 mâles pour 60/65 vélages par an mais je recherchais surtout l'indexation des animaux. Je ne faisais pas d'ensilage, que de l'herbe et du foin à paille." précise Yves en renouvelant sa volonté de ne pas voir l'exploitation aller à l'agrandissement. Alice récupère deux vaches de réforme, deux veaux et deux taureaux puis rachète autant de têtes que les stabulations peuvent en contenir. "Sur les 64 vaches, j'ai maintenant 20/25 d'inscrites. Le but à terme est d'arriver à faire de la repro mais pour l'instant je fais autant de vélages qu'en faisait Yves et c'est grâce à lui car il m'a aidé à mettre le pied à l'étrier." confie-t-elle.

Alice Lerondel

Un travail de concert...

Pour Romain Chanut, conseiller foncier SAFER, la difficulté du dossier se situait sur la récupération des baux car sur les 92 ha de l'exploitation, un peu moins de la moité demeurait en location. "Il a fallu faire le tour de l'ensemble des propriétaires et les convaincre de renouveler leur bail. A la fin de l'intermédiation locative, 88 ha ont été repris, les 7 ha perdus l'ont été au bénéfice d'un jeune agriculteur riverain des parcelles. Le cédant est souvent propriétaire d'un quart de ses terres et dans le cas où les propriétaires des parcelles en location ne veulent pas relouer ou veulent vendre, la banque met en place un outil d'emprunt à taux très faible. La SAFER achète le foncier et le loue au repreneur qui paye un fermage en attendant de pouvoir acheter et qui viendra en déduction du prix final." explique-t-il. Alice, déjà installée dans son département, n'était pas considérée comme jeune agricultrice. Pour ces repreneurs, un prêt d'honneur est mis à disposition par la Chambre d'Agriculture. "C'est un prêt délivré par la Région Nouvelle-Aquitaine à taux 0. Des outils comme des stages de parrainage de trois mois à un an sont aussi organisés pour que le cédant transmette son savoir-faire au repreneur qui se forme et apprend à connaître l'exploitation." développe Véronique Vaurs. 

Cette mise en relation est facilitée par le travail en commun du pôle RDI de la Chambre et de la SAFER. "L'offre était sur les deux sites. Je me suis occupée du suivi économique et de la mise en relation et la SAFER, de son côté, travaille avec un conseiller d'entreprise qui, grâce aux éléments de prix et de surface, aide à la constitution du dossier qui sera soumis à la banque." explique Véronique Vaurs. Si des efforts ont dû être faits notamment sur la partie matériel et sur les deux stabulations, le dossier en lui-même n'a mis que six mois pour être effectif. Romain Chanut s'en félicite : "le dossier a été facilité avec le cédant qui a fait des sacrifices mais aussi grâce à l'apport d'Alice et à ses compétences. Nous avons eu à faire à des gens très positifs alors que le coût de la reprise et le fait qu'elle ne soit pas de la région auraient pu poser problème car les propriétaires ont tendance à vouloir louer à des gens qu'ils connaissent." A ces difficultés fréquentes s'ajoutent des problématiques fondamentalement corréziennes. "Dans la région, il est difficile de faire autre chose que de l'élevage et trouver des repreneurs sur ce genre d'exploitation est de plus en plus complexe car les JA ont tendance à les délaisser. Le fait que les parcelles soient morcelées peut également poser problème contrairement au nord Corrèze où elles sont plus condensées." 

...pour de belles promesses et de belles histoires en région

Mais la région sait attirer : cantalien, belges et même hollandais en recherche de soleil et de foncier moins cher viennent grossir les 40% d'installation hors cadre familial. "On compte une installation pour 1.8 départ" dénombre Véronique Vaurs. "Parfois, la transmission familiale vaut aussi chère qu'une installation totale. Pour cela, le partenariat RDI/SAFER insufflé par la Chambre prend le relais. "Ce n'est pas le cas partout mais ici, nous sommes dans le même bureau, on se tient au courant de tous les dossiers et grâce à cette convention quand une installation inscrite au répertoire est vendue, je transfère le dossier à mes collègues de la SAFER, ils sont trois sur le département, et inversement. Notre intérêt est que tous les agriculteurs puissent s'installer en Corrèze car la moitié d'entre eux ont plus de 50 ans et un tiers n'a pas de repreneur..." Avec environ 200 départs par an, c'est tout un système qui se voit évoluer. "La marque limousine attire avec les veaux mais les nouveaux exploitants se diversifient avec de la vente directe par exemple ou, dans le cas d'Alice, avec le gite" conclut-elle.

Car en plus d'une habitation en cours de rénovation grâce à l'achat de la maison mitoyenne, Alice souhaite rénover de fond en comble l'ancien studio qu'Yves avait construit pour accueillir ses stagiaires. "On va l'utiliser le temps que la maison soit finie mais ensuite on compte y faire trois chambres pour accueillir des groupes de passage, des touristes en été et en période de demi-saison." intime-t-elle devant un Yves tout sourire de voir la vie reprendre dans son exploitation. "Je voulais installer quelqu'un mais je ne m'attendais pas à une famille de quatre personnes !" Ce à quoi Edouard répond son bonheur de grossir les rangs de Gumond de 4%. Alice, elle, réitère le coup de coeur qu'elle a eu "autant à visiter qu'à parler avec vous"; comprenons pour l'installation mais aussi pour Yves. 

Sabine Taverdet
Par Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8894
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
asperges vertes Agriculture | 02/04/2020

En Nouvelle-Aquitaine, les producteurs d'asperges "au jour le jour"

Fraises du Lot-et-Garonne Agriculture | 26/03/2020

Maraîchage : la fraisiculture recrute 2000 saisonniers en Nouvelle-Aquitaine

Légumes BIO Agriculture | 25/03/2020

Covid-19: Une plate-forme pour faire son marché local à domicile

Salon agriculture 2020 Agriculture | 24/03/2020

Nouvelle-Aquitaine : annulé, le salon de l'agriculture se trouve une nouvelle formule

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs Agriculture | 23/03/2020

Covid-19 : Les Chambres d’agriculture aux côtés des agriculteurs

Marie Mongin à l'aérodrome de Jonzac Agriculture | 23/03/2020

L'aérodrome de Jonzac, un projet de développement économique arbitré par la SAFER de Nouvelle-Aquitaine

Projet Sabatey de la SAFER Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 19/03/2020

Mérignac : le site en déprise a laissé place à 5 projets agricoles périurbains

A Macaye, au Pays basque, Céline Jorajuria est arboricultrice qui transforme ses fruits en confiture, compotes, sirop et coulis Agriculture | 11/03/2020

Entre arboriculture et confitures, Céline Jorajuria, savoure les fruits de l'audace et sa liberté

Actuellement 60 000 bovins ont subi le dépistage de la tuberculose bovine en Dordogne Agriculture | 08/03/2020

La Dordogne doit poursuivre ses efforts en matière de lutte contre la tuberculose bovine

Les éleveurs sont venus au SIA de Paris accompagnés de leur bête. Ici, Ibiza, blonde d'Aquitaine, de l'élevage Arsicaud situé à Marans en Charente-Maritime. Agriculture | 04/03/2020

[Vidéos] Rencontre avec des éleveurs néo-aquitains au salon de l’agriculture de Paris

Frédéric Coiffé, chef bordelais, a préparé tout au long du salon de l'agriculture de Paris des produits régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Les visiteurs se sont régalés. Agriculture | 02/03/2020

[Vidéos] Un stand de la Nouvelle-Aquitaine animé au Salon de l’agriculture de Paris

Alain Rousset était en visite sur le Salon de l'agriculture ce mercredi 26 février Agriculture | 27/02/2020

Une école vétérinaire à Limoges d'ici quatre à cinq ans

Distributeurs de produits locaux Agriculture | 26/02/2020

L’humain au centre du programme « Du 47 dans nos assiettes »

Entre 2 500 et 3 000 plaques remportées par l’élevage Pimpin. Agriculture | 25/02/2020

SIA : Le GAEC Pimpin a remporté 41 Prix de Championnat depuis 1951

INRA Bordeaux, conférence sur l'agroforesterie Agriculture | 23/02/2020

L'agroforesterie, un pas de plus vers la transition écologique