Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/11/18 : Une nouvelle invitée vient rejoindre les 21 personnalités des Idées mènent le Monde (Pau): Christine Ockrent interviendra sur "Europe : évitons la marginalisation", samedi 17 novembre à 16h30.

15/11/18 : L'auteur palois David Diop, lauréat ce 15 novembre du prix Goncourt des lycéens pour son ouvrage Frère d'âme (Editions du Seuil), participera au Grand débat de Lettres du monde – Welcome ! vendredi 23 novembre, 18h30 à la cour d'appel de Bordeaux

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

14/11/18 : Invitée en Martinique afin de partager son expertise en vue de la création de La Cité du Rhum, La Cité du Vin accueillera à Bordeaux les 21 et 22 novembre une délégation martiniquaise porteuse de ce projet.

14/11/18 : Une lecture du livre posthume de « Charb » « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » se tiendra le 19 novembre à 20 h au théâtre du Pont Tournant, à Bordeaux.

14/11/18 : 10 établissements touristiques de Gironde viennent de recevoir l’Ecolabel européen hébergement touristique label officiel de la Commission européenne pour les établissements qui souhaitent allier qualité et écologie. En NA, 82 sont dénombrés.

14/11/18 : 10ème Forum Environnemental du Vin de Bordeaux le 6 déc au Palais des Congrès de Bordeaux. « Après avoir dressé le bilan des actions menées, cette journée permettra de partager l'ambition d'amener la filière vers une politique RSE collective. »

14/11/18 : Conférence autour de « La forteresse de Blanquefort » proposée par l’association Tout Art Faire, le 15 novembre de 19 h à 20 h 30, à l’Athénée Municipal et animée par Marietta Dromain, docteure en Archéologie.

14/11/18 : Mobilisation des avocats le 15 novembre à 11 h devant les marches du TGI de Bordeaux contre les dispositions du projet de loi de réforme de la justice 2018-2022, les « cinq chantiers de la Justice ».

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/11/18 | Libourne et le dessin...180 ans d’amour

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, pour fêter les 180 ans de l’Ecole de Dessin de Libourne, l’école municipale se délocalise au sein de l’Hôtel de Ville pour proposer de nombreuses séances de dessins gratuites et ouvertes à tous : dessin d’observation dans l’Hôtel de Ville, dessin d’après des sculptures au musée, workshop arts graphiques, exposition...Mais attention le nombre de places est limitée. Inscription : 05 57 25 02 58

  • 16/11/18 | Tout ne va pas à l’égout

    Lire

    A l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux toilettes et portant sur les enjeux de l’assainissement des eaux usées le 19 novembre, l’Eau de Bordeaux va mener une campagne de sensibilisation « Le geste essentiel : les lingettes dans la poubelle » durant 3 semaines. Celle-civise à rappeler qu’il est primordial de jeter les lingettes dans la poubelle. Cette campagne cible les structures de la petite enfance de Bordeaux Métropole mais aussi le grand public avec un affichage dans les bars et restaurants de Bordeaux.

  • 16/11/18 | « Pas vu, pas protégé, soyez un cycliste éclairé »

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, Grand Poitiers, en partenariat avec la Police Nationale, la préfecture de la Vienne, les villes de Poitiers, Buxerolles, Jaunay-Marigny, l’Atelier du Petit Plateau et Vélocité 86, organise sa 9ème semaine de sensibilisation pour la sécurité des cyclistes. Pour informer et aider les cyclistes à renforcer leur visibilité, des actions sont proposés et des accessoires de sécurité seront offerts.

  • 15/11/18 | La Fête de l'agriculture basque ce week-end à Biarritz

    Lire

    La 13e édition de Lurrama se tiendra vendredi, samedi et dimanche à la Halle Iraty (près de l'aéroport de Biarritz). Elle célèbre sur 6000M2 avec veaux, vaches, moutons, à travers conférence, expositions, chants et danses et bien sûr le repas des chefs, la culture basque à travers l'élevage et l'agriculture. Le thème de cette année "Pour une politique agricole alimentaire" évoquera la Politique Agricole Commune. Entrée: 4 euros pour les adultes, gratuit moins de 15 ans. Le programme sur: www.lurrama.org

  • 15/11/18 | De nombreux matchs de football reportés le 17 novembre en Dordogne

    Lire

    En raison du mouvement de protestation "Gilets jaunes" du samedi 17 novembre, le District de Football a sondé les clubs de Dordogne : 60% d’entre eux étaient favorables au report intégral des matches jeunes et féminines jeunes prévus à cette date. Les rencontres qui devaient avoir lieu dans le cadre du championnat brassage U15 poule B et D sont reportées au samedi 8 décembre. Idem pour les matches des coupes U18 et U15 Dordogne et District.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview : Brigitte Allain : "les écologistes ont obtenu des avancées significatives à l'Assemblée"

10/02/2014 | La députée de la deuxième circonscription de la Dordogne revient sur les derniers amendements proposés par le groupe écologiste et adoptés par l'Assemblée.

Brigitte Allain, députée écologiste de Dordogne

Brigitte Allain, la députée de deuxième circonscription de la Dordogne et auteure de plusieurs amendements, revient sur quelques victoires écologistes obtenues à l'Assemblée, au cours de ces dernières semaines. Parmi les plus significatives, elle évoque la limitation des usages de produits phytosanitaires, les semences de ferme qui ne peuvent plus être considérées comme de la contrefaçon. En citant en référence la loi d'orientation agricole votée le 14 janvier, elle défend un modèle de société où l'écologie deviendrait un moteur du développement économique en France.

@qui.fr : La loi d'orientation agricole votée en première lecture par l'Assemblée le 14 janvier dernier vous satisfait -elle, est -elle assez ambitieuse à vos yeux  et notamment en ce qui concerne le volet écologie ?
Brigitte Allain - Le travail du groupe écologiste s'est fait en deux temps dans le cadre de la loi d'orientation agricole et dans le cadre du projet de loi des usages des produits phytosanitaires proposé par le sénateur Joel Labbé.
La loi d'orientation agricole va globalement dans le bon sens : par leur travail, en rencontrant plusieurs fois le ministre de l'agriculture,  nos députés ont réussi à porter des amendements qui ont été votés, notamment sur la dimension soclale.  Dans le cadre de la transition écologique, qui est un des leviers pour relancer économie, il nous semblait que la politique agricole devait être un axe fort. Dans le titre même du projet de loi, on remet l'agriculture, la forêt et l'alimentation au même niveau. On reconnait que l'agricuture doit servir avant tout à l'alimentation.  Le ministre a annoncé plusieurs fois la double performance écologique et économique. Par nos interventions, par nos amendements,  nous avons rappelé que cette double performance devait être de fait une triple performance : écologique, économique et sociale. La performance écologique ne peut s'obtenir que par la performance sociale, c'est à dire concrétement par l'installation d'agriculteurs nombreux. Ce sont des choses entendues : la loi donne des outils pour faire évoluer favorablement la politique d'installation qui était en panne depuis des années. Les amendements que nous avons apportés et votés constituent des victoires, du moins des avancées. J'ai proposé que soient intégrés dans la loi les projets alimentaires territoriaux. C'est donner une orientation alimentaire à des projets territoriaux. Nous avons gagné aussi la définition de l'agroécologie, qui n'était pas très claire. Il est inscrit le droit à la souveraineté alimentaire des peuples. Il nous reste à faire inscrire des choses concrètes, par exemple, que ces projets alimentaires territoriaux se déclinent en outils pour créer de véritables contrats alimentaires au niveau local entre les collectités, les producteurs. Cela reste à construire

@! : Comment définissez-vous le terme agroécologie ?
B.A. - L'agro écologie se base d'abord sur l'agronomie, sur la capacité des sols à se regénérer eux-mêmes. On a eu tendance à oublier les formidables capacités de la nature. Depuis une dizaine d'années, en ayant eu recours systèmatique à des pesticides ou à des matières azotées, on est arrivé à la limite d'un système qui se traduit par des rendements plutôt en baisse.  On a stérilisé nos sols, ce qui se traduit par des limites de production.  En travaillant autrement en faisant des économies d'intrants, on peut gagner en économie. On peut et on doit produire toujours autant. On sait faire et on connaît les pratiques, grâce notamment à l'agriculture biologique qui a servi d'expérimentation.

"Une nécessité pour la santé publique, et l'environnement"

@! -  Pouvez vous rappeler les dernières actualités en ce qui concerne les semences de ferme ? 
B. A. - «Cinq grands groupes contrôlent près de 75% de la semence potagère au niveau mondial. Il y avait un vrai risque à ce que le droit des agriculteurs à reproduire leurs semences soit bafoué. J'ai fait adopter un premier amendement dans la loi d'avenir agricole, desserrant l'étau sur les producteurs. Des avancées avaient été obtenues.  Une loi a été votée au niveau européen qui vise à encadrer le commerce des semences, de fait sa traduction dans le droit français était préjudiciable aux agriculteurs qui souhaitaient reproduire leurs semences. Mardi dernier, les députés ont donc voté, lors de l'examen de loi visant à lutter contre les contrefaçons , un amendement excluant les semences de ferme du champ d'application.  J'aurais souhaité qu'on aille plus loin, mais un premier pas est fait. Il sera nécessaire d'étendre cette exception à tout matériel reproductible à la ferme, tels que les levures, les animaux, les préparations naturelles peu préoccupantes, etc. »

@! - Qu'en est t-il de la proposition de loi qui limite l'usage des produits phytosaniaires ?
B. A. -  Ce projet de limitation des usages de produits phytosanitaires était porté par  le sénateur  écologiste Joel Labbé.  Il a été adopté par l'Assemblée nationale le 23 janvier dernier. Il consiste à interdire les pesticides dans l'entretien des espaces publics (espaces verts, forêts, promenades) à partir de 2020 et dans les jardins privatifs à l'horizon 2022. Ce délai doit permettre de s'adapter à de nouvelles méthodes de travail.  L'adoption de ce texte était une nécessité pour la santé publique et la protection de l'environnement. Dépolluer revient beaucoup plus cher que polluer.  Le projet de loi d'avenir agricole avait posé quelques jalons, notamment un suivi post mise sur le marché des pesticides. 

"Pas de changement de philosophie de la PAC"

@! - Que pensez vous des aides PAC (politique agricole commune) pour l'élevage où la France souhaite privilégier les exploitations de plus petites tailles ?
B. A. -  La logique d'une Politique agricole commune est de bâtir une politique agricole au regard des besoins en alimentation des populations européennes. Cela devrait être cela. La PAC est entrée au fil des années dans une logique mercantile au détriment d'une politique alimentaire, en privilégiant les grosses exploitations céréalières. Les aides sont globalement découplées de la production, il reste quelques exceptions.  On assiste aujourd'hui à un rééquilibrage,  mais pas un changement de philosophie générale. Ce qui a été obtenu, c'est la convergence des aides au niveau européen. Cela signifie que l'aide ramenée à l'hectare se situe au  même niveau d'un pays à l'autre. Mais, il est dit que ceux qui percevaient les aides les plus importantes ne pourront pas perdre plus de 30 % des sommes qui leur étaient versées auparavant. Le gouvernement français y a apporté un volet important pour les élevages de petite taille : il a souhaité favoriser dans l'attribution des aides les exploitations ne dépassant pas  le seuil de 50 hectares, de type polyculture élevage, nombreuses en Dordogne. Cela revient à "les primer" davantage. Cela constitue une petite avancée.  Mais la légitimité d'une politique agricole aux yeux de nos concitoyens ne passera que par une réflexion plus globale qui ira dans le sens d'un vrai intérêt commun.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2101
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Sept agriculteurs ont été récompensés par la fondation pour une agriculture durable en Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 16/11/2018

Des agriculteurs récompensés pour une agriculture durable

Le marais de Bris à Saint-Trojan, île d'Oléron Agriculture | 15/11/2018

La gestion de l’eau, une question d’avenir à la 10e conférence agricole du 17

850 retraités agricoles périgourdins ont dénoncé le manque de considération du gouvernement à leur encontre Agriculture | 14/11/2018

La colère des retraités agricoles périgourdins contre le gouvernement

Des réfugiés dans les rangs des saisonniers pour les vendanges 2018 en appellation Jurançon Agriculture | 13/11/2018

Les réfugiés au secours de l'emploi saisonnier agricole dans les Pyrénées-Atlantiques

Portes ouvertes sur l'installation à Coublucq (64), Maxime Gouze présente son exploitation au porteur de projet présents sur son exploitation ce 7 novembre. A ses côtés sa soeur Lucille, en cours d'installation. Agriculture | 07/11/2018

A Coublucq (64), portes grandes ouvertes sur l'installation agricole

Jean-Louis Zwick, son Directeur productions animales, Nutrition et accouvage Maïsadour Agriculture | 06/11/2018

Influenza aviaire: "Nous sommes maintenant plus robustes", JL Zwick, Directeur Production Animale Maïsadour

Foie gras de canard entier en conserve Agriculture | 31/10/2018

La filière Foie gras est de retour

Assises de la forêt et du bois en Pyrénées-Atlantiques Agriculture | 29/10/2018

Forêt bois : les professionnels en action pour redynamiser la filière dans les Pyrénées-Atlantiques

L’exploitation Altair avec une production de plantes médicinales et aromatiques, à découvrir le 6 novembre de 14 h à 16 h 30, à Liorac sur Louyre (24) Agriculture | 25/10/2018

Le Mois de la bio revient en Nouvelle-Aquitaine

Catherine Benneteau-Pelissero Agriculture | 23/10/2018

Université de Bordeaux/Sciences Agro : vers des compléments alimentaires de qualité

Agrinovembre le 6 novembre à Nérac Agriculture | 17/10/2018

L’Intelligence paysanne au cœur du 4ème Agrinovembre

Sébastien Angers Agriculture | 14/10/2018

Les Agron'Hommes: Sébastien Angers au Québec: il fait la guerre du vide en inondant ses parcelles de diversité végétale

GPI Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 11/10/2018

Agriculture : la Nouvelle-Aquitaine au rythme du Grand Plan d'Investissement

Eric Bantegnies surveille une benne pleine de  cabernets sauvignon Agriculture | 07/10/2018

Vendanges au Château Bertinerie: de la vigne au chai la promesse et la naissance d'un millésime magnifique

Prox'silo, le prototype de silo mobile présenté par la coopérative Maïsadour le 4 octobre 2018 Agriculture | 05/10/2018

Collecte des céréales : Maïsadour parie sur le silo mobile