Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/07/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques la tour sud de la cathédrale de Bayonne et la Chapelle des Prébendés, ainsi que le Château de Pau, le couvent des Récollets à Ciboure et l’Espace Jéliote à Oloron vont bénéficier du plan France relance pour leur rénovation

19/07/21 : Face à la montée en puissance du nombre de contaminations au Covid-19 en Charente-Maritime, le préfet a étendu l'obligation du port du masque dans tout espace public pour 45 communes, essentiellement littorales.

16/07/21 : Eté Jeunes est un nouvel agenda en ligne, à destination des jeunes Bordelais. Il permet d'accéder à l'ensemble de l'offre municipale et associative ainsi qu'à toute l'actualité culturelle, sportive et de loisirs proposée cet été à Bordeaux.+ d'info

13/07/21 : Du 15 juillet au vendredi 13 août inclus, l’Hôtel de ville de Poitiers fermera ses portes à 16 h 30 au lieu de 17 h 30. Sur cette période, du lundi au vendredi, l’accueil du public s’effectuera de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30

07/07/21 : Pyrénées-Atlantiques - 1 compagnie de CRS, 23 nageurs-sauveteurs CRS, 13 agents de police-secours et de BAC, 4 agents spécialisés dans l’investigation, 8 motards CRS soit 118 policiers vont cet été venir renforcer les forces de sécurité du département

07/07/21 : Saint-Médard-en-Jalles : le centre intercommunal de vaccination Covid 19 restera ouvert tout l’été, grâce à l'implication des 50 agents et 229 professionnels de santé des 6 communes partenaires qui s'y relaient. En 3 mois, 31000 doses ont été injectées

05/07/21 : EthicDrinks, le négoce vert bordelais est lauréat du 1er prix du “Millésime 2021” organisé par l’Adelphe, éco-organisme à but non lucratif axé sur le recyclage des emballages ménagers des entreprises et notamment dans le secteur des Vins et Spiritueux.+ d'info

05/07/21 : Les inscriptions universitaires 2021-2022 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour démarrent, de manière entièrement dématérialisée, mardi 6 juillet pour tous ses campus : Pau, Bayonne, Anglet, Mont-de-Marsan et Tarbes.+ d'info

01/07/21 : Mmes Albenga et Poulet, MM. Patin et Stambolis-Ruhstorfer, enseignants-chercheurs à l’Université Bordeaux Montaigne, ont été nommés membres de l'Institut Universitaire de France. La récompense la qualité scientifique de leurs activités universitaires.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/07/21 | Ouverture des candidatures pour la Semaine de la Diversité 2022

    Lire

    Pour la 6ème édition, la Ville de Bayonne organise du 1er au 8 mars 2022 la Semaine de la Diversité et de l’égalité des droits. Jusqu’au 20 septembre, les associations peuvent déposer leurs propositions sur les thèmes de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité ainsi que de la diversité culturelle et de la citoyenneté. Les projets sélectionnés percevront une aide de la ville. Toutes les informations sont disponibles sur le site de la Ville

  • 30/07/21 | A la découverte du bijou régional

    Lire

    Jusqu’au 19 septembre, le Musée Bernard d’Agesci de Niort propose l’exposition « Le bijou régional, une spécialité niortaise, fonctions, types ». Les visiteurs partiront à la découverte de plus de 200 bijoux traditionnels, d’outils et de machines ayant servi à leur fabrication. Autour de l’exposition, le Musée propose également 2 accrochages dans le grand hall : « Trésors d’archéologie : parures et objets de prestige » et « Bijoux contemporains ».

  • 29/07/21 | France Relance : Repeuplement forestier, les entreprises lauréates landaises

    Lire

    Forelite-Evolution à Arue, la SCEA Pépinières Planfor à Uchacq-et-Parentis, Bois de Gascogne à Saint-Eulalie-en-Born, Landes Forêt à Levignac, Planfor SAS à Uchacq-et-Parentis sont les 5 entreprises landaises soutenues dans le cadre du plan France relance pour leurs investissements dans des outils et matériels performants pour la production de plants qui seront utilisés pour le repeuplement forestier. Objectif: permettre plus de compétitivité et de résilience face aux défis climatiques. Au total, un coup de pouce de 386 470 euros.

  • 29/07/21 | La Nature a rendez-vous en Creuse en août

    Lire

    Tout au long du mois d’août, la Réserve Naturelle de l’étang des Landes en Creuse propose aux petits et aux grands des « Rendez-vous Nature ». Le 6 août, les petits pourront observer le plumage des oiseaux, le 11 août, partez à la découverte de la vie des abeilles en devenant le temps d’une journée un apiculteur ou encore devenez explorateur avec 4 épreuves sur le thème des oiseaux le 18 août. Programme et réservation

  • 29/07/21 | Les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes

    Lire

    Comme chaque année, les Crus artisans du Médoc ouvrent leurs portes au public. Cette année, le rendez-vous est donné du 30 juillet au 1er août pour découvrir ou redécouvrir les vins et leur mode d’élaboration. Le public pourra par exemple pique-niquer au Château Tour Bel Air et se balader au milieu du vignoble Médocain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

04/11/2020 |

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA

Un peu avant 5 heures du matin, le 21 octobre et après de longues heures de négociation, les ministres de l’Agriculture réunis à Luxembourg sont parvenus à un accord sur la réforme de la PAC. Les pourparlers entre les représentants des Etats et le Parlement européen permettront de statuer sur la copie finale de cette nouvelle politique agricole commune. Éco-régime obligatoire représentant au moins 20 % des paiements directs, maintien des critères actuels de conditionnalité et de verdissement, consolidation des aides couplées… Les contours de cette nouvelle version satisfont Julien Denormandie, le ministre français de l’Agriculture. De son côté, dans son communiqué, la FNSEA (fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), le syndicat majoritaire français, s’est félicité d’un « résultat prenant en compte la dimension économique et productive de l’activité agricole, aux côtés d’une réelle ambition pour l’environnement et la lutte contre le changement climatique ». Agriculteur dans le département des Pyrénées-Atlantiques et vice-président du syndicat majoritaire en France, Henri Bies-Péré revient pour Aqui.fr sur cet épineux dossier.

@qui! : Après des mois d’incertitudes, quel est votre sentiment général quelques jours après cet accord trouvé sur cette réforme de la PAC ?

Henri Bies-Péré : Quand on regarde d’où on vient, il y a de quoi être satisfaits. Quand les négociations ont commencé, il y a deux ans, on nous promettait un budget à la baisse et des aides uniquement orientées vers l’écologie et le changement climatique. Aujourd’hui, nous avons obtenu le maintien du budget et une orientation économique à la PAC avec des aides liées à la production, des mécanismes de gestion des marchés et des éco programmes qui restent dans un cadre européen et non à la discrétion des politiques nationales.

@! : « Une PAC plus verte, plus juste et plus simple. » Ce sont les mots du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. Certains groupes politiques européens parlent « d’un écran de fumée verte ». Que vous inspirent ces propos?

H. B.-P. : Une PAC plus verte, c’est sûr. Pour la simplicité et la justesse, j’aurais la prudence d’attendre la fin des négociations et l’application Franco-Française des différents textes. En effet, c’est souvent dans ces détails-là que le diable se cache et qu’une mesure qui paraît simple devient compliquée quand on veut la mettre en œuvre dans notre pays. Par ailleurs, nous savons que les attentes sociétales vis-à-vis de l’agriculture sont fortes. Certains pensent qu’on peut transformer l’agriculture en changeant radicalement la distribution des aides en les réservant exclusivement à une agriculture tournée vers l’environnement. C’est une vision radicale et idéologique qui ne peut pas prendre en compte tous les défis que doit relever l’agriculture, en particulier celui de nourrir une population de plus en plus nombreuse sur notre planète. Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse.

@! : L’éco-régime est le symbole de cette nouvelle politique axée autour de la transition agricole. À travers quels types de projet un agriculteur peut bénéficier de ce dispositif ?

H.B.-P. : Par les éco-régimes, la PAC est un pas supplémentaire vers la prise en compte de critères liés à l’environnement, à la préservation de la biodiversité, aux actions bénéfiques à la captation du carbone pour limiter le changement climatique. Il est trop tôt pour décrire précisément les actions qui permettront aux agriculteurs de bénéficier de ces paiements, c’est tout le travail qu’il faut maintenant faire dans le cadre de l’écriture du PSN (plan stratégique national). C’est ce document qui va constituer la proposition de la France pour répondre au cadre Européen. L’action de la FNSEA sera de faire en sorte que le maximum de démarches puissent bénéficier de ces financements. Comparativement à d’autres pays de l’UE, je pense que les agriculteurs français ont déjà fait beaucoup d’efforts, ceci doit être pris en compte car si on met la barre trop haut on va créer des distorsions de concurrence.

@! : Concernant les paiements directs annuels aux agriculteurs... Comment voyez-vous leur baisse progressive impulsée dans cette nouvelle PAC ?

H. B.-P. : Nous avons obtenu le maintien du budget en Euros courants, la baisse sera donc liée au taux d’inflation, ce qui est, je le rappelle, un moindre mal. Il faudra donc compter à la fois sur les gains de compétitivité que nous devrons continuer à faire et sur une meilleure valorisation du prix de nos produits. N’oublions pas que pour la FNSEA le revenu des agriculteurs doit d’abord provenir de la vente de nos productions.

@! : Est-ce que cette nouvelle politique est compatible avec la souveraineté alimentaire, terme tant évoqué par les responsables politiques dans ce contexte de crise sanitaire ?

H.B.-P. : Il n’y a pas que les politiques, nous sommes nous aussi attachés à la souveraineté alimentaire. Nous avons d’ailleurs produit un document qui fait référence à ce sujet, pour ne pas oublier le rôle économique de l’agriculture tant par sa vocation alimentaire que par sa capacité à fournir de l’emploi sur les territoires. Une Pac véritablement Européenne et des accords commerciaux qui respectent les mêmes standards que ceux de la production intracommunautaire permettront de renforcer cette souveraineté.

@! : Les droits de plantation des vignes jusqu’en 2040 et la transparence des GAEC sont deux autres points qui ont été validés.Vous-même à la tête d’un GAEC, que pensez-vous de cette décision ?

Ce sont de bonnes nouvelles, les droits de plantation permettent une gestion des volumes de production viticole et d’éviter le marasme connu dans d’autres filières avec l’arrêt des contingentements. La transparence des GAEC est une spécificité française souvent remise en cause par l’Europe, pour laquelle il faut souvent batailler longtemps. Le fait que ce soit déjà acté est une bonne nouvelle.

Baptiste Nouet
Par Baptiste Nouet

Crédit Photo : Baptiste Nouet

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
15161
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture<script src=" />
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr