17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/06/22 | Partons à la découverte du Mas d'Agenais

    Lire

    Afin de valoriser son patrimoine, le Mas d'Agenais va se doter d'un espace de médiation patrimoniale. Pour cela, la municipalité va restaurer une maison à pans de bois en face de la collégiale pour y installer un espace de médiation patrimoniale, valorisant ainsi l'histoire du Mas d'Agenais, la collégiale et l’œuvre exceptionnelle qu’elle abrite : le "Christ en Croix" par Rembrandt. L'espace abordera plusieurs thématiques comme la collégiale, le Rembrandt, le patrimoine bâti et l'histoire du Mas d'Agenais accessibles aux petits et aux grands au moyen d'outils numériques, de maquettes, d'archives visuelles ou sonores.

  • 24/06/22 | Restauration collective: "Nourrir l'Avenir" pour mieux se nourrir

    Lire

    A Périgueux, l'Association Collectif les Pieds dans le Plat propose une restauration collective bio-locale depuis 15 ans. Pour mieux accompagner l'intérêt croissant des collectivités et de la société civile pour la restauration collective bio-locale, une société coopérative d'intérêt collectif va être montée (SCIC), Nourrir l'Avenir, qui aura pour mission de porter l'activité économique de formation et d'accompagnement notamment dans la mise en œuvre d’une transition alimentaire biologique, saine et durable au sein des collectivités et des établissements.

  • 23/06/22 | Le député des Landes, Boris Vallaud, président du groupe PS à l'Assemblée

    Lire

    Elu député PS des Landes en 2017, réélu confortablement dimanche dernier dans la troisième circonscription, Boris Vallaud est depuis ce jeudi 23 juin, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. Enarque âgé de 46 ans, négociateur de la Nupes pour le PS, il succède à Valérie Rabault (Lot et Garonne) qui ne se représentait pas. Il a emporté l'élection avec 26 voix d'avance sur son collègue de la Mayenne, Guillaume Garot.

  • 23/06/22 | "1 million d'arbres" : Votez pour vos projets de plantations préférés

    Lire

    En janvier dernier, Bordeaux Métropole a lancé le 1er budget participatif lié au programme « Plantons 1 million d'arbres ». Suite au dépôt des projets par les associations, vous avez jusqu'au 30 juin pour voter pour votre projet de plantation préféré : verger urbain, micro-forêt, parc, jardin... Les projets lauréats seront dévoilés début juillet et les plantations auront lieu cet hiver. Pour découvrir les projets et voter: budgetparticipatif.bordeaux-metropole.fr

  • 23/06/22 | Landes : Enedis soutient l'insertion des jeunes

    Lire

    Pour faciliter les actions de la Mission Locale des Landes en faveur de l'insertion professionnelle durable des jeunes, Enedis a remis le 21 juin dernier un véhicule reconditionné à la structure. Ce véhicule sera mis à disposition en auto-partage des jeunes de Sabres résidants dans l'ancienne gendarmerie réhabilitée en logements sociaux pour qu'ils puissent palier aux difficultés de mobilité sur le territoire landais.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

10/05/2022 | Romain Miner et Yamiley Bayonne démarrent une nouvelle vie à Barbaste en Lot-et-Garonne autour de l'élevage et de la transformation de porcs noirs.

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne

Un coin de verdure, paisible et tranquille en pays d'Albret en Lot-et-Garonne. Une belle bâtisse aux volets gris, des bois, dont beaucoup de chênes, et un ruisseau en fond de parcelle... C'est dans ce cadre idyllique et reposant sur la commune de Barbaste que Yamiley Bayonne et son compagnon Romain Miner, ont décidé de s'installer en début d'année pour développer leur séduisant projet : être « paysans cuisiniers ». Elle, à l'élevage de porcs noirs en liberté, lui, à la transformation et à la cuisine. La vente, directe, se fera en couple. Ce projet, qui a déjà démarré sur une partie traiteur, food truck et marchés, les mènera dans quelques mois, du groin de leurs propres cochons jusqu'aux papilles des gourmands. L'installation agricole est en cours.

Avec Yamiley et Romain, il est question d'abord de bien vivre, de gourmandises, de traditions et de convivialité. « Une philosophie de vie »,  moteur de leur reconversion professionnelle, et de leur départ de Paris, il y a 4 ans. Pour Romain, jusque-là pâtissier dans des restaurants étoilés de la capitale, c'est un retour à ses terres natales du Lot-et-Garonne et aux traditions familiales. Pour Yamiley, issue de l'univers de la promotion touristique, c'est le choix de vivre et de travailler sur une terre dont elle est « tombée amoureuse ».

A Barbaste, dans leur nouvelle propriété de 12 ha, déjà rebaptisée « Le Clos Des Papilles », ils souhaitent élever une centaine de porcs noirs en liberté afin de les transformer, les cuisiner et les vendre en direct aux consommateurs. Les deux trentenaires veulent « remettre au goût du jour une tradition un peu oubliée : le tue-cochon ». Au menu : viande fraîche, conserves et charcuterie... Sans oublier un accueil en gîte, bien séparé de l'élevage. Une nouvelle vie.


"La passion de ce métier"
Pour arriver à bon « porc », Yamiley et Romain ont pris le temps de la réflexion, de la formation et de la mise en route par étape de leur projet. Coté formation, « je suis parti dans le Lot, travailler chez un transformateur de porc noir. Yamiley m'a rejoint pour peaufiner notre idée de reconversion. » Ensuite, direction l'Ariège, pour travailler à deux chez un professionnel du porc noir: élevage, transformation et vente directe sur les marchés. Une expérience décisive pour leur projet. « Ces éleveurs en Ariège nous ont tout appris et nous ont donné la passion de ce métier », insiste Yamiley.

Lui connaît donc désormais, tous les secrets de la valorisation bouchère et culinaire du porc noir. « Plus gras que les autres cochons, il faut donc le travailler de manière à valoriser au mieux ce gras », explique le jeune homme. Elle, s'est lancée dans un parcours d'installation agricole pour pouvoir faire naître, élever et engraisser les porcs noirs qui permettront la vente des produits préparés par Romain. « De retour dans le Lot-et-Garonne, j'ai passé mon Brevet professionnel responsable d'exploitation agricole (BPREA) au lycée agricole de Sainte-Livrade. Ca a été une année compliquée avec la crise sanitaire, les confinements et des formations pour une bonne partie en distance. Compliqué mais passionnant ! » s'enthousiasme-t-elle. « J'ai acquis de nouvelles connaissances, en théorie et en pratique, grâce également à un stage sur une ferme au cours de la formation » souligne la jeune agricultrice.

Une clientèle déjà fidèle
Désormais juridiquement installée, son statut de hors cadre familial est, selon elle, une force. « On écoute énormément les acteurs du monde agricole, mais on arrive aussi avec nos propres connaissances et compétences acquises dans notre vie d'avant : la vente, des nouvelles technologies, des réseaux sociaux... plein de choses qui font qu'aujourd'hui on peut communiquer différemment, transformer et vendre par nous-mêmes, en proposant un autre modèle que la vente à des coopératives par exemple. Nous pouvons plus facilement instaurer les prix que l'on veut selon la qualité de nos produits puisque nous n'avons pas d'intermédiaires. »

Côté cuisine et traiteur, l'activité est en réalité déjà lancée à partir de porcs d'un élevage voisin. Le couple a créé la SAS Groin, il y a 2 ans, avec notamment « un premier marché gourmand le 4 juillet 2020 », se souvient Romain. Une première étape, déjà importante pour le projet final : « on s'est créé une clientèle qui nous suit». Un atout pour écouler la production à venir mais aussi pour le Crédit agricole qui les accompagne dans cette aventure. Car être hors cadre familial, « c'est compliqué côté installation. On n'avait pas le terrain, ni la maison, ni les infrastructures... C'est un investissement financier assez important. Cette première société nous a permis d'avoir le bagage qui a permis d'obtenir la confiance de nos partenaires. »

Outre l'achat il y a 4 mois de la propriété et la prévision d'importants travaux d'agrandissement du garage de 35 m² en un laboratoire, cuisine et lieu de vente de 170m², le couple entre dans la phase concrète de l'installation agricole avec « un très gros emprunt », confient-ils. Mais « bien accompagnés », la confiance est là ; « on avance pas à pas », sourit Yamiley.

Liberté et haute valeur environnementale

« On vient de mettre en place une clôture de bio-sécurité d'un kilomètre pour l'élevage », explique la future jeune éleveuse. Une première étape. Reste encore à installer les auges, les cabanes, à apporter l'eau... et toute la réglementation à mettre en place. « Il faut passer une formation en bio-sécurité qui permet de rappeler les points auxquels on doit être attentif pour surveiller son élevage, et réduire les risques sanitaires. Il faut installer un portail, un sas de désinfection où va pouvoir se laver les mains, changer de tenue et de bottes, nettoyer nos outils, les roues du tracteur ou de la remorque pour charger les cochons avant de rentrer dans le parc ». L'élevage en liberté sera en pâturage tournant dynamique. « On va installer des parcs amovibles, que l'on va pouvoir désinstaller avec des batteries portables pour l'électricité ». Elle élèvera une centaine de porcs par an, certains jusqu'à 14 mois pour la charcuterie, et des porcelets élevés entre 4 et 6 mois, pour la période estivale et notamment les cochons à la broche, détaille-t-elle.

Quant aux pratiques d'élevage, si le couple n'a pas choisi le bio « pour l'instant », l'EARL du Clos Des Papilles s'inscrira, c'est promis, dans une démarche de certification HVE (Haute Valeur Environnementale). Celle-ci vise au renforcement progressif de pratiques à faible impact environnemental, allant jusqu'à poser des seuils de performance sur la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et de la ressource en eau.

L'info en plus :
Aqui publie une série de portraits de jeunes installés en agriculture en amont de la Journée Installation Transmission, le 24 mai à 14h30 Hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux dans le cadre du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine.


Lire aussi :

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Installation transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Solène Méric et Julien Privat
Par Solène Méric et Julien Privat

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
4244
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole

Concours national bazadais sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/05/2022

Un Concours National Bazadais porté par la jeunesse !

AgorAgri : La joyeuse parade des métiers et pratiques agricoles sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 27/05/2022

AgorAgri : La joyeuse parade des métiers et pratiques agricoles sur le Salon de l'agriculture

Les animaux ont la cote auprès du grand public Agriculture | 26/05/2022

Aquitanima : le salon professionnel de l'élevage fait les yeux doux au grand public

Etats-généraux de l'innovation 2022 : Le président de la Chambre d'agriculture Luc Servant a insisté sur l'accompagnement des agriculteurs dans leur évolution des pratiques Agriculture | 26/05/2022

Agriculture et innovation: Le sol, au centre des réflexions

S'installer en production sous label de qualité offre des avantages et présente aussi des contraintes. Mais la conférence organisée dans le cadre de la journée Installation-Transmission, confirme que les efforts fournis par le producteur sont reconnus par Agriculture | 25/05/2022

L'installation sous démarche de label qualité, un ingrédient éthique pour les jeunes agriculteurs

Eleveurs et leurs vaches (dont Pierre Lortholary, éleveur de GAEC la trochoise ) à la vente aux enchères du Salon de l'Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, 2022. Agriculture | 25/05/2022

Salon de l’Agriculture : Le retour des spectaculaires enchères

Jérôme Mouret équipe un cheval de trait de la SFET. Agriculture | 24/05/2022

Agriculture : Ecolos et efficaces, les chevaux ont leur place !

Clément Leroux exploite 6ha de vignes dans les fins bois de l’AOC Cognac Agriculture | 24/05/2022

Installation-Transmission : Clément Leroux, tombé à la naissance dans l'eau de vie de cognac