Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

13/02/21 : Charente-Maritime: La préfecture signale des plaques de glace localisées notamment au droit des îlots. La circulation est délicate du côté de Mirambeau, Lorignac, Montendre, Archiac (D699), Jonzac (D28) et Pérignac (D732). Le salage est en cours.

11/02/21 : Après le vote du Sénat, l'Assemblée nationale a elle aussi voté ce 10 février le report des élections régionales et départementales. Elles se tiendront donc les 13 et 20 juin 2021.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

  • 23/02/21 | Une résidence étudiante et un foyer des jeunes travailleurs à Bruges

    Lire

    Mesolia Habitat construit sur l’îlot 5 du site Terrefort à Bruges (33) une résidence étudiante de 49 logements ainsi qu’un foyer des jeunes travailleurs qui se composera de 45 logements. Cette résidence mixte comportera des parties communes comme des bureaux, des espaces cuisine et animation ou encore un espace informatique. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 245 000 euros pour la résidence étudiante et à hauteur de 275 000 pour le foyer des jeunes travailleurs.

  • 23/02/21 | La voie verte se développe dans les Landes

    Lire

    3 870 mètres de voie verte vont être aménagés entre Ondres et Saint-Martin-de-Seignaux dans les Landes. Ce projet, à terme, permettra une connexion à la véloroute Euro-Vélo 3 au niveau des barthes de l’Adour, destination Saint-Jacques-de-Compostelle. La réalisation de cette Vélodysée bénéficie d’une subvention de 167 267 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine, votée lors de la commission permanente du 1er février dernier.

  • 23/02/21 | Charente-Maritime : La tonnellerie Bossuet investit

    Lire

    La tonnellerie familiale, basée à Saint-Simon-de-Bordes en Charente-Maritime, propose des barriques adaptées aux nouvelles solutions de vinification. Elle souhaite engager un plan d’investissement de matériels de production performants qui privilégient les conditions de travail de ses salariés et l’environnement. Pour l’aider dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine vient de lui attribuer une subvention de 145 128 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

04/11/2020 |

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA

Un peu avant 5 heures du matin, le 21 octobre et après de longues heures de négociation, les ministres de l’Agriculture réunis à Luxembourg sont parvenus à un accord sur la réforme de la PAC. Les pourparlers entre les représentants des Etats et le Parlement européen permettront de statuer sur la copie finale de cette nouvelle politique agricole commune. Éco-régime obligatoire représentant au moins 20 % des paiements directs, maintien des critères actuels de conditionnalité et de verdissement, consolidation des aides couplées… Les contours de cette nouvelle version satisfont Julien Denormandie, le ministre français de l’Agriculture. De son côté, dans son communiqué, la FNSEA (fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), le syndicat majoritaire français, s’est félicité d’un « résultat prenant en compte la dimension économique et productive de l’activité agricole, aux côtés d’une réelle ambition pour l’environnement et la lutte contre le changement climatique ». Agriculteur dans le département des Pyrénées-Atlantiques et vice-président du syndicat majoritaire en France, Henri Bies-Péré revient pour Aqui.fr sur cet épineux dossier.

@qui! : Après des mois d’incertitudes, quel est votre sentiment général quelques jours après cet accord trouvé sur cette réforme de la PAC ?

Henri Bies-Péré : Quand on regarde d’où on vient, il y a de quoi être satisfaits. Quand les négociations ont commencé, il y a deux ans, on nous promettait un budget à la baisse et des aides uniquement orientées vers l’écologie et le changement climatique. Aujourd’hui, nous avons obtenu le maintien du budget et une orientation économique à la PAC avec des aides liées à la production, des mécanismes de gestion des marchés et des éco programmes qui restent dans un cadre européen et non à la discrétion des politiques nationales.

@! : « Une PAC plus verte, plus juste et plus simple. » Ce sont les mots du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. Certains groupes politiques européens parlent « d’un écran de fumée verte ». Que vous inspirent ces propos?

H. B.-P. : Une PAC plus verte, c’est sûr. Pour la simplicité et la justesse, j’aurais la prudence d’attendre la fin des négociations et l’application Franco-Française des différents textes. En effet, c’est souvent dans ces détails-là que le diable se cache et qu’une mesure qui paraît simple devient compliquée quand on veut la mettre en œuvre dans notre pays. Par ailleurs, nous savons que les attentes sociétales vis-à-vis de l’agriculture sont fortes. Certains pensent qu’on peut transformer l’agriculture en changeant radicalement la distribution des aides en les réservant exclusivement à une agriculture tournée vers l’environnement. C’est une vision radicale et idéologique qui ne peut pas prendre en compte tous les défis que doit relever l’agriculture, en particulier celui de nourrir une population de plus en plus nombreuse sur notre planète. Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse.

@! : L’éco-régime est le symbole de cette nouvelle politique axée autour de la transition agricole. À travers quels types de projet un agriculteur peut bénéficier de ce dispositif ?

H.B.-P. : Par les éco-régimes, la PAC est un pas supplémentaire vers la prise en compte de critères liés à l’environnement, à la préservation de la biodiversité, aux actions bénéfiques à la captation du carbone pour limiter le changement climatique. Il est trop tôt pour décrire précisément les actions qui permettront aux agriculteurs de bénéficier de ces paiements, c’est tout le travail qu’il faut maintenant faire dans le cadre de l’écriture du PSN (plan stratégique national). C’est ce document qui va constituer la proposition de la France pour répondre au cadre Européen. L’action de la FNSEA sera de faire en sorte que le maximum de démarches puissent bénéficier de ces financements. Comparativement à d’autres pays de l’UE, je pense que les agriculteurs français ont déjà fait beaucoup d’efforts, ceci doit être pris en compte car si on met la barre trop haut on va créer des distorsions de concurrence.

@! : Concernant les paiements directs annuels aux agriculteurs... Comment voyez-vous leur baisse progressive impulsée dans cette nouvelle PAC ?

H. B.-P. : Nous avons obtenu le maintien du budget en Euros courants, la baisse sera donc liée au taux d’inflation, ce qui est, je le rappelle, un moindre mal. Il faudra donc compter à la fois sur les gains de compétitivité que nous devrons continuer à faire et sur une meilleure valorisation du prix de nos produits. N’oublions pas que pour la FNSEA le revenu des agriculteurs doit d’abord provenir de la vente de nos productions.

@! : Est-ce que cette nouvelle politique est compatible avec la souveraineté alimentaire, terme tant évoqué par les responsables politiques dans ce contexte de crise sanitaire ?

H.B.-P. : Il n’y a pas que les politiques, nous sommes nous aussi attachés à la souveraineté alimentaire. Nous avons d’ailleurs produit un document qui fait référence à ce sujet, pour ne pas oublier le rôle économique de l’agriculture tant par sa vocation alimentaire que par sa capacité à fournir de l’emploi sur les territoires. Une Pac véritablement Européenne et des accords commerciaux qui respectent les mêmes standards que ceux de la production intracommunautaire permettront de renforcer cette souveraineté.

@! : Les droits de plantation des vignes jusqu’en 2040 et la transparence des GAEC sont deux autres points qui ont été validés.Vous-même à la tête d’un GAEC, que pensez-vous de cette décision ?

Ce sont de bonnes nouvelles, les droits de plantation permettent une gestion des volumes de production viticole et d’éviter le marasme connu dans d’autres filières avec l’arrêt des contingentements. La transparence des GAEC est une spécificité française souvent remise en cause par l’Europe, pour laquelle il faut souvent batailler longtemps. Le fait que ce soit déjà acté est une bonne nouvelle.

Baptiste Nouet
Par Baptiste Nouet

Crédit Photo : Baptiste Nouet

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9992
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Romain Nougué (à gauche), maraîcher est installé à Meillon depuis le mois d'octobre dans le cadre de la ceinture verte de l'agglomération de Pau. A ses côtés Victor, en contrat de parrainage auprès de Romain Agriculture | 17/02/2021

Installation agricole et circuits courts : la Ceinture verte de Pau se concrétise

Les représentants des Jeunes Agriculteurs NA et de la FNSEA NA devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux Agriculture | 16/02/2021

Loi EGAlim : En Nouvelle-Aquitaine, Jeunes Agriculteurs et FNSEA avertissent la grande distribution

Christophe Congues, Président du groupe coopératif Euralis Agriculture | 12/02/2021

Du mouvement à la tête des Groupes coopératifs Maïsadour et Euralis

Marc Cazaux HélicA Agriculture | 12/02/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Marc Cazaux lauréat 2017 (épisode 3/4)

Sylvain Bordenave, président JA 64 et Iban Pebet, président du Comité d'Orientation Transmission Installation de la chambre d'agriculture 64 Agriculture | 11/02/2021

Installation agricole : "une bonne année" dans les Pyrénées-Atlantiques

Les Rencontres de l'alimentation se sont lancées le 3 février dernier avec le débat sur la Souveraineté alimentaire : utopie ou réalité ? Agriculture | 09/02/2021

Souveraineté alimentaire : de l'individu au monde

L'activité céréales est en repli de 40 à 50% sur l'année 2020 Agriculture | 02/02/2021

Les coopératives agricoles : un impact socio-économique majeur en Nouvelle-Aquitaine

Le salon régional de l'agriculture Aquitaine - image d'archive Agriculture | 29/01/2021

Un Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine 2021 plus proche du public ?

Dispositif de désinfection de l'entreprise Sanodev Agriculture | 28/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Laure Sandoval lauréate 2018 (épisode 2/4)

Elevage de canards prêts-à-gaver dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 27/01/2021

Crise aviaire: Les Pyrénées-Atlantiques se soucient des éleveurs et du Kriaxera

Bertrand Venteau, le président de la Chambre d’Agriculture de la Haute-Vienne Agriculture | 27/01/2021

Haute-Vienne : La Chambre d’Agriculture en recherche de financements pour les agriculteurs

Jean-Louis Dubourg, Président de la Chambre d'Agriculture de la Gironde Agriculture | 26/01/2021

« Peu de perspectives pour les mois à venir », J-L Dubourg, Président de la Chambre d'agriculture de Gironde

Yann Viaud est un des premiers agriculteurs à s'être lancé dans le projet avec la CARA Agriculture | 25/01/2021

Pays Royannais : un atelier de transformation pour les agriculteurs

Cedric Tranquard (ici avec Luc Servant) a été élu à 18 voix sur 25, face à un candidat de la Coordination rurale Agriculture | 25/01/2021

Cédric Tranquard élu à la tête de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, Président de la Chambre régionale d'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 21/01/2021

Agriculture néo-aquitaine : "Des signes qui permettent de sourire" pour 2021, selon Luc Servant