30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

  • 30/09/22 | Des ateliers pour orienter les entreprises vers la silver-économie

    Lire

    L’Agence de Développement et d’Innovation et le Gérontopôle impulse des opportunités de développement des entreprises et des territoires en lien avec le bien-vieillir. Plusieurs événements sont organisés. Un atelier à Angoulême, pour présenter les opportunités offertes par la silver économie et les clefs d’accès à ce marché. Quatre ateliers d’exploration des projets et financements européens à Limoges le 13 octobre, Ustaritz le 10 novembre, Bordeaux le 22 novembre et Poitiers le 6 décembre. gerontopole-na.fr

  • 30/09/22 | Le tourisme fluvial se développe le long du fleuve Charente

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Charente-Maritime développe le tourisme fluvial et fluvestre du fleuve Charente. La politique fluviale du Département est en lien direct avec la Flow Vélo afin de développer une destination « Vallée de la Charente ». D'ici 2026, il va donc reconstruire ou réhabiliter les appontements anciens. Au total, 5 pontons fixes vont être construits ou réhabilités ainsi que 4 pontons flottants.

  • 29/09/22 | Emmanuel Macron attendu à Pau pour inaugurer le Foirail

    Lire

    Le Président de la République sera à Pau ce vendredi 30 septembre, pour l’inauguration du Foirail, centre culturel dédié au cinéma Art et Essai, à la musique et au spectacle vivant. La rénovation de l'ancien marché des années soixante s’inscrit dans le plan « Action Cœur de Ville », qui renforce l’attractivité des villes moyennes. Doté de 5 milliards d’euros, ce plan accompagne 6 000 actions en faveur du développement économique, de la culture, de la mobilité et également la rénovation de 80 000 logements dans 234 communes.

  • 29/09/22 | Un job dating alternance à la CCI 87 le 7 octobre

    Lire

    La Chambre de commerce et d’industrie de la Haute-Vienne, organise, le 7 octobre de 9h à 12h30 un job dating consacré à l’alternance. Le but est de faire matcher les besoins des entreprises (il y en a encore) aux profils de candidats qui pourront échanger à la CCI. En Nouvelle-Aquitaine, 71 000 nouveaux contrats ont été signés, en hausse de 34 % par rapport à 2020. Venez avec votre CV et vos offres d'emplois !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

27/04/2022 | Maryline Casavieille installée en 2019, est bergère dans la vallée d'Aspe. Un métier par amour des bêtes et par attachement à poursuivre l'histoire de sa famille.

Marilyne Casavieille et ses brebis à Lees Athas, en Vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques)

C'est à Lées-Athas, au cœur de la vallée d'Aspe entourée de vertes montagnes aux sommets souvent brumeux qu'a grandi Maryline Cazavieille, 23 ans. Les sons de son enfance, ce sont les beuglements des vaches, les bêlements des chèvres et des brebis, et le tintement des troupeaux allant d'une prairie à une autre. C'est aussi une enfance avec frère et sœur accompagnant leurs parents dans les granges, près des animaux dès le plus jeune âge. De quoi vous filer l'amour des bêtes et du grand air dès le berceau et, très tôt, le sens des responsabilités. De quoi aussi vous cheviller au corps et à l'âme l'impérieuse volonté de faire vivre le patrimoine des générations précédentes. Marilyne, s'est installée sur l'exploitation familiale en 2019, développant le troupeau de brebis en lait AOP Ossau-Iraty.

Dans la vie, il y a ce que vous faites, et, parfois, ce que les autres ont fait avant vous. Ce qu'ils vous lèguent. A prendre ou à laisser. Maryline Casavieille revendique l'héritage. La ferme où elle vit appartenait à la famille de sa grand-mère. « Mon grand-père, agriculteur, l'a rejointe ici, mon père a continué, puis ma mère, non issue du milieu agricole, a créé l'atelier de transformation du lait. Et maintenant mon frère et moi, sommes aussi sur la ferme. Chacun à sa ''spécialité'', mais bien sûr on s'entraide. » décrit-elle.


Trois troupeaux laitiers
Et du travail, les Casavieille n'en manquent pas : le GAEC familial, créé à l'occasion de l'installation de Marilyne, et en vue de l'arrivée de Jean, le petit frère, compte historiquement 3 troupeaux laitiers. En s'installant, Marilyne a repris et développé d'une centaine de mères, le troupeau ovin dont s'occupait encore jusque-là son grand-père. Résultat, l'élevage compte 100 têtes de vaches de race Montbéliarde dont 55 mères, 600 têtes de brebis Basco-béarnaises dont 500 mères et 50 têtes dont 35 mères pour le troupeau caprin élevé hors sol. Bref, « une grosse exploitation ».

« On commence la traite du matin à 7h30, on finit celle du soir vers 22h30 », détaille la jeune femme volontaire à la tâche. « Les brebis ça vous occupe toute la journée ! Les traites, l'alimentation au tapis, la mise en pâture... J'ai 3 lots que j'installe sur 3 sites autour ou dans le village. Le lot de 360 têtes, le plus important, je le fais tourner sur 2 ou 3 parcelles différentes dans l'après-midi, car nous n'avons que 70 ha pâturables dont beaucoup sur des communaux. C'est assez peu par rapport au nombre de têtes », explique la jeune femme.

Une connaissance et un savoir-faire sur la gestion du bétail qu'elle a appris en grandissant sur la ferme et grâce aux conseils de son père et de son grand-père. Sa formation au lycée agricole de Montardon, près de Pau, pour l'obtention de son Bac STA sur la transformation agroalimentaire, puis d'un BTS Analyse et stratégie d'une exploitation agricole, elle en mesure les atouts du point de vue de la gestion ou de la comptabilité de l'exploitation. Dans le cadre du BTS, il y a bien eu ce stage de terrain de 9 semaines. Mais « un peu trop casanière » Maryline n'a pas saisi là, un ticket pour l'aventure : « je suis allée chez un voisin qui a le même système d'exploitation que nous.»

Les brebis de Marilyn Casavieille paturent sur des parcelles communales de Lees Athas

 

AOP Ossau-Irraty et IGP Agneau de lait des Pyrénées
Le lait produit par les brebis de Maryline bénéficie de l'Appellation Origine Protégée Ossau-Iraty. Un incontrounable, en réalité. « On fonctionne tous comme ça ici. Nous sommes sur la zone de l'AOP, avec une des races du cahier des charges. Reste à suivre les conditions sur l'alimentation et le repos des bêtes. C'est relativement facile d'avoir le label » ; même si, dans une franchise qui la caractérise, elle trouve que la plus-value de l'AOP [20 centimes par litre par rapport à du lait hors AOPl, ndlr] n'est pas « super intéressante » par rapport aux efforts fournis sur l'alimentation, qui doit en grande partie rester locale.

Cette labellisation Ossau-Iraty du lait, c'est aussi parce que « la laiterie de notre secteur ne collecte qu'en Ossau-Iraty. Autrement dit, nous n'avons pas le choix. (...) Mais c'est une sécurité cette collecte, une rentrée d'argent assurée tous les 15 jours », mesure-t-elle. Près de 70% du lait de brebis est collecté, le reste est transformé en fromage par sa maman. Un fromage qui ne bénéficie pas de l'AOP Ossau-Iraty. Un choix assumé :  « Pour nous, il n'y a pas vraiment d'intérêt commercial à avoir l'AOP sur nos tommes », commente la principale intéressée qui vend auprès de grossistes.

Les agneaux, eux, sont aussi produits sous signe de qualité et d'origine : le Label Rouge Agneau de lait des Pyrénées. Zone géographique, race locale, absence de traitements _ou naturels, uniquement nourris au lait maternel, pas de croisement de races... Les agneaux de Marilyne cochent toutes les cases. "On y est passé car ce n'était pas compliqué pour nous, on était sur un système déjà "naturel", mais il n'y a pas de différence de prix avec les agneaux hors label". Là aussi tradition locale ou presque : le label était sur la ferme avant elle.



"La meilleure bergère du 64!"
Choisis ou pas, ces labels sont aussi une garantie du bien-être animal pour le consommateur, qui n'a pas la chance de voir la bergère au milieu de son troupeau, caressant ça et là quelques têtes blanches, bien contentes d'être ainsi saluées.« Elle a un véritable instinct avec les animaux, depuis toujours. C'est la meilleure bergère du 64 ! », taquine sa maman. Et pas un membre de la famille Casavieille, jusqu'aux fiers grands-parents, ne dira le contraire.

Le revers des macarons, « c'est les contrôles, tout le temps pour tout. Les labels, la PAC, les mises aux normes...» s'emporte un brin Marilyne. « Bien sûr, la traçabilité c'est normal, mais parfois, on a vraiment l'impression qu'ils tatillonnent. Moi je crois qu'il vaut mieux penser à nourrir l'agneau plutôt que penser à remplir des papiers ! On vous met la pression sur des détails qui n'enlèvent rien à la qualité du produit. On doit avoir la tête à tout : il faut être éleveur, véto, suivre l'administratif, les papiers, les mises aux normes, se soumettre aux contrôles... »

Les brebis en estive auprès de la cabane de Marilyne Casavieille sur le Layens, un des premiers sommets montagneux de la Vallée d'Aspe


"La folie des grandeurs"

« Un engrenage » de normes, et donc de travail supplémentaire, qu'elle regrette. Mais, lucide, elle reconnaît aussi qu'« en agriculture, on a parfois un peu la folie des grandeurs, on veut toujours plus... et ça devient d'autant plus difficile de tout faire.» Chez les Casavieille, on évoque même parfois la possibilité de réduire. Surtout quand les parents seront partis. « Dans le cadre d'une installation aidée comme la mienne, on vous encourage aussi volontiers à investir, à moderniser... C'est très bien qu'il y ait des aides, vraiment, mais tout ça est aussi synonyme d'emprunts... Il faut aussi savoir rester raisonnable et dans un projet que l'on peut vraiment gérer. », estime-t-elle.

Pas de quoi pour autant remettre en cause l'accompagnement reçu de la part de la chambre d'agriculture tant sur le dossier d'installation et son délai de traitement que sur les conseils juridiques « précieux » qui ont amené à faire évoluer les statuts de la ferme à son arrivée.


"Ce métier a un but"
S'il y a bien des coups durs ou des coups colère, la jeune femme ne s'est jamais imaginée faire autre chose. « Ce métier à un but. On nourrit, on entretient des paysages et des montagnes qu'on garde vivantes, on élève des animaux que l'on fait naître et que l'on voit grandir... Je ne regrette pas. » appuie-t-elle. Une passion qui l'amène aussi tous les ans, depuis ses 18 ans à accompagner environ 400 brebis sur le chemin de l'estive. Trois mois passés dans la cabane aménagée sur le Layens, un des premiers sommets montagneux de la Vallée d'Aspe.

« Il faut 2h30 à 3h de marche avec le troupeau. Ce n'est pas très loin de la maison ; une piste y mène en voiture en 40 minutes. Ma tante, qui adore les animaux, vient me relayer parfois, une nuit ou un week-end », raconte-elle.
Les animaux, le paysage de la vallée, et la famille, encore.

 

L'info en plus :
Aqui publie une série de portraits de jeunes installés en agriculture en amont de la Journée Installation Transmission, le 24 mai à 14h30 Hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux dans le cadre du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine.

Lire aussi :

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à a landaise !

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Installation-Transmission : Yamiley Bayone et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon" 

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Installation transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
15899
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr