Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/05/21 | Le SunSka Festival annulé, mais remplacé

    Lire

    L'organisation du festival s'est « résignée » à annuler le SunSka, initialement prévu du 6 au 8 août prochains. « Nous rêvions juste de liberté » avance la direction du festival, qui a préféré annuler, ne sachant pas quels dispositifs sanitaires seront en vigueur au mois d'août. Afin de garder le lien avec son public, le festival se transformera en « Été SunSka », comme en 2020 : tous les jeudis à partir du 8 juillet, un évènement se déroulera au Domaine de Nodris, dans le Médoc, et le Festival organisera des concerts gratuits le long de la côte Atlantique.

  • 07/05/21 | Lavavaix-les-Mines (23) : un potager pour nourrir les écoliers

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-Mines en Creuse va créer un potager en permaculture qui fournira la cantine scolaire. Ce projet s’inscrit dans l’appel à manifestation d’intérêt du Cluster Ruralité qui a été lancé fin 2020 avec pour ambition de soutenir et d’accompagner les initiatives d’intérêt général issues du monde rural. La commune, grâce à cela, va bénéficier d’une aide de 50 000 euros.

  • 07/05/21 | Le Concours des Saveurs cherche des dégustateurs

    Lire

    Chaque année lors du Concours des Saveurs plus de 100 produits sont dégustés à l’aveugle afin de récompenser les meilleurs produits et recettes de la Région. Pour cette année 2021, la prochaine session aura lieu le 21 mai à Tulle. Elle recherche des jurés pour déguster différents produits comme les huiles de noix du Périgord AOP, les jus et confitures ou encore les vins de Corrèze et les vins Charentais IGP notamment. Pour s'inscrire.

  • 07/05/21 | Charente: la boucherie devient ambulante

    Lire

    La commune de Lignières-Sonneville en Charente accueille depuis 1950 une boucherie-charcuterie qui compte une boutique et un local de production. Elle souhaite désormais proposer ses produits dans les communes dépourvues de boucherie-charcuterie. Elle va donc se doter d’un camion-magasin pour répondre à la demande en forte croissance. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de les aider à acquérir ce bien.

  • 06/05/21 | Nouvelle forme de transport d'utilité sociale à Mourenx

    Lire

    L’Atelier Chantier d’Insertion CIEL réalise sur le bassin de Lacq des travaux d’utilité sociale à destination des acteurs locaux du bassin de Lacq au travers de plusieurs supports d’insertion. L’association met en place un projet de micro-transport d’utilité sociale pour permettre le déplacement des personnes en insertion. Dans un transport micro-collectif (8 personnes) ou individuel (4 personnes), les bénéficiaires pourront se déplacer jusqu'à 50km autour de Mourenx où se situe le garage social de la structure en charge de l’entretien et de la réparation des véhicules.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

04/11/2020 |

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA

Un peu avant 5 heures du matin, le 21 octobre et après de longues heures de négociation, les ministres de l’Agriculture réunis à Luxembourg sont parvenus à un accord sur la réforme de la PAC. Les pourparlers entre les représentants des Etats et le Parlement européen permettront de statuer sur la copie finale de cette nouvelle politique agricole commune. Éco-régime obligatoire représentant au moins 20 % des paiements directs, maintien des critères actuels de conditionnalité et de verdissement, consolidation des aides couplées… Les contours de cette nouvelle version satisfont Julien Denormandie, le ministre français de l’Agriculture. De son côté, dans son communiqué, la FNSEA (fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), le syndicat majoritaire français, s’est félicité d’un « résultat prenant en compte la dimension économique et productive de l’activité agricole, aux côtés d’une réelle ambition pour l’environnement et la lutte contre le changement climatique ». Agriculteur dans le département des Pyrénées-Atlantiques et vice-président du syndicat majoritaire en France, Henri Bies-Péré revient pour Aqui.fr sur cet épineux dossier.

@qui! : Après des mois d’incertitudes, quel est votre sentiment général quelques jours après cet accord trouvé sur cette réforme de la PAC ?

Henri Bies-Péré : Quand on regarde d’où on vient, il y a de quoi être satisfaits. Quand les négociations ont commencé, il y a deux ans, on nous promettait un budget à la baisse et des aides uniquement orientées vers l’écologie et le changement climatique. Aujourd’hui, nous avons obtenu le maintien du budget et une orientation économique à la PAC avec des aides liées à la production, des mécanismes de gestion des marchés et des éco programmes qui restent dans un cadre européen et non à la discrétion des politiques nationales.

@! : « Une PAC plus verte, plus juste et plus simple. » Ce sont les mots du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. Certains groupes politiques européens parlent « d’un écran de fumée verte ». Que vous inspirent ces propos?

H. B.-P. : Une PAC plus verte, c’est sûr. Pour la simplicité et la justesse, j’aurais la prudence d’attendre la fin des négociations et l’application Franco-Française des différents textes. En effet, c’est souvent dans ces détails-là que le diable se cache et qu’une mesure qui paraît simple devient compliquée quand on veut la mettre en œuvre dans notre pays. Par ailleurs, nous savons que les attentes sociétales vis-à-vis de l’agriculture sont fortes. Certains pensent qu’on peut transformer l’agriculture en changeant radicalement la distribution des aides en les réservant exclusivement à une agriculture tournée vers l’environnement. C’est une vision radicale et idéologique qui ne peut pas prendre en compte tous les défis que doit relever l’agriculture, en particulier celui de nourrir une population de plus en plus nombreuse sur notre planète. Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse.

@! : L’éco-régime est le symbole de cette nouvelle politique axée autour de la transition agricole. À travers quels types de projet un agriculteur peut bénéficier de ce dispositif ?

H.B.-P. : Par les éco-régimes, la PAC est un pas supplémentaire vers la prise en compte de critères liés à l’environnement, à la préservation de la biodiversité, aux actions bénéfiques à la captation du carbone pour limiter le changement climatique. Il est trop tôt pour décrire précisément les actions qui permettront aux agriculteurs de bénéficier de ces paiements, c’est tout le travail qu’il faut maintenant faire dans le cadre de l’écriture du PSN (plan stratégique national). C’est ce document qui va constituer la proposition de la France pour répondre au cadre Européen. L’action de la FNSEA sera de faire en sorte que le maximum de démarches puissent bénéficier de ces financements. Comparativement à d’autres pays de l’UE, je pense que les agriculteurs français ont déjà fait beaucoup d’efforts, ceci doit être pris en compte car si on met la barre trop haut on va créer des distorsions de concurrence.

@! : Concernant les paiements directs annuels aux agriculteurs... Comment voyez-vous leur baisse progressive impulsée dans cette nouvelle PAC ?

H. B.-P. : Nous avons obtenu le maintien du budget en Euros courants, la baisse sera donc liée au taux d’inflation, ce qui est, je le rappelle, un moindre mal. Il faudra donc compter à la fois sur les gains de compétitivité que nous devrons continuer à faire et sur une meilleure valorisation du prix de nos produits. N’oublions pas que pour la FNSEA le revenu des agriculteurs doit d’abord provenir de la vente de nos productions.

@! : Est-ce que cette nouvelle politique est compatible avec la souveraineté alimentaire, terme tant évoqué par les responsables politiques dans ce contexte de crise sanitaire ?

H.B.-P. : Il n’y a pas que les politiques, nous sommes nous aussi attachés à la souveraineté alimentaire. Nous avons d’ailleurs produit un document qui fait référence à ce sujet, pour ne pas oublier le rôle économique de l’agriculture tant par sa vocation alimentaire que par sa capacité à fournir de l’emploi sur les territoires. Une Pac véritablement Européenne et des accords commerciaux qui respectent les mêmes standards que ceux de la production intracommunautaire permettront de renforcer cette souveraineté.

@! : Les droits de plantation des vignes jusqu’en 2040 et la transparence des GAEC sont deux autres points qui ont été validés.Vous-même à la tête d’un GAEC, que pensez-vous de cette décision ?

Ce sont de bonnes nouvelles, les droits de plantation permettent une gestion des volumes de production viticole et d’éviter le marasme connu dans d’autres filières avec l’arrêt des contingentements. La transparence des GAEC est une spécificité française souvent remise en cause par l’Europe, pour laquelle il faut souvent batailler longtemps. Le fait que ce soit déjà acté est une bonne nouvelle.

Baptiste Nouet
Par Baptiste Nouet

Crédit Photo : Baptiste Nouet

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
11281
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr