30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Installation-Transmission : Yamiley Bayonne et Romain Miner revisitent la tradition du "tue-cochon"

10/05/2022 | Romain Miner et Yamiley Bayonne démarrent une nouvelle vie à Barbaste en Lot-et-Garonne autour de l'élevage et de la transformation de porcs noirs.

Romain Miner et Yamiley Bayone, leur nouvelle vie autour de l'élevage et la transformation de porcs noirs démarre à Barbaste en Lot-et-Garonne

Un coin de verdure, paisible et tranquille en pays d'Albret en Lot-et-Garonne. Une belle bâtisse aux volets gris, des bois, dont beaucoup de chênes, et un ruisseau en fond de parcelle... C'est dans ce cadre idyllique et reposant sur la commune de Barbaste que Yamiley Bayonne et son compagnon Romain Miner, ont décidé de s'installer en début d'année pour développer leur séduisant projet : être « paysans cuisiniers ». Elle, à l'élevage de porcs noirs en liberté, lui, à la transformation et à la cuisine. La vente, directe, se fera en couple. Ce projet, qui a déjà démarré sur une partie traiteur, food truck et marchés, les mènera dans quelques mois, du groin de leurs propres cochons jusqu'aux papilles des gourmands. L'installation agricole est en cours.

Avec Yamiley et Romain, il est question d'abord de bien vivre, de gourmandises, de traditions et de convivialité. « Une philosophie de vie »,  moteur de leur reconversion professionnelle, et de leur départ de Paris, il y a 4 ans. Pour Romain, jusque-là pâtissier dans des restaurants étoilés de la capitale, c'est un retour à ses terres natales du Lot-et-Garonne et aux traditions familiales. Pour Yamiley, issue de l'univers de la promotion touristique, c'est le choix de vivre et de travailler sur une terre dont elle est « tombée amoureuse ».

A Barbaste, dans leur nouvelle propriété de 12 ha, déjà rebaptisée « Le Clos Des Papilles », ils souhaitent élever une centaine de porcs noirs en liberté afin de les transformer, les cuisiner et les vendre en direct aux consommateurs. Les deux trentenaires veulent « remettre au goût du jour une tradition un peu oubliée : le tue-cochon ». Au menu : viande fraîche, conserves et charcuterie... Sans oublier un accueil en gîte, bien séparé de l'élevage. Une nouvelle vie.


"La passion de ce métier"
Pour arriver à bon « porc », Yamiley et Romain ont pris le temps de la réflexion, de la formation et de la mise en route par étape de leur projet. Coté formation, « je suis parti dans le Lot, travailler chez un transformateur de porc noir. Yamiley m'a rejoint pour peaufiner notre idée de reconversion. » Ensuite, direction l'Ariège, pour travailler à deux chez un professionnel du porc noir: élevage, transformation et vente directe sur les marchés. Une expérience décisive pour leur projet. « Ces éleveurs en Ariège nous ont tout appris et nous ont donné la passion de ce métier », insiste Yamiley.

Lui connaît donc désormais, tous les secrets de la valorisation bouchère et culinaire du porc noir. « Plus gras que les autres cochons, il faut donc le travailler de manière à valoriser au mieux ce gras », explique le jeune homme. Elle, s'est lancée dans un parcours d'installation agricole pour pouvoir faire naître, élever et engraisser les porcs noirs qui permettront la vente des produits préparés par Romain. « De retour dans le Lot-et-Garonne, j'ai passé mon Brevet professionnel responsable d'exploitation agricole (BPREA) au lycée agricole de Sainte-Livrade. Ca a été une année compliquée avec la crise sanitaire, les confinements et des formations pour une bonne partie en distance. Compliqué mais passionnant ! » s'enthousiasme-t-elle. « J'ai acquis de nouvelles connaissances, en théorie et en pratique, grâce également à un stage sur une ferme au cours de la formation » souligne la jeune agricultrice.

Une clientèle déjà fidèle
Désormais juridiquement installée, son statut de hors cadre familial est, selon elle, une force. « On écoute énormément les acteurs du monde agricole, mais on arrive aussi avec nos propres connaissances et compétences acquises dans notre vie d'avant : la vente, des nouvelles technologies, des réseaux sociaux... plein de choses qui font qu'aujourd'hui on peut communiquer différemment, transformer et vendre par nous-mêmes, en proposant un autre modèle que la vente à des coopératives par exemple. Nous pouvons plus facilement instaurer les prix que l'on veut selon la qualité de nos produits puisque nous n'avons pas d'intermédiaires. »

Côté cuisine et traiteur, l'activité est en réalité déjà lancée à partir de porcs d'un élevage voisin. Le couple a créé la SAS Groin, il y a 2 ans, avec notamment « un premier marché gourmand le 4 juillet 2020 », se souvient Romain. Une première étape, déjà importante pour le projet final : « on s'est créé une clientèle qui nous suit». Un atout pour écouler la production à venir mais aussi pour le Crédit agricole qui les accompagne dans cette aventure. Car être hors cadre familial, « c'est compliqué côté installation. On n'avait pas le terrain, ni la maison, ni les infrastructures... C'est un investissement financier assez important. Cette première société nous a permis d'avoir le bagage qui a permis d'obtenir la confiance de nos partenaires. »

Outre l'achat il y a 4 mois de la propriété et la prévision d'importants travaux d'agrandissement du garage de 35 m² en un laboratoire, cuisine et lieu de vente de 170m², le couple entre dans la phase concrète de l'installation agricole avec « un très gros emprunt », confient-ils. Mais « bien accompagnés », la confiance est là ; « on avance pas à pas », sourit Yamiley.

Liberté et haute valeur environnementale

« On vient de mettre en place une clôture de bio-sécurité d'un kilomètre pour l'élevage », explique la future jeune éleveuse. Une première étape. Reste encore à installer les auges, les cabanes, à apporter l'eau... et toute la réglementation à mettre en place. « Il faut passer une formation en bio-sécurité qui permet de rappeler les points auxquels on doit être attentif pour surveiller son élevage, et réduire les risques sanitaires. Il faut installer un portail, un sas de désinfection où va pouvoir se laver les mains, changer de tenue et de bottes, nettoyer nos outils, les roues du tracteur ou de la remorque pour charger les cochons avant de rentrer dans le parc ». L'élevage en liberté sera en pâturage tournant dynamique. « On va installer des parcs amovibles, que l'on va pouvoir désinstaller avec des batteries portables pour l'électricité ». Elle élèvera une centaine de porcs par an, certains jusqu'à 14 mois pour la charcuterie, et des porcelets élevés entre 4 et 6 mois, pour la période estivale et notamment les cochons à la broche, détaille-t-elle.

Quant aux pratiques d'élevage, si le couple n'a pas choisi le bio « pour l'instant », l'EARL du Clos Des Papilles s'inscrira, c'est promis, dans une démarche de certification HVE (Haute Valeur Environnementale). Celle-ci vise au renforcement progressif de pratiques à faible impact environnemental, allant jusqu'à poser des seuils de performance sur la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et de la ressource en eau.

L'info en plus :
Aqui publie une série de portraits de jeunes installés en agriculture en amont de la Journée Installation Transmission, le 24 mai à 14h30 Hall 4 du Parc des Expositions de Bordeaux dans le cadre du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine.


Lire aussi :

Installation - Transmission : "Faire de l’industriel quand on peut faire du plein air, c’était non", Magali Mandon jeune installée en Haute-Vienne

Installation - Transmission: Marilyne Casavieille, l'instinct de bergère en héritage

Installation-Transmission : Thomas Dupouy, tradition et qualité à la landaise !

Installation-Transmission : "Prendre le temps de construire son projet", Jean-Baptiste Bosredon, jeune éleveur corrézien

Installation-Transmission : « L'IGP permet de valoriser notre métier », Martin Roquecave, fraisiculteur en Dordogne

Installation-Transmission : Teddy Gauvin, agriculteur dans la Vienne, passionné de la qualité

Installation transmission - Pour Théoline Mathez, bergère en Creuse, « Produire bio c’est important pour protéger la biodiversité »

Installation-Transmission : Paul Jabouille éleveur de Limousines en Charente « C’est un métier passion »

Installation-Transmission : « Le bonheur est dans le chai », Guilain Latournerie, viticulteur en Gironde

Solène Méric et Julien Privat
Par Solène Méric et Julien Privat

Crédit Photo : Julien Privat

Partager sur Facebook
Vu par vous
6729
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr