18/08/22 : Les urgences de la Polyclinique Bordeaux rive droite interrompent l'activité de nuit, du 19 au 28 août, de 20h à 8h, pour personnel médical insuffisant. Une infirmière orientera le patient en relation avec le 15. Le service reprendra le 28 août.

17/08/22 : StarClass et l’armateur Amasus Shipping ont opéré un chargement exceptionnel sur le site portuaire du Verdon. Deux yachts, signés Jeanneau mesurant 15 et 25 m, ont été chargés à bord du navire EEMSLIFT HENDRIKA. Direction salon du Yachting à Cannes.

16/08/22 : 8000 personnes évacuées en Gironde dans le contexte des incendies ont pu regagner leur domicile pendant le week-end. Même tendance dans les Landes. Les retours des personnes hébergées en foyer de vie ont lieu ce mardi à Moustey et Saugnacq-et-Muret.

12/08/22 : Dans les Landes et en Gironde, la vigilance incendie est renforcée jusqu’à lundi. Les véhicules sont interdits sur les pistes et chemins. Les activités ludiques et sportives sont interdites sauf en bases de loisirs et sur les plans plages.

12/08/22 : Jeudi 25 août de 16h à 23h30, les cinq clubs de haut niveau de l'agglomération font leur rentrée place Clemenceau. A 16h, animations sportives avec les joueurs et joueuses. A 19h, présentation des équipes des cinq clubs, puis soirée dansante à 20h.

12/08/22 : À Bordeaux, Parc Rivière, jeudi 25 août, Esprit Dog, spécialisé dans l'éducation canine, organise un rassemblement de passionnés de chiens. L’événement gratuit et solidaire consiste en une distribution de croquettes et des cours d'éducation canine.+ d'info

11/08/22 : "Jamais autant de moyens aériens n'ont été mobilisés sur un incendie. On va continuer de s'adapter grâce à la solidarité européenne. Mais il n'y a pas que les moyens aériens," indique Elisabeth Borne depuis Hostens, en Gironde.

11/08/22 : Pendant qu'Elisabeth Borne, Première ministre est en visite sur les incendies à Hostens en Gironde, le Président, Emmanuel Macron, annonce que l'Allemagne, la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l'Autriche vont venir en aide à la France.

11/08/22 : Elisabeth Borne et Gérald Darmanin sont attendus ce jeudi à Hostens en Sud Gironde: 6 800 ha de forêt ont été détruits par le feu depuis mardi après midi. 1100 pompiers sont mobilisés et 10 000 personnes ont du quitter leur domicile.

10/08/22 : Le député RN de Gironde, Grégoire de Fournas, dépose ce mercredi une proposition de loi instaurant une peine plancher de 10 ans pour les incendiaires. "La plupart des incendies sont d'origine criminelle. Or les pyromanes ne sont condamnés qu'à du sursis."

10/08/22 : Face aux incendies en Gironde et dans les Landes, le Ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin indique sur Tweeter qu'il a "décidé de renforcer les moyens mobilisés : plus de 1000 pompiers, 9 avions et 2 hélicoptères bombardiers d’eau sont engagés."

10/08/22 : Pour cause de reprise des incendies dans le Sud Gironde et le Nord des Landes, la circulation est interdite depuis mercredi 11 h, dans les deux sens sur l'autoroute A63 reliant Bordeaux à Bayonne. Les poids lourds sont déviés par Pau.

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/22 | Les anciens de Chatellerault tricotent déjà pour octobre rose

    Lire

    En prévision de la marche Octobre rose du 15 octobre, 9 h 30, place Emile Zola à Châtellerault (Vienne),les résidents des maisons de retraite, foyers logements et EHPAD de la ville, se mobilisent pour tricoter des ouvrages en laine rose qui viendront garnir le tronc des arbres du boulevard Blossac. Cette participation à une action internationale relayée par le club Soroptimist revalorise les personnes âgées et les liens intergenerationnels et stimulent les nouvelles générations à se faire dépister.

  • 18/08/22 | Douzième édition des vergers ouverts sur les coulisses de la pomme

    Lire

    Les pomiculteurs engagés font découvrir les coulisses des pommes écoresponsables. L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) regroupe 300 adhérents représentant 1 400 producteurs. Les vergers à visiter les 27 et 28 août : Scea La Californie, Acharf Essabiri 5480 route des Vergers Grun-Bordas (24) ouvert le 28 août ; Earl de Chantegrolle - SARL Gargouil Éric Gargouil Chantegrolle à Charroux (86) Verger ouvert les 27 et 28 août; Verger de Peyreton Christine Pizzinato, Peyreton Sainte-Bazeille (47) Verger ouvert les 27 et 28 août. http://www.lapomme.org/vergers-ecoresponsables/les-vergers-ouverts

  • 17/08/22 | Grippe aviaire: avance remboursable pour les transformateurs

    Lire

    A la suite de l’épizootie d‘influenza aviaire H5N1, les entreprises ayant une activité significative d’abattage, de transformation, de conditionnement d’œufs ou de services à la filière, touchées par la diminution de production peuvent bénéficier d'une aide sous forme d’avances de trésorerie remboursables. Cette aide s’inscrit en complément des efforts que doivent consentir les financeurs privés de l’entreprise (banques et actionnaires). Les demandes sont à déposer via le téléservice de FranceAgrimer avant le 09 septembre à 14h00. pad.franceagrimer.fr/pad-presentation/vues/publique

  • 17/08/22 | Fabriquer des dortoirs à osmies (abeilles) à Villenave d'Ornon

    Lire

    Villenave-d’Ornon (Gironde) organise un atelier participatif de fabrication de dortoirs à osmies, le samedi 27 août, de 14 h à 16 h 30, au Square Torres Vedras (7 rue des Peupliers). L’osmie est une abeille sauvage, « abeille maçonne », qui se différencie de sa cousine productrice de miel par son caractère solitaire et inoffensif. Elle fait son apparition très tôt dans la saison, elle est l’un des premiers insectes pollinisateurs d'où son importance. Gratuit, inscription obligatoire (05 56 75 69 85), l'atelier sera animé par l’association « Tous aux abris ».

  • 17/08/22 | Molière à l'aire du 3.0 à Pau

    Lire

    Du 25 au 28 août, à l'occasion des 400 ans de la naissance de Molière et en préfiguration du futur centre de recherche et de création théâtrale de Pau, la manifestation Molière 3.0 rassemblera artistes, spécialistes et grand public. A cette occasion, 3 pièces illustrant la diversité de l'œuvre de Molière seront présentées dans des lieux emblématiques de la ville, des conférences rassembleront artistes et spécialistes du théâtre du XVIIe siècle à la chapelle des Réparatrices du conservatoire, et enfin la médiathèque André Labarrère proposera des projections de documentaires, films et captations de pièces. Infos : www.pau.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Nouvelle-Aquitaine : un club des financeurs pour les entreprises bio

06/06/2018 | L'Assemblée générale d'Interbio, qui s'est tenue ce mardi 5 juin à Saint-Martin de Laye (Gironde) et a été l'occasion d'un débat sur les opportunités régionales des entrepreneurs bio.

1

En Nouvelle Aquitaine comme partout ailleurs, l'agriculture biologique se porte mieux que jamais. C'est le bilan que l'on a pu tirer de la dernière assemblée générale d'Interbio Nouvelle Aquitaine, l'influente association interprofessionnelle régionale. En plus d'être riche en données chiffrées, cette réunion a été l'occasion d'aborder, avec de nombreux acteurs de la filière directement impliqués dans son expansion, ses leviers de croissance possibles et les freins auxquels elle doit encore faire face. Face aux objectifs ambitieux de la loi Agriculture et alimentation adoptée fin mai, petit tour d'horizon régional des perspectives d'avenir d'un secteur en pleine explosion.

Une croissance exponentielle

Le bio est revenu dans l'actualité cette semaine avec des chiffres plutôt spectaculaires délivrés par une étude de l'Agence bio. On y découvre que fin 2017, la surface cultivée en bio au niveau national était de 1,77 millions d'hectares, soit une augmentation de 15,6% par rapport à 2016. Et la tendance n'est apparemment pas prête de subir un revers : selon les premières estimations tenant compte des exploitations actuellement en reconversion ou attendant la sacro-sainte certification, ce chiffre pourrait grimper de 23% supplémentaires par rapport à 2017. Dans le détail, les autres données sont elles aussi positives, notamment au niveau de la commercialisation du bio en Europe, qui dépasse les trente milliards d'euros dont huit provenant du seul commerce français. Bref, le bio décolle visiblement très fort, et la région Nouvelle Aquitaine prend sa part dans ce nouvel essor. Ce mardi 5 juin s'est tenue, à Saint-Martin de Laye (Gironde) une assemblée générale un peu spéciale : celle d'Interbio Nouvelle Aquitaine, l'association interprofessionnelle bio régionale, un groupe qui rassemble près de 200 organisations et 3000 producteurs spécialisés dans l'agriculture biologique, cumulant un chiffre d'affaire annuel de plus de 800 millions d'euros. Dans leur rapport d'activité dévoilé ce jour, on retrouve des données plus locales que celles de l'Agence Bio.

Là non plus, les chiffres ne démentent pas la bonne santé d'une filière en plein boom. La Nouvelle Aquitaine est ainsi au deuxième rang national en termes de surfaces en bio et ses récoltes 2017 sont 50% supérieures en volume de collecte à celles de 2016. Au premier semestre 2017, 934 transformateurs supplémentaires ont été recensés, dont un quart de boulangers et 18% des industriels agroalimentaires produisant du pain et des pâtisseries. Le bio se porte aussi bien du côté des fruits et légumes : près de 1,3 milliards d'euros en termes de ventes en France, quasiment 6400 hectares de surfaces fruitières et 2800 en surface légumière en région (notamment les légumes plein champ dans les Landes). Côté viande et oeufs, 82% des poulets de chair et bovins sont destinés à la production de viande bio (contre 5,5% pour les oeufs et 12,5% pour le lait). Le bio se niche aussi dans des secteurs moins visibles mais très actifs comme les plantes à parfum aromatiques ou médicinales : en Nouvelle Aquitaine, ces cultures représentent près de 4% de la surface nationale, en progression de 44% par rapport à 2015 (chiffres de 2016), principalement dans les Deux-Sèvres et le Lot-et-Garonne. Côté lait en revanche, c'est un peu plus timide : en 2016 selon le CNIEL, France Agrimer et Agence Bio, le lait de Nouvelle-Aquitaine représentait 2,6% de la collecte nationale en lait bio, 115 fermes en lait de chèvre (2,4% des exploitations bio de la région soit +15% par rapport à 2015 et 75% des producteurs en vente directe), et seulement 57 fermes en lait de brebis (1,2% des exploitations bio de la région en 2016, dont 75% dans les Pyrénées Atlantiques). Côté vins, enfin, l'Agence Bio recensait, fin 2016, 841 exploitations viticoles en bio, avec le département de la Gironde en tête de pont en termes de nombre d'exploitations et deuxième en termes de surfaces (8010 hectares, dont 75% vendus par des vignerons indépendants). 

Une dynamique locale

Une fois ces données assimilées, l'Assemblée générale d'Interbio était aussi une occasion idéale pour avoir de nombreux représentants de cette filière réunis au même endroit.  Et de constater que les initiatives régionales se multiplient : marque Bio Sud Ouest, présence dans des salons, renforcement de la marque Vin Bio Équitable, forum régional dédié aux artisans bio (dont le dernier s'est tenu à Mussidan le 27 mars dernier) mais aussi, de manière beaucoup plus concrète, des travaux en commission interprofessionnelle pour, dit-on, développer des "contrats pluri-annuels visant à assurer des prix rémunérateurs pour les producteurs". Car c'est là que le discours soulève encore quelques incertitudes. Si le bio se porte bien en France et en région, il est encore face à des freins bien réels. Pour Jérôme Orvain, conseiller régional EELV de Creuse, il existe encore des défis à relever pour "structurer la filière", objectif que l'on a entendu tout au long des débats. "Quand on va sur le marché, chez les producteurs, on arrive à trouver des produits. Quand on passe à une collectivité locale, la cantine d'un lycée, d'un collège, d'un hôpital ou d'une maison de retraite, ils ont besoin de régularité, de confiance et de volume. Très peu d'acteurs peuvent fournir cette demande là : il manque des produits, du volume ou ce n'est pas en proximité. Ce qu'Interbio permet, en tant qu'interprofession, c'est justement d'aider à structurer chaque filière, les productions et les territoires pour aider à fournir les collectivités en local. Pour ça, il faut que chaque département fasse des démarches de rencontre des acteurs, c'est ce qui manque actuellement. Depuis deux ans, la région a initié une rencontre régionale, mais on voudrait que ça se démultiplie sur les territoires. Il y a quelques initiatives locales qui existent. En Creuse par exemple, il y a des dynamiques qui répondent à ça. Mais une fois qu'on a mis tout le monde en contact, il faut pouvoir rentrer dans la régularité. Il y a besoin de créer des genres de foires locales. Il y a des contraintes spécifiques à certains produits et il faut que le producteur et le consommateur s'adaptent aux conditions. Typiquement, un éleveur qui veut vendre une vache ne va pas vendre que les biftecks, il va falloir qu'il trouve des intermédiaires pour valoriser tout son animal. La Région aide à travers l'animation qu'elle met en place pour chacun des acteurs présents ici, mais c'est aussi de la compétence des communautés de communes qui la partagent depuis la loi NOTRe et qui doivent aussi prendre en compte l'économie sur leur territoire. L'échelle des agglomérations est adaptée à cette dynamique", note l'élu.

Il y a bien un secteur qui est particulièrement en demande pour de plus en plus de repas bio, c'est la restauration collective. Selon les derniers chiffres publiés par l'Agence Bio (en 2016), "58% des établissements de restauration collective déclarent proposer des produits bio à leurs convives". Pourtant, les achats bio étaient alors estimés à 225 millions d'euros, soit seulement 3,2% des achats de la restauration collective. Si, depuis, des efforts ont été faits, on reste tout de même loin des objectifs nationaux d'au moins 50% de produits issus de l'agriculture biologique "ou tenant compte de l'environnement" dans la restauration collective publique d'ici 2022, dont l'Assemblée nationale a donné l'agrément le 26 mai dernier. L'autre objectif gouvernemental validé en avril, c'est 15% de surface agricole utile en agriculture biologique ou en cours de conversion dans le même horizon. Selon Jérôme Orvain, "aujourd'hui, il doit y avoir une ou deux collectivités en Nouvelle-Aquitaine qui sont 100% bio, parce qu'elles ont construit leur réseau et que ce sont de petites unités qui ne sont pas obligées de passer par des systèmes d'appels d'offre parce qu'ils sont au dessous des seuils. Les collectivités qui arrivent à être en bio avec les appels d'offre sont entre 40 et 60% de produits bio, notamment les collèges dans les Pyrénées-Atlantiques. Il n'y a pour l'instant ni la quantité de production ni les outils de distribution pour pouvoir être fournis régulièrement en produits bio et locaux sur une dynamique de qualité de territoire. Plus c'est organisé, moins c'est cher et plus les élus accompagnent ce surplus. Les territoires où ça marche, c'est ceux ou tout le monde est convaincu et où chacun à sa place dans cette dynamique là". 

Sous perfusion (?)

Plus facile à dire qu'à faire, diront certains. D'autant que pour aider les agriculteurs à passer au bio, les aides à la conversion servent souvent de perfusion publique nécessaire au maintien de l'activité : en France, ces dernières représentent 1,1 milliards d'euros de crédits pour la période 2018-2022 contre 0,7 milliards sur la période 2013-2017. La Région Nouvelle-Aquitaine donne aussi largement sa part dans l'affaire : en juin 2017, elle a fixé un objectif de 10% de surface agricole utile en conversion biologique en 2020 (soit deux fois plus qu'en 2017) et validé le seuil des aides, notamment pour la conversion en bio ("18000 euros par exploitation et par an. Ce montant sera porté à 21.000 € pour les nouveaux installés et à 20.000 € en zone à enjeu eau") et les aides au maintien (10000 euros par exploitation et par an pour les agriculteurs ayant 100% de leur Surface Agricole Utile en Bio ou situés dans les zones à enjeu eau; 1.500 €/exploitation/an pour les autres). Phillipe Leymat est agriculteur à Branceilles, dans le sud de la Corrèze. Au sein d'un GAEC (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun), il produit aux côtés de quatre associés des noix, oeufs, volailles, boeufs et veaux à la Ferme des Gariottes. Le GAEC est créé depuis 2011 mais Philippe est en bio depuis quinze ans. Et pourtant, le constat est plutôt amer quand on lui demande de nous parler des aides publiques. "On a optimisé tous les coûts, on a tout mutualisé, fusionné les cinq fermes existantes, passé les 250 hectares en bio et comprimé toutes les charges. Pourtant, aujourd'hui, sans aides, aucun de nous cinq n'aurait de revenus. Elles représentent environ 8% de notre chiffre d'affaire". Pour lui, le bio, ce n'est pas que l'affaire de la filière agricole. "Tous les ministères devraient s'y intéresser. Peu importe si on passe par les subvention ou la répartition des marges, peu importe où l'argent va, l'enjeu c'est le social. Aujourd'hui, on oppose presque le bio et le local, mais l'enjeu est le même : une agriculture plus propre dans sa globalité. Pour cela, il faudra nécessairement passer par une augmentation du budget alimentaire dans les ménages".

L'image du label bio a beau être l'une des plus sûres, elle doit quand même faire face à certains paradoxes à la dent dure : les grandes enseignes qui vendent certains produits quasiment au même prix que l'agriculture conventionnelle ou le fait que, même en tant que premier producteur européen, la France doit quand même importer des céréales bio pour faire face à la demande. Le mot fait vendre, et si possible au prix le plus bas. Pour Florent Ghul, directeur de l'Agence Bio, "c'est important de montrer que le bio est une forme de développement d'un secteur (...) Concernant les aides publiques, il est important de savoir à quoi elles servent : est-ce qu'on envisage des aides pour aller aider des secteur en déprise ou en baisse d'activité, ou est-ce qu'on peut aussi, et c'est le cas du bio aujourd'hui, les flécher vers un secteur apprécié du consommateur ? Jusqu'où faut-il aller dans ce développement là ? On est de plus en plus en train de se dire que les aides publiques pourraient par exemple payer les services que rend l'agriculture biologique à l'environnement, à la santé, ça pourrait être des aides pérennes qui ne seraient pas remises en cause. Si on ne permet plus ces aides là, un jour on aura une agriculture biologique qui ne dépendra plus que du marché et on sait bien que la suite logique des choses serait une course au produit le moins cher ou à des produits d'importation. Si on prend l'exemple des oeufs, en grande surface on observe régulièrement un prix moins élevé sur une boîte de six oeufs bio que sur des oeufs Label Rouge, ce modèle là n'est pas pérenne". D'où, sans doute, l'accueil plutôt chaleureux de la filière bio réservé à l'article 11  de la loi Agriculture et Alimentation, adoptée le 30 mai. "Les objectifs sont tenables, c'est un bon seuil que l'on va sans doute réévaluer en 2022. On sait très bien que certaines collectivités en Nouvelle-Aquitaine vont déjà bien plus loin et ont déjà dépassé les 20%, il ne s'agit pas de dire que l'on s'arrête là, c'est un objectif intermédiaire pour structurer l'offre alimentaire bio dans les territoires. De toute façon, il faut que le levier public reste présent, on ne peut pas estimer que le secteur bio serait mature, ça ne veut rien dire de toute façon. Les politiques publiques sont là pour soutenir des changements de modèles, il y a une implication des acteurs régionaux et nationaux là dessus, mais il faut le compléter par des financements privés".

Un club pour les financer tous

Pour aider à "structurer cette filière", en suivre les bons vents et "prendre en compte ses spécificités", donc, Interbio Nouvelle- Aquitaine a dégaîné une nouvelle arme : un Club des financeurs des entreprises bio en Région (la Nouvelle-Aquitaine n'est pas la seule à en bénéficier, l'objectif est d'en lancer un dans chaque région). Parmi les premiers financeurs privés figurent notamment Crédit Mutuel Arkea, le Crédit Coopératif, et la NEF. Trois banques, ce qui peut surprendre si on ignore que la règle pour intégrer ce club des financeurs, c'est seulement d'avoir une part de son activité consacrée au développement de la filière bio. La question que vous vous posez sans doute maintenant, c'est : à quoi ce club va bien pouvoir servir ? Florent Ghul a la réponse. "Il a un double rôle : d'une part, il permet aux agriculteurs et aux entreprises alimentaires en bio de connaître des offres de prêt, d'accompagnement, d'investissement qu'ont ses financeurs. D'autre part, il permet à ces financeurs de mieux connaître les spécificités du monde bio, notamment d'un point de vue montage de projet : pourquoi, par exemple, la période de conversion en agriculture biologique a un impact financier. L'important", continue ce dernier, "c'est qu'il y ait une articulation entre le niveau national et local et qu'au niveau régional voire de chaque département, on ait des interlocuteurs qui se fassent le relais. Tout le monde dans ces organismes bancaires a envie d'aider d'avantage au développement du bio parce qu'on voit des chiffres de croissance intéréssants et on sent que c'est une agriculture qui est en train de prendre de la place, mais ce relais doit aller jusqu'à chaque caisse locale pour qu'un interlocuteur qui veut être aidé ait un accueil à la hauteur de son projet". Mais attention, pas question d'avoir des investisseurs espérant une rentabilité courte : "Ce n'est pas l'objectif. Il faut des gens qui investissent sur du temps long". Le fait est que le Club régional a déjà avancé dans ses projets. "Aujourd'hui, en Nouvelle Aquitaine, les en cours de projets représentent des investissements à hauteur de 40 millions d'euros (pour une quinzaine d'entreprises en tout), on est vraiment sur quelque chose qui est déjà en cours. Le fait d'en faire un club, ça va permettre d'aller plus loin, plus vite et d'avoir plus de cohérence dans le projet, puisque l'enjeu c'est d'investir dans le bio en en respectant les valeurs".

Enfin, deux sociétés de crowfunding spécialisées dans les domaines agricole et alimentaire (Mimosa et Bluebees) se sont déjà jointes à l'aventure, et ce pour une raison simple. "Associer le consommateur citoyen à la démarche de financement se développe beaucoup. Historiquement, il y a des projets de financement participatif qui existent en agriculture, souvent en bio, mais c'est aussi important d'en trouver pour les entreprises qui sont moins connues des consommateurs. On commence à avoir des projets où les gens font du don qui leur est par exemple restitué sous forme de produits ou du financement participatif sous forme de prêt. Les deux vont se développer. Il existe déjà des offres bancaires comme les prêts de développement durable. Là, il s'agit d'être encore plus concrets, ça peut devenir un vrai outil et je pense que le volume financier du participatif finira par peser. La plupart des structures de financement participatif dans le milieu agricole s'associent d'ailleurs à des groupes, pour les épauler et les rendre plus solides". Et le Club des financeurs ne compte pas s'arrêter là : l'en-cours d'investissement annoncé, s'il "sera apporté par les fonds propres des entreprises mais aussi par ces financements trouvés auprès du club des financeurs", est "destiné à grossir. Si on veut répondre à la demande des consommateurs qui veulent de plus en plus de produits bio par des produits de qualité, il va falloir que les entreprises augmentent leur volume de production". Plus qu'un secteur juteux, le bio est donc un investissement dont les principaux acteurs témoignent un fort désir de croissance et d'échanges. Pour Phillippe Leymat, "l'avenir du bio ne se fera pas en circuits courts. On ne répondra pas à la demande politique par ces modèles d'exploitation. Ce n'est pas tous les petits maraîchers qui s'installent qui vont remplir les cantines scolaires, c'est ceux qui pourront cultiver cinq hectares de patates en bio. La filière bio a les clefs, il faut juste que les paysans suivent". Si le bio est à la mode, les bons chiffres d'Interbio et cette nouvelle structuration de financeurs est en revanche tout sauf altruiste. En 2016, les français ont dépensé sept milliards d'euros pour acheter des aliments labellisés "sans produits phytosanitaires ni OGM" soit 20% de plus par rapport à l'année précédente, et deux milliards d'euros en 2007, soit une croissance de 278%. Vouloir consommer mieux et savoir où chercher n'est donc pas qu'une question de point de vue. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
14603
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Samia Riffaut et son salarié Jérôme Brunet ont planté 3 600 plants de bambou géant Moso le 26 mai. Agriculture | 10/08/2022

Des bambous géants Moso plantés sur deux hectares en Haute-Vienne

Une centaine d'habitants des communes du Pays d'Aunis étaient présentes à la réunion d'informations organisée à Montroy le 26 juillet Agriculture | 29/07/2022

Pollution aux pesticides en plaine d’Aunis, les habitants se mobilisent

cdfr 2022 Agriculture | 25/07/2022

La Safer se penche sur le renouvellement des générations d’agriculteurs de la Gironde

Témoignages de jeunes installés et autres exemples de dossiers d'installations récentes ont animé les présentations de cette CDFR _ © Sylvain Desgroppes Agriculture | 08/07/2022

La Safer active sur un marché dynamique en Dordogne

L'Afdi Nouvelle-Aquitaine est à l'initiative de deux PER au Bénin : un sur la filière de la noix de cajou et un autre sur l'ananas Agriculture | 05/07/2022

Afdi Nouvelle-Aquitaine engagée dans les partenariats économiques en Afrique

Bourse agricole maritime Quai Lomabrd du Port Atlantique La Rochelle Agriculture | 30/06/2022

Bourse agricole La Rochelle-Pallice : un pré bilan en demie teinte

Romain et Audrey Verrier se sont installés en janvier 2022, en tant qu'éleveurs caprins en Deux-Sèvres Agriculture | 30/06/2022

Installation - Transmission: L' "incroyable" nouvelle vie de Romain et Audrey, éleveurs caprins débutants

Illustration Campagne Foncier rural et agricole nouvelle-Aquitaine Agriculture | 28/06/2022

Nouvelle-Aquitaine: Les marchés fonciers ruraux ont battu des records en 2021

Sylvie Marcilly et Cédric Tranquard à sa gauche signent la nouvelle convention Agriculture | 23/06/2022

Charente-Maritime : un partenariat renouvelé entre le département et la chambre d’agriculture

A Mont-Disse en Béarn, Charles Pelanne a vu ses cultures de kiwi et de vignes détruites à 100 % par la grêle. Ici avec Eric Spitz, préfet du département venu constater les dégâts Agriculture | 23/06/2022

Les orages de grêle destructeurs ont lourdement frappé le Béarn

L'équipe d'Euralis dont Laurent Dubain (à droite), DG du pôle agricole d'Euralis, sont venus à la rencontre de Philippe Joseph et de son fils engagés pour 20 ha, dans un contrat Gaïa Agriculture | 21/06/2022

Les agriculteurs rémunérés pour leur engagement agronomique

Sel et marais de l’île de Ré. Agriculture | 09/06/2022

Saliculture : une récolte de sel très précoce

Régis Boisseau, directeur de Semae Sud-Ouest Agriculture | 02/06/2022

Géopolitique, agroécologie, cultures alternatives... la filière semences "se réinvente"

Bruno Millet et Dominique Graciet au Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitiane, devant la vache Haquitanima Agriculture | 31/05/2022

Salon de l'agriculture et après ? " Installer un bruit de fond positif "

Jean-Christophe Roubin, responsable agriculture au CA, Olivier Constantin, Directeur Général du CA Aquitaine, Patrice Gentié, Président du CA Aquitaine et Sandrine Kergosien, Directrice des marchés spécialisés CA Aquitaine Agriculture | 31/05/2022

Le Crédit Agricole d'Aquitaine vent debout face à la crise qui secoue le secteur agricole