Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Coopération agricole : 6. Interview: Bernard Solans président des Coopératives vinicoles d'Aquitaine...

27/11/2014 | "Les coopératives ne sont pas des entités capitalistiques..."

 Bernard Solans président de la fédération des caves coopératives viticoles: la diversité des appellations régionales au sein de l'union

Cinquante caves coopératives et quelques 5.000 vignerons dans les diverses appellations de l'Aquitaine quelques 1.000 salariés directs: la Fédération des Coopératives Vinicoles d'Aquitaine défend une idée de la viticulture qui mérite beaucoup de considération. A la fois parce qu'elle est porteuse d'une ambition de qualité mais aussi parce qu'elle représente un modèle de gouvernance et de gestion qui y concourent directement. Dans la série qu'Aqui.fr consacre à la coopération régionale nous avons tenu à donner la parole à son président, Bernard Solans, par ailleurs administrateur de l'Union des Producteurs de Grangeneuve et Rauzan en Gironde, et vice-président de Coop de France-Aquitaine. Il a répondu à nos questions avec la passion qui l'anime et sans langue de bois...

Aqui!: Les Caves d'Aquitaine que vous présidez couvrent un grand éventail de la production viticole régionale..
Bernard Solans :
Nous sommes fédérés au sein d'une même structure qui regroupe les énergies et met en parallèle différentes appellations et elles sont nombreuses... Songez qu'on part du piémont pyrénéen: Irouleguy, Jurançon, Madiran et qu'en passant par les Buzet, le Marmandais, les Duras, les Bergerac l'on remonte jusqu'à la presqu'ile du Médoc, sans parler de Saint-Emilion, avec une cave coopérative ultramoderne et un outil semi-industriel, au milieu des grands crus classés: c'est un ensemble remarquable. Certes, on n'est pas universel en Aquitaine mais nous sommes très présents, avec nos 50 caves coopératives. J'en ai connu jusqu'à 83; dans quelques années, par le biais de restructurations, il y en aura beaucoup moins, mais cela se fera dans un esprit de développement.

La coopérative, autrefois, c'était un silo à vendange où on vidait le raisin.. Aujourd'hui, c'est une véritable entreprise, avec un état d'esprit. D'ailleurs on n'est pas forcément coopérateurs pour la vie; autrefois on s'engageait pour 50 années; aujourd'hui c'est pour 5 ans. Les coopératives ne sont pas des entités capitalistiques: tu es sociétaire parce que tu rentres par du capital social, proportionnel à ton activité, au foncier. Le foncier appartient à chaque individu; ensuite il y a le côté très démocratique de partage des décisions: c'est un homme, une voix.

Ne pas oublier les erreurs du passé
@!:  Comment avoir réussi à fédérer toutes ces caves avec des histoires différentes ?
B S :
C'est venu progressivement et des crises successives y ont contribué. Quand quelqu'un était le plus gros apporteur de la cave, il avait aussi besoin des petits autour de lui...il en est de même pour les coopératives d'importance de plus de 100.000 hl et celles qui en produisent 20 ou 30.000; nous avons  besoin de tous dans un marché structuré où la coopération peut être un levier important. Nous ne représentons qu'à peine 30% de la production viticole en Aquitaine. Avec des variantes. Le Buzet n'a jamais connu de crise, ayant su maitriser la production tandis qu'à certaines périodes, en bordeaux rouge, on exagérait avec des rendements très élevés, notamment dans les années 75-78...

Ce sont des erreurs du passé; on n'y reviendra pas mais je rappelle aux jeunes, de temps à autre, que l'on a frisé la libéralisation des droits de plantation. Nous nous sommes rattrapés aux branches; l'ultralibéralisme était le rêve de beaucoup: on a dérégulé en 2008 avec Mme Fischer Boel (Commissaire européenne à l'Agriculture); nous sommes allés à Bruxelles, avec Denis Verdier...Nous avons remis le couvert avec elle:  je proposais, comme cela avait été le cas en 75-79, des arrachages temporaires et nous ne perdions pas de droits. Oui, nous nous sommes rattrapés aux branches, mais en se flattant d'avoir remis une régulation avec un système qui va être une usine à gaz.  Même avec des droits issus de l'arrachage, il faudra faire une demande, ce sera considéré comme des droits nouveaux; je ne sais pas qui va jouer l'équilibriste en terme d'observatoire économique... Si c'est la production très bien, ou France Agrimer au travers des bassins de production, ou est-ce que c'est l'interprofession dont on sait, qu'en son sein, le poids du négoce a toujours été plus important?

Quand on me parle de VSIG, des vins sans indication géographique, ça me rappelle les années 70-80. Si on plante des vignes, dans l'Entre deux Mers, dans des pariries où il n'y a eu que des vaches, des cépages avec des rendements à trois chiffres, attention danger!... alors que nous sommes en culture AOP, Appellations d'origines Protégées, nous pourrions avoir des déversoirs: il n'y aurait plus de mauvaises années parce que des vins sans Indication Géographique peuvent être produits selon certains cépages - les ugni blanc par exemple- à 100hl/ha. J'ai peur que l'histoire ne se répète, avec les mêmes erreurs.

Je comprends que le négoce veuille faire son marché comme il veut, et qu'il y ait plutôt plus de vin produit que moins. Mais gérer raisonnablement la pénurie nous avantage, gérer en amont avec des fixations de rendement, ne pas tailler la vigne trop long, ni mettre trop d'azote et savoir qu'on a besoin de 5,7 millions d'hectolitres, bon an mal an, et ne pas avoir de surstocks. L'idée de vouloir passer a coté, en ayant ces surfaces qui pourraient être des réservoirs... là, j'exprime une crainte. S'il faut trouver un consensus dans les réunions statutaires, en fin d'année dans nos petites régions, je plaiderais en ce sens. En effet, tous les ans sont désignés les deux délégués de ces régions ce qui créee une répartition géographique des 20 administrateurs. Ceux si sont reconduits ou renouvelés et élisent leur bureau. C'est l'occasion d'une réflexion en interne.

Vivre sa production jusqu'au bout....

@!: Quel rôle joue aujourd'hui la coopération dans l'installation ?
B S :
Nous nous y sommes penchés depuis plusieurs années. Certaines coopératives, devant l'érosion du foncier ou le manque de renouvellement, ont pris l'initiative de créer, par exemple des SCI ou autres. Parfois la coopérative achète du foncier et le met à disposition, en fermage, à un vigneron coopérateur. Depuis quelques années on est revenu beaucoup plus vers l'amont. Dans l'esprit d'un jeune qui fait des études, la coopérative, ça peut avoir un côté frustrant. Cette année, sous l'égide de la DRAAF, la Direction régionale de l'Agriculture, on remet dans les lycées de l'enseignement agricole un kit de formation, comme on le fait à Bordeaux Sciences Agro, dans le cadre du master. Au premier trimestre de l'année qui vient on va réceptionner les classes de ces lycées agricoles, lycées viticoles d'Aquitaine, dans les caves qui sont volontaires, pour faire une matinée pédagogique. Il leur sera présenté ce que peut être l'installation en coopérative... Après, j'en viendrai aux moyens que l'on met à disposition et, le midi, les élèves iront déjeuner chez un viticulteur coopérateur pour discuter avec lui. Nous leur présenterons, aussi, les métiers de l'institution coopérative, sachant qu'il y a besoin d'oenologues, de techniciens du vignoble, de personnels administratifs,  de chais...

Quant au soutien foncier, il faut que les coopératives puissent répondre à des demandes d'aides. Souvent dans les familles, il n'y a pas de succession possible; dès lors comment accompagner un jeune qui, hors cadre familial, a la capacité et la volonté de s'installer ? Si ce n'est en lui apportant une aide financière pour le foncier mais, aujourd'hui, la SAFER nous a redonné un levier en signant avec la Fédération des Caves une Convention qui permet de se porter caution. Nous sommes allés au-delà de l'installation classique, façon Jeune Agriculteur.

Cependant, il nous faut aussi trouver autre chose... Si un jeune veut avoir son château, c'est quelque part un aboutissement. Son vin peut être vinifié à part, comme le font beaucoup de caves, Saint Emilion par exemple, surtout s'il a la capacité de le commercialiser. C'est une réflexion que chaque cave peut entreprendre en interne, ça fait partie du packaging qui doit permettre au coopérateur qui le souhaiterait de vivre jusqu'au bout sa production.

@! :On est loin du silo à raisin...
B S
:Nous avons responsabilisé le coopérateur, en remontant vers lui plus de technicité, plus de précaution, une meilleure assurance au sens propre, comme au figuré. Puisqu''il y a des caves qui s'occupent d'une assurance globale négociée dans l'intérêt du vigneron... Celui-ci passe aussi par l'approvisionnement possible en produits phytosanitaires, que tu n'appliques plus par précaution parce qu'il ya des techniciens vignoble et des vignerons qui participent par zone ; nous avons des relevés quasi permanents. Et l'informatisation, les sms, permettent de conseiller les coopérateurs, en temps réel. Nous sommes de véritables entreprises mais c'est le technicien vignoble qui a le plus de contacts avec le coopérateur, bien plus qu'avec le président et que les élus. Le coopérateur se confie à celui, celle, qui toute l'année va le voir, évoque l'aspect végétatif, la taille, donne des conseils en matière d'amendement...La coopérative qui gère cet ensemble de missions, doit faire attention car elle peut déresponsabiliser l'adhérent; il faut que le coopérateur soit toujours associé et que, dans les commissions, il soit présent ou représenté, à côté des administrateurs. Aujourd'hui, certains adhérents peuvent ne pas avoir toujours l'esprit, car ils en ont marre des papiers et des contraintes diverses. Si ces gens-là vous leur dites videz votre raisin, vous avez un acompte tous les mois  et une Assemblée générale par an pour vous exprimer, vous passez à côté de votre mission. Le coopérateur doit toujours être responsable des actes qu'il a eu à faire, en étant accompagné du début à la fin.

Lire aussi :
Coopération agricole: 1. Voyages en Aquitaine  
Coopération agricole: 2. L'engagement coopératif... de passion et de conviction
Coopération agricole: 3. Installation, diversification, modernisation: la coopérative, une alliée sur la durée
Coopération agricole: 4. Coopérative et adhérent, co-acteurs sur l'expérimentation agronomique
Coopération Agricole : 5. En Lot-et-Garonne, Terres du Sud, une coopérative agricole innovante

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
8164
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr