30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

  • 30/09/22 | Des ateliers pour orienter les entreprises vers la silver-économie

    Lire

    L’Agence de Développement et d’Innovation et le Gérontopôle impulse des opportunités de développement des entreprises et des territoires en lien avec le bien-vieillir. Plusieurs événements sont organisés. Un atelier à Angoulême, pour présenter les opportunités offertes par la silver économie et les clefs d’accès à ce marché. Quatre ateliers d’exploration des projets et financements européens à Limoges le 13 octobre, Ustaritz le 10 novembre, Bordeaux le 22 novembre et Poitiers le 6 décembre. gerontopole-na.fr

  • 30/09/22 | Le tourisme fluvial se développe le long du fleuve Charente

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Charente-Maritime développe le tourisme fluvial et fluvestre du fleuve Charente. La politique fluviale du Département est en lien direct avec la Flow Vélo afin de développer une destination « Vallée de la Charente ». D'ici 2026, il va donc reconstruire ou réhabiliter les appontements anciens. Au total, 5 pontons fixes vont être construits ou réhabilités ainsi que 4 pontons flottants.

  • 29/09/22 | Emmanuel Macron attendu à Pau pour inaugurer le Foirail

    Lire

    Le Président de la République sera à Pau ce vendredi 30 septembre, pour l’inauguration du Foirail, centre culturel dédié au cinéma Art et Essai, à la musique et au spectacle vivant. La rénovation de l'ancien marché des années soixante s’inscrit dans le plan « Action Cœur de Ville », qui renforce l’attractivité des villes moyennes. Doté de 5 milliards d’euros, ce plan accompagne 6 000 actions en faveur du développement économique, de la culture, de la mobilité et également la rénovation de 80 000 logements dans 234 communes.

  • 29/09/22 | Un job dating alternance à la CCI 87 le 7 octobre

    Lire

    La Chambre de commerce et d’industrie de la Haute-Vienne, organise, le 7 octobre de 9h à 12h30 un job dating consacré à l’alternance. Le but est de faire matcher les besoins des entreprises (il y en a encore) aux profils de candidats qui pourront échanger à la CCI. En Nouvelle-Aquitaine, 71 000 nouveaux contrats ont été signés, en hausse de 34 % par rapport à 2020. Venez avec votre CV et vos offres d'emplois !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

18/05/2022 | Guilain Latournerie, viticulteur en appellation Graves, développe également l'accueil du public sur sa propriété.

G Latournerie une

Originaire du Sud Gironde, Guilain Latournerie, est, il y a quelques années, revenu sur les terres de son enfance et a, dans la foulée, racheté le château Caillivet à Mazèzes. Ingénieur agronome de formation, il propose des « vins de garde » mais envisage aussi d'autres cuvées plus confidentielles. L'élevage et l'oenotourisme font également partie des projets de ce jeune viticulteur qui a choisi, d'entrée de jeu, de passer au bio.

Niché entre la forteresse de Roquetaillade et la vallée de la Garonne, la château Caillivet, sis à Mazères, dans le sud Gironde, bénéficie d'une vue imprenable sur la campagne girondine. Propriété depuis août 2020 de Guilain Latournerie, cette Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) produit des vins de Graves rouges (Merlot et Cabernet Sauvignon) et blancs (Sauvignon blanc et Sémillon) sous l’œil averti de ce jeune viticulteur de 31 ans.

Un rêve de gosse, pour cet ingénieur agronome de formation, ancien régisseur du Château Agassac dans le Médoc, formé dans quelques uns des grands châteaux du bordelais, et qui a complété son savoir en travaillant dans des vignobles du nouveau monde, notamment en Australie, au Chili ou en Californie. L'occasion pour le viticulteur en devenir, de non seulement découvrir de nouvelles techniques de vinification, mais aussi de se former à une autre approche du métier, celle de l'accueil du public dans les propriétés, un concept « bien plus développé dans ces pays ». Un parcours professionnel qui lui ouvre des horizons nouveaux et lui « permet d'avoir une panoplie plus large que celle qu'il aurait eue en restant à Bordeaux ».

G Latournerie

Le passage au bio : une évidence

Riche de cet enseignement, ce natif de Bazas qui désirait revenir sur ses terres natales et racheter Caillivet qu'il connaissait depuis son enfance, a fini par réaliser son rêve. Aidé par la Chambre d'Agriculture de la Gironde et le Crédit Agricole, il s'y installe il y a 18 mois, encouragé en cela par sa famille, dont certains cousins, eux-mêmes viticulteurs dans le bordelais.

Alors en perte de vitesse et commercialement déficitaire, l'exploitation connaît, depuis, un regain d'activité, et ce, malgré des débuts difficiles, dont le gel de 2021 qui a brûlé un tiers de sa récolte. Mais qu'importe. Loin de se décourager, il persévère et poursuit sur sa lancée, allant même jusqu'à décider de passer au bio dès son installation. Un choix risqué mais qu'il assume et revendique pour de solides raisons : « Nous pratiquons l'éco-pâturage. Un troupeau de brebis des Pyrénées (des tarasconnaises) vient brouter sur le domaine durant les mois d'hiver, puis repartent dans les estives en été ; ce qui leur permet de fertiliser les vignes tout en de profitant du grand air toute l'année sans avoir à rester cloisonnées en bergerie. Nous reproduisons ce qui se faisait autrefois. Par ailleurs, nous avons aussi des ruches dont nous vendons le miel, de même que la viande des agneaux durant la période de Pâques. Des pratiques incompatibles avec l'usage de pesticides », précise le jeune entrepreneur, ouvertement réfractaire au « tout viticulture ».

Un domaine riche de potentiel

Fort d'une superficie de 37 hectares, dont 10 hectares de vigne, d'un lac et d'une « magnifique et sauvage » forêt, véritable éco-système qui protège le raisin, le domaine accueille également le public pour « en faire profiter un maximum de gens ». A cette fin, une salle de réception et un gîte de caractère sont désormais loués pour des séminaires professionnels, des mariages, ou à des citadins et des touristes désireux de découvrir les beautés du Sud Gironde. L'occasion, aussi, pour Guilain Latournerie, d'organiser des visites, des dégustations et de faire connaître ses produits ainsi que sa façon de travailler, pour se constituer une clientèle. Sur les 40 000 bouteilles en moyenne, produites chaque année sur la propriété, « 60% sont vendus à des professionnels, cavistes ou restaurateurs et 40% à des particuliers », précise le vigneron qui privilégie la vente directe et le contact avec les clients auxquels il souhaite transmettre son approche du métier.

G Latournerie

Un château et des projets

Devenu viticulteur « par passion », Guilain Latournerie vendange « 50% machine, 50% main » et vinifie lui-même. Fabricant un vin de garde, produit classique dans le bordelais, il envisage aussi, suivant en cela les nouvelles attentes de la clientèle, de proposer des « vins plus fruités et légers pour lesquels il n'est pas nécessaire d'attendre pour les consommer ». Des vins en foudre tels que le pigeage (technique de vinification bourguignonne) et qui permet d'obtenir des profils différents, ou élevés en amphore (méthode qui micro-oxygéne le vin sans y apporter de caractère boisé ou structurant) devraient donc bientôt enrichir sa gamme.

Parallèlement, des vaches bazadaises, race endémique du Sud Gironde, devraient prochainement faire leur apparition sur la propriété. Un projet qui lui teint à cœur car « elles font partie du patrimoine local » et cela « s'inscrit vraiment dans la logique territoriale » qu'il souhaite mettre en valeur. Ce qui lui permettrait de valoriser ses 17 hectares de pâture.

Autre projet et non des moindres : l'oenotourisme. « On a créé une offre qui n'existait pas vraiment dans les domaines environnants et on est en train de développer une synergie avec d'autres acteurs du Sud Gironde, (monuments historiques, hébergeurs ou activités de plein air) pour faire venir des gens de Bordeaux afin qu'on valorise l'ensemble de notre territoire d'un point de vue patrimonial », précise-t-il. Des visites orientées sur la biodiversité, des dégustations à thème permettant de remonter le temps sur plusieurs millésimes ou géo-sensorielles remettant en mémoire les différents terroirs présents sur Caillivet pour sensibiliser et éduquer le consommateur sont également au programme. « Via toutes ces offres, on espère faire venir le plus de monde possible pour partager ce lieu et être reconnu pour cela », conclut le jeune propriétaire qui souhaite avant tout, faire partager à tous son amour de la vigne.


L'info en plus :
Aqui publie une série de portraits de jeunes installés en agriculture en amont de la Journée Installation Transmission, le 24 mai à 14h30 Hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux dans le cadre du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine.

 

Lire aussi :

Installation-Transmission : Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon" 

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

 Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
7475
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr